Résumé des communiqués
destinés à la santé et aux services sociaux

Faites parvenir vos communiqués par courrier électronique Icone courriel

 

 

Mercredi 29 mars 2017

 


Rappel de biscuits de lactation en raison de la présence d’arachides non déclarées
Ottawa, 28 mars 2017 – Un avis de rappel visant des biscuits de lactation de marque Booby Boons en raison de la présence non déclarée d’arachides a été étendu, mardi soir, à davantage de sortes de biscuits de l’entreprise Purposeful Excellence.
Le rappel, qui visait d’abord les biscuits aux pépites de chocolat Booby Boons (CUP 6 27843 52531 8), concerne désormais les biscuits à saveur de cacao et quinoa (CUP 6 27843 52526 4) et ceux à l’avoine et aux raisins secs (CUP 6 27843 52525 7).
Tous les biscuits visés ont été vendus dans des emballages de 168 grammes portant la date «meilleure avant MAR01/2018».
Les biscuits ont été vendus à la grandeur du Canada.
Les personnes allergiques aux arachides ne doivent pas consommer ces biscuits. Une réaction allergique associée à ce produit a été signalée, a précisé l’Agence canadienne d’inspection des aliments. (QMI)


Rappel de farine possiblement contaminée à la bactérie E. coli
Alberta, 28 mars 2017 – L’Agence canadienne d’inspection des aliments procède au rappel de farine tout usage de la marque Robin Hood, car elle pourrait être contaminée par la bactérie E. coli.
La farine visée a été vendue en sacs de 10 kg au Manitoba, en Saskatchewan, en Alberta et en Colombie-Britannique.
L’Agence indique que ce rappel découle d’une enquête sur une éclosion de maladie d’origine alimentaire. Un cas de maladie a été associé à la consommation de cette farine, mais l’ACIA précise que l’enquête se poursuit, ce qui pourrait entraîner le rappel d’autres produits.
L’ACIA soutient que les aliments contaminés par la bactérie E. coli O121 ne présentent pas nécessairement de modification visible ni d’odeur suspecte, mais peuvent quand même rendre malade. Parmi les symptômes possibles, elle cite nausées, vomissements, crampes abdominales plus ou moins aiguës et diarrhée aqueuse ou sanguinolente. La maladie peut conduire jusqu’à la mort.
L’agence encourage la population à vérifier si elle a le produit visé à la maison et, le cas échéant, à le jeter à la poubelle ou à le rapporter au magasin où il a été acheté. (RC)


Deux chercheurs canadiens obtiennent des prix Gairdner
Ontario, 28 mars 2017 –
Deux chercheurs canadiens ont remporté des prix Gairdner, qui célèbrent certaines des découvertes médicales les plus importantes à travers le monde.
Le Dr Antoine Hakim, professeur émérite en neurologie de l’Université d’Ottawa, et le Dr Lewis Kay, scientifique en médecine moléculaire à l’Hôpital pour enfants malades de Toronto, figurent parmi les sept lauréats 2017 des prix annoncés mardi, à Toronto.
Au fil des ans, 84 récipiendaires de ces prix Gairdner en sont venus à remporter des prix Nobel en physiologie ou en médecine. Les lauréats obtiennent chacun 100 000$, et les prix seront remis officiellement lors d’un gala le 26 octobre.
M. Hakim a été nommé lauréat du Prix Canada Gairdner Wightman 2017, accordé à un Canadien ayant fait preuve d’un leadership remarquable en médecine et en science médicale tout au long de sa carrière.
Il a dirigé les efforts pour établir le Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires, et s’est ensuite associé avec la Fondation des maladies du cœur et d’autres organisations pour élaborer et mettre en œuvre à l’échelle nationale la Stratégie canadienne de l’AVC.
M. Kay, l’un des cinq scientifiques à recevoir un Prix international Canada Gairdner pour leurs découvertes séminales ou leurs contributions à la science biomédicale, est honoré pour son travail dans le domaine de la spectroscopie biomoléculaire à résonance magnétique nucléaire (RMN), avec le développement de méthodes servant à «visualiser» les molécules de protéines dans leur solution ambiante naturelle.
Ces méthodes ont fait la lumière sur la façon dont les molécules impliquées dans la neurodégénérescence peuvent former des structures anormales qui aboutissent éventuellement à des états pathologiques.
Ses recherches ont mené à de nouveaux éclairages sur les régions moléculaires qui pourraient être des cibles-clés pour les traitements médicamenteux. Les méthodes de M. Kay sont utilisées dans des laboratoires à travers le monde, notamment pour les recherches sur des maladies telles que les diabètes, les cancers et les troubles cardiovasculaires. (PC)


Quatre organismes de l’Outaouais bénéficient des largesses d’Opération Enfant Soleil
Gatineau, 28 mars 2017 –
Deux hôpitaux de Gatineau et deux organismes communautaires vont se partager 67 112$ remis par Opération Enfant Soleil.
L’argent servira à financer des équipements ou des programmes destinés au bien-être des enfants et à l’amélioration des soins pédiatriques.
L’Hôpital de Gatineau reçoit 23 336$ pour l’achat d’un lit spécialisé pour les enfants handicapés. Il permettre au personnel d’avoir facilement accès aux patients nécessitant des soins et de les coucher de façon sécuritaire.
Ce montant aidera également à financer l’achat d’un moniteur cardio-respiratoire qui assure un suivi et une surveillance plus adéquate et plus efficace de l’oxygénothérapie.
En 25 ans, Opération Enfant Soleil a remis 492 655$ à l’Hôpital de Gatineau.
L’Hôpital Pierre-Janet obtient quant à lui 25 366$ pour l’aménagement d’un terrain de jeux pour ses patients âgés de 5 à 12 ans.
Depuis 2002, Opération Enfant Soleil a remis 181 447$ à l’Hôpital Pierre-Janet.
Appui aux missions du CIASF et de la Traversée de l’Outaouais
Le Centre d’intervention en abus sexuels pour la famille (CIASF) obtient 11 483$ du Fonds Marie-Soleil Tougas, qui vise à soutenir des projets d’aide auprès de jeunes vivant des situations de vulnérabilité sociale.
Le CIASF offre du soutien et de l’aide aux enfants victimes d’agressions sexuelles et à leur famille.
Enfin, la Traversée de l’Outaouais se voit accorder 6 927$ du Fonds Josée Lavigueur d’Opération Enfant Soleil, qui vise à prévenir la maladie chez les jeunes par l’activité physique. Cette somme servira à l’acquisition d’un module de jeux pour les enfants de 5 à 12 ans. (RC)


Un milliardaire fait le plus gros don jamais offert à un hôpital canadien
Vancouver, B.-C., 28 mars 2017 – Le milliardaire britanno-colