Résumé des communiqués
destinés à la santé et aux services sociaux

Faites parvenir vos communiqués par courrier électronique Icone courriel

 

 

Vendredi 24 février 2017

 


Une école fermée à cause de la gastroentérite
Roxton Falls, 24 février 2017 – Une école primaire de la Montérégie est fermée aujourd’hui vendredi en raison d’une importante éclosion de gastroentérite.
L’école Saint-Jean-Baptiste de Roxton Falls, qui accueille environ 230 élèves, doit fermer le temps qu’une équipe désinfecte l’immeuble pour assurer le retour des élèves après la semaine de relâche. La gastro y court depuis quelques jours déjà.
«Je suis allé chercher mon gars aujourd’hui, car il n’allait pas bien», a dit Michael Roy, un père de famille. Selon M. Roy, dans une classe de sixième année et une autre de cinquième et sixième années, 16 élèves sur un total de 38 manquaient en raison du virus. (QMI)


Les athlètes d’Abitibi-Témiscamingue partent vers les Jeux du Québec
Abitibi-Témiscamingue, 24 février 2017 – Les athlètes de l’Abitibi-Témiscamingue qui participent au premier bloc de compétitions des Jeux du Québec ont quitté la région ce matin pour se rendre au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Le coup d’envoi de la 52e finale des Jeux du Québec sera donné ce soir vendredi à Alma, avec la présentation de la cérémonie d’ouverture.
Au total, c’est 123 athlètes et 38 accompagnateurs de la région participeront à cette finale provinciale.
Sandra Ataman a discuté avec des membres de l’équipe de hockey féminin de l’Abitibi-Témiscamingue quelques minutes avant leur départ, ce matin, de Val-d’Or.
L’objectif de la délégation régionale est de 7 médailles.
Selon les responsables, les meilleurs espoirs de médailles sont en hockey féminin, au patinage artistique, au judo, en haltérophilie et en boxe olympique. Avec les informations de Sandra Ataman (RC)


Grippe et gastro à l’hôpital de Trois-Rivières
Mauricie, 23 février 2017 – Des éclosions de gastroentérite et d’influenza au Centre hospitalier affilié universitaire régional (CHAUR) de Trois-Rivières obligent la direction de l’hôpital à restreindre les visites dans sept unités.
Au département de cardiologie, les visites sont complètement interdites. Les demandes de visites pour motifs humanitaires seront prises en considération.
Dans les six autres unités, les visites sont «contrôlées». Un seul visiteur à la fois est autorisé, alors que les autres doivent attendre à l’extérieur du département.
Partout ailleurs dans le centre hospitalier, un maximum de deux visiteurs par patient hospitalisé est permis, seulement entre 14h et 20h30.
Tous ceux qui viennent voir un proche doivent bien se laver mains et porter un masque.
La responsable de la prévention des infections au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) affirme que la situation a empiré la semaine dernière, ce qui a forcé l’établissement à avertir la population.
«Ça fait quelques semaines qu’on a un peu de transmission, mais on avait espoir que ça se rétablisse, ce n’était pas trop alarmant», affirme Annie Laberge, chef de service pour la prévention des infections au CIUSSS MCQ.
Jeudi, 39 personnes hospitalisées au CHAUR avaient la grippe et onze, la gastro-entérite.
La direction réévalue la situation quotidiennement. Avec les informations de Sarah Désilets-Rousseau. (RC)


Les quatre nouveaux cas de rougeole à Halifax n’inquiètent pas les autorités
Les Maritimes, 23 février 2017 – Quatre nouveaux cas de rougeole ont été confirmés par les autorités de la santé publique de la région de Halifax, portant à sept le nombre de cas répertoriés en Nouvelle-Écosse.
La semaine dernière, la Régie de la santé de la Nouvelle-Écosse avait indiqué que trois personnes souffraient de la maladie, la première fois qu’un si grand nombre de cas était rapporté depuis neuf ans.
Dans une mise à jour publiée jeudi, le médecin en chef de la région, le docteur Trevor Arnason, a précisé que tous les malades étaient de jeunes adultes.
Le médecin ne s’est pas dit surpris par l’éclosion de nouveaux cas, car le virus de la rougeole est très contagieux. Il considère toutefois que le petit nombre de cas est un signe positif. Il s’est aussi réjoui du suivi médical entrepris auprès de ceux qui étaient en contact avec les malades.
Selon le docteur Arnason, ces cas représentent un faible risque pour la santé publique. Il a rappelé qu’une majorité de personnes ont été vaccinées contre cette maladie.
Les autorités ont déjà remarqué que les gens nés entre les années 1970 et le début des années 1990 n’ont généralement reçu qu’une seule dose de vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole dans leur enfance. Ceux-ci sont admissibles à une deuxième dose gratuitement. (PC)


Bientôt le dégel…
Québec, 23 février 2017 – Le ministère des Transports et Contrôle routier Québec annoncent que la période au cours de laquelle les limites de charges autorisées sont réduites, en raison de la diminution de la capacité portante du réseau routier, commencera le lundi 6 mars dans la zone 2, qui inclut notamment la Côte-Nord, Rimouski, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine.
Durant cette période, Contrôle routier Québec va intensifier ses activités de pesée de camions lourds, aussi bien dans les postes de contrôle que sur le réseau routier. (RC)


Le siège-auto d’occasion mettrait votre enfant en danger, selon BCAA
Colombie-Britannique, 23 février 2017 – Beaucoup de parents prennent des risques inutiles avec les sièges-autos de leurs enfants, conclut l’Association des automobilistes de la Colombie-Britannique (BCAA) qui a effectué un sondage en ligne.
Son enquête a demandé aux parents leurs comportements et points de vue sur la conduite avec leurs enfants à bord. Elle révèle que 50% croient qu’un siège-auto est fiable tant qu’il est en «bon état». En outre, 29% des gens qui utilisent un siège-auto de seconde-main admettent de ne pas connaître l’histoire du siège.
Shawn Pettipas, gestionnaire de l’impact communautaire auprès de BCAA, affirme que l’organisme n’a donc aucun moyen de savoir si le siège fonctionnera correctement lors d’un accident.
«S’ils [les parents] ignorent l’histoire du siège, ils ne savent alors pas s’il a été impliqué dans un accident, s’il a été abandonné ou s’il a été endommagé d’une manière qui pourrait mettre leurs enfants en danger.»
«Vous pouvez abîmer la coquille du siège de voiture et il ne fonctionnera pas comme il devrait en cas de collision», explique-t-il. BCAA recommande l’achat d’un nouveau siège pour une meilleure sécurité de vos enfants bien que Shawn Pettipas reconnaisse que cela a un coût. Cependant, «si vous devez utiliser un siège-auto usagé, assurez-vous que vous connaissez tout son passé, la date d’expiration et vérifiez le site Internet dudit siège pour être certain qu’il n’y a pas de rappels sur ce siège», demande M. Pettipas.
L’installation contribue à la sécurité
D’autres erreurs courantes, mais qui comportent beaucoup de risques consistent à l’utilisation du mauvais siège-auto pour l’âge, le poids ou la taille de l’enfant ou tout simplement à une mauvaise installation du siège-auto.
«Chaque voiture, chaque enfant, et chaque siège sont différents.» Et lorsqu’on combine ces facteurs, cela laisse place à des erreurs.» Shawn Pettipas, BCAA.
D’où l’importance de «lire le manuel du siège ainsi que celui de la voiture», rappelle Shawn Pettipas. Il conseille aussi aux parents de régulièrement vérifier le siège afin de s’assurer que celui-ci est toujours bien installé. Des conseils d’autant plus importants, car l’enquête révèle que 21% des parents admettent ne pas être sûrs si leur enfant est correctement sécurisé dans le siège-auto. Par ailleurs, 51% d’entre eux avouent ne pas fréquemment vérifier que le siège de leur enfant est toujours proprement installé.
M. Pettipas rappelle que BCAA offre des sessions d’information aux parents pour un bon usage du siège-auto.
BCAA a effectué son sondage en ligne auprès de 401 personnes en Colombie-Britannique du 30 janvier au 2 février. La marge d’erreur n’a pas été indiquée. (RC)


Coaticook: un café pour apprendre aux jeunes à réparer des objets brisés
Estrie, 23 février 2017 – Un café de la réparation ouvrira sous peu ses portes à l’école La Frontalière de Coaticook. La population sera invitée à apporter des objets en mauvais état comme des vélos ou des appareils électriques au Café Tandem pour qu’ils soient restaurés.
Une trentaine d’élèves en adaptation scolaire et en cheminement régulier participent au projet. En tout temps, une personne de la communauté sera présente avec les élèves pour partager son savoir-faire et les aider dans la réparation.
Les jeunes ont bâti le projet de A à Z, du choix du nom du café, en passant par le financement, l’aménagement du local et la préparation d’un menu.
«Chaque année, j’ai fait des projets d’entrepreneuriat et le côté manuel, ça vient les chercher beaucoup», explique l’enseignante en adaptation scolaire Mylène Gervais qui encadre les jeunes.
«J’ai des élèves qui me montrent comment fonctionnent certains outils. C’est différent que de faire juste des mathématiques et du français avec eux. On va chercher leurs forces et ils sont très motivés», ajoute Mme Gervais.
Le café Tandem devrait ouvrir à la mi-avril. Il a retenu l’attention des prix Fondations Desjardins. L’établissement scolaire a reçu une bourse de 3000$ pour mener à bien le projet. (RC)


Le chien Kanak fait son chemin pour accompagner les victimes
Estrie, 23 février 2017 – Kanak, le chien de soutien du Service de police de Sherbrooke, fait de plus en plus sa place dans le système judiciaire. Le labrador fait son entrée au palais de justice.
Kanak a mérité ses galons au sein du Service de police de Sherbrooke. Terminé le projet pilote pour le chien de soutien, le labrador est là pour rester.
En huit mois, il a participé à une soixantaine d’interventions principalement auprès de jeunes victimes d’abus physiques et sexuels.
Le chien entraîné par MIRA apaise les victimes, leur permet de se concentrer. Pour Julie, nom fictif, une jeune femme de 18 ans qui souffre de maladie mentale, il a fait toute une différence. Il l’a accompagnée à toutes les étapes du processus judiciaire à la suite d’une plainte pour agression sexuelle.
«Je n’aurais pas été capable, j’aurais été trop nerveuse, je voulais tout abandonner. Le chien, il m’a aidée», a-t-elle confié. (RC)


Plus de traversées de migrants que l’année dernière à pareille date
23 février 2017 – Près de 2500 migrants ont été secourus en mer au cours des trois derniers jours, a annoncé jeudi la garde-côte italienne, qui dit constater une augmentation du nombre de traversées en comparaison avec le début de l’année 2016.
Quelque 1100 d’entre eux naviguaient jeudi à bord d’embarcations fragiles au large des côtes libyennes lorsqu’ils ont été secourus. La veille et l’avant-veille, 1360 autres avaient été sauvés.
Depuis le début de l’année, 10 700 arrivées par la mer ont été comptabilisées par le ministère italien de l’Intérieur, un niveau plus élevé que celui qui avait été enregistré l’année dernière à la même période.
Selon Rome, 181 000 migrants ont rejoint l’année dernière les côtes italiennes après avoir franchi la Méditerranée.
L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) déclare de son côté que plus de 4500 personnes ont trouvé la mort en tentant la traversée en 2016. (Reuters)


Québec offre un million de dollars à l’industrie de la motoneige de la région
Abitibi-Témiscamingue, 23 février 2017 – L’industrie de la motoneige et du VTT de l’Abitibi-Témiscamingue bénéficie d’une aide financière de plus d’un million de dollars. L’aide a été annoncée par le ministre responsable de la région, Luc Blanchette, et le député d’Abitibi-Est, Guy Bourgeois au nom du ministre du Transport Laurent Lessard.
L’argent permettra aux clubs et aux organismes qui œuvrent dans ces deux industries de renforcer la sécurité des usagers, d’entretenir les différents sentiers et d’acquérir de l’équipement.
Le Club motoneige du Témiscamingue a bénéficié de 8000$ pour un seul projet, explique son président Pierre Bouffard. «On avait déposé 5 demandes [de subventions], il y avait une demande qui avait été retenue, c’est pour un changement de tracé pour une Trans-Québec au niveau du secteur de Ville-Marie pour une somme d’à peu près 8000$. Toutes les sommes sont importantes, on travaille au niveau du bénévolat, puis tout ça, toutes les subventions sont importantes. Dans nos demandes, on avait des projets majeurs de 70 000$, puis ça il n’a pas été retenu, on a représenté la demande au mois de février», explique-t-il.
En Abitibi-Témiscamingue, une aide financière d’un peu plus de 670 000$ est accordée pour la saison 2016-2017 à 11 clubs et organismes de motoneige et de près de 340 000$ à 6 clubs et organismes de VTT pour l’entretien et l’achat d’équipement et pour les infrastructures. Un texte de Félix B. Desfossés (RC)


Les médecins devraient-ils prescrire la marche à leurs patients?
Montréal, 23 février 2017 – La prescription formelle de marche par un médecin, combinée à l’utilisation d’un podomètre, peut augmenter de 20% le nombre de pas quotidiens réalisés par les patients, selon une étude menée par l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill.
Cela s’accompagne en plus de bienfaits mesurables sur la santé, comme une baisse de la glycémie et de la résistance à l’insuline chez les personnes souffrant d’hypertension et de diabète de type 2.
L’étude a été menée auprès de 364 patients et 74 médecins dans différents hôpitaux de Montréal. Tous les patients continuaient leur routine médicale habituelle avec leur médecin, mais certains d’entre eux devaient effectuer, en plus, un nombre de pas donné et les quantifier à l’aide d’un podomètre. Après un an, les patients s’étant vu prescrire de la marche avaient effectué 1200 pas de plus par jour en moyenne que les autres. En outre, on note chez les deux tiers de ces patients une baisse de la glycémie et parfois une amélioration de la résistance à l’insuline.
Publiée dans la revue Diabetes, Obesity, and Metabolism, cette étude serait la première à prouver qu’une ordonnance de pas remise par un médecin peut s’avérer bénéfique pour la santé du patient.
Il est recommandé de faire au moins 10 000 pas par jour pour ressentir les bienfaits de l’exercice sur notre santé. Les personnes qui font moins de 5000 pas par jour s’exposeraient à un risque élevé d’hypertension et de diabète de 2 – des maladies qui peuvent occasionner une crise cardiaque, un infarctus ou une cécité. (PC)


23-02-2017


Le fléau des surdoses d’opioïdes présent dans les écoles d’Ottawa
Ottawa, 22 février 2017 – Trois élèves sont morts en deux mois des suites d’une surdose à Ottawa, une situation inquiétante qui force Santé publique Ottawa à réfléchir à la distribution de trousses de naloxone, l’antidote au fentanyl, dans les écoles.
Le fléau des surdoses d’opioïdes s’étend maintenant aux établissements scolaires, et la SPO doit donc agir.
Treize pour cent des jeunes de moins de 18 ans consommeraient des drogues de «type pharmaceutique», selon le gestionnaire de programmes de santé scolaire à Santé publique Ottawa, Marino Francispillai.
«Mais là, on sait qu’il y a aussi des drogues contrefaites dans la société, et ces drogues-là peuvent avoir n’importe quoi là-dedans, dont du fentanyl», a rapporté M. Francispillai.
C’est en raison de ces surdoses mortelles que Santé publique explore l’idée d’introduire des trousses de naloxone dans les écoles.
«On est en train de travailler avec les conseils pour savoir la bonne façon de faire ça. Ce n’est pas quelque chose qu’on fait tout d’un coup.»
Pour l’instant, seule une alerte publique a été émise aux écoles.
L’organisme cherche aussi à inciter les parents à consulter en ligne des ressources éducatives pour parler de prévention et d’action avec leurs enfants. Selon le reportage de Claudine Richard (RC)


Le salaire minimum à l’Î.-P.-É. à 11,25$ l’heure dès le 1er avril
Les Maritimes, 22 février 2017 – Le salaire minimum à l’Île-du-Prince-Édouard augmentera de 0,25$ à partir du 1er avril. Le taux horaire passera ainsi à 11,25$.
Dans un communiqué, le gouvernement provincial souligne que le salaire minimum a augmenté de 38% depuis 2008. En comparaison, le taux d’inflation a grimpé de 11% pendant la même période.
Le ministre de la Main-d’œuvre et des Études supérieures, Sonny Gallant, et le président de la Fédération des travailleurs, Carl Pursey, estiment tous deux que cette hausse permettra d’injecter de l’argent dans l’économie de la province.
Le salaire minimum à l’Île-du-Prince-Édouard fait l’objet d’un examen annuel en vertu de la Loi sur les normes d’emploi.
Le salaire minimum augmentera aussi dans les trois autres provinces de l’Atlantique le 1er avril prochain. (RC)

Salaire minimum – taux horaire à partir du 1er avril
Nouveau-Brunswick: 11$
Nouvelle-Écosse: 10,35$ pour les travailleurs débutants, 10,75$ pour les travailleurs expérimentés
Île-du-Prince-Édouard: 11,25$
Terre-Neuve-et-Labrador: 10,75$ l’heure (11$ à partir du 1er octobre)


Plus de 750 000$ pour l’ISMER
Québec, 22 février 2017 – La Fondation canadienne pour l’innovation (FCI) et le gouvernement du Québec ont conjointement remis près de trois quarts de millions de dollars à l’Institut des sciences de la mer de Rimouski (ISMER) pour l’acquisition d’équipements de pointe en océanographie.
Plus de la moitié du montant, soit 486 600$, servira à l’achat d’une plate-forme de carottage unique au pays. Elle permettra d’étudier les fonds marins et leurs sédiments grâce aux prélèvements de carottes de 10 à 30 mètres.
Dans un deuxième temps, l’Institut fera l’acquisition d’un système de marquage satellite pour les grands poissons, au coût de 315 400$.
Cet équipement améliorera le prélèvement de données sur le flétan de l’Atlantique Nord-Ouest, notamment, ce qui permettra d’accroître sa valeur commerciale.
Ces équipements de pointe s’ajouteront aux infrastructures de recherche de l’ISMER.
Dans un communiqué, la directrice de l’Institut, Ariane Plourde, indique que «ces nouveaux équipements sont des outils essentiels pour faire avancer les connaissances et positionnent l’ISMER comme un leader dans les domaines de la géologie marine et des pêcheries». (RC)


Le gouvernement fédéral autorise l’irradiation du bœuf haché
Ottawa, 22 février 2017 – Le gouvernement fédéral a autorisé mercredi la vente de bœuf haché traité par irradiation, une technique similaire au recours à des rayons X.
Santé Canada soutient que l’irradiation permet de réduire la quantité de bactéries nuisibles qui se trouvent dans la viande, notamment l’E. Coli et les salmonelles.
Un tel procédé peut aussi augmenter la durée de conservation des produits alimentaires en prévenant la dégradation prématurée, indique-t-on.
Le bœuf haché irradié doit être étiqueté de façon à en informer le consommateur, précise Santé Canada.
L’Association canadienne des éleveurs (CCA) demandait à Santé Canada de permettre l’irradiation du bœuf haché depuis 1998.
L’organisation souligne toutefois qu’il faudra un certain temps avant de fournir ce produit aux consommateurs et spécifie que les quantités offertes dépendront de la demande. (PC)


Le ministre Barrette promet un «Optilab léger» pour la Côte-Nord
Québec, 22 février 2017 – Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a vigoureusement défendu le projet Optilab, qui prévoit la centralisation des laboratoires de biologie médicale, en entrevue à l’émission Boréale 138. Gaétan Barrette promet un «Optilab léger» pour Sept-Îles et Baie-Comeau.
«Le laboratoire à Sept-Îles et c’est la même chose à Baie-Comeau, jamais ces laboratoires ne vont fermer. C’est impossible, on ne peut pas ne pas avoir un laboratoire fonctionnel 24h par jour dans votre hôpital», a lancé d’entrée de jeu le ministre Barrette.
Mardi, 4000 éprouvettes et 7000 signatures de résidents de la région, qui s’opposent au projet Optilab, ont été déposées à Québec.
«Les inquiétudes, je peux les comprendre, car elles sont abondamment alimentées par les syndicats et les politiciens qui s’en servent justement pour faire de la politique», a plaidé Gaétan Barrette.
Ce n’est pas sur la Côte-Nord que se feront le plus d’économies toutes proportions gardées, a reconnu le ministre Barrette. Mais le ministre de la Santé compte toujours aller de l’avant avec ce projet de façon graduelle à compter du 1er avril.
«C’est la première fois qu’on va faire une mesure d’optimisation qui va aller chercher des dollars dans les grandes villes pour les amener en région», a insisté Gaétan Barrette.
«La première raison d’Optilab, c’est une combinaison de qualité et de performance économique.»
Les compressions devraient uniquement être réalisées par attrition, a promis le ministre Barrette. (RC)


Cancer: début d’une étude pancanadienne sur le traitement du myélome multiple
Fredericton, 22 février 2017 – Une équipe dirigée par des chercheurs du Nouveau-Brunswick s’est vue octroyer 5 millions par l’Institut de recherche Terry Fox, afin de trouver de meilleurs traitements pour les personnes atteintes d’une forme incurable du myélome multiple, un cancer qui prend naissance dans les plasmocytes.
«Nous essayons de réunir les meilleurs spécialistes qui traitent et travaillent avec le myélome multiple, afin qu’ils partagent leurs connaissances», a expliqué le docteur Victor Ling, président de l’institut.
L’équipe, qui sera répartie dans une douzaine de centres à travers le Canada, sera menée par le docteur Tony Reiman, oncologue et professeur à l’Université du Nouveau-Brunswick à Saint John.
Les centres de recherches seront situés notamment à Montréal, Toronto, Vancouver et Calgary.
Le myélome multiple se retrouve principalement dans les os et la moelle osseuse et touche généralement les patients âgés.
Environ 2800 Canadiens reçoivent chaque année un diagnostic de myélome multiple. Aux États-Unis, on dénombre 30 000 nouveaux cas par année.
Selon les médecins, beaucoup de patients réagissent bien aux premiers traitements, mais il reste régulièrement des cellules restantes qui mutent.
Le docteur Reiman a précisé que 250 patients participeraient à l’étude, qui s’échelonnera sur cinq ans.
Bien que l’Institut de recherche Terry Fox soit en activité depuis 10 ans, il s’agit de sa première étude dirigée par des médecins du Nouveau-Brunswick. (PC)


22-02-2017


Rappel de bouteilles de gazéification bleues de SodaStream
Ottawa, 21 février 2017 – Des bouteilles de gazéification bleues d’un litre allant au lave-vaisselle de la marque SodaStream font l’objet d’un rappel, a fait savoir mardi Santé Canada.
Selon le ministère, les bouteilles sont rappelées parce qu’elles peuvent se briser pendant le processus de gazéification, pouvant ainsi entraîner des blessures.
Sont concernées par le rappel, «les bouteilles bleues d’un litre portent la mention « Lavable au lave-vaisselle », se composent d’une base en plastique bleu et d’un bouchon bleu et portent la date d’expiration «04/2020»». Elles portent les CUP: 8 1136900294 5 (paquet de un) et: 8 1136900965 4 (Paquet de trois).
Environ 7554 produits rappelés ont été vendus au Canada, de mars 2016 à novembre 2016
Santé Canada recommande aux consommateurs d’immédiatement cesser d’utiliser les bouteilles rappelées et de retourner les produits visés. (QMI)


Les gens de Saskatoon sommés de ne pas s’aventurer sur les étendues d’eau
Saskatchewan, 21 février 2017 – Les pompiers de Saskatoon indiquent que le temps doux des derniers jours a rendu la glace des étangs et des lacs de la ville non sécuritaire. De l’eau est présente en ce moment au-dessus de la glace, ce qui la rend imprévisible.
Les habitants de la ville sont donc invités à ne pas s’y aventurer.
Le service d’incendies et la Ville travaillent à une meilleure signalisation autour de ces étendues d’eau. Les autorités rappellent aux citoyens d’être prudents autour des bassins de glace en tout temps. (RC)


Traite de personnes: les femmes autochtones sont les plus à risque
Ontario, 21 février 2017 – Le trafic d’êtres humains est un grave problème au Canada. La Police de North Bay et les Services aux victimes du district de Nipissing veulent sensibiliser les commerçants de la région aux signes qui permettent de reconnaître le problème.
Les deux organisations lancent une campagne de sensibilisation destinée aux travailleurs des domaines hôteliers et du transport.
Ces derniers sont bien placés pour reconnaître des signes qui permettent de croire qu’une personne est victime de trafic d’être humain et d’exploitation sexuelle.

Des indices qu’une femme est victime de traite de personne:
Elle semble désorientée ou perdue
Elle semble intimidée, communique peu, sourit rarement
L’individu qui l’accompagne semble vouloir l’empêcher de se déplacer librement
Elle n’a pas accès à ses documents d’identification et veut systématiquement payer comptant
Elle tente d’avoir l’air plus vieux que son âge
Elle montre des signes de violence physique

Selon les Services aux victimes du district de Nipissing, les femmes autochtones sont plus particulièrement à risque d’être prises dans l’engrenage en raison d’une variété de facteurs, comme la pauvreté et la discrimination. Elles représentent la moitié des victimes.
En tout, 98% des victimes de traite de personnes sont des femmes.
Les autorités croient que les employés de bars, de salons de bronzage, de coiffure et de manucure devraient aussi être sensibilisés au problème. Avec les informations de Natacha Lavigne (RC)


Les Forces armées canadiennes se préparent pour un séisme sur la côte ouest
Colombie-Britannique, 21 février 2017 – Des membres des Forces armées canadiennes de Kingston, en Ontario, sont de passage sur l’île de Vancouver pour s’entraîner à répondre au gros tremblement de terre attendu à n’importe quel moment en Colombie-Britannique, le «Big One».
L’Équipe d’intervention en cas de catastrophe (EICC), la branche de l’armée canadienne qui est déployée en cas de désastre à l’international, développe à la base d’Esquimalt un plan d’intervention en cas de catastrophe en réponse à un séisme. Ce plan s’intitule «Opération Panorama», soutient le capitaine de la Marine royale canadienne, Steve Jorgensen. «Nous nous préparons à toutes les éventualités: d’un petit séisme dans une zone reculée de la Colombie-Britannique au pire scénario où Victoria et Vancouver seraient complètement dévastés», explique-t-il au micro de CBC.
Il soutient que les militaires sont en mesure de répondre immédiatement à un séisme, car les commandants en poste à l’échelle locale sont autorisés à intervenir sans attendre d’ordres.
Le capitaine Jorgensen avance que l’armée est habilitée à aider à petite échelle jusqu’à nettoyer des débris avec de l’équipement lourd. De plus, les 5000 à 6000 membres de l’Armée canadienne qui habitent en Colombie-Britannique, qu’ils soient dans les forces régulières ou dans la réserve, peuvent agir à l’échelle locale, en faisant du porte-à-porte ou en accomplissant d’autres tâches.
Il soutient que si un immense séisme frappe Vancouver et Victoria, un tsunami est attendu après. «Nous avons des trousses de survie que nous donnerions aux bateaux pour qu’ils puissent atteindre des zones reculées», soutient le capitaine Steve Jorgensen. (RC)


Hausse des cas de grippe à l’Île-du-Prince-Édouard
Les Maritimes, 21 février 2017 – Il y a eu davantage de cas de grippes qu’à l’habitude à l’Île-du-Prince-Édouard. La province a également connu une hausse importante des cas dans les six dernières semaines.
L’an dernier, ce sont 71 cas d’influenza qui ont été confirmés au cours de la saison de la grippe. Cette année, on comptabilise déjà 144 cas, dont 65 personnes ont dû être hospitalisées.
La tendance observée est semblable à l’échelle du pays, confirme le médecin hygiéniste en chef de la province, la Dre Heather Morrison.
Cette dernière précise qu’il est toutefois normal que des fluctuations dans les statistiques soient observées d’année en année.
«Chaque année, avec l’influenza, c’est un peu différent», affirme celle-ci. La Dre Morrison affirme que des chiffres semblables ont certainement été observés par le passé.
Un vaccin efficace
La version de cette année du vaccin contre la grippe comprend la souche la plus observée dans les cas grippaux cette saison.
La médecin hygiéniste en chef assure aussi que les personnes auxquelles on a administré le vaccin ont la moitié moins de chances d’être hospitalisées advenant qu’elles contractent la grippe.
Carol O’Hanley et sa famille ont l’habitude de se faire administrer le vaccin, mais cette années ils l’ont omis.
Une décision qu’elle dit regretter puisqu’après avoir attrapé le virus, elle a été hospitalisée trois jours en raison de symptômes trop sérieux.
«J’ai toujours pensé que ce n’était que les personnes âgées ou les enfants qui étaient sévèrement atteints par la grippe», confie-t-elle.
Cette années, le tiers des insulaires ont opté pour le vaccin. Des 65 personnes hospitalisées en raison de la grippe, sept ont dû être transférées aux soins intensifs et deux personnes en sont mortes. (RC/CBC)


La gratuité réclamée pour les services éducatifs à la petite enfance
Québec, 21 février 2017 – La Commission sur l’éducation à la petite enfance invite à renouer avec le principe d’universalité en offrant gratuitement au Québec les services éducatifs à la petite enfance.
Le rapport que dévoile mardi la Commission propose cinq énoncés de principes en plus de recommandations s’y rattachant. En premier lieu, il est indiqué que les services éducatifs à la petite enfance doivent «être intégrés formellement au continuum d’éducation préscolaire et scolaire» en y appliquant «les principes généraux d’universalité, de gratuité et d’accessibilité».
Mise sur pied par l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE), la commission a parcouru 14 villes de la province depuis septembre dernier afin de dresser le bilan des 20 ans de la politique familiale québécoise. Une vingtaine d’experts ont été entendus en plus de centaines de groupes et de particuliers.
Le président de la Commission, André Lebon, et les commissaires Martine Desjardins et Pierre Landry souhaitent aussi améliorer la qualité des services de garde éducatifs en imposant notamment une formation collégiale à tout le personnel éducateur.
Détenir un diplôme d’études collégiales en techniques d’éducation à l’enfance serait un prérequis pour obtenir, entre autres, la reconnaissance nécessaire afin d’être responsable d’une garderie en milieu familial.
Le rapport propose également de regrouper l’ensemble des services éducatifs pour les 0 à 16 ans dans le même ministère, afin de favoriser une approche globale du développement de l’enfant. (RC)


L’Hôpital de Moncton aura un nouveau département de maternité
Nouveau-Brunswick, 21 février 2017 – Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a annoncé mardi un investissement de 35 millions de dollars qui iront à la construction d’un nouveau département de maternité à l’Hôpital de Moncton. Une annonce qui en précède d’autres qu’a l’intention de faire le gouvernement Gallant.
«[Nous poursuivrons] entre autres avec beaucoup d’autres investissement à Georges Dumont, à Fredericton, à St-Jean, à l’Hôpital de Chaleur [et] ça va nous aider à améliorer le système de soins de santé mais aussi de créer des emplois», affirme le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant.
Cet investissement, prévu sur cinq ans, est accueilli positivement à l’Hôpital de Moncton assure le Dr Serge Melanson, qui y est chef du personnel médical. «Notre unité de services obstétriques a été fermée en partie en raison de la contamination dans le système de ventilation et ça fait un an qu’on essaie de gérer la situation», raconte ce dernier.
Le Dr Melanson a donc bon espoir que ces millions de dollars prévus par le gouvernement provincial permettent de pallier la situation.
Le directeur médical pour la santé des femmes et enfants à l’Hôpital de Moncton, Ken Gillespie, estime pour sa part que l’investissement permettra d’améliorer les soins de santé pour les familles.
En termes de nouveautés, cette enveloppe permettra surtout de créer des chambres individuelles dans l’unité de soins néonatals.
«Lorsque les mères veulent allaiter et qu’il y a d’autres familles dans la même chambre, ça ne représente plus les standards de qualité depuis longtemps», avance M. Gillespie.
On prévoit que le nouveau département de maternité de l’Hôpital de Moncton sera complété pour 2022. D’après le reportage de Nicolas Steinbach (RC)


Les élèves du Séminaire Marie-Reine-du-Clergé auront trois semaines de relâche
Saguenay-Lac-Saint-Jean, 21 février 2017 – Le Séminaire Marie-Reine-du-Clergé, à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, va ajouter deux semaines de relâche au calendrier scolaire. Il s’agit d’une première dans la région.
En plus de la semaine de congé du mois de mars, les élèves seront loin des classes pendant une semaine vers la fin novembre, et pendant une autre à la mi-avril. Il s’agit de périodes où les jeunes sont moins concentrés, selon la direction. Le Séminaire a choisi de prendre tous les congés pédagogiques et de les répartir de cette façon.
La direction souhaite ainsi contribuer à la réussite des élèves. Le directeur général Patrick Desmeules a visité d’autres établissements qui ont le même calendrier scolaire. Il affirme que les points positifs sont nombreux, malgré quelques inconvénients pour les parents.
«L’expérience vécue par les autres écoles nous démontre que les effets bénéfiques l’emportent sur ces quelques possibles problèmes d’organisation familiale.»
L’établissement respectera la consigne du ministère d’offrir 180 jours de classe par année. (RC)


Une école secondaire de Toronto interdit les téléphones intelligents
Toronto, 21 février 2017 – La direction d’une école de Toronto en a eu assez de voir les élèves s’envoyer des messages texte et utiliser les réseaux sociaux en classe.
L’école a donc décidé d’interdire complètement les appareils mobiles pour les élèves des 7e et 8e années, une initiative qui semble déjà réjouir les parents mais frustrer les jeunes.
La direction de l’école Earl Grey cite notamment la lutte à la cyber-intimidation et les effets néfastes du multitâche sur l’apprentissage pour justifier son interdiction.
Désormais, les élèves devront laisser leurs appareils dans le casier. Une exception demeure cependant, un sursis sera permis pendant l’heure du dîner.
Chose certaine, l’approche adoptée à l’école Earl Grey contraste avec celle du Conseil scolaire du district de Peel, qui a choisi de valoriser les appareils mobiles. (RC)


Le gouvernement néo-brunswickois investit 35 M $ à l’hôpital de Moncton
Moncton, N.-B., 21 février 2017 – Le gouvernement néo-brunswickois a annoncé mardi un investissement de près de 35 millions $ à l’hôpital de Moncton.
Le gouvernement a précisé par communiqué que ces fonds serviront à construire des unités distinctes de soins intensifs néonataux, de soins de maternité et de soins néonataux.
L’hôpital utilisera aussi cet argent pour déménager et améliorer son unité de soins cardiaques.
Les travaux devraient se terminer en 2022.
Le premier ministre Brian Gallant souligne que cet investissement permettra de fournir aux citoyens des soins de santé «dans des installations à la fine pointe de la technologie».
Le premier ministre Gallant a fait cette annonce avec, notamment, la ministre des Finances, Cathy Rogers, et le ministre de la Santé, Victor Boudreau. (PC)


Le chant chorale pour aider les malades à retrouver le souffle
Estrie, 21 février 2017 – Chanter dans une chorale pourrait améliorer la qualité de vie des personnes atteintes d’emphysème ou de bronchites chroniques.
C’est l’hypothèse que tentera de valider une équipe de chercheurs dirigée par la physiothérapeute et professeure à l’Université de Sherbrooke, Nicole Marquis.
«Il y a des programmes de réadaptation pulmonaire qui existent partout au Canada, mais ils sont très peu accessibles», indique Mme Marquis. À titre d’exemple, ces programmes permettent de traiter de 20 à 30 patients chaque année à Sherbrooke. Or, ils sont 60 sur une liste d’attente. Le délai avant d’avoir accès aux services peut atteindre un an et demi.
«En chant, on travaille beaucoup le contrôle de la respiration et le souffle. C’est surtout ça le problème avec ces gens-là, ils deviennent rapidement essoufflés. Ce qui fait en sorte que leur qualité de vie est très diminuée. Ils ne bougent presque plus pour ne pas ressentir l’essoufflement», illustre celle qui est elle-même membre d’une chorale depuis 1994.
Les recherches compareront les effets du chant choral à ceux des exercices normaux de réadaptation comme l’aérobie et le vélo.
«On compare souvent la crise d’essoufflement à la crise cardiaque. C’est vraiment une panique pour ces gens-là et c’est très anxiogène.» Nicole Marquis, physiothérapeute et professeure à l’Université de Sherbrooke.
L’équipe de Nicole Marquis prépare un protocole de recherche pour une étude formelle qui doit être lancée à l’automne 2018.
«On pense que si les personnes sont plus aptes à avoir plus du bon oxygène dans le système, il y en aura plus dans le cerveau, ce qui aide à garder une bonne cognition, une meilleure mémoire. En plus d’améliorer leur qualité de vie.» Un texte de Carl Marchand (RC)


Saint-Félicien intéresse une société de biotechnologie
Saguenay-Lac-Saint-Jean, 21 février 2017 – Le Saguenay-Lac-Saint-Jean pourrait accueillir une usine de nanocellulose bactérienne, une pellicule dont les usages peuvent être multiples, allant du pansement au produit automobile.
C’est du moins le projet que caresse l’entreprise Axcelon Biopolymers Corporation, qui souhaite implanter cette usine à Saint-Félicien, près de l’usine de cogénération.
Dans une première phase, l’usine serait axée sur la production de pansements qui se dégradent à mesure que la plaie se referme et qui permettent une guérison plus rapide. Dans une deuxième étape, l’entreprise voudrait développer des applications industrielles pour le secteur automobile, notamment.
Avec en main une étude de faisabilité, le défi des dirigeants de l’entreprise est de dénicher maintenant du financement pour leur projet. Une somme de 20 millions de dollars est nécessaire, mais ce type de projet innovateur au plan technologique fait peur aux investisseurs, reconnaît Dino Melli, le président et chef des opérations d’Axcelon.
Si le projet voit le jour, la Ville de Saint-Félicien cèdera des terrains à l’entreprise.
Le maire Gilles Potvin se dit emballé par le projet. «Ce qui est le plus intéressant, c’est de la nouvelle technologie. Donc, les régions ont encore le pouvoir d’accueillir et d’intéresser de la haute technologie», estime le maire de Saint-Félicien.
Un total de 16 emplois pourraient être créés si cette usine prend forme. (RC)


Clients de Maxi et Provigo, vous vous êtes peut-être fait voler vos points PC Plus
Montréal, 21 février 2017 – Vous les accumuliez, les chérissiez depuis un moment. Eh bien, il se peut qu’ils se soient envolés. Loblaw Co. a été forcé de réinitialiser les mots de passe de tous les comptes du programme de récompense PC Plus après que des points ont été volés à des collectionneurs.
La société qui regroupe au Québec les épiceries Maxi et Provigo exhorte ses abonnés à créer de nouveaux mots de passe via le site Web PC Plus. L’avertissement s’adresse aussi à ceux qui l’ont changé récemment.
Plus tôt ce mois-ci, certains abonnés s’étaient plaints d’une baisse inhabituelle de leurs points. Loblaw leur avait alors demandé de changer leur mot de passe illico.
La compagnie a indiqué par voie de communiqué que le vol de données avait surtout touché les clients avec des noms d’usager et mots de passe trop communs. Et les combinaisons auraient été dupliquées sur un autre site.
Loblaw a cependant indiqué que les membres dont les points avaient été subtilisés seraient remboursés. (PC)


L’abus d’alcool endommagerait les artères des hommes
Montréal, 21 février 2017 – Une grande consommation d’alcool sur une longue période pourrait provoquer un vieillissement prématuré des artères des hommes, selon une étude britannique publiée par le Journal of the American Heart Association.
Une consommation excessive d’alcool nuirait ainsi à l’élasticité des artères, interférerait avec la circulation du sang et pourrait augmenter le risque de maladie cardiovasculaire.
Les chercheurs ont constaté que les artères des grands consommateurs d’alcool étaient plus rigides que celles des consommateurs modérés. Cette association n’a pas été mesurée chez les femmes, mais 73 pour cent des 3869 participants à l’étude étaient des hommes.
L’association exacte entre l’alcool et l’élasticité des artères n’est pas bien comprise.
Aucun participant n’avait d’antécédents de maladie cardiaque et seulement quelques-uns étaient des fumeurs, mais une vaste majorité d’entre eux (aussi bien des hommes que des femmes) étaient sédentaires.
La consommation d’alcool des sujets a été mesurée sur une période de 25 ans.
L’American Heart Association considère qu’une consommation modérée d’alcool correspond à 350 ml de bière par jour, 120 ml de vin ou 45 ml de spiritueux.
La maladie cardiovasculaire contribue à près du tiers des décès mondiaux chaque année. (PC)


21-02-2017


Montréal est la ville la plus congestionnée au Canada
Montréal, 20 février 2017 –
Ceux et celles qui doivent composer avec l’autoroute 15, l’autoroute 25 ou encore le pont Mercier les matins de semaine ne seront pas surpris d’apprendre que Montréal est la ville la plus congestionnée au Canada. La bonne nouvelle est que la situation pourrait être pire.
Selon la plus récente fiche d’évaluation de la circulation publiée par la firme multinationale Inrix, Los Angeles serait la ville la plus congestionnée au monde. Les automobilistes de la métropole californienne passent 104 heures par année dans les embouteillages, soit 12,7% de leur temps derrière le volant.
À Montréal, les conducteurs ont passé 14,0% de leur temps dans le trafic en 2016 et 52 heures au total pendant l’année. Ces résultats pour le moins décevants placent la ville au 23e rang mondial du classement des villes les plus congestionnées, tout juste après Saint-Pétersbourg en Russie et devant Houston au Texas et Rio de Janeiro au Brésil. En 2015, Montréal était classée au 60e rang.
Toronto se trouve au 38e rang de l’étude alors que Vancouver est en 157e position. Saint-Jean de Terre-Neuve (144), Ottawa (150), Québec (165), Victoria (347), Edmonton (447), Hamilton (465), Calgary (481), Halifax (609), Regina (612), Winnipeg (647), Saskatoon (745), Moncton (747), Windsor (789), Saint John (818), Lethbridge (902), Red Deer (919) et Saint Catharines (1008) sont les autres villes canadiennes présentes dans le palmarès de Inrix.
L’étude s’est étendue à 38 pays et 1 064 villes au total.
À l’échelle mondiale, Moscou vient au deuxième rang suivi de New York, San Francisco, Bogota, Sao Paulo, Londres, Atlanta, Paris et Miami. (PC)


Opération séduction pour attirer les médecins dans les Laurentides
Montréal, 20 février 2017 –
Les Centres de santé et de services sociaux des Laurentides et de Lanaudière se lancent dans des opérations séduction pour attirer de jeunes médecins.
Selon le ministère de la Santé et des Services sociaux, il manque en effet 150 médecins dans ces deux régions. Dans les Laurentides, 180 000 personnes sont sans médecin de famille.
«Nous allons les avoir par le ventre», admet à la blague Patrice Deslauriers, agent de recrutement médical pour les Laurentides. «Samedi, nous allons les emmener dans le parc régional de la Montagne du Diable, pour faire du ski ou de la raquette. Ensuite, nous allons les emmener à la cabane à sucre pour un souper extraordinaire.»
Patrice Deslauriers recrute de jeunes médecins dans les Laurentides depuis plusieurs années. Les samedi et dimanche 25 et 26 février prochains, c’est en quelque sorte son opération «grande séduction» afin de convaincre six jeunes médecins de venir compléter leur formation pratique en médecine de famille dans les Laurentides.
«C’est surtout la pratique médicale qui les intéresse», poursuit M. Deslauriers. «Nous allons surtout leur montrer ce que c’est, la pratique médicale hors des grands centres. Ils sont plus autonomes, sans être complètement isolés.»
Marilou Croteau a terminé sa formation en médecine en août dernier. Elle a décidé de s’établir à Saint-Eustache, où elle a fait son internat. Il s’agit d’une étape où les futurs médecins pratiquent sous la supervision de médecins expérimentés.
«C’est un très beau milieu, dit-elle. Il y a des spécialistes pour nous aider avec les patients, mais en même temps, ce n’est pas comme dans les grands centres, où les patients sont d’emblée envoyés vers les spécialistes. C’est un gros avantage.» (RC)


Le public du Festival encouragé à porter des crampons pour éviter les chutes
Manitoba, 20 février 2017 – Ceux qui prévoient de se rendre au Festival du Voyageur auront peut-être envie de s’arrêter en route pour s’acheter une paire de crampons à glace. Les organisateurs disent encourager le public à porter des souliers appropriés afin d’éviter les chutes et les blessures.
Au moins 19 personnes ont dû être prises en charge par les ambulanciers sur le site à la suite de mauvaise chute et l’une d’elles a subi une commotion, selon Christian Clavelle, le président de l’organisme Formation en secourisme Canada, qui veille sur les festivaliers.
Les équipes d’urgence de Winnipeg ont également été appelées au fort Gibraltar afin de porter assistance à un homme qui s’était cassé la cheville après avoir chuté sur la glace.
Une porte-parole de la Ville de Winnipeg a expliqué qu’alors que les secouristes étaient en train de quitter le site, quelqu’un les a alertés qu’une femme venait également de se fracturer la cheville. Les deux personnes ont été transportées à l’hôpital.
Afin de prévenir les chutes, le personnel d’encadrement déverse du sable et des copeaux de bois sur le sol et demande au public de marcher prudemment.
«Il y a beaucoup de circulation des personnes et nous savons que le sol peut très vite devenir glissant», reconnaît Dominique Leclerc, un porte-parole du festival. (RC)


Le BST réitère l’importance de porter sa ceinture en avion lors de turbulences
Toronto, 20 février 2017 – Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a souligné l’importance que les passagers à bord des avions aient leur ceinture bouclée, au terme d’une enquête sur un incident de fortes turbulences ayant blessé une vingtaine de personnes lors d’un vol à destination de Toronto.
Les faits analysés remontent au 30 décembre 2015, alors qu’un vol d’Air Canada effectuait le trajet Shanghaï-Toronto.
Avant l’entrée dans une zone de turbulences préalablement identifiée au-dessus de la chaîne côtière méridionale de l’Alaska, le copilote a demandé à l’équipage d’interrompre le service et de préparer la cabine, indique le BST. La consigne lumineuse indiquant aux passagers de boucler leur ceinture a ensuite été allumée et plusieurs messages ont été énoncés en anglais, en français et en mandarin, précise-t-on.
Malgré ces mesures, bon nombre de passagers ne portaient pas la ceinture et 21 d’entre eux ont été blessés, dont un grièvement, souligne le BST.
Néanmoins, le rapport d’enquête conclut que la mise en œuvre de mesures de sécurité dans la cabine et la réduction de la vitesse de l’aéronef ont permis d’éviter que davantage de personnes ne soient blessées.
On note toutefois que les dernières formations reçues par le personnel au sujet des turbulences et des courants-jets (courants d’air rapides) remontaient à 2011 et 2012.
Le BST souligne que si les indications et les annonces ne contiennent pas suffisamment d’information détaillée sur les prévisions de turbulences, et si elles n’insistent pas assez sur l’importance de boucler sa ceinture, il existe un risque que les passagers ne se conforment pas immédiatement aux consignes de sécurité. (PC)


Une étude pour mieux mesurer la santé des jeunes québécois
Québec, 20 février 2017 – L’Institut de la Statistique du Québec (ISQ) réalise présentement un portrait des jeunes du secondaire de tout le Québec sous l’angle de la santé et du bien-être.
Intitulée Le visage des jeunes du Québec, l’étude vise à actualiser les données colligées pendant l’année scolaire 2010-2011.
Notre objectif c’est de se rendre dans environ 470 écoles secondaires publiques et privées du Québec.
Mikaël Berthelot, coordonnateur du Programme d’enquêtes de santé publique, direction des statistiques de santé à l’Institut de la statistique du Québec
Au total, 65 000 jeunes de secondaire 1 à 5 seront invités à répondre à un questionnaire sur leur santé.
Au Bas-Saint-Laurent, près de 5000 jeunes répartis dans plus de 200 classes et dans une vingtaine d’écoles seront visités.
La consultation a commencé au début du mois de novembre 2016 et elle se poursuivra jusqu’à la fin du mois de mai.
Des lettres ont d’ailleurs été adressées aux parents des élèves pour les prévenir.
Des équipes de deux intervieweurs se rendent dans les classes et les élèves répondent à un questionnaire sur des IPad, sur des tablettes qu’on leur fournit.
Mikaël Berthelot, coordonnateur du Programme d’enquêtes de santé publique, direction des statistiques de santé à l’Institut de la statistique du Québec.
Il faut compter une trentaine de minutes pour remplir le questionnaire selon, Mikaël Berthelot. Tous les aspects de la santé physique, la santé mentale, les habitudes de vie, l’adaptation sociale des jeunes sont explorés.
En parallèle, l’ISQ mène une enquête pour le compte de l’Université de Waterloo qui s’intéresse plus spécifiquement à la consommation d’alcool, de drogues et de tabac.
«Quelques élèves sont sélectionnés pour répondre à cette enquête pancanadienne», précise M. Berthelot.
Des données qui éclairent
Les données de l’étude seront utilisées par le réseau de la santé et les directions de la santé publique régionales pour la planification en matière de santé et de services sociaux, ou la mise en place de programmes de santé destinés aux jeunes.
Les données serviront également à détecter de nouveaux problèmes émergents ou de nouveaux comportements à risque chez les jeunes. «Qu’on pense par exemple à la cigarette électronique», précise le coordonnateur.
Quelques données de l’étude 2010-2011
11% des élèves faisaient usage de la cigarette
60% des élèves avaient consommé de l’alcool au cours des 12 derniers mois
25% des élèves avaient consommé du cannabis au cours des 12 derniers mois
25% des élèves avaient consommé une boisson sucrée ou plus par jour
30% des élèves atteignaient le niveau recommandé de 30 minutes d’activité physique par jour


Prévention des incendies: Matane délaisse la responsabilité des systèmes d’alarme
Québec, 20 février 2017 – Les propriétaires de bâtiments à Matane devront prouver que leurs systèmes d’alarme sont opérationnels, selon un avis de motion déposé, lundi, lors du conseil municipal de Matane.
Dans l’actuelle réglementation en matière d’incendie, ce sont les préventionnistes de la ville qui doivent s’assurer de faire les tests directement dans les bâtiments.
Si le règlement est adopté lors de la prochaine séance du conseil, les propriétaires devront obtenir une certification auprès d’une entreprise spécialisée afin de démontrer que leur système d’alarme est fonctionnel.
«La résolution est pour améliorer la réglementation.» Jérôme Landry, maire de Matane.
Selon le maire de Matane, Jérôme Landry, la procédure en vigueur n’est pas la «situation idéale».
Cet ajustement en matière de prévention des incendies a pour but d’alléger la réglementation, ajoute-t-il.
Le maire de Matane affirme que cette modification a été discutée avec la Chambre de commerce de Matane dans le but de faire une prévention efficace des incendies.
Rappelons que des tensions entre les commerçants de Matane, la Chambre de commerce et le service d’incendie de la Ville de Matane avaient émergé dans le dossier de la prévention des incendies avant son adoption en 2015. (RC)


Un autre diagnostic alarmant pour les glaciers canadiens
Alberta, 20 février 2017 – Les glaciers canadiens fondent rapidement et contribuent à la hausse du niveau des océans. C’est ce que des chercheurs de l’Université de Californie à Irvine ont découvert.
Les chercheurs ont étudié des données collectées entre 1991 et 2015 sur les glaciers des îles de la Reine-Élisabeth dans l’Arctique.
Ils ont découvert qu’entre 2005 et 2015, la surface de fonte de ces glaciers a augmenté de 900%, une hausse qu’ils attribuent au réchauffement de la température dans la région.
Les scientifiques rappellent que les glaciers se résorbent de deux façons, par la fonte des surfaces et par la dislocation.
Or, avant 2005, la masse perdue des glaciers, dans la région étudiée, était le résultat des deux processus, à hauteur de 48% et 52% respectivement.
Après 2005, la fonte est devenue le principal facteur de perte des glaces. Elle compte maintenant pour 90% du total des pertes dans la région.
Le résultat de ces travaux est publié dans Environmental Research Letters.
Le Canada possède 20% de l’ensemble planétaire des glaciers. Il est par conséquent le troisième contributeur au changement de niveau des océans.
Martin Sharp, un glaciologue de l’Université d’Alberta qui n’est pas associé à la recherche, affirme que le niveau de la mer pourrait grimper d’un demi-mètre au cours des 50 prochaines années, forçant les déplacements de populations et augmentant les risques de tempêtes et d’ouragans.
«Il y a deux milliards de personnes qui vivent à moins de deux mètres de la mer. L’ampleur du nombre de réfugiés que susciterait une hausse du niveau de la mer ferait paraitre dérisoire la crise actuelle des réfugiés», dit Martin Sharp. Avec les informations de CBC (RC)


20-02-2017


Jour de la famille: ce qui est ouvert ou fermé à Toronto
Toronto, 19 février 2017 – Alors qu’Environnement Canada prévoit des températures au-dessus des normales de saison pour le Jour de la famille, de nombreux Torontois pourront en profiter pour sortir et se promener en ville. Voici ce qui est ouvert ou fermé en ce jour férié.

Ouvert :
Plusieurs musées et lieux touristiques sont ouverts: le Musée des beaux-arts, le Musée royal de l’Ontario, la ferme Riverdale, le Zoo de High Park, le Zoo de Toronto, le Centre des sciences de l’Ontario, l’Aquarium Ripley, le Temple de la renommée du hockey, les sites historiques de Toronto, le Musée Gardiner et les boutiques du quartier Yorkville.
Des centres communautaires et arénas ouvrent également leurs portes ainsi que la plupart des grands cinémas de la ville.
Des événements sont aussi organisés pour le Jour de la famille à Toronto. Le Family Fun Fest transforme le parc Downsview en véritable parc d’attractions avec des jeux en intérieurs, des manèges, des jeux d’arcade, etc.
La Casa Loma présente une exposition La Belle et la Bête de 9h 30 à 21h, avec notamment des costumes du nouveau film de Disney.
Les amateurs de belles voitures pourront aussi aller au Salon international de l’automobile qui se poursuit jusqu’au 26 février.

Fermé :
Tous les bureaux du gouvernement provincial sont fermés, ainsi que tous les services gérés par la Ville, ce qui inclut les bibliothèques.
Certains centres commerciaux sont fermés: Yorkdale, Scarborough Town Centre, Cloverdale, Sherway Gardens, East York Town Centre et Fairview.
Les banques sont aussi fermées.
La Commission de transport de Toronto opèrera avec un horaire de jour férié à partir de 6h.
Les trains et les autobus GO fonctionneront sur un horaire de samedi.
La plupart des épiceries seront fermées
Les succursales de la Régie des alcools de l’Ontario (LCBO) et les Beer Store seront fermés. (RC)


Montérégie: les ambulanciers syndiqués à la CSN entrent en grève
Montréal, 19 février 2017 – Les ambulanciers et répartiteurs médicaux d’urgence syndiqués à la CSN de la Montérégie ont débrayé à leur tour, samedi. Ils se sont joints au mouvement de grève lancé par leurs collègues de Montréal, de Laval, d’Estrie, de Charlevoix, de Québec et de plusieurs autres régions de la province.
Le président du syndicat, Gaétan Dutil, est convaincu que la grève est la seule issue pour se faire entendre et trouver un terrain d’entente pour le renouvellement des conventions collectives.
Il rappelle que le ministre de la Santé et des services sociaux, Gaétan Barrette, s’est retiré des négociations pour en confier la responsabilité aux entreprises privées et aux coopératives.
Parmi les revendications figurent la hausse des salaires, la bonification du régime de retraite, de même que l’abolition des horaires de faction, qui nécessitent une disponibilité en tout temps.
Les enjeux normatifs sont réglés avec la Corporation des services d’ambulance du Québec, mais de nombreux points sont toujours en litige.
«Les augmentations de salaire, la bonification du régime de retraite, la surcharge de travail que les ambulanciers ont sur les épaules depuis des années et les horaires de faction… nous n’avons même pas reçu d’offre formelle. Ces horaires de faction ont été instaurés en 1985 temporairement et 32 ans plus tard on a encore ces horaires-là. C’est inadéquat», affirme Gaétan Dutil.
Les négociations sont présentement au point mort. La CSN représente plus de 550 ambulanciers en Montérégie et 3600 ambulanciers à travers la province.
Les services essentiels continuent d’être assurés en Montérégie, tandis que leurs moyens de pression sont principalement de nature administrative. Ils concernent par exemple la rédaction de certains formulaires, le nettoyage extérieur des ambulances et le respect du protocole de communication radio. (RC/PC)


Des urgences de la région débordent
Mauricie, 19 février 2017 – Des urgences de la Mauricie et du Centre-du-Québec débordent. Selon des informations obtenues par Radio-Canada, l’urgence de l’hôpital de Trois-Rivières est à pleine capacité depuis au moins quatre semaines.
La conséquence est que de nombreux patients seraient transportés à Nicolet et Louiseville.
Le CIUSSS confirme que 70 civières étaient occupées dimanche matin à l’urgence de l’hôpital de Trois-Rivières, alors que la capacité habituelle est de 45.
Le Syndicat des infirmières, inhalothérapeutes et infirmières auxiliaires du Cœur-du-Québec (SIIIACQ) dénonce la situation, affirmant que le personnel infirmier aux urgences est épuisé.
«Il est supposé avoir une personne de plus par cinq civières supplémentaires, explique Andrée Guillemette, présidente du SIIACQ. Déjà en partant, ils étaient à moins quatre hier soir, donc à minuit, il y a eu du temps supplémentaire obligé et ce matin, ils étaient à moins cinq. Ils ont réussi à trouver des gens qui ont eu la gentillesse de rentrer, même s’ils étaient en congé, pour essayer de donner un peu de souffle à l’équipe qui était en place, mais c’est vraiment pas facile.»
Certaines personnes disent qu’ils ont travaillé comme s’ils étaient au Vietnam.
Andrée Guillemette, présidente du SIIACQ (CSQ)
La majorité des membres auraient même travaillé des quarts de travail de 16h cette fin de semaine.
La situation préoccupe des travailleurs alors qu’on apprenait cette semaine que l’urgence du Centre Cloutier-du Rivage, secteur Cap-de-la-Madeleine, devrait fermer ses portes l’été prochain. (RC)


Un cas de tuberculose dans une école de Thompson
Manitoba, 19 février 2017 – Un jeune étudiant du secondaire au R.D. Parker Collegiate est atteint d’une infection active de tuberculose à Thompson, dans le nord de la province, selon l’Office régional de la santé du Nord.
Selon les autorités sanitaires, le nord du Manitoba connaît un haut taux de tuberculose. L’an dernier, sur les 205 cas de tuberculose recensés dans la province, 91 impliquaient des résidents du Nord. La porte-parole de l’Office régional de la santé du Nord précise toutefois que la tuberculose est rare à Thompson.
Les autorités sanitaires tiendront une session d’information à l’école mardi à 18h. (RC/CBC)


Campagne 2016: Centraide Haute-Côte-Nord/Manicouagan dépasse les attentes
Québec, 19 février 2017 – Centraide Haute-Côte-Nord/Manicouagan a amassé 664 244$ dans le cadre de sa campagne 2016, dépassant son objectif fixé à 600 000$.
Les dons recueillis par l’organisme ne cessent de croître. La récolte de cette année constitue une augmentation de 8% par rapport à 2015 et de 20% par rapport à la campagne de 2014.
L’argent amassé sera remis à une trentaine d’organismes qui viennent en aide aux citoyens de la Haute-Côte-Nord et de la Manicouagan.
Les organisateurs ont misé sur près d’une quinzaine d’activités pour récolter l’argent, dont le Défi 12h de ski du Mont Ti-Basse.
La population de la Haute-Côte-Nord et de la Manicouagan est la deuxième plus généreuse par habitant au Québec avec une moyenne de 14$ par personne. D’après les informations de Madeleine Ross (RC)


L’économie à l’ordre du jour pour les premiers ministres de l’Atlantique
Les Maritimes, 19 février 2017 – Les premiers ministres des quatre provinces de l’Atlantique sont réunis à Terre-Neuve, lundi, pour discuter d’une stratégie régionale de croissance.
Le premier ministre Dwight Ball reçoit ses homologues du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, et de l’Île-du-Prince-Édouard, Wade MacLauchlan.
Le premier ministre Brian Gallant affirme qu’il sera question de renforcer les relations commerciales existantes du Canada atlantique avec les États-Unis et l’Union européenne, entre autres enjeux.
«Nous discuterons également d’autres façons de collaborer afin de faire croître l’économie de la région, notamment au niveau de l’amélioration des possibilités de formation, de l’harmonisation de la réglementation et des moyens d’augmenter le nombre de femmes dans le marché du travail», ajoute M. Gallant.
La réunion se déroule à Steady Brook, tout près de Corner Brook, dans l’ouest de Terre-Neuve.
Le Conseil des premiers ministres de l’Atlantique a été créé en 2000 pour renforcer la coopération entre les quatre provinces. (RC)


Un nouvel antibiotique capable de guérir les infections de type staphylocoque
Saskatchewan, 19 février 2017 – Un antibiotique synthétique permettant de combattre des bactéries résistantes comme celles responsables des infections au staphylocoque a été mis au point par une équipe de chercheurs en Saskatchewan.
Selon l’étude publiée par les scientifiques, l’antibiotique synthétique, appelé Phosphopyricin, est entièrement inorganique et ne possède donc pas les caractéristiques nécessaires à la vie. C’est ce qui le rend étranger aux agents bactériens qui causent des infections au staphylocoque, mais aussi la méningite néonatale et l’endocardite.
Les infections au staphylocoque sont notamment causées par des intoxications alimentaires, alors que la méningite bactérienne néonatale est une inflammation des méninges. Quant à l’endocardite, il s’agit d’une infection d’origine bactérienne de la couche interne du cœur, des valves cardiaques ou de l’aorte.
L’équipe, composée de chercheurs de l’Université de Regina et de l’Université de la Saskatchewan, a publié ses conclusions dans la revue Scientific Reports.
Le microbiologiste John Stavrinides, l’un des chercheurs, affirme que le développement de ce type de médicaments est d’autant plus crucial que le nombre de microbes multirésistants est en forte augmentation. (RC)


Des «microbes» vieux de 60 000 ans découverts au Mexique
Boston, 19 février 2017 – L’atmosphère humide dans les grottes d’une mine abandonnée du Mexique aurait permis à des micro-organismes piégés à l’intérieur de cristaux de survivre jusqu’à 60 000 ans, selon des scientifiques de la Nasa.
La chercheuse Penelope Boston a présenté la découverte de son équipe à l’occasion de la conférence de l’Association américaine pour l’avancement de la science, à Boston.
Les microbes, retrouvés à 800 mètres sous terre, auraient réussi à survivre et à évoluer en se nourrissant de sulfite, de manganèse ou d’oxyde de cuivre. Ils ont été retrouvés par centaines dans des cristaux, bien installés dans des tunnels à une température évaluée à 40 C. Les plus vieux auraient survécu jusqu’à 60 000 ans.
Fait inusité, 90% des micro-organismes en question n’avaient jamais été observés auparavant sur la planète Terre.
Vie extraterrestre
La découverte suscite autant d’espoir que de craintes. Elle pourrait en effet signifier que des organismes sont capables de survivre dans des environnements extrêmes, autant sur Terre que sur d’autres planètes.
Selon les scientifiques, un vaisseau spatial qui revient de la Lune ou d’une autre planète pourrait ainsi ramener sur Terre des organismes extraterrestres dangereux pour l’humanité.
La découverte exposée à Boston n’a pas encore fait l’objet d’une publication scientifique puisque ses résultats doivent d’abord être corroborés. (RC/AFP)


17-02-2017


Santé Canada émet un rappel visant les poussettes Britax B-Agile et BOB Motion
Montréal, 16 février 2017 –
Le dispositif de fixation «Click & Go», rattachant le siège d’auto au reste de la poussette, serait endommagé. Le siège pourrait se détacher inopinément.
Au Canada, 118 incidents ont été signalés à l’entreprise. Les risques de blessures incluent des rayures, des ecchymoses, des coupures et des bosses à la tête.
Voici les modèles rappelés:
santé canada poussette rappel rappel santé canada b-agile Britax Child Safety Inc. Click & Go BOB Motion famille instantarticle enfant enfants poussettes rappel rappel poussettes
Les poussettes rappelées ont été vendues du 1er mai 2011 au 15 février 2017.
Si vous possédez un des modèles présentés plus haut, Santé Canada vous recommande d’arrêter d’utiliser les dispositifs Click & Go (les deux parties peuvent être utilisées séparément).
La compagnie Britax fournira une trousse réparation sur demande. (HPQ)


Les avertissements de tempête toujours en vigueur sur le centre des Maritimes
Les Maritimes, 16 février 2017 – Une deuxième tempête hivernale cette semaine a déversé de la neige sur plusieurs régions des Maritimes jeudi. Environnement Canada a levé la plupart des avertissements sur la région, mais les maintient sur le coeur des Maritimes.
Les avertissements de tempête hivernale sont toujours en vigueur au Nouveau-Brunswick sur le sud-est et le comté de Kent, sur toute l’Île-du-Prince-Édouard et sur l’isthme de Chignecto en Nouvelle-Écosse.
Environnement Canada prévient toutefois que la poudrerie va persister dans de nombreuses régions en raison des rafales.
De nombreuses routes demeurent enneigées dans les trois provinces et la visibilité est mauvaise à plusieurs endroits. Au Nouveau-Brunswick, les autorités ont levé les avis de non-circulation lancés plus tôt jeudi.
En Nouvelle-Écosse, la pluie qui a succédé à la neige a rendu les chaussées glissantes à certains endroits.
Des restrictions de circulation demeurent en vigueur sur le pont de la Confédération.
La tempête a entraîné de nombreuses fermetures et annulations dans les Maritimes jeudi.
Pannes de courant
Cette tempête entraîne de nouvelles pannes d’électricité. On dénombrait environ 679 clients sans électricité dans la Péninsule acadienne jeudi à 22h, surtout dans la région de Bertrand.
En Nouvelle-Écosse, presque tous les abonnés de Nova Scotia Power privés de courant avaient retrouvé le courant jeudi soir. (RC)


De plus en plus d’alcool dans les sentiers de motoneige de T.-N.-L.
Les Maritimes, 16 février 2017 – Bien qu’il soit interdit de conduire une motoneige sous l’influence de l’alcool, cela n’empêche pas de nombreux motoneigistes d’en consommer lors des randonnées. La situation serait particulièrement préoccupante sur la côte ouest de Terre-Neuve.
Selon certains, la situation n’est pas nouvelle, mais deviendrait de plus en plus la norme.
Evan Morgan, qui offre des présentations sur la sécurité, croit que l’alcool n’a tout simplement pas sa place dans les sentiers de motoneige.
Il a d’ailleurs publié des photos éloquentes dans les médias sociaux. On y voit des douzaines de bières vides laissées dans des cabanes le long des sentiers.
Ce motoneigiste craint que la situation empire. Evan Morgan fait remarquer que de boire en conduisant une motoneige est aussi dangereux pour le conducteur que pour les autres usagers des sentiers.
«Votre jugement et votre temps de réaction sont compromis», affirme le formateur.
Renforcer la sécurité dans les sentiers
M. Morgan aimerait que plus de contrôles soient effectués dans les sentiers pour décourager les contrevenants. «Il n’y a certainement pas assez d’agents de la GRC dans les sentiers», soutient-il.
Il est conscient qu’il n’est pas possible d’assurer une présence policière en tout temps, mais croit que des changements dans les politiques pourraient aider.
Par exemple, les agents de protection de la faune ne peuvent pas arrêter ou accuser un chauffeur qui a les capacités affaiblies.
«On doit travailler ensemble pour assurer la sécurité des motoneigistes et ceux de la prochaine génération», pense M. Morgan.
La Fédération des motoneigistes de Terre-Neuve-et-Labrador est heureuse qu’un débat sur ce fléau soit lancé. Son directeur, Ben Fitzgerald, demande aux gens de dénoncer à son organisation toute consommation d’alcool dans les sentiers. (RC/CBC)


Abolition d’un crédit d’impôt aux aînés: Québec fait marche arrière
Québec, 16 février 2017 – Le gouvernement Couillard fait marche arrière devant le tollé suscité par des changements fiscaux qui allaient pénaliser des personnes âgées.
Après avoir tenu le cap depuis quelques jours malgré des accusations d’insensibilité provenant de l’opposition, il mettra en place des mesures additionnelles pour compenser pour l’abolition d’un crédit d’impôt de 500 $ qui était offert aux aînés de 65 ans et plus.
Québec avait décidé de rehausser graduellement de 65 à 70 ans le seuil d’admissibilité de ce crédit d’impôt, dans le but d’inciter les aînés à travailler plus longtemps.
Jeudi, à l’Assemblée nationale, le premier ministre Philippe Couillard a montré les premiers signes de fléchissement en affirmant qu’il fallait faire l’évaluation de la mesure et l’étudier attentivement.
À la sortie du Salon bleu après la période de questions, le ministre des Finances, Carlos Leitao, a été plus clair. Il a admis que des personnes plus vulnérables pouvaient être affectées négativement par ce changement et qu’il allait mettre en place des mesures additionnelles pour les compenser. Patrice Bergeron (PC)


Les paramédics en grève dès vendredi
Abitibi-Témiscamingue, 16 février 2017 – Les paramédics d’Ambulances Abitémis, affiliés à la CSN, seront en grève à compter du 17 février.
Onze secteurs de l’Abitibi-Témiscamingue seront affectés par ce mouvement.
Les paramédics utiliseront plusieurs moyens de perturbation dans le cadre de ce mouvement de mobilisation.
Le syndicat prévoit tenir un point de presse demain vendredi en fin d’avant-midi pour faire le point sur la situation.
Plusieurs régions du Québec sont touchées depuis quelques jours par un mouvement de protestation des ambulanciers. (RC)


La violence familiale, un fléau bien présent à Gatineau
Gatineau, 16 février 2017 – Gatineau fait piètre figure en matière de violence familiale, selon les plus récentes données publiées par Statistique Canada. Après Saguenay et Trois-Rivières, Gatineau est la pire ville du pays.
Le taux de violence familiale déclarée par les services policiers de la région métropolitaine de Gatineau en 2015 était de 336 victimes pour 100 000 personnes, alors que le taux pour l’ensemble du pays se situe à 243 victimes.
C’est pourtant de l’autre côté de la rivière des Outaouais, à Ottawa, que se situe le plus bas taux au pays. La capitale nationale dénombre à peine 85 victimes par 100 000 habitants.
Une différence énorme, qui s’explique toutefois par plusieurs facteurs, selon un analyste chez Statistique Canada, Samuel Perreault. L’étude a compilé des statistiques des corps de police à travers le Canada. Or, les gens peuvent être plus incités à porter plainte selon l’existence de programmes mis en place localement.
«Ça peut être affecté par une multitude de facteurs, notamment les pratiques policières, les priorités des postes de police», a expliqué M. Perreault.
«Il y a aussi des campagnes de sensibilisation. Si les gens le déclarent plus à la police, ça va faire que les chiffres déclarés par la police vont être plus élevés.»
À lire aussi : Un Canadien sur trois maltraité avant l’âge de 15 ans
C’est un peu le même constat que fait Jean-Paul Lemay, du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG). Le porte-parole a affirmé que le SPVG avait une politique très stricte en matière de violence familiale et conjugale.
Par ailleurs, partout au pays, l’étude montre que les femmes sont deux fois plus susceptibles que les hommes d’être victimes de ce type de violence. Avec les informations de Jérôme Bergeron et Stéphanie Allard (RC)


La CTT renvoie 73 employés pour fraude aux prestations d’assurance maladie
Toronto, 16 février 2017 – La Commission des transports de Toronto a annoncé jeudi que 73 employés ont été renvoyés en lien avec une enquête criminelle pour fraude.
La police de Toronto avait ouvert une enquête en 2015 sur des allégations touchant les prestations d’assurance maladie.
Des accusations de fraude et de blanchiment d’argent avaient été déposées contre le propriétaire et des employés de Healthy Fit, un magasin d’orthèses.
La police allègue que le magasin préparait des factures frauduleuses pour des appareils qui n’étaient jamais reçus.
La Commission des transports affirme que le coût annuel des réclamations a diminué de 5 millions de dollars depuis le dépôt des accusations.
L’enquête se poursuit. D’autres employés pourraient perdre leur emploi ou faire l’objet d’accusation. (RC)


16-02-2017


Les Îles encore frappées par une tempête
Québec, 16 février 2017 – Un avertissement de tempête a été émis par Environnement Canada pour les îles de la Madeleine et la majeure partie de la Gaspésie. Déjà, l’archipel réagit en fermant ses écoles.
Les Îles font face à de nombreux défis depuis deux semaines avec les problèmes d’eau potable et les tempêtes à répétition.
La Commission scolaire des Îles a fermé ses écoles en raison des mauvaises conditions météo, une fois de plus. Même décision du côté du campus du Cégep. Une réévaluation sera faite à 11h.
La traversée reliant l’Île-d’Entrée et Cap-aux-Meules est annulée jusqu’à nouvel ordre également.
La Commission scolaire René-Lévesque a décidé de fermer certaines écoles. La situation change rapidement. Tôt jeudi matin, les cours sont suspendus pour les écoles Bon-Pasteur de Grande-Rivière et de Sainte-Thérèse. Les cours sont suspendus aussi dans les écoles Sainte-Marie de Cap-d’Espoir et l’école secondaire du Littoral de Grande-Rivière. Partout, les services de garde demeurent cependant ouverts.
L’avertissement météo est aussi en vigueur pour toute la péninsule sauf la Baie-des-Chaleurs. Les Maritimes n’échappent pas non plus à cette tempête.
Environnement Canada prévoit des accumulations de neige de 15 centimètres en général sur le territoire. L’organisme gouvernemental ajoute que ces accumulations de neige pourraient varier entre 30 et 70 centimètres au total selon les endroits touchés du golfe du Saint-Laurent.
Les rafales pourront quant à elles atteindre 80 kilomètres à l’heure ce qui rendra le déplacement sur les routes difficiles. (RC)


Vents forts et pluie verglaçante à Terre-Neuve-et-Labrador
Terre-Neuve-et-Labrador, 16 février 2017 – Des vents forts et de la pluie verglaçante créent bien des désagréments, jeudi, dans certaines régions de Terre-Neuve, tandis que le Labrador se prépare à un blizzard.
Les résidents de la région de Port-aux-Basques, dans le sud-ouest de Terre-Neuve, doivent s’attendre à des vents dont les rafales peuvent atteindre 120 km/h, estime Environnement Canada.
Les vents devraient faiblir dans l’après-midi. Entre-temps, ils vont créer de la poudrerie qui va nuire à la visibilité par endroits dans cette région et celle de Burgeo-Ramea.
De la pluie verglaçante devrait tomber durant plusieurs heures sur le nord de la péninsule d’Avalon et la région de Saint-Jean. Les routes, les trottoirs et les terrains de stationnement, entre autres, devraient devenir glissants.
Prévision de blizzard au Labrador
Environnement Canada prévoit des conditions de blizzard dans les régions de Nain, Hopedale, Postville-Makkovike et Rigolet, à compter de jeudi soir.
Ces régions devraient recevoir de 20 à 35 cm de neige avec des vents forts. Les résidents doivent s’attendre à une visibilité réduite et à des conditions routières «extrêmement dangereuses», estime Environnement Canada.
Les conditions devraient s’améliorer vendredi après-midi. (RC)


Des dizaines d’élèves malades à l’école élémentaire Henry Janzen de Regina
Saskatchewan, 15 février 2017 – La division scolaire publique de Regina confirme que 52 élèves et 3 membres du personnel de l’école élémentaire Henry Janzen sont absents mercredi pour maladie.
Mardi, ils étaient 54 jeunes et 10 membres du personnel qui manquaient à l’appel, alors que lundi, 69 élèves ne s’étaient pas présentés.
L’établissement compte 460 élèves.
Mercredi, l’Autorité régionale de santé de Regina-Qu’Appelle, qui a été prévenue par l’école et la division scolaire publique, attribue les cas de maladies aux virus courants en circulation à cette période de l’année, comme le rhume, la grippe ou la grippe intestinale.
La division scolaire publique indique que des équipes d’entretien de l’établissement ont passé six heures à nettoyer les différentes surfaces de l’école mardi, comme les bureaux et les poignées de porte. Les enseignants aident également les plus jeunes à se laver les mains plusieurs fois pendant la journée.
L’établissement a indiqué qu’il s’agissait d’un taux d’absentéisme plus élevé que la normale. La direction a envoyé une lettre aux parents d’élèves pour les encourager à garder leurs enfants à la maison pendant 48heures s’ils présentent certains symptômes.
L’école élémentaire Henry Janzen n’a pas commenté la situation. Selon le porte-parole de la division, seule l’école élémentaire Henry Janzen a été touchée par la situation.
L’Autorité ​dit qu’elle a notamment donné à la division scolaire et à l’établissement des conseils de nettoyage. Avec les informations de Raluca Tomulescu (RC)


Plus de 2 M$ pour Centraide Saguenay-Lac-Saint-Jean
Saguenay-Lac-Saint-Jean, 15 février 2017 – La 36e campagne de financement annuelle de Centraide a permis à l’organisme de fracasser tous les records, en amassant plus de deux millions de dollars en 2016.
Le regroupement s’était donné comme objectif de recueillir 1,95 million de dollars, lors du lancement de la campagne en septembre.
Les 94 organismes qui bénéficient de l’argent amassé viennent en aide à 80 000 personnes dans la région.
«Le filet social d’organismes soutenus par Centraide prend soin aujourd’hui des personnes qui en ont vraiment besoin», relate le président de la campagne 2016, Dominique Bouchard.
La prochaine campagne de financement sera présidée par l’ancien député et avocat, Stéphane Bédard, et sa conjointe et conseillère en placement Janick Tremblay. (RC)


Grèves à l’Université et au Cégep de Sherbrooke
Estrie, 15 février 2017 – Les étudiants au baccalauréat de la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke appuient les professeurs dans leur grève dès jeudi matin.
Le mandat a été obtenu mercredi après-midi lors d’une assemblée générale de leur association étudiante (AGEFEUS). Toutes les activités pédagogiques sont annulées, en soutien au Syndicat des professeurs de l’Université de Sherbrooke (SPPUS), et ce, durant les mêmes journées que le syndicat. Le mouvement exclut cependant les stages.
Une nouvelle assemblée générale devra être tenue chaque fois qu’il y aura reconsidération du mandat par le SPPUS.
Les professeurs sont sans contrat de travail depuis mars 2015. La surcharge de travail est au cœur du litige: le syndicat réclame un plancher d’emploi qui serait inscrit dans la convention collective afin de garantir un niveau minimal de ressources.
Des stages payés réclamés
Les étudiants du Cégep de Sherbrooke ont eux aussi voté pour un mandat de grève. Des piquets de grève sont érigés depuis 7 h jeudi. Les associations étudiantes réclament l’instauration du salaire minimum à 15$ l’heure et la rémunération de tous les stages étudiants.
Plusieurs étudiants doivent également se rendre à une manifestation à Québec dans le cadre du Rendez-vous national de la main-d’œuvre qui se tient dans la capitale. Ils dénoncent le fait d’être exclus de la rencontre. (RC)


La Direction de la santé publique se défend d’être absente à Malartic
Abitibi-Témiscamingue, 15 février 2017 – La Direction régionale de la santé publique affirme qu’elle est toujours très active dans la communauté de Malartic, tant sur le plan de la santé publique que sur les services psychosociaux offerts aux résidents. Elle répond ainsi au Comité de citoyens de la zone sud de Malartic qui évoquait hier par communiqué son inquiétude face à l’absence de l’organisme.
Selon la Directrice de la santé publique, la docteure Lyse Landry, une étude est actuellement en cours à Malartic dans le but de mettre en place un plan d’action «dont le mandat est de vraiment rencontrer les citoyens, les organismes, les partenaires, afin de dresser un portrait complet de la situation qui va nous permettre de mettre en place un plan d’action pour améliorer ce que M. Morissette évoque dans son communiqué, les tensions sociales, la division dans la communauté. Entre temps, en ce qui concerne les services psychosociaux, l’accès est fluide, on nous dit qu’il n’y a pas de liste d’attente, les citoyens peuvent se présenter au CLSC sans rendez-vous.» (RC)


15-02-2017


Le blizzard persiste à Terre-Neuve
Les Maritimes, 15 février 2017 – Un blizzard qui a atteint l’est de l’île de Terre-Neuve mardi matin souffle toujours, 24 heures plus tard.
Toutes les écoles de la région de Saint-Jean demeurent fermées pour une deuxième journée consécutive.
Environnement Canada prévoit des accumulations additionnelles de 10 à 15 cm de neige, accompagnées de vents forts qui rendront la visibilité presque nulle, de la péninsule d’Avalon jusqu’à la péninsule de Bonavista.
Les conditions devraient s’améliorer plus tard mercredi lorsque la neige se transformera en averses de neige.
La Force constabulaire royale de Terre-Neuve prévient les automobilistes que les conditions routières sont dangereuses dans la péninsule d’Avalon.
Les autobus municipaux ne circulent toujours pas à Saint-Jean mercredi matin. Une mise à jour sera faite à 11h.
À l’aéroport de Saint-Jean, il y avait encore des vols annulés mercredi matin.
Marine Atlantique a annulé ses premières traversées vers la Nouvelle-Écosse mercredi. La traversée de 23h45 est toujours au programme.
Il y a quelques pannes de courant. Des équipes de Newfoundland Power se dirigent vers les régions de Western Bay et de Salmon Cove où des pannes ont été signalées. (RC)


Montréal meilleure ville universitaire au monde selon un palmarès
Montréal, 15 février 2017 – La métropole québécoise a mis fin au règne de cinq ans de Paris à titre de ville préférée des étudiants étrangers, selon une étude de l’Institut Quacquarelli Symonds (QS).
La cinquième édition du classement de QS des meilleures villes étudiantes de la planète, qui décline les 100 villes les plus prisées des étudiants, a couronné Montréal comme meilleure ville universitaire au monde.
Le couronnement de Montréal au sein de la confrérie des villes universitaires s’inscrit dans la foulée d’une série de succès des villes canadiennes; quatre des cinq villes du pays, qui apparaissent au palmarès de QS, ont amélioré leur classement. Vancouver s’est d’ailleurs hissé dans le top 10.
L’organisme souligne également que Montréal profite d’un nouvel essor économique, après une période de stagnation au cours des dernières années, et des prévisions de croissances pour 2017.
Montréal est également reconnue comme la «Ville la plus intelligente du monde», selon QS, en raison du développement de son industrie de l’intelligence artificielle.
Une nouveauté fait son apparition dans l’étude de cette année. La firme QS ajoute un indicateur tenant compte du point de vue des étudiants. L’indicateur permet de conclure que Paris a échappé son titre en raison de reculs dans les domaines liés au coût de la vie et de l’attraction de la Ville.
Les villes américaines souffrent du coût de la vie et des frais de scolarités élevés, 10 des 12 villes américaines reculent au classement. La Ville de Boston arrive tout de même au 8e rang du classement.
Les villes australiennes ont toutes reculé au classement pour les mêmes raisons que les villes américaines. Sydney a notamment chuté du 4e au 13e échelon pendant que Melbourne est passée du 2e au 5e rang.
Cet outil permet de rassurer les éminences grises britanniques puisqu’on y apprend que la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE) n’aura pas d’incidence sur la popularité de ses institutions. Londres est ainsi passée du cinquième au troisième rang. (RC)
Classement 2017 – (2016)
1 – (7) Montréal
2 – (1) Paris
3 – (5) Londres
4 – (10) Seoul
5 – (2) Melbourne
6 – (9) Berlin
7 – (3) Tokyo
8 – (13) Boston
9 – (11) Munich
10 – (13) Vancouver


La rougeole réapparaît en Nouvelle-Écosse
Montréal, 15 février 2017 – Les autorités sanitaires en Nouvelle-Écosse confirment trois cas de rougeole dans la région d’Halifax. C’est la première fois depuis neuf ans que des cas de cette maladie très contagieuse sont rapportés dans la province.
La régie provinciale de la santé enquête pour savoir comment les trois malades ont pu contracter la maladie.
Selon le Dr Trevor Arneson, l’incidence de la rougeole est rare en Nouvelle-Écosse. La plupart des gens ont reçu un vaccin qui les prémunit contre la maladie.
La rougeole est une infection virale dont la plupart des gens se remettent en deux ou trois semaines. Elle peut toutefois entraîner des complications sérieuses pour les nourrissons, les femmes enceintes et les gens dont le système immunitaire est affaibli.
«Même si le risque pour la population en général est faible en ce moment, il est important de connaître les symptômes de la rougeole et de savoir comment réagit si vous présentez certains de ces symptômes», précise le Dr Arneson.
Ces symptômes comprennent la fièvre, une toux persistante, la somnolence, l’irritabilité, l’apparition de taches blanches dans la bouche et dans la gorge ainsi qu’une éruption cutanée qui se répand sur le visage.
Les Néo-Écossais nés après 1970 sont admissibles à deux doses de vaccin sans frais. (PC)


Entre 10 et 20 centimètres attendus sur le sud-ouest du Québec
Montréal, 14 février 2017 – Encore occupées à se remettre de la dernière bordée, les villes du sud-ouest du Québec recevront entre 10 et 20 centimètres de neige supplémentaires au cours des 24 heures à venir.
Du côté de Montréal, les opérations de chargement de la neige promettent d’être perturbées puisqu’entre cinq et dix centimètres sont attendus au cours de la journée et autant au cours de la nuit de mercredi à jeudi, a indiqué Environnement Canada.
Le vent se lèvera aussi dans la région métropolitaine en soirée, créant de la poudrerie sur les routes.
La ville de Québec sera aussi balayée par des rafales atteignant jusqu’à 70 km/h près du fleuve mercredi après-midi. Là aussi, entre 10 et 20 centimètres de neige sont attendus d’ici jeudi matin.
L’Estrie connaîtra des précipitations un peu plus importantes alors qu’entre 15 à 20 centimètres sont attendus au cours des 24 prochaines heures à Sherbrooke.
Les régions de Gatineau, de l’Abitibi, du Saguenay, de la Côte-Nord et de l’est du Québec auront droit à une journée tranquille mercredi. Par contre, la Gaspésie devrait recevoir une importante dépression jeudi, qui laissera entre 25 et 40 centimètres de neige derrière elle, a averti Environnement Canada. (QMI)


La grève reprend à l’Université de Sherbrooke
Estrie, 14 février 2017 – Les rencontres de négociations entre la direction et le Syndicat des professeurs de l’Université de Sherbrooke ne semblent pas donner les résultats escomptés. Les quelques 430 professeurs qui y sont affiliés reprennent la grève à compter de mardi, et ce, jusqu’à jeudi inclusivement.
Les chargés de cours continueront de donner leurs cours, tous comme les professeurs de la Faculté de génie et de la Faculté de médecine.
Les professeurs du SPPUS sont sans contrat de travail depuis mars 2015. La surcharge de travail est au cœur du litige, le syndicat réclame un plancher d’emploi qui serait inscrit dans la convention collective afin de garantir un niveau minimal de ressources.
Les membres de la communauté universitaire sont invités à consulter régulièrement la rubrique «Info-grève» sur le site web de l’institution pour connaître les impacts de ce conflit de travail sur leur quotidien.
La semaine dernière, les professeurs syndiqués ont déclenché trois jours de grève. (RC)


Les ambulanciers du Saguenay-Lac-Saint-Jean en grève
Saguenay-Lac-Saint-Jean, 14 février 2017 – Les ambulanciers de la région sont en grève pour une durée indéterminée depuis minuit.
Le tribunal administratif du travail a déclaré mardi que les services essentiels prévus étaient suffisants pour que la santé et la sécurité des gens ne soient pas compromises.
Pendant la grève, les appels de priorités seront traités de manière habituelle. Par contre, les ambulanciers ne laveront plus les véhicules, ils ne transporteront plus au retour les escortes médicales et certains équipements et ils ne rempliront plus un type de formulaire de facturation.
Par ailleurs, d’autres syndicats seront également en grève à compter du 16 février à minuit. (RC)


Le Nouveau-Brunswick veut forcer les personnes atteintes de maladie mentale à prendre des traitements
Les Maritimes, 14 février 2017 – Le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Victor Boudreau, a déposé mardi un projet de loi pour autoriser les psychiatres à imposer des traitements aux adultes aux prises avec des troubles de santé mentale et qui ne sont pas en mesure de prendre des décisions par eux-mêmes.
Ce sont les psychiatres qui détermineront si une personne est mentalement en mesure d’accepter ou de refuser un plan de traitement.
Le gouvernement provincial a aussi débloqué des fonds pour embaucher une dizaine de professionnels en santé mentale d’ici le mois de novembre.
L’objectif étant de prévenir les hospitalisations à répétition des personnes souffrant de maladie mentale. D’après le reportage de Michel Corriveau (RC)


L’épuisement professionnel guette les médecins de la Saskatchewan, selon un sondage
Saskatchewan, 14 février 2017 – Un sondage de l’Association des médecins de la Saskatchewan (SMA) révèle qu’un spécialiste sur deux se dit à risque d’épuisement professionnel. Chez les omnipraticiens, ce taux passe à deux sur trois.
Le président de l’Association, le docteur Intheran Pillay, affirme qu’une proportion importante de médecins vivent avec un très haut niveau de stress. Selon lui, ces derniers se disent toutefois prêts à trouver des solutions à ce problème. Il indique que la SMA discutera du sondage avec ses membres et de la façon dont ils veulent agir par rapport aux résultats.
En réponse au sondage, le ministère de la Santé de la Saskatchewan dit reconnaître la lourdeur de la charge de travail des médecins. Il fait remarquer que 650 nouveaux professionnels de la santé ont intégré le marché du travail depuis 2007, mais admet qu’il reste du travail à faire.
Dans une réaction acheminée par courrier électronique, le ministère dit également se réjouir de constater que plus de 90% des membres de l’Association soutiennent la mise en place d’équipes de soins. Selon le ministère, ce type d’approche assure de meilleurs soins aux patients.
Plus de poids dans la restructuration
Par ailleurs, la grande majorité des médecins ayant répondu au sondage estiment qu’ils devraient avoir une plus grande responsabilité dans la restructuration du système de santé en Saskatchewan.
Sur ce point, le ministère a préféré indiquer qu’il compte poursuivre sa collaboration avec tous ses partenaires, incluant la SMA, dans la transition des autorités régionales de santé en une seule autorité provinciale.
Près de 650 médecins ont répondu au sondage mené entre le 16 janvier et le 5 février 2017. Le sondage visait à connaître leur point de vue sur les soins prodigués en équipes, leurs responsabilités et la rémunération. (RC)


Pétition pour la création d’un refuge pour animaux en Haute-Gaspésie
Québec, 14 février 2017 – Une pétition circule en Haute-Gaspésie pour la création d’un refuge pour animaux. Au total, 2500 signatures ont été recueillies.
L’initiatrice de cette pétition, Manon Parent, fait valoir qu’un tel refuge permettrait de diminuer la présence de chats errants sur le territoire de la Haute-Gaspésie et de contrer la maltraitance des animaux, notamment celle des chiens.
Il n’y a pas non plus de lieu d’hébergement temporaire pour les animaux domestiques de Capucins jusqu’à Rivière-Madeleine. Des services de zoothérapie pourraient aussi être mis sur pied si un tel refuge existait, croit Manon Parent. (RC)


Un matériau qui agit comme un climatiseur
Montréal, 14 février 2017 – Un matériau mis au point par des ingénieurs américains refroidit de 10°C tout ce qu’il touche.
Utilisé sous forme d’un film appliqué sur une surface, ce méta-matériau qui n’existe pas à l’état naturel reflète efficacement l’énergie solaire tout en permettant simultanément à l’objet qu’il recouvre de se débarrasser de la chaleur emmagasinée sous forme de radiations infrarouges.
Le film de 50 micromètres d’épaisseur est à peine plus épais qu’une feuille d’aluminium. Il est composé d’un mélange de plastique, de sphères de verre et d’une très fine couche d’argent.
Mieux, ce polymère hybride est écologique, facile à produire en grandes quantités et n’est pas cher à fabriquer.
Ses créateurs, des ingénieurs des universités du Colorado et du Wyoming, expliquent que leur matériau a la capacité de refroidir les objets même en étant exposé directement au soleil, agissant comme un climatiseur sans utiliser ni d’énergie ni d’eau.
«De dix à vingt mètres carrés de ce matériau sur le toit d’une maison suffisent à bien la rafraîchir en été.» Pr Gang Tan, Université du Wyoming.
En outre, ce matériau peut aussi améliorer l’efficacité et la durée de vie des panneaux solaires qui en plein soleil peuvent surchauffer, ce qui réduit leur capacité à convertir l’énergie du soleil en électricité.
ll sera parfait pour la climatisation des bâtiments, et pourrait ainsi être utilisé pour le refroidissement des centrales thermo-électriques qui actuellement nécessitent d’importants volumes d’eau et une grande quantité d’électricité pour maintenir des températures compatibles avec le fonctionnement de leurs équipements.
Le détail de cette invention est décrit dans un article publié dans la revue Science. Ses créateurs ont déposé une demande de brevet afin de protéger leur technologie. (RC/AFP)


14-02-2017


Ne remisez pas vos pelles…
Montréal, 14 février 2017 – Les opérations de déneigement ont à peine débuté dans le sud du Québec que, déjà, de nouveaux flocons viendront s’ajouter dès ce soir à ceux tombés depuis le début de la semaine.
Selon Environnement Canada, «une nouvelle dépression descendra du Nord ontarien vers la côte est des États-Unis mardi soir et mercredi, apportant une nouvelle couche de neige totalisant 10 à 15 centimètres» sur le sud-ouest du Québec, incluant Montréal, Trois-Rivières, Sherbrooke et Québec.
À Gatineau, ce sont plutôt de 10 à 20 centimètres qui sont attendus, mais entre mardi soir et jeudi matin.
Cette nouvelle bordée s’ajoutera à celle déjà reçue depuis dimanche. Dans la métropole, il est tombé, en moyenne, 26 centimètres de neige, que les déneigeurs ont commencé à ramasser lundi soir.
Plus à l’est, le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie, la Côte-Nord et le Saguenay peuvent s’attendre à une belle journée mardi, suivis d’averses de neige mercredi et jeudi, mais sans accumulation notable.
Enfin, du côté des Maritimes, le blizzard qui a paralysé la Nouvelle-Écosse et une partie du Nouveau-Brunswick lundi en laissant une soixantaine de centimètres dans son sillage se dirige maintenant vers Terre-Neuve. Entre 45 et 55 centimètres sont notamment attendus à St. John’s.
Le trafic aérien demeure perturbé dans ces provinces, avec notamment 46 annulations de vols à l’aéroport d’Halifax et 28 à celui de St-John’s, selon le site spécialisé Flightaware.com. (QMI)


Crise d’eau potable aux Îles-de-la-Madeleine
Îles-de-la-Madeleine, 14 février 2017 –
Des bris d’aqueduc majeurs survenus lundi sur l’île centrale de l’archipel des Îles-de-la-Madeleine ont forcé les autorités municipales à imposer une interdiction d’utiliser et de consommer l’eau.
Les résidents touchés habitent les villages de L’Étang-du-Nord, de Cap-aux-Meules et de Fatima. Ils ne peuvent utiliser l’eau du robinet pour faire la lessive, laver la vaisselle, prendre un bain ou une douche ou pour faire fonctionner la toilette.
Dès 7h30 mardi, la municipalité distribuera des bouteilles d’eau à la salle communautaire de Cap-aux-Meules.
Un avis de faire bouillir l’eau est en vigueur sur l’île centrale jusqu’au 20 février.
Le maire, Jonathan Lapierre, demande aux résidents de l’île centrale d’aider les autorités à repérer les fuites, notamment en signalant un débit d’eau anormalement élevé dans un fossé ou dans un ruisseau. (PC)


Saint-Valentin: alerte aux arnaques sur le web
Sydney, 13 février 2017 – L’amour sera peut-être dans l’air le 14 février mais les autorités australiennes demandent aux Australiens de se méfier particulièrement des arnaques du coeur le jour de la Saint-Valentin.
Les arnaques aux rencontres amoureuses coûtent aux victimes plus cher que toute autre forme d’escroquerie et les plus de 45 ans sont particulièrement vulnérables, a prévenu lundi la Commission australienne de la concurrence et de la consommation (ACCC).
Les fraudeurs se servent souvent des réseaux sociaux, en particulier de Facebook, pour contacter leurs victimes.
En 2016, 4100 Australiens ont pris contact avec le service d’alerte aux arnaques de l’ACCC pour signaler des escroqueries. Il en a coûté aux victimes plus de 25 millions de dollars australiens (18 millions d’euros).
Les signalements concernant ce type d’arnaque ont augmenté de plus d’un tiers l’année dernière.
«Les escrocs du romantisme sont de plus en plus manipulateurs alors si vous allez sur internet en ce jour de la Saint-Valentin pour rechercher l’amour, il est absolument vital que vous sachiez reconnaître les signes d’alerte», dit Delia Rickard, vice-présidente de l’ACCC dans un communiqué.
«Les voleurs mettent sur pied des profils très crédibles, y compris en s’emparant de l’identité de véritables personnes de confiance. Si vous rencontrez quelqu’un qui a l’air trop beau pour être vrai, faites un peu de recherches pour voir si c’est du solide», ajoute Mme Rickard.
Son service conseille en particulier de se méfier de ceux qui parlent trop vite de sentiments, de ne jamais livrer ses coordonnées bancaires, de vérifier l’authenticité d’éventuelles photographies avec Google Image et de ne pas partager de photos intimes qui rendraient vulnérable au chantage. (AFP)


Persévérance scolaire: «les défis de la diplomation sont encore présents», dit Yannick Roy
Abitibi-Témiscamingue, 13 février 2017 – C’est le début des Journées de la persévérance scolaire et pour l’occasion de nombreuses activités sont prévues dans toutes les MRC de l’Abitibi-Témiscamingue. Le directeur général de la Commission scolaire Harricana, Yannick Roy, explique pour sa part que les défis sont grands, notamment en ce qui a trait à la diplomation.
Des défis à venir
Malgré des avancées réalisées ces dernières années, il estime que l’Abitibi-Témiscamingue doit encore faire du chemin en comparaison avec les autres régions du Québec.
«Quand on se compare avec le reste de la province, on voit que l’Abitibi-Témiscamingue, le Nord-du-Québec, et la Côte-Nord, on est encore bons derniers au niveau du taux de diplomation et de qualification. On sait que, d’ici 2018-2019, on aura un grand besoin de main-d’oeuvre qualifiée dans la région, donc on fait face à un manque de diplomation en région de façon importante pour les défis qui s’en viennent dans les prochaines années», relate-t-il.
Selon Yannick Roy, plusieurs jeunes quittent le milieu de l’éducation sans nécessairement obtenir un diplôme. Il explique que certains d’entre eux se dirigent vers des emplois dépendants du contexte économique de la région.
«Quand l’économie [va moins bien], que la mine ferme, le moulin à scie ferme, et ainsi de suite, on se retrouve avec des gens, souvent, sur le chômage, qui n’ont pas de diplôme et pas de qualifications. La problématique s’accentue.»
Selon les dernières données du ministère de l’Éducation, 56,7% des élèves de l’Abitibi-Témiscamingue sortent du secondaire avec un diplôme après 5 ans d’études, tandis que 69,3% réussissent après 7 ans d’études. (RC)


Près d’un demi-million de dollars pour le mieux-être des aînés
Québec, 13 février 2017 – Québec octroie 497 110 dollars$ pour soutenir les projets de 7 organismes de la région qui favorisent le mieux-être des aînés.
Cette somme servira entre autres à mettre en place des projets pour briser l’isolement et favoriser les échanges entre les aînés et le reste de la population.
Le ministre responsable de la région, Jean D’Amour, souligne qu’il est non seulement important de fournir des infrastructures adéquates pour accueillir les aînés, mais aussi de leur fournir un milieu de vie intéressant.
«Outre les infrastructures et le lieu de vie, encore faut-il que la vie soit améliorée, encore faut-il briser l’isolement, encore faut-il animer ces gens-là.»

Organismes soutenus dans le cadre du programme Québec ami des aînés :
Corporation Domaine les Pèlerins de Saint-André-de-Kamouraska: 18 275$
Centre d’action bénévole de la région de Matane: 194 700$
Centre polyvalent des aînés et aînées de Rimouski-Neigette: 20 000$
Centre d’action bénévole Cormoran de Saint-Bruno-de-Kamouraska: 43 400$
Centre prévention suicide du KRTB: 118 835$
Corporation de logements communautaires de Sainte-Flavie: 100 000$;
Club de l’âge d’or de Saint-Clément: 1 900$

Québec a annoncé un investissement 11 millions de dollars, réparti dans l’ensemble de la province, dans le cadre de son programme Québec ami des aînés. (RC)


7000$ d’amende pour avoir fait un feu de camp
Manitoba, 13 février 2017 – Deux Winnipégois devront débourser 7000$ parce qu’ils ont fait un feu de camp qui s’est transformé en feu de forêt majeur près de Kenora, dans le Nord-ouest ontarien.
Selon le ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l’Ontario, les deux hommes faisaient une randonnée dans l’arrière-pays en mai 2016, lorsque la région était sous le coup de restrictions en raison du temps sec et du risque élevé d’incendies de forêt.
Les pagayeurs ont installé leur campement pour la nuit sur une petite île du lac Bain, situé près de la frontière manitobaine, et ont fait un feu de camp malgré le fait qu’une interdiction était en vigueur. Les flammes se sont rapidement propagées et l’île a été presque entièrement détruite par l’incendie.
La province de l’Ontario a dû déployer plusieurs ressources, dont des ressources aériennes, pour maîtriser les flammes.
Les deux Manitobains ont comparu devant la Cour provinciale de l’Ontario à Kenora et devront payer 500$ chacun pour ne pas avoir respecté l’interdiction de faire des feux à ciel ouvert et 3000$ chacun en frais de restitution. (RC)


13-02-2017


Les Maritimes paralysées par un blizzard
Les Maritimes, 12 février 2017 – Le blizzard est arrivé dans les Maritimes où Environnement Canada prévoit de grandes quantités de neige accompagnées de vents violents d’ici mardi matin.
De 30 à 55 cm de neige sont prévus d’ici mardi matin dans les régions touchées. Les quantités pourraient atteindre 75 cm dans certains coins de la Nouvelle-Écosse. Cette neige sera accompagnée de vent du nord-est soufflant en rafales de 100 km/h, qui rendront la visibilité presque nulle sur les routes.
Une onde de tempête est aussi prévue pour lundi le long de la côte atlantique de la Nouvelle-Écosse avec un risque d’inondations par endroits à la marée haute. Les vents pourraient atteindre les 110 km/h dans certaines régions côtières de la N.-É.
Le nord-est du Nouveau-Brunswick devrait en être quitte pour une dizaine de centimètres de neige alors que le Nord-Ouest et la région Restigouche seront épargnés.
À Terre-Neuve, c’est un avis de tempête hivernale qui prévaut pour la péninsule d’Avalon. Il devrait tomber de 15 à 25 cm de neige d’ici la fin de la journée mardi. Des vents soufflant en rafales de 80 à 100 km/h causeront de la poudrerie généralisée. Un avis de vent et de poudrerie a été émis pour la côte sud de la province.
Le blizzard entraîne déjà des pannes de courant.
Les organisations des mesures d’urgence du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse recommandent aux citoyens de prévoir une trousse d’urgence pour être autonomes pendant 72 heures. La trousse devrait comprendre de la nourriture, de l’eau, des piles, une radio à piles, des fournitures de premiers soins et tout article pour besoins spéciaux, comme des médicaments sur ordonnance, des préparations pour nourrissons et tout appareil pour personnes handicapées.
Les mesures d’urgence en Nouvelle-Écosse conseillent aussi aux gens de rester à la maison, de faire rentrer leurs animaux de compagnie, de bien chauffer leur demeure et de recharger leurs appareils mobiles. (RC)


«Lâche pas, t’es capable»: le message d’un professeur pour garder les jeunes à l’école
Mauricie, 12 février 2017 – Alors que s’amorce les Journées de la persévérance scolaire, le professeur Luc Bourassa en profite pour sortir de son milieu professionnel, l’école secondaire Des Chutes à Shawinigan, pour inviter les jeunes à persévérer, malgré les difficultés.
Il donnera une série de conférences sous le thème «Lâche pas, t’es capable» dans les établissements de la Commission scolaire de l’Énergie.
Son objectif est justement d’inciter les jeunes à trouver une source de motivation, en leur présentant le parcours de cinq anciens élèves qui sont restés sur les bancs d’école, plutôt que de décrocher.
«Quand tu trouves un but à ce que tu fais, et je pense c’est peut-être le point commun de mes cinq témoignages, quand tu as un but à atteindre, bien c’est beaucoup plus facile de se motiver».
L’importance du support parental
Le support des parents dans le parcours scolaire de leur jeune a un impact direct sur la persévérance, selon Luc Bourassa. L’encouragement valorise l’élève.
«Il faut prendre le temps en tant que parent, même si au niveau académique c’est plus difficile pour nous, de s’asseoir avec notre enfant et de l’aider du mieux qu’on peut. Je crois qu’il est important que le parent s’implique dans les études de son enfant», explique-t-il.
Le grand public est invité à assister à l’une des conférences de Luc Bourassa à l’école secondaire Des Chutes le 22 février à 19h30.
Les Journées de la persévérance scolaire sont célébrées chaque année au Québec durant la 3e semaine du mois de février. En 2017, elles ont lieu du 13 au 17 février 2017. (RC)


Les Journées de la persévérance scolaire auront lieu la semaine prochaine
Abitibi-Témiscamingue, 12 février 2017 – Plusieurs activités qui favorisent la persévérance scolaire sont au programme dans les MRC de l’Abitibi-Témiscamingue du 13 au 17 février.
La présidente de la Table des partenaires de la persévérance de la MRC d’Abitibi, Manon Goyette, veut amener les citoyens et les entreprises à participer à cette semaine avec des gestes concrets.
Il s’agit de «participer aux activités de l’école, de valoriser le travail des enseignants, d’inscrire un petit mot dans l’agenda des élèves et étudiants», dit-elle.
«Vous savez que la persévérance scolaire se fait à tous les niveaux, on demande aussi aux entreprises d’apporter un regard spécial, plusieurs entreprises ont des étudiants, on [les incite] aussi à réduire les semaines de travail, aussi d’être sensibles à cet impact-là qu’elles peuvent avoir auprès des élèves étudiants en période d’examens ou de travaux spéciaux», ajoute Manon Goyette.
Au Témiscamingue, un comité travaille à la réussite éducative depuis 2012.
L’agente de projet pour la stratégie en persévérance scolaire du Témiscamingue, Marilou Girard Thomas, a constaté que les citoyens sont de plus en plus conscientisés à cette question importante pour la région.
«Au Témiscamingue, on doit composer avec une pénurie de main-d’œuvre, qui devrait aussi s’accentuer dans les prochaines années. Donc, c’est certain que pour des territoires comme le nôtre, c’est une priorité de s’assurer que nos jeunes se qualifient puis [obtiennent] des diplômes pour participer au dynamise de leur milieu plus tard, c’est vraiment une priorité», a expliqué Marilou Girard Thomas. (RC)


Visites suspendues à l’hôpital de Jonquière
Saguenay-Lac-Saint-Jean, 12 février 2017 – En raison de l’apparition de nouveaux cas de gastroentérite, les visites aux patients sont suspendues jusqu’à nouvel ordre à l’hôpital de Jonquière et au centre d’hébergement Sainte-Marie.
Selon la direction du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, une vingtaine de patients et de résidents ainsi qu’une soixantaine d’employés seraient affectés par des symptômes.
La direction du CIUSSS a pris cette décision pour éviter toute contagion ou propagation des virus tant à l’intérieur de l’hôpital, qu’au sein de la population.
«Comme il s’agit d’une infection très contagieuse, ces mesures sont nécessaires pour éviter toute contagion ou propagation du virus.» Joëlle Savard, porte-parole du CIUSSS.
Le CIUSSS demande à toute personne qui présente ou qui a présenté récemment des symptômes reliés à la gastroentérite ou à l’influenza de s’abstenir de toute visite dans les hôpitaux et CHSLD de la région.
Les responsables du CIUSSS soulignent dans un communiqué qu’ils ne sont pas en mesure actuellement d’établir des liens entre les nouveaux cas de gastroentérite dans la population et ceux survenus plus tôt cette semaine. Les analyses se poursuivent.
La décision de suspendre toutes les visites aux patients et aux résidents sera réévaluée le 13 février, en fin de journée. (RC)


Le temps d’attente diminuerait dans les urgences de la Côte-Nord
Québec, 12 février 2017 – Le ministère de la Santé et des Services sociaux affirme que la durée moyenne de séjour sur civière dans les urgences du Québec, notamment sur la Côte-Nord, a diminué en 2016-2017 par rapport à l’année dernière.
Selon le ministère, il faut corriger l’information rapportée dans des médias pour la région de la Côte-Nord qui a connu une diminution de 73 minutes et non pas une augmentation.
«Nous sommes conscients des efforts à faire pour améliorer la situation, mais il n’est pas exact d’affirmer que la situation se détériore», souligne le ministre de la Santé Gaétan Barrette.
Le ministère soutient qu’il y a eu diminution nette de la durée moyenne de séjour sur civière dans 11 régions du Québec, en 2016-2017, par rapport à 2015-2016, soit dans 69% des régions.
Dans un communiqué, le ministère fait ce constat tout en ajoutant qu’il y a eu 15 000 personnes de plus qui ont séjourné aux urgences sur civière au Québec. (RC)


Le glucose: le secret pour un premier accouchement moins long
Estrie, 12 février 2017 – Le sucre permettrait de réduire la durée du travail lors d’un premier accouchement.
C’est ce qui ressort d’une recherche effectuée par la Dre Josianne Paré durant ses études en obstétrique-gynécologie à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke.
Deux groupes de femmes, dont l’accouchement a été provoqué, ont participé à l’étude.
Celles du premier groupe ont reçu un soluté salin, les autres, un soluté auquel on a ajouté du sucre.
Les accouchements des femmes de ce deuxième groupe ont été plus rapides en moyenne de 76 minutes.
«La supplémentation en glucose réduit considérablement la durée totale du travail, sans augmenter le taux de complication», souligne la Dre Josianne Paré.
Elle ajoute qu’il n’y a pas eu de différence dans le mode d’accouchement, ni dans les mesures mises en place pour le bien-être du bébé après la naissance. (RC)


10-02-2017


Les Maritimes se relèvent d’une forte tempête de neige
Les Maritimes, 10 février 2017 –
Les résidents des Maritimes se réveillent sous une bonne couche de neige et des vents forts qui entraînent la fermeture d’écoles par endroits.
Au Nouveau-Brunswick, toutes les écoles des districts scolaires suivants sont fermées:
District scolaire francophone Sud
District scolaire francophone Nord-Est
District scolaire anglophone Est
Plusieurs écoles du District scolaire anglophone Ouest sont aussi fermées. Le campus de Moncton, de l’Université de Moncton, est fermé jusqu’à 13h. L’ouverture de l’Université du Nouveau-Brunswick à Saint-Jean est reportée à midi.
En Nouvelle-Écosse, le Conseil scolaire acadien provincial annonce la fermeture de plus d’une vingtaine d’écoles dans les régions sud-ouest, centrale et nord-est. L’ouverture des bureaux gouvernementaux dans la province est reportée à 10h.
À l’Île-du-Prince-Édouard, toutes les écoles sont fermées également, mais cela était prévu dans le cadre d’une journée pédagogique. Le Collège Holland et l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard sont aussi fermés. Les autorités médicales recommandent aux patients qui ont un rendez-vous d’appeler à leur clinique ou à leur hôpital avant de s’y rendre.
Les chasse-neige ne circulent pas à l’Île-du-Prince-Édouard parce que les conditions sont encore trop mauvaises.
Les routes sont enneigées partout au Nouveau-Brunswick, vendredi matin. Les Villes de Moncton et de Saint-Jean signalent que leurs autobus circulent, mais qu’ils risquent d’accuser des retards.
Des restrictions sont imposées à la circulation sur le pont de la Confédération en raison des vents forts.
La société Marine Atlantique annule toutes ses traversées pour la journée en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve.
Des vols sont annulés ou en retard, vendredi matin, aux aéroports d’Halifax, Fredericton et Saint-Jean à Terre-Neuve.
Quelques pannes de courant sont signalées en Nouvelle-Écosse. Le vent et la poudrerie complique les travaux de réparation, indique l’entreprise Nova Scotia Power.
Les prévisions météorologiques
Environnement Canada a levé ses alertes météorologiques au Nouveau-Brunswick.
Cependant, il y a toujours, vendredi matin, des alertes de vents forts pour l’Île-du-Prince-Édouard, le nord de la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve-et-Labrador. Les rafales peuvent atteindre 100 km/h.
Une onde de tempête est prévue le long de la côte sud de Terre-Neuve.
Les résidents du sud-est du Labrador doivent s’attendre à un blizzard. La région devrait recevoir de 20 à 30 cm de neige durant la journée. (RC)


Journée de grève des ambulanciers de Québec
Québec, 10 février 2017 –
Des ambulanciers de Québec ont déclenché une grève de 24 heures, vendredi à 0h01. Sans convention collective depuis deux ans, ils réclament de meilleures conditions salariales et un meilleur régime de retraite. Malgré leur débrayage, ils assureront les services essentiels pour la population.
Les 330 ambulanciers affiliés à la CSN à Québec se joignent donc au mouvement amorcé, plus tôt ce mois-ci, par leurs collègues d’autres régions du Québec.
«La convention est échue depuis le 31 mars 2015 et on ne sent pas de volonté de la part du ministre de la Santé», affirme Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches à la CSN.
La centrale syndicale tient toutefois à rassurer la population: la journée de grève à Québec n’aura pas de conséquences sur la sécurité des gens.
Ailleurs dans la province, leurs collègues ont plutôt fait des moyens de pression administratifs: refus de laver les véhicules, refus de remplir les inventaires de matériel médical, refus d’encadrer des stagiaires, etc.
Les ambulanciers dénoncent le fait que le ministère de la Santé du Québec se soit retiré des discussions portant sur le renouvellement de leur contrat de travail. Ils craignent que cela donne trop de pouvoir à leurs employeurs, c’est-à-dire les entreprises ambulancières.
Des représentants syndicaux feront le point sur cette journée de grève à 8h ce matin. (RC)


Grève des paramédics: désagréments pour le Grand Prix de Valcourt
Estrie, 10 février 2017 –
Les paramédics de la Coopérative de travailleurs d’Ambulance de l’Estrie, affiliés à la CSN, seront en grève à compter du 10 février à minuit pour une période de 72 heures. Le conseiller syndical Serge Adam a refusé de donner les détails indiquant qu’un point de presse se tiendra vendredi matin sur les moyens de pression et l’état des négociations.
En consultant la liste des services essentiels, on y lit toutefois que la présence d’un véhicule ambulancier, dédié à l’exclusivité des athlètes lors d’événements sportifs ou encore lors de festivals, sera abolie le samedi 11 février.
Une mesure qui cause quelques désagréments aux organisateurs du Grand Prix Ski-Doo de Valcourt. La directrice générale de l’événement, Marie-Pierre Lemay est confiante de trouver une solution pour maintenir une présence ambulancière lors des compétitions de samedi. Les autres jours n’étant pas touchés par les moyens de pression.
«On regarde au niveau du privé et de service d’hélicoptère-ambulance. C’est certain que nous aurons une alternative pour assurer la sécurité de nos pilotes samedi» affirme madame Lemay.
Services essentiels maintenus
Selon la décision rendue mercredi par le Tribunal administratif, les services essentiels à la population seront maintenus. Les appels de priorité 0 à 7, incluant une situation clinique stable, seront traités de la façon habituelle. Toutefois, les paramédics ne rempliront plus les formulaires de facturation et n’accompliront plus les tâches de chef d’équipe. (RC)


Étude: les Canadiens nuisent à leur santé en buvant trop de boissons sucrées
Ontario, 10 février 2017 – Une étude menée à l’Université de Waterloo, en Ontario, signale qu’en raison d’une trop forte consommation de boissons sucrées, les Canadiens risquent des conséquences dévastatrices pour leur santé.
L’étude prévoit que d’ici 25 ans, ces boissons devraient provoquer des maladies entraînant plus de 63 000 décès et coûter plus de 50 milliards $ au système de santé.
La recherche estime que la consommation de boissons sucrées au Canada sera liée à plus de 3 millions de cas d’obésité, à près de 1 million de cas de diabète de type 2, à près de 300 000 cas de cardiopathie ischémique, à plus de 100 000 cas de cancer et à près de 40 000 accidents vasculaires cérébraux (AVC).
En 2015, les Canadiens ont acheté en moyenne 444 millilitres de boissons sucrées chacun, par jour. Cette consommation était de 578 millilitres chez les jeunes, ce qui représente jusqu’à 16 cuillères à thé de sucre, une quantité qui dépasse largement l’apport maximal quotidien recommandé.
Les chercheurs constatent que les ventes de boissons gazeuses ont diminué au cours des dernières années, mais qu’il y a eu forte augmentation des ventes de produits sucrés tels les boissons énergisantes, les cafés et thés sucrés, les eaux aromatisées, les yogourts à boire et les boissons pour sportifs. (PC)


Rappel d’ampoules Value Power
Ottawa, 9 février 2017 – Des ampoules pour veilleuse de la marque Value Power font l’objet d’un rappel en raison de risque d’incendie.
Vendues en paquet de quatre, les ampoules, d’un blanc givré, portent le CUP 056348051440 et le numéro d’article VP01335. Elles sont fabriquées en Chine.
«Une marque CSA non autorisée figure sur l’emballage du produit. Un filament peut également être exposé au bas de l’ampoule, ce qui présente un risque de décharge ou d’incendie», a fait savoir Santé Canada.
Environ 6000 produits rappelés ont été vendus au Canada de septembre 2013 à décembre 2016.
On recommande aux consommateurs de cesser immédiatement d’utiliser le produit et de le retourner afin d’obtenir un remboursement complet.
En date de jeudi, aucune blessure ni aucun incident n’avaient été signalés au pays. (QMI)


Risques d’incendie: de nouveaux thermostats visés par le rappel
Ottawa, 9 février 2017 – Santé Canada a procédé, jeudi, à un élargissement de son rappel visant des thermostats défectueux pouvant «surchauffer, émettre de la fumée et endommager le mur, ce qui représente un risque d’incendie».
Les produits visés «étaient connus pour être vendus sous les marques Garrison, Maison, NOMA, RONA et UPM», soutient l’organisme gouvernemental dans son communiqué.
Il s’agit des modèles HTM211, HTM311, HTM511, HTM611 ainsi que HTM621, peu importe leur numéro de série.
Même si certains numéros de modèles peuvent comporter une lettre supplémentaire à la fin, ils sont tout de même visés par le rappel.
Les dispositifs en question ont tous été vendus dans des magasins Canadian Tire, Rona et d’autres quincailleries. Leur période de vente, tout comme la quantité de stock écoulée, n’est pas connue.
«Les consommateurs doivent cesser immédiatement d’utiliser les thermostats rappelés et contacter le détaillant auprès duquel ils ont acheté le produit, l’importateur n’étant plus en affaires, précise-t-on dans le communiqué. Les consommateurs devraient retirer et jeter les thermostats conformément aux directives en matière de la mise au rebut de leur municipalité».
Santé Canada dit avoir reçu 51 rapports d’incidents concernant l’utilisation de ces appareils, y compris la surchauffe, la fonte, la fumée et les dommages au mur entre le 20 juin 2011 et le 2 février 2017. Heureusement, «aucune blessure n’a été rapportée».
En plus de ces appareils, d’autres modèles et d’autres marques peuvent être visées par un rappel. Pour savoir si l’un de vos dispositifs est touché, vous pouvez consulter le site Canadiens en santé du gouvernement du Canada. (TVA-N)


Le vaccin contre la grippe efficace 2 fois sur 5
Québec, 9 février 2017 – Le vaccin contre la grippe n’est efficace que dans 42% des cas d’influenza. C’est ce que révèlent les tests effectués sur les vaccins administrés en 2016.
Il s’agit d’une performance normale selon le Dr Gaston de Serres, de l’Institut national de santé publique du Québec.
Comme la grippe peut être mortelle pour certaines personnes, «une réduction du risque d’hospitalisation ou de décès de l’ordre de 42% ça peut être tout à fait souhaitable», précise-t-il.
Pour les personnes plus jeunes et en bonne santé, le vaccin dans l’état actuel de son efficacité ne représente pas la solution idéale contre les souches de l’influenza, comme la souche H3N2.
«Une réduction de 42% des risques d’une maladie qui peut les clouer au lit une journée ou deux, ce n’est pas très enthousiasmant.»
Le vaccin contre la grippe distribué cet hiver est fabriqué à partir des souches de grippes présentes 6 mois avant en Asie. Il arrive parfois, comme en 2015, que le vaccin soit moins efficace.
Le Dr de Serres estime qu’un meilleur vaccin serait souhaitable, mais que les sommes nécessaires en recherche et développement sont insuffisantes. «C’est malheureux d’être obligé de se satisfaire d’un vaccin qui protège à 42%, dit-il. Si on était capable d’avoir un meilleur produit, tout le monde serait plus heureux.» Un texte de Pierre Marceau (RC)


Le retour de parents-secours à Trois-Rivières
Mauricie, 9 février 2017 – Plusieurs adultes se souviennent bien de l’image rouge et blanche de Parents-Secours qui était dans les fenêtres de plusieurs maisons de leur quartier. Le mouvement s’est pratiquement éteint à Trois-Rivières, mais un comité tente de lui donner une deuxième vie.
Le nombre de citoyens prêts à faire les démarches pour devenir foyer-refuge a grandement diminué au cours des dernières années.
Pour pouvoir mettre le logo de Parents-Secours à sa fenêtre, «il faut demeurer au premier étage ou au rez-de-chaussée, puis il faut que la porte d’entrée mène sur l’extérieur», explique Josée Lefebvre, présidente du comité de Trois-Rivières.
L’organisme à but non lucratif permet aux enfants et aux aînés qui se sentent en danger de pouvoir aller se réfugier chez un citoyen qui affiche le logo.
Ils ne sont que trois à siéger à ce comité, mais la présidente a bien l’intention de faire revivre Parents-Secours dans la région.
«C’est prouvé que lorsqu’il y a des pancartes Parents-Secours les gens qui ont de mauvaises intentions se disent, c’est un quartier qui se tient, c’est un quartier qui observe.» Josée Lefebvre, présidente du comité Parents-Secours de Trois-Rivières.
Elle compte faire connaître le logo aux enfants en allant à la rencontre des élèves de certaines écoles de Trois-Rivières.
La campagne de sensibilisation inclura aussi les personnes aînées, qui sont aussi visées par les services de l’organisation.
Devenir bénévole
Il existe deux comités Parents-Secours en Mauricie et au Centre-du-Québec: un à Trois-Rivières et l’autre à Kingsey Falls.
Les bénévoles reçoivent une formation et les services policiers vérifient s’il y a des antécédents judiciaires.
Il n’y a pas de temps minimum requis; le bénévole met l’enseigne de l’organisation à sa fenêtre lorsqu’il est disponible.
Parents-Secours a été créé en 1976 à la suite de la disparition d’un jeune garçon dans la région de Québec. Un texte de Claudie Simard (RC)


Des bactéries pour éradiquer le cancer
Montréal, 9 février 2017 –
Des chercheurs ont découvert que des bactéries modifiées génétiquement peuvent infiltrer des tumeurs cancéreuses, où elles stimulent ensuite le système immunitaire à éradiquer la tumeur.
Ce n’est pas la première fois que la bactérie de la salmonellose est recrutée pour inciter le système immunitaire à attaquer une tumeur, mais les techniques précédentes nécessitaient souvent de multiples injections et les tumeurs avaient tendance à se reformer.
Les bactéries utilisées lors de la plus récente expérience avaient été modifiées génétiquement pour produire une protéine, la FlaB, qui provoquait une réaction immunitaire à l’intérieur de la tumeur, un environnement à faible teneur en oxygène. Les bactéries étaient sans danger et, crucialement, elles n’envahissaient pas les tissus sains des souris à qui elles ont été injectées.
Trois jours après l’injection, on comptait 10 000 fois plus de bactéries à l’intérieur des tumeurs que dans les organes vitaux. La combinaison de la bactérie et de la protéine FlaB avait contribué à réduire la taille de la tumeur et à prolonger la survie, en plus d’empêcher la métastase d’un modèle murin du cancer humain du côlon.
Les tumeurs de 11 des 20 souris qui ont reçu la bactérie modifiée ont régressé sous la limite mesurable. Les tumeurs des souris qui avaient reçu la version normale de la bactérie avaient aussi fondu, mais elles avaient tendance à réapparaître. (PC)


Des bénévoles s’affairent après l’échouement de 400 baleines en Nouvelle-Zélande
Wellington, Nouvelle-Zélande, 9 février 2017 – Des bénévoles ont formé une chaîne humaine dans l’eau sur une plage isolée, vendredi en Nouvelle-Zélande, tentant de sauver des dizaines de baleines, après que plus de 400 de ces créatures eurent échoué sur le rivage.
Environ les trois quarts de ces baleines-pilotes — ou globicéphales — étaient déjà mortes lorsqu’elles ont été retrouvées, vendredi matin, sur la presqu’île Farewell.
Il s’agit de l’un des pires échouements de baleines dans l’histoire du pays.
Des bénévoles portant des combinaisons de plongée et transportant des seaux s’efforçaient de maintenir en vie les survivants piégés semblant en état de confusion.
Une responsable du département de conservation de la faune a affirmé que les quelque 300 bénévoles avaient pu remettre à flot des baleines à marée haute et avaient formé une chaîne pour tenter d’empêcher qu’elles ne reviennent vers la plage.
D’autres étaient toujours en vie, mais étalées sur la plage.
La responsable a souligné que les gens présents devaient se faire à l’idée de voir autant de baleines mortes, et de faire ce qui était possible. Si d’autres baleines devaient se trouver piégées, les bénévoles devraient patienter jusqu’aux prochaines marées hautes. (AP)


09-02-2017


Des purées pour bébé rappelés en raison d’un risque de contamination
Brampton, Ontario, 9 février 2017 – Des sachets de purée pour bébé de marque Le Choix du Président font l’objet d’un important rappel pancanadien en raison d’un risque de contamination à la bactérie «Clostridium botulinum».
Tous les emballages de nourriture pour bébé PC Biologique vendus jusqu’au 8 février inclusivement en format de 128 ml sont visés par ce rappel, indépendamment qu’il s’agisse de «collation en purée» ou de «nourriture en purée».
En tout, 27 produits de différentes saveurs sont visés par le rappel.
Selon l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), un défaut de fabrication a entraîné un excès d’eau dans les produits, ce qui pourrait favoriser la prolifération de la bactérie.
«Clostridium botulinum» peut causer le botulisme, une maladie qui peut entraîner un vaste lot de symptômes, incluant des nausées, des vomissements, de la diarrhée (au début), de la constipation (à la fin), de la fatigue, des étourdissements, une vision double ou brouillée, de la sécheresse buccale et la paralysie. Le taux de mortalité associé au botulisme, lorsque traité, oscille entre 5 et 10% au Canada, selon Santé Canada.
Les produits visés par le rappel ont été vendus à la grandeur du pays. Au Québec, ils ont été distribués par Club Entrepôt, Maxi, Maxi & Cie, Presto, Provigo, Provigo le Marché, AXEP, Pharmaprix et Intermarché.
Les consommateurs qui auraient en possession ce produit peuvent le retourner à l’un de ces points de vente, où il sera remboursé, même sans reçu, a indiqué Le Choix du Président. (QMI)


À compter de vendredi, la Chine relèvera les empreintes digitales des visiteurs
Pekin, Chine, 9 février 2017 – À compter de vendredi, les étrangers qui visitent la Chine devront se soumettre à une prise de leurs empreintes digitales, pour des raisons de sécurité.
Le ministère chinois de la Sécurité publique a précisé que la mesure sera imposée à la plupart des visiteurs âgés de 14 à 70 ans. Ceux qui détiendront un passeport diplomatique ou qui proviendront d’un pays avec lequel la Chine a conclu un accord de réciprocité seront exemptés.
La nouvelle mesure sera d’abord appliquée à Shenzhen, dans la province du Guangdong, une ville voisine de Hong Kong, avant d’être mise en place graduellement sur le reste du territoire chinois.
En 2016, plus de 76 millions d’entrées et de sorties de visiteurs ont été comptabilisées en Chine. La plupart des voyageurs provenaient de Corée du Sud, du Japon, des États-Unis et de la Russie. (AP)


La Croix-Rouge suspend ses opérations en Afghanistan après la mort de six employés
Genève, 8 février 2017 –
Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a suspendu mercredi ses opérations en Afghanistan après la mort de six de ses employés tués par des membres présumés du groupe armé État islamique (EI).
Ces six employés afghans du CICR faisaient partie d’un convoi qui acheminait des produits de première nécessité dans des zones touchées par des avalanches dans le nord du pays, lorsqu’ils sont tombés dans une embuscade tendue par des djihadistes de l’EI, a déclaré Lotfullah Azizi, gouverneur de la province de Jowzjan.
«Daesh [l’EI] est très actif dans ce secteur», a-t-il dit.
Thomas Glass, porte-parole du CICR, a dit ignorer qui sont les auteurs de ces violences.
Une opération de recherche est en cours pour retrouver deux autres humanitaires qui sont portés disparus.
«Au moment où nous parlons, nos opérations sont suspendues, bien sûr, parce que nous avons besoin de comprendre ce qui s’est exactement passé avant que nous puissions, espérons-le, reprendre nos opérations», a déclaré à la presse à Genève le directeur des opérations du CICR, Dominik Stillhart.
«Il s’agit d’un acte ignoble. Nul ne peut justifier le meurtre de nos collègues et chers amis», a déclaré la directrice de la délégation du CICR en Afghanistan, Monica Zanarelli.
Il est tombé jusqu’à deux mètres de neige au cours du week-end sur de nombreuses régions d’Afghanistan, et ces blizzards ont fait plus de 100 morts, ont rapporté les autorités.
Le porte-parole des talibans, Zabiullah Mujahid, a assuré que son groupe n’était pas impliqué dans l’attaque et il a promis que les talibans «feraient tout pour en retrouver les auteurs».
Le groupe armé État islamique a revendiqué par ailleurs mercredi l’attentat suicide qui a fait mardi soir au moins 22 morts devant la Cour suprême d’Afghanistan, à Kaboul. (Reuters)


Médecins de famille: Barrette accentue la pression pour atteindre ses cibles
Québec, 8 février 2017 –
Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, accentue la pression sur les médecins, afin qu’ils acceptent de prendre un plus grand nombre de patients dans les mois qui viennent.
De plus en plus de Québécois ont un médecin de famille depuis 2014, a convenu le ministre mercredi en point de presse, mais on est encore loin des cibles visées.
Les médecins doivent donc redoubler d’ardeur et prendre sous leur aile 834 000 patients de plus qu’aujourd’hui, d’ici le 31 décembre.
Sinon, armé de sa loi 20 dont l’application a été suspendue, le ministre Barrette imposera des sanctions financières aux médecins qui refuseront d’étendre substantiellement leur clientèle, et d’accroître d’autant leur disponibilité à leurs patients dans leur cabinet.
Son objectif demeure le même: faire en sorte que 85 pour cent de la population québécoise ait un médecin de famille d’ici décembre 2017.
Le Québec est sur la bonne voie, a commenté le ministre Barrette mercredi, graphiques à l’appui, mais le temps file et il n’est pas question de revoir la cible à la baisse.
Au 31 décembre dernier, 77 pour cent des Québécois avaient un médecin de famille, soit 555 856 patients de plus que deux ans auparavant.
Le ministre Barrette multiplie les initiatives destinées à forcer la main aux médecins pour qu’ils modifient leur pratique. (PC)


Hausse marquée des cas de coqueluche sur la Côte-Nord
Québec, 8 février 2017 –
Depuis décembre, 26 cas de coqueluche ont été diagnostiqués dans la région tandis que la moyenne est de quatre cas par année.
Les secteurs de la Manicouagan et de Port-Cartier sont les plus concernés. La maladie, qui se caractérise par une toux bien particulière, touche surtout les jeunes de moins de 16 ans et peut être très grave pour les bébés de moins d’un an.
La situation est suivie de près, indique la médecin-conseil en maladies infectieuses à la Direction de la santé publique de la Côte-Nord, Claudette Viens. Elle invite la population à s’assurer que son carnet de vaccination est à jour pour éviter la contagion.
«La vaccination est particulièrement importante pour les parents de jeunes nourrissons»
«Si jamais on a la coqueluche même si on a été vacciné, on va avoir une réduction de l’intensité des symptômes», explique-t-elle, en soulignant qu’il est important de consulter dès l’apparition des premiers symptômes.
Les résidents de la Côte-Nord atteints de la coqueluche n’ont pas connu de graves complications. Toutefois, certains des patients, qui n’avaient pas été vaccinés, ont eu des symptômes plus sévères.
Avec les informations de Katy Larouche / Un texte de Vincent Larin (RC)


Nouvelle pénurie de lits à Windsor
Ontario, 8 février 2017 – Après une brève accalmie, l’Hôpital régional de Windsor fait à nouveau face un manque de lits pour accueillir des patients. Actuellement, 54 personnes n’ont pas de lit.
Il s’agit de patients qui se sont présentés au service des urgences et dont l’état a nécessité une hospitalisation.
Ce surplus de personnes est l’un des plus importants auquel l’établissement doit faire face depuis le début de l’année, selon le PDG, David Musyj.
Par ailleurs, 20 opérations chirurgicales ont dû être annulées depuis le début de la semaine.
Le campus Ouellette fonctionne à 110% de sa capacité, alors que le campus Met est à 119%.
David Musyj affirme qu’il travaille avec le ministère de la Santé et le RLISS pour trouver des solutions.
Il rappelle à la population de ne pas utiliser l’hôpital comme centre de soins de première ligne. (RC)


Facebook dévoile un outil d’entraide en cas de catastrophe
San Francisco, 8 février 2017 – Facebook a mis à jour sa fonction de sécurité «Safety Check» en offrant la possibilité aux utilisateurs de demander de l’aide ou de prêter main-forte pendant une catastrophe.
Cette nouvelle fonction «Community Help» ouvre un forum sur lequel les victimes d’inondations, de tremblements de terre, d’incendies ou tout autre type de catastrophes, peuvent demander de l’aide, a expliqué la vice-présidente de Facebook, Naomi Gleit.
«En temps de crise, être connecté est plus important que jamais», dit-elle.
Facebook a lancé son «Safety Check» en 2014 pour permettre aux membres du réseau social d’indiquer à leur famille ou leurs amis qu’ils sont en sécurité lors d’événements dramatiques.
«Community Help» permet maintenant aux membres du réseau de trouver ou d’offrir de l’aide, par exemple de la nourriture, un abri ou un moyen de transport, pendant une crise.
«Safety Check a été activée des centaines de fois, mais nous savons que nous pouvons faire plus pour donner à la communauté les moyens de s’entraider», ajoute Mme Gleit.
Cette nouvelle fonction a été inspirée par les membres de Facebook qui utilisaient le réseau social pour organiser l’aide aux personnes après des catastrophes telles que les inondations à Chennai, en Inde, à la fin 2015.
Facebook active son «Safety Check» après avoir reçu des alertes des agences mondiales de signalement de crise et un volume important des messages concernant un incident sur le réseau social. Dans l’hypothèse d’une catastrophe naturelle ou accidentelle, l’outil d’aide communautaire sera également déclenché, assure Naomi Gleit. (AFP/RC)


Le Centre de planning des naissances d’Ottawa réclame une pilule abortive accessible
Ottawa, 8 février 2017 –
Le Centre de planning des naissances d’Ottawa a transmis mercredi une lettre au ministre de la Santé de l’Ontario, le Dr Éric Hoskins, l’exhortant à s’assurer que la pilule abortive soit couverte par le Régime d’assurance maladie de l’Ontario (RAMO).
Ce médicament, aussi connu sous le nom de RU-86 ou Mifegymiso, est conçu pour provoquer un avortement jusqu’à 49 jours. Il est disponible au Canada et peut-être prescrit par un médecin depuis 2015.
«La pilule abortive est disponible au Canada, mais les obstacles sont encore trop élevés et les gens ne peuvent pas y avoir accès», a déclaré la directrice générale du Centre de planning des naissances d’Ottawa, Catherine Macnab, dans un communiqué de presse mercredi.
La pilule abortive coûte au-delà de 400$. Mme Macnab estime que la couverture universelle de ce médicament est essentielle afin d’éliminer les obstacles à l’avortement.
«Nous savons que la pilule abortive peut avoir un impact important sur l’accès pour les Ontariens et c’est une méthode beaucoup moins intrusive pour s’occuper d’une grossesse non désirée, mais ce n’est pas un choix, si vous ne pouvez pas vous le permettre», a ajouté Catherine Macnab.
Une pétition a été créée sur Change.org. Elle encourage les Ontariens à exprimer au ministre que l’accès à l’avortement inclut une couverture universelle de cette pilule dans la province. (RC)


Le N.-B. ouvre les dossiers d’adoption aux enfants dès 19 ans
Les Maritimes, 8 février 2017 –
Le gouvernement du Nouveau-Brunswick lève le scellé sur les dossiers d’enfants adoptés dans la province dès qu’ils atteignent 19 ans. Le ministre provincial des Familles et des enfants, Stephen Horsman, a déposé un projet de loi à cet effet.
«Les gens à qui nous avons parlé veulent que les dossiers soient accessibles, comme c’est le cas ailleurs au Canada», explique le ministre Horsman.
Les enfants adoptés pourront avoir accès à leurs dossiers dès qu’ils auront atteint 19 ans. Ils obtiendront des informations médicales et ethniques sur leurs parents. Ils pourront aussi avoir accès à des informations sur l’éducation des parents, et savoir leurs noms.
L’organisme Coalition for Open Adoption Record demande depuis des années que les dossiers d’adoption soient accessibles aux enfants majeurs.
Des limites au projet de loi
Tous les dossiers ne seront pas nécessairement accessibles.
Les parents biologiques des enfants adoptés avant le 1er avril 2018 auront un droit de veto sur l’ouverture des dossiers. Ce veto ne tiendra plus pour les adoptions qui auront lieu après le 1er avril 2018.
Mais les parents auront encore leur mot à dire sur la façon dont les enfants majeurs pourraient les contacter, soit en personne, par courriel ou téléphone, par exemple. D’après le reportage de Michel Corriveau (RC)


Nouvelle école primaire trilingue dans l’arrondissement de La Baie
Saguenay-Lac-Saint-Jean, 8 février 2017 – L’enseignement du français, de l’anglais et de l’espagnol, des classes à aire ouverte, des arbres à l’intérieur et des fresques, voilà quelques-unes des particularités de la future école primaire trilingue à Saguenay.
La Commission scolaire des Rives-du-Saguenay annonce la création du programme «Au millénaire», chapeauté par l’école Médéric-Gravel, mais qui sera offert dans les locaux de l’ancienne école Georges-Vanier, fermée depuis huit ans.
Jusqu’à 160 élèves pourraient être admis au programme dès septembre prochain. Une journée Porte Ouverte est prévue dimanche. (RC)


Adapter l’urbanisme à l’hiver: l’exemple d’Edmonton
Montréal, 8 février 2017 – Montréal pourrait s’inspirer de l’architecture et de l’urbanisme de la capitale albertaine pour devenir une véritable ville d’hiver, croit Dominic Brassard. Edmonton a installé dans les parcs de la ville de petites cabanes en bois, entièrement chauffée par le soleil pour réchauffer les citoyens. «En soi, leur conception est géniale. Elles ne coutent presque rien à construire et se démontent facilement au printemps», précise le journaliste.
Néanmoins, la stratégie hivernale d’Edmonton va bien au-delà de ça. L’aménagement urbain prend en considération le vent, capte la lumière du jour, etc. Une autre façon d’aménager la ville est de construire des terrasses ouvertes tout l’hiver. «Ça favorise la vie de quartier! Ça vous permet de manger ou de prendre un café en même temps que vous regardez un piéton qui marche», ajoute Dominic Brassard. (RC)


08-02-2017


Pluie verglaçante: écoles fermées dans les Maritimes
Les Maritimes, 7 février 2017 –
La neige, le grésil et la pluie verglaçante qui s’abattent sur les provinces de l’Atlantique mercredi entraînent la fermeture de services publics par endroits et perturbent les transports.
Toutes les écoles des districts scolaires francophones au Nouveau-Brunswick sont fermées.
Le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick est fermé à Dieppe, Bathurst, Péninsule acadienne et Campbellton. Les cours sont annulés à Edmundston.
Les écoles du Conseil scolaire acadien provincial en Nouvelle-Écosse sont fermées dans les régions suivantes: Clare, Argyle, Greenwood, Rive-Sud, Truro, Halifax, Dartmouth, Sackville et Porter’s Lake.
Toutes les écoles de l’Île-du-Prince-Édouard sont également fermées. L’ouverture des bureaux gouvernementaux est reportée à 10h30.
Les Villes de Fredericton, Moncton et Halifax indiquent que leurs équipes sont à l’œuvre pour déblayer les rues. Elles recommandent la prudence aux piétons et automobilistes.
Des vols sont annulés ou en retard aux aéroports de Charlottetown, Fredericton, Halifax, Saint-Jean au Nouveau-Brunswick et Saint-Jean à Terre-Neuve.
Les départs des traversiers de Marine Atlantique à Terre-Neuve et en Nouvelle-Écosse prévus pour 11h45 sont annulés.
Les prévisions météorologiques
Près de 15 cm de neige prévus sur les régions du nord du Nouveau-Brunswick, selon Environnement Canada. La plupart des régions du centre et du sud devraient recevoir une dizaine de cm de neige, puis de la pluie verglaçante durant la matinée.
La température devrait atteindre 7 à 9 degrés Celsius durant l’après-midi, puis redescendre sous le point de congélation en soirée. Cela risque de rendre les routes et trottoirs glissants par endroits.
L’Île-du-Prince-Édouard et la Nouvelle-Écosse devraient recevoir une dizaine de cm de neige, puis de la pluie verglaçante durant plusieurs heures.
Des vents forts dont les rafales peuvent atteindre 130 km/h sont prévus sur l’ouest du Cap-Breton durant la matinée. Ils devraient faiblir durant l’après-midi au fur et à mesure que la tempête s’éloignera.
De la neige, du grésil et de la pluie verglaçante sont aussi prévus à Terre-Neuve. Les rafales peuvent atteindre 110 km dans la région de Port-au-Port en après-midi. Les vents devraient faiblir en soirée. (RC)


Sommet de la saison grippale en Abitibi-Témiscamingue
Abitibi-Témiscamingue, 7 février 2017 –
La saison grippale est à son sommet en Abitibi-Témiscamingue. Selon les données du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT), la région enregistre un pic dans les consultations au sujet de la grippe à Info-Santé, dans les salles d’urgence, ainsi que dans le nombre d’hospitalisations, et ce, depuis les cinq à six dernières semaines.
«La saison grippale a commencé au début du mois de décembre, mais c’est vraiment à la fin du mois de décembre, début du mois de janvier qu’on a atteint le sommet de la saison grippale. L’activité grippale demeure encore importante. Ça fait cinq à six semaines que ça stagne assez élevé», indique Nicole Bouchard, médecin-conseil en maladies infectieuses à la santé publique du CISSS-AT.
Les données hebdomadaires du CISSS-AT démontrent que, depuis le mois de janvier, il y a davantage de consultations qu’à l’habitude dans les salles d’urgence de la région pour des symptômes de fièvre et de toux qui peuvent être causés par la grippe.
Les salles d’urgence sont donc à éviter, selon Nicole Bouchard, «à moins vraiment qu’on soit dans une situation d’urgence, c’est-à-dire qu’on ait de la difficulté à respirer, on va dire aux gens de rester à la maison. C’est la meilleure façon de se soigner lorsqu’on a un rhume ou la grippe et on peut demander conseil à Info-Santé. D’ailleurs, l’infirmière d’Info-Santé va évaluer la situation de la personne et recommander, s’il y a lieu, d’aller à l’urgence.»
Les symptômes dits «classiques» de la grippe comme la fièvre, la toux et les douleurs un peu partout au corps arrivent subitement «et il faut garder le lit parce qu’on n’est pas capable de se lever», précise la médecin-conseil.
La souche de la grippe qui circule cette année est la H3N2. Selon les premières observations, l’efficacité du vaccin contre la grippe cette année serait environ de 50%. (RC)


Le CISSS pourrait rehausser le budget de l’Association des personnes handicapées des Îles-de-la- Madeleine
Québec, 7 février 2017 –
L’organisme, qui offre désormais un service de répit aux proches aidants et aux familles durant les fins de semaine, veut être reconnu comme étant un service d’hébergement, ce qui bonifierait son budget de fonctionnement.
Le service a été financé par une subvention de plus de 15 000$ en provenance de la Fondation de la Fédération des médecins spécialistes.
Une réponse du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) est attendue dans les prochains mois. (RC)


Aider les enfants grâce au sociofinancement
Mauricie, 7 février 2017 – Deux neuropsychologues de la Mauricie ont lancé une campagne de sociofinancement pour un organisme qui vient en aide à des jeunes qui souffrent de troubles de santé mentale. Amélie Cossette et Jessica Lacoursière se sont donné pour défi d’amasser 5000$ pour le Centre Arc-en-ciel de Trois-Rivières.
L’argent servira à améliorer les outils d’évaluation qui contribuent à déterminer de quoi souffrent les jeunes patients, par exemple les causes de leur détresse psychologique.
Ces examens coûtent très cher: plus de 1000$ pour certains et il faut en mener toute une série.
En posant un meilleur diagnostic, Amélie Cossette explique qu’elle pourra mieux intervenir et outiller l’entourage de l’enfant, «autant les parents que le milieu scolaire».
Un choix facile
Les deux neuropsychologues ont commencé l’élaboration du projet à l’automne 2015 dans le cadre du Rallye Roses des sables. Elles y participeront l’an prochain. L’activité se tient dans le désert du Maroc et implique d’amasser des fonds pour une cause.
Il ne faisait aucun doute dans leur esprit qu’elles choisiraient le Centre Arc-en-ciel.
«Pour nous ça allait de soi. On ne s’est même pas questionnées si on voulait donner à d’autres fondations. C’était là.» Amélie Cossette, neuropsychologue, CIUSSS-MCQ.
Financement participatif
L’automne dernier, elles ont fait appel à la plateforme québécoise de financement participatif La Ruche.
L’organisme à but non lucratif affirme avoir embarqué dans le projet parce que c’est une campagne qui va aider directement les jeunes qui en ont grandement besoin.
En Mauricie, en moyenne 20% des jeunes souffrent de détresse psychologique. D’après les informations d’Olivier Caron (RC)


8 M$ pour un centre d’aide aux toxicomanes
Colombie-Britannique, 7 février 2017 –
Pour soutenir l’activité du BC Centre on Substance Use, un centre d’aide aux toxicomanes, le ministre de la Santé de la Colombie-Britannique, Terry Lake, a annoncé que la province accordait près de 6,9 millions de dollars à l’organisme, dont 1,9 million destinés à ses frais d’exploitation.
Un don privé de 1 million de dollars de Peter Bull complète les fonds provinciaux par l’intermédiaire de la fondation de l’hôpital Saint-Paul, ce qui permet au centre d’obtenir 8 millions de dollars en tout.
Cette somme s’ajoute aux 5 millions de dollars qui avaient été débloqués par Victoria en septembre 2016 pour lutter contre la crise des surdoses en Colombie-Britannique.
Après avoir rappelé le nombre de décès par surdose dans la province en 2016 – lequel s’élève à 914 –, le ministre de la Santé a également évoqué son inquiétude par rapport à l’arrivée récente du carfentanyl, une substance 100 fois plus toxique que le fentanyl.
Les activités du BC Centre on Substance Use touchent à la recherche, l’éducation et aux soins aux malades. (RC)


L’UQAR lance un diplôme d’études en océanographie unique au pays
Québec, 7 février 2017 –
L’Université du Québec à Rimouski (UQAR) offrira dès l’automne un diplôme d’études supérieures spécialisées en océanographie appliquée. Il s’agit du seul programme de ce type au Canada.
Une première cohorte de ce nouveau programme de deuxième cycle pourrait voir le jour dès l’automne, si le nombre d’inscriptions est suffisant.
Ce diplôme s’adresse aux personnes qui veulent acquérir des connaissances et des habiletés d’intervention en matière de gestion des ressources naturelles, de développement durable des milieux marins et de protection des écosystèmes marins.
«On s’est rendu compte qu’on avait beaucoup de formations pour faire des chercheurs, mais qu’on n’avait pas vraiment de formations qui permettaient d’aller chercher du monde d’un milieu plus professionnel.» Karine Lemarchand, directrice du comité des programmes des études de cycle supérieur en océanographie à l’Institut des sciences de la mer de Rimouski de l’UQAR.
Le programme vise entre autres à former des étudiants qui pourront résoudre des problèmes concrets.
Un besoin de plus en plus présent dans la région, selon Mme Lemarchand, en raison du développement de la stratégie maritime du Québec et des enjeux majeurs pour le développement des écosystèmes marins.
D’après une enquête menée par l’Université auprès d’employeurs potentiels, beaucoup de personnes sur le marché du travail sont formées en biologie et en chimie, mais très peu sont formées aux réalités du milieu marin. (RC)


Recherché: berceurs de bébés et visiteurs amicaux
Les Maritimes, 7 février 2017 –
Le Réseau de santé Horizon est à la recherche de nouveaux bénévoles dans ses établissements du sud-ouest du Nouveau-Brunswick. Différents postes sont à combler comme celui de berceur de bébés.
Les postes proposés sont variés et peuvent consister à rendre des visites amicales aux patients, tenir des boutiques de cadeaux dans les unités de soins longue durée, jouer de la musique ou encore bercer des bébés.
Même si la tâche paraît attrayante, la gestionnaire des ressources bénévoles Julia Brooks précise que les bénévoles devront s’armer de «beaucoup de patience» pour endormir des bébés en pleurs.
Même si beaucoup de bénévoles actuels sont retraités, le Réseau de santé est à la recherche de bénévoles de tout âge. Pour l’instant la fourchette d’âge s’étend de 15 à 100 ans.
Les bénévoles intéressés qui auraient entre deux et quatre heures à consacrer par semaine à l’hôpital devront se soumettre à une entrevue, une vérification policière et fournir deux lettres de recommandation. (RC)


Prévenir les embâcles sur le Saint-Laurent
Québec, 7 février 2017 –
Avec le temps froid des derniers jours, le brise-glace NGCC Des Groseilliers, de la Garde côtière du Canada, multiplie les passages sous les ponts entre Québec et Lévis pour s’assurer qu’aucun embâcle ne se forme.
C’est le commandant Michel Dufresne qui est à la barre de cette opération presque quotidienne ces jours-ci. «Il y a un peu plus de glace qui circule sur le fleuve. On va aller faire une patrouille jusqu’aux ponts pour s’assurer que toute la glace circule correctement», explique le commandant.
«En cas d’embâcle dans ce secteur-là, les riverains en amont des ponts risquent d’avoir un peu d’eau dans leur sous-sol», lance-t-il, conscient de l’importance du travail de ses 40 membres d’équipage.
Le brise-glace ne fait pas seulement du contrôle pour les embâcles. Il offre aussi un service d’escorte pour les navires marchands qui doivent circuler devant Québec.
Ce sont les cartes des glaces, développées tous les jours grâce aux patrouilles aériennes de la Garde côtière, qui permettent aux navires marchands de décider s’ils solliciteront l’aide du brise-glace ou non.
À ce titre, le Des Groseilliers est moins sollicité que les années dernières selon le commandant Dufresne.
«Depuis le mois de décembre, au total, on a fait 21 ou 22 escortes. Ce n’est pas beaucoup si on compare à ce qui s’était passé il y a deux ans ou trois ans, où c’était le double ou le triple.»
Le Des Groseilliers n’est pas le seul à mener ce genre d’opérations. Dans le secteur de Trois-Rivières, c’est l’Amundsen qui offre le service d’escorte des navires commerciaux et le contrôle d’embâcle. Un reportage de Maxime Corneau (RC)


Une clinique d’Alma cesse de dégriffer les chats
Saguenay-Lac-Saint-Jean, 7 février 2017 – La clinique vétérinaire Sagamie d’Alma n’enlève plus les griffes des chats. Les propriétaires ont pris cette décision après avoir étudié le comportement des animaux dégriffés.
«En faisant des études à la fois sur les patients que l’on opérait et puis à plus long terme, sur les patients qui avaient été opérés, on s’est rendu compte que c’était des animaux qui pouvaient présenter des douleurs à long terme, voire des douleurs chroniques qu’il était difficile de gérer», a expliqué le vétérinaire Christophe Céleste à l’émission L’heure de pointe.
Le professionnel a ajouté que dégriffer un chat ne consiste pas seulement à enlever les griffes de l’animal. Il a précisé que cette opération «ampute la dernière phalange» sur les pattes du félin.
Selon le vétérinaire, le dégriffage est l’opération la plus douloureuse parmi les chirurgies de convenance comme la stérilisation.
Après avoir mûrement réfléchi, les professionnels de la clinique Sagamie ont commencé à sélectionner les clients à qui ils offraient l’opération, mais ils ont finalement décidé de cesser cette pratique.
Christophe Céleste a affirmé que des clients demandent un dégriffage chaque semaine.
Plusieurs cliniques de la région de Montréal ont cessé d’enlever les griffes des chats. D’autres cliniques de la province seraient intéressées à arrêter cette chirurgie. Un texte de Mélissa Savoie-Soulières (RC)


06-02-2017


Rappel de nourriture en purée pour bébé
Montréal, 5 février 2017 – Les compagnies Loblaw Limitée rappellent de la nourriture en purée pour bébé parce que le produit pourrait favoriser la propagation de la bactérie du botulisme, clostridium botulinum.
L’entreprise effectue un rappel de contenants de 128 millilitres de nourriture en purée Pomme, bleuet et petits pois de marque PC Biologique. Le code universel de produits est 0 60383 06292 7 et la date de péremption est le 31 octobre 2017.
Le produit a été distribué à l’échelle du pays.
Si vous avez le produit visé par le rappel, il est conseillé de le jeter ou de le rapporter au magasin où vous l’avez acheté.
Si vous croyez que quelqu’un est malade après avoir consommé ce produit, il faut communiquer avec votre médecin.
Les aliments contaminés par la bactérie clostridium botulinum ne présentent pas nécessairement de changements visibles ou d’odeur suspecte mais ils peuvent vous rendre malade.
L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) affirme que le rappel découle d’une plainte d’un consommateur.
L’ACIA souligne qu’«aucun cas de maladie associé à la consommation du produit n’a été signalé». (RC)


Des risques d’avalanches importants en Colombie-Britannique
Colombie-Britannique, 5 février 2017 – Avalanche Canada soutient que la prudence est de mise pour les Britanno-Colombiens qui souhaitent s’aventurer dans les montagnes jusqu’au moins mardi.
Les risques sont «élevés» pour la côte sud et «considérables» dans la région des Kootnays et au Parc national des Lacs-Waterton. Ils seront «modérés» dans la région des Caribous à partir de lundi.
Plus de 20 cm de neige sont tombés entre vendredi et samedi sur la région de côte sud.
L’équipe de sauvetage North Shore Rescue du Grand Vancouver demande au public de se tenir loin des zones propices aux coulées de neige jusqu’à ce que les conditions s’améliorent. (RC)


03-02-2017


Nombreuses pannes dans le réseau de bornes de recharge de voitures électriques
Montréal, 2 février 2017 –
Hydro-Québec s’affaire à réparer 160 bornes de Circuit électrique, le réseau public de bornes de recharge de voitures électriques, qui ont cessé de fonctionner après une mise à jour du système.
À la suite de plusieurs signalements d’usagers au sujet de bornes défectueuses, Hydro-Québec, qui s’occupe du réseau Circuit électrique, a constaté qu’elles étaient toutes de «première génération», c’est-à-dire qu’elles ont été installées entre 2012 et 2013 par le fournisseur Aerovironment.
Jusqu’à présent, 90 d’entre elles ont été réparées. Dans les cas où les bornes avaient été plus utilisées, les autorités ont préféré remplacer les vieux modèles par des bornes «AddEnergie», une version plus récente.
Il s’agit de la première grande panne à frapper le réseau, qui compte un total de 800 bornes de recharge pour les voitures électriques à travers la province.
Toutes les bornes seront graduellement remises en service au cours des prochains jours, a assuré un porte-parole d’Hydro-Québec par communiqué. Le gouvernement du Québec n’assurera pas les frais des réparations, puisque le fournisseur Aerovironment payera la facture.
Circuit électrique a prévenu les usagers de la situation, les invitant à consulter la carte du réseau sur le site web et l’application mobile afin de repérer facilement les bornes en service. Avec les informations de Josie-Anne Taillon (RC)


La grève des 1000 ambulanciers syndiqués à la FTQ vient de commencer
Montréal, 2 février 2017 –
La grève des quelque 1000 ambulanciers syndiqués à la FTQ a débuté, à 00h01 la nuit dernière, dans plusieurs municipalités du Québec.
Quelques heures avant le déclenchement effectif de la grève, mercredi soir, le tribunal a d’ailleurs statué sur les services essentiels qui devront être maintenus durant le débrayage.
Ainsi, dans le cadre de cette grève, des véhicules ambulanciers ne seront plus affectés sur place lors d’événements sportifs ou pour le tournage de films. Les paramédics se déplaceront au besoin.
De même, ils refuseront de transporter, mais pour le retour seulement, les escortes médicales et les équipements lorsqu’il n’y a pas de patient à bord de l’ambulance.
De plus, ils refuseront de compléter les formulaires et les rapports de vérification du matériel et des fournitures médicales, sauf pour le moniteur défibrillateur, lors des vérifications effectuées au début du quart de travail.
Parmi les villes touchées par les 17 avis de grève, on note Repentigny, Beloeil, Boucherville, Lacolle, Acton Vale, Huntingdon, Granby, Val d’Or, Senneterre, Asbestos, Pointe-à-la-Croix, Paspébiac et Baie-des-Chaleurs. (PC)


Des maisons au N.-B. toujours dans le noir à cause d’entrées électriques endommagées
Les Maritimes, 2 février 2017 –
Le raccordement au réseau électrique va bon train dans la Péninsule acadienne. Les derniers rebranchements pourraient cependant prendre un peu plus de temps: il faut des électriciens pour réparer les entrées électriques de certaines maisons.
L’accumulation de glace a arraché les mâts sur des maisons. Les dommages doivent être réparés avant qu’Énergie Nouveau-Brunswick puisse rétablir le courant.
Selon l’électricien Aldéo Duguay, la société d’énergie vérifie le permis pour s’assurer que la réparation a été faite par un professionnel certifié.
Pour certains résidents comme Denise Godin de Fairisle, cela veut dire que la panne se prolonge. Elle avait retrouvé l’électricité mardi, mais Énergie Nouveau-Brunswick a dû débrancher le courant chez elle parce que son entrée électrique a été endommagée par la glace.
Ce sont les résidents eux-mêmes qui doivent faire les démarches pour faire réparer l’équipement à leur maison. D’après le reportage de François Vigneault (RC)


Les fermetures de blocs opératoires affichées sur Internet
Québec, 2 février 2017 –
La population pourra dorénavant être informée directement des fermetures de blocs opératoires dans les établissements hospitaliers du Bas-Saint-Laurent.
Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent publie désormais de l’information en ce sens directement sur son site web.
«Avec les sorties médiatiques qui sont survenues, c’est sûr qu’on a senti un intérêt de la population à être informée de ces conditions-là, donc oui, c’est un peu pour montrer l’état des choses, l’état des lieux au niveau des découvertures au bloc opératoire.» Jean-Christophe Carvalho, directeur des services professionnels du CISSS du Bas-Saint-Laurent.
L’hôpital de Matane est entre autres sans anesthésiste depuis le 29 janvier, et ce, pour deux semaines.
Vendredi, le bloc opératoire de l’hôpital de La Pocatière sera fermé jusqu’au 10 février, encore une fois faute d’anesthésiste. Les patients sont dirigés respectivement vers Rimouski et Rivière-du-Loup.
L’information sur les fermetures de blocs opératoires se retrouve sous l’onglet «Découverture médicale – bloc opératoire». (RC)


Attention, de faux représentants de la SPA rôdent
Estrie, 2 février 2017 – La Société protectrice des animaux (SPA) des Cantons appelle les citoyens à la vigilance en raison de faux représentants qui sollicitent la population.
L’organisme a d’ailleurs publié un message sur sa page Facebook. Depuis les trois dernières semaines, la SPA dit avoir reçu huit signalements de faux représentants.
Un ou plusieurs individus font du porte à porte pour des « inspections de chenil », la vente de médailles ou carrément des visites de courtoisie en utilisant le nom de la SPA des Cantons. Une van blanche est souvent mentionnée en commentaire. La SPA des Cantons possède deux vans, une blanche et une marine qui sont lettrées sur tous les côtés.
Nous recevons beaucoup de demandes de renseignements suite à des visites de ce genre depuis quelques temps.
Si un (e) employé de la SPA des Cantons se présente chez vous:
– Il portera un manteau et un chandail identifié
– Une carte d’identité avec photo VISIBLE
Si vous avez le moindre doute, n’hésitez pas à nous contacter au 450-263-1117 ou les policiers. (RC)


Fumer avec un enfant dans la voiture vous vaudra une amende, dit la police de Prince Albert
Saskatchewan, 2 février 2017 –
La police de Prince Albert rappelle aux automobilistes qu’il est interdit de fumer avec un enfant de moins de 16 ans à l’intérieur d’un véhicule, après qu’un conducteur eut reçu une contravention pour cet acte.
«Fumer ou tenir un produit du tabac allumé dans un véhicule en présence d’une autre personne de moins de 16 ans est illégal, souligne le sergent Travis Willie. Vous pouvez être intercepté et recevoir une amende pour cette infraction.»
L’amende prévue dans la Loi réglementant les produits du tabac est de 280$.
La loi est présente depuis quelques années dans la province, mais des gens sont encore surpris d’être accusés, explique le sergent Willie. Les gens sont plus conscients des lois concernant le cellulaire au volant par exemple, dit-il.
Le sergent explique cependant que la police qui surveille la circulation fait usage de son pouvoir de discrétion pour appliquer la Loi. «L’éducation est tout aussi importante», selon lui.
La police de Prince Albert et la société d’assurance automobile provinciale SGI se sont jointes récemment lors de deux jours d’opération ciblant les infractions routières. (RC)


La GRC entraînera ses chiens pour détecter le fentanyl
Alberta, 2 février 2017 – La Gendarmerie royale du Canada (GRC) entraîne actuellement tous ses chiens policiers à la détection du fentanyl, et la police fédérale soutient que ces efforts ont déjà porté fruit.
Selon la GRC, l’une des trois équipes cynophiles pour l’instant entraînées à détecter le fentanyl a déjà intercepté en Colombie-Britannique 12 000 comprimés de cet opioïde synthétique extrêmement puissant et souvent mortel.
La GRC souhaite entraîner d’ici la mi-juillet ses 139 équipes de chiens policiers déjà capables de détecter la présence d’autres stupéfiants. La formation est dispensée au Centre de dressage des chiens de police de la GRC à Innisfail, en Alberta.
Pour les besoins du dressage, la GRC a transformé du fentanyl pur en une forme liquide, très diluée, ce qui permet d’entraîner les chiens avec l’odeur réelle de l’opioïde sans que les bêtes courent le risque d’en inhaler, a précisé l’inspecteur Akrum Ghadban, officier responsable du Centre de dressage.
Le fentanyl est un opioïde synthétique environ 100 fois plus puissant que la morphine, qui peut causer de sérieux dommages, voire la mort.
La police rappelle que le fentanyl est vendu sous forme de comprimés conçus pour ressembler à des médicaments sur ordonnance, ou qu’il est ajouté à d’autres drogues comme la cocaïne ou l’héroïne, à l’insu des consommateurs. (PC)


Fukushima: des saumons irradiés en Colombie-Britannique
Colombie-Britannique, 2 février 2017 –
Des traces de radiation provenant de la catastrophe nucléaire de Fukushima ont été détectées pour la première fois dans des saumons en Colombie-Britannique, annonce l’Université de Victoria (UVic).
Le cesium-134 est précisément l’empreinte isotope de Fukushima, une sorte de carte d’identité permettant d’affirmer que la minuscule quantité de radiation trouvée dans des saumons sockeye britanno-colombiens provient bel et bien de la catastrophe nucléaire nipponne survenue en 2011.
C’est dans le lac Okanagan, durant l’été 2015, que les poissons irradiés ont été prélevés: un total de 8 sur 156 ont présenté des traces de radiation au cesium-137, un autre isotope radioactif généré par l’activité humaine, mais pas nécessairement rattaché à Fukushima.
Assez, tout de même, pour tirer la sonnette d’alarme et éveiller la curiosité des chercheurs.
Pas de risque de santé publique
Selon Jay Cullen, océanographe UVic, le niveau de cesium-134 relevé dans les saumons du lac Okanagan est 10 000 fois plus bas que les normes maximales imposées par Santé Canada, et ne pose donc aucun risque pour les consommateurs.
D’autres saumons sockeye prélevés en 2016 dans le lac Sproat, sur l’île de Vancouver, présentent des traces de cesium-137. Des tests sont en cours pour déterminer s’ils contiennent aussi du cesium-134 relatif à Fukushima.
Pic de radioactivité à venir
D’après les chercheurs de l’UVic, les traces de radioactivité de Fukushima ont atteint les côtes est du Pacifique, de l’Alaska à la Californie, depuis déjà quelque temps, mais le pic de concentration des particules radioactives est attendu cette année et l’année prochaine.
«Nous allons continuer de surveiller de très près les niveaux de radioactivité. Mais nous avons toutes les raisons de penser, au vu des niveaux observés jusqu’à présent, qu’il n’y aura aucun risque pour la santé publique ou la vie marine en Colombie-Britannique», conclut Jay Cullen. (RC)


Toronto moteur économique du pays selon Statistique Canada
Montréal, 2 février 2017 –
Des données recueillies par Statistique Canada démontrent que la ville de Toronto est non seulement le moteur économique de l’Ontario, mais aussi celui du Canada.
L’agence fédérale a publié un nouveau bulletin sur la contribution des villes de plus d’un million d’habitants à l’économie canadienne.
En 2013, soit la dernière année pour laquelle Statistique Canada a analysé les données, Toronto a contribué pour plus de 330 milliards de dollars à l’économie du pays. C’est presque l’équivalent du produit intérieur brut (PIB) de la province de l’Alberta.
Toronto, malgré un léger ralentissement de son économie entre 2009 et 2013, a réussi à générer le cinquième du PIB du Canada.
La croissance de divers secteurs comme la construction, les technologies de l’information, l’immobilier, la finance et même l’industrie manufacturière fait en sorte qu’elle continuera à le faire dans l’avenir.
Par ailleurs, l’activité économique de la métropole a contribué à plus de la moitié du PIB de la province de l’Ontario.
Cette performance ne devrait pas surprendre. Après tout, Toronto est la plus grande ville du pays et la quatrième en Amérique du Nord avec près de 3 millions d’habitants. Un texte de Lyne-Françoise Pelletier (RC)


Entente de principe avec le plus important syndicat d’enseignants
Ontario, 2 février 2017 – La province s’est entendue pour une prolongation de contrat de deux ans avec le syndicat des enseignants des écoles élémentaires publiques anglaises. La FEEO représente 78 000 membres.
Des accords de principe avaient déjà été conclus avec les enseignants des écoles françaises et ceux des écoles catholiques, ainsi qu’avec des syndicats d’autres employés des écoles.
Enseignants du secondaire
La ministre de l’Éducation Mitzie Hunter explique que le gouvernement est en contact avec la Fédération des enseignants des écoles secondaires, qui n’a toujours pas négocié une entente de principe pour la prolongation de son contrat de travail.
Aucune séance de discussion officielle n’est prévue pour le moment. Le gouvernement Wynne veut éviter d’avoir à négocier avec les enseignants en période électorale.
Si les accords sont ratifiés, les contrats arriveront à échéance en août 2019, soit bien après les élections générales de juin 2018. (RC)


L’hormonothérapie efficace lors de récidive de certains cancers masculins
Québec, 2 février 2017 –
S’ils combinent à la radiothérapie des traitements d’hormonothérapie, les hommes atteints d’une récidive du cancer de la prostate pourraient augmenter leurs chances de survie, démontre une étude financée par l’Institut national du cancer (NCI).
À la suite de l’ablation de leur prostate, 30% des hommes subissent une récidive de leur cancer qui réapparaît sous forme de métastase.
Les chercheurs ont établi que l’hormonothérapie pour bloquer les hormones mâles peut prolonger la vie de ces patients en ralentissant la propagation des cellules cancéreuses.
Les résultats de l’étude menée pendant 12 ans sur 761 hommes indiquent que les patients ajoutant l’hormonothérapie à leur traitement de radiothérapie réduisent leur incidence de mortalité de 13,4% à 5,4%.
L’essai clinique mené aux États-Unis et au Canada a également montré que la combinaison des deux traitements réduisait la fréquence des métastases de 23 à 14,5%.
D’autres études seront toutefois nécessaires pour déterminer si tous les patients atteints d’un cancer de la prostate peuvent bénéficier de l’hormonothérapie et établir, le cas échéant, la durée idéale de ce traitement. (RC/AFP)


02-02-2017


Centre de réchauffement au N.-B.: une aide inébranlable malgré la fatigue
Les Maritimes, 1 février 2017 –
Les responsables du centre de réchauffement de Lamèque, au Nouveau-Brunswick, s’attendent à une plus grande affluence, mais ils soulignent que personne ayant besoin d’aide ne sera abandonné.
Des milliers de foyers sont toujours privés de courant depuis la tempête de pluie verglaçante qui s’est abattue sur la province il y a une semaine.
Dans le centre de réchauffement de Lamèque, aménagé dans le sous-sol de l’église, les sinistrés ont hâte de pouvoir rentrer chez eux.
Les responsables du centre affirment qu’ils ont tellement de bénévoles qu’ils peuvent les affecter à des tâches précises, par exemple l’accueil, l’entretien, la cuisine, etc.
Ce centre de réchauffement, comme plusieurs autres, est ouvert 24 heures. Son équipe s’attend à un plus grand achalandage, car le temps est de plus en plus froid. Malgré la fatigue chez les bénévoles, il faudra être encore plus alerte aux besoins des gens.
«Au fur et à mesure que l’électricité est branchée, même s’il y a moins de résidents qui ont des besoins, ces mêmes résidents-là qui sont branchés à l’électricité, leur frigidaire est vide, ils ont perdu de la nourriture, il n’y avait plus d’essence, etc. Alors, il faut aussi continuer à les servir. On ne va pas abandonner personne», explique Paul Aurel Chiasson, responsable du centre d’hébergement à Lamèque.
Le gouvernement provincial a annoncé mardi un programme d’aide pour les sinistrés de la crise du verglas. M. Chiasson informe les gens qui fréquentent afin qu’ils puissent entamer les démarches pour en bénéficier. (RC)


Le jour de la marmotte
Montréal, 1 février 2017 – Selon la légende, la marmotte sort de son terrier le 2 février à midi pour chercher son ombre. Si elle la voit, elle prend peur, rentre dormir et l’hiver dure encore six semaines. Si elle ne la voit pas, elle reste dehors, car le pire de l’hiver est passé et un temps plus chaud approche.
Les origines du jour de la marmotte
Les origines du jour de la marmotte remontent à l’Europe médiévale. Ce jour-là s’appelait alors la Chandeleur et il s’agissait d’une fête chrétienne pendant laquelle on allumait des chandelles (d’où le nom de Chandeleur). Selon une légende européenne, les hérissons prédisaient l’arrivée du printemps suivant le temps qu’il faisait le jour de la Chandeleur. Les colons européens emportent en Amérique du Nord la légende du 2 février et, en l’absence de hérissons, ils confient à la marmotte le soin de prédire l’arrivée du printemps.
Les premiers colons attendent anxieusement, lorsque les réserves hivernales diminuent, l’arrivée d’un printemps précoce pour semer et récolter de bonne heure. Toutefois, ils ne se rendent pas compte que la marmotte s’éveille plus tard que le hérisson européen et qu’il est moins probable qu’elle remue, même durant les jours chauds de l’hiver. Le 2 février, le pire de l’hiver est habituellement chose du passé en Europe occidentale, mais les hivers canadiens sont généralement plus longs: il fera encore plus froid et il neigera encore davantage après cette date. Au début de février, les ouvertures des terriers des marmottes sont habituellement recouvertes d’épaisses couches de neige et de glace.
L’ombre dans la légende est en partie vraie. En hiver, les jours ensoleillés sont généralement associés à l’air arctique, plus froid et plus sec; quant aux jours nuageux, ils sont associés à l’air maritime, plus humide et plus doux. Comme les conditions météorologiques persistent habituellement plusieurs jours, les conditions du 2 février peuvent se maintenir durant quelques jours, mais pas nécessairement plus longtemps. (PC)


C’est le premier jour du défi «28 jours sans alcool»
Montréal, 1 février 2017 –
De retour cette année, le défi «28 jours sans alcool» proposé par la Fondation Jean-Lapointe débute mercredi.
À nouveau, les participants sont invités à recueillir des dons et à renoncer à l’alcool pour toute la durée du mois de février. L’objectif premier du défi est de sensibiliser à la place que prend l’alcool dans la vie de tout un chacun.
Les participants sont invités à s’inscrire sur le site defi28jours.com et à faire un don minimum de 28$.
La Fondation espère recueillir au moins 300 000$ qui serviront à financer des activités pour sensibiliser 60 000 adolescents âgés de 12 à 16 ans aux risques liés à la consommation d’alcool et de drogue. (QMI)


Des employés exposés à l’Ebola, au VIH et à la tuberculose dans un laboratoire national
Manitoba, 1 février 2017 – Sur une période de 22 mois, plus d’une douzaine d’employés ont pu avoir été exposés à des agents pathogènes potentiellement dangereux au Laboratoire national de microbiologie (LNM) de Winnipeg.
Entre janvier 2015 et octobre 2016, 14 des 45 rapports d’incident déposés au LNM faisaient état d’une possible exposition à ces agents, confirment des documents obtenus à la suite d’une demande d’accès à l’information.
Parmi ces incidents figurent des problèmes de combinaison anti-danger biologique, des piqûres d’aiguilles contaminées ainsi que des défaillances d’autoclave de stérilisation qui ont mis des employés du laboratoire en contact avec des échantillons viraux, dont le VIH, l’Ebola et la tuberculose.
Dans chacune de ces situations, le médecin des maladies infectieuses de garde a déclaré que le risque d’infection était «faible», «très faible» ou «négligeable».
«Tout incident doit être le dernier», tranche le docteur Gary Kobinger, un spécialiste en maladies infectieuses qui a déjà travaillé au LNM.
Travailler avec des agents pathogènes mortels comprend un certain degré de risque, mais des protocoles de sécurité proactifs et le suivi de chaque cas minimise le risque de voir une telle chose se produire à nouveau, affirme M. Kobinger.
Aucun des incidents survenus dans la période de 22 mois visée par la demande d’accès à l’information ne s’est traduit en infection, rassure Matthew Gilmore, directeur général scientifique du Laboratoire national de microbiologie de l’Agence de la santé publique du Canada.
M. Gilmore avoue, toutefois, qu’un incident en 2012 a entraîné une «infection probablement contractée en laboratoire» dans un laboratoire de confinement biologique de niveau 2. L’employé s’en est complètement rétabli.
Même si le volume d’incidents en laboratoire peut paraître élevé, le directeur général scientifique assure que le nombre d’occurrences «reflète tout simplement la nature transparente de [leurs] processus». (RC)


Ce qu’il y a dans le Nutella risque de vous surprendre
Montréal, 1 février 2017 –
Une photo postée sur Reddit est devenue virale sur les réseaux sociaux. Celle de deux pots de Nutella côte à côte. D’un côté, le pot que l’on connait tous. De l’autre, le même avec ce qu’il y a dedans. Et le résultat fait froid dans le dos.
Selon le Daily Mail, un pot de Nutella se composerait pour plus de la moitié de sucre, soit 227 grammes sur 400 pour être précis.
Nutella, qui est fabriqué par Ferrero, ne confirmerait ou ne nierait pas si la nouvelle image virale balayant le web représente avec précision les proportions d’ingrédients dans chaque pot de la propagation comme il a dit sa recette est un secret étroitement gardé.
Mais dans l’information nutritionnelle sur ses bocaux et sur son site Web, Nutella révèle que chaque cuillère à soupe de 15g contient 8,5g de sucre – ce qui signifie que chaque bocal de 400g contient un énorme 227,2g de sucre, soit plus de 50% du pot.
L’huile de palme est le deuxième ingrédient le plus important suivi des noisettes, du chocolat et du lait en poudre.
Chacun se fera son avis mais une chose est sûre, mieux vaut ne pas trop en abuser. (Canoë)


La pollution atmosphérique serait liée à la démence chez les femmes âgées
Montréal, 1 février 2017 – La pollution atmosphérique, comme celle générée par les usines et les automobiles, semble grandement augmenter le risque de démence, y compris de la maladie d’Alzheimer, selon des chercheurs californiens.
Les chercheurs de l’Université de la Californie du Sud (USC) ont constaté que les femmes qui habitent des secteurs où la concentration de particules ultrafines surpasse les normes de l’agence américaine de protection de l’environnement augmentent de 81% leur risque de déclin cognitif global et de 92% leur risque de démence, incluant la maladie d’Alzheimer.
Si leurs conclusions s’appliquent à la population générale, la pollution atmosphérique pourrait être responsable de 21% des cas de démence, selon l’étude.
L’effet néfaste était particulièrement marqué chez les femmes porteuses du gène APOE4, qui augmente le risque de souffrir de la maladie d’Alzheimer.
Les chercheurs ont également mené une expérience sur des souris pendant laquelle des femelles porteuses de ce gène ont été exposées de manière chronique à ce type de pollution atmosphérique pendant 15 semaines. Comparativement au groupe témoin, les femelles porteuses du gène ont accumulé 60% plus de plaques amyloïdes, ces agglomérations toxiques qui accélèrent la progression de la maladie d’Alzheimer.
Quelque 48 millions de personnes souffrent de démence à travers le monde et près de huit millions de nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année, selon l’Organisation mondiale de la Santé.
Les particules microscopiques peuvent se loger au plus creux des poumons et causer des problèmes de santé chroniques.
Les conclusions de cette étude sont publiées par le journal médical Translational Psychiatry. (PC)


Deux organismes de lutte contre le cancer forcés de fusionner
Montréal, 2 février 2017 – Faute de recevoir suffisamment de dons, la Société canadienne du cancer (SCC) et la Fondation canadienne du cancer du sein (FCCS), les deux plus importants organismes de lutte au cancer au pays, vont annoncer leur fusion vendredi, a révélé le «Globe and Mail».
La nouvelle entité formée par les deux organismes de bienfaisance opérera sous le nom de Société canadienne du cancer.
En fusionnant, les deux organismes espèrent économiser sur leurs frais de fonctionnement, ce qui leur éviterait d’avoir à couper dans leurs services.
L’homme chargé de superviser la fusion, Robert Lawrie, a indiqué au «Globe» que ce n’est qu’un début pour la SCC. «Ce que nous faisons est le premier pas longtemps repoussé de la consolidation du secteur de la charité liée au cancer», a-t-il indiqué.
Quatre autres groupes ont déjà entamé des pourparlers avec la nouvelle entité en vue d’une fusion, a noté M. Lawrie, en précisant qu’il existe près de 300 organismes de bienfaisance liés au cancer au Canada. (QMI)


L’opposant russe Vladimir Kara-Murza tombe subitement malade et est à l’hôpital
Moscou, 2 février 2017 – Un jeune opposant russe bien connu dans son pays, Vladimir Kara-Murza, a été hospitalisé jeudi après être subitement tombé malade.
En mai 2015, M. Kara-Murza, qui est journaliste, a frôlé la mort lorsqu’il a été terrassé par une soudaine défaillance rénale. Des analyses médicales avaient montré qu’il avait ingéré une substance empoisonnée.
La mort par empoisonnement de l’opposant russe Alexander Litvinenko et les décès mystérieux de quelques autres personnalités de l’opposition en Russie avaient fait craindre que Vladimir Kara-Murza ait possiblement été empoisonné délibérément.
La nouvelle de son retour à l’hôpital a été communiquée par une fondation privée pour laquelle il travaille, Open Russia, dirigée par un opposant du Kremlin en exil, Mikhaïl Khodorkovsky.
Vladimir Kara-Murza, qui est âgé de 35 ans, était un proche de Boris Nemtsov, un politicien d’allégeance libérale qui a été assassiné à Moscou en février 2015. (AP)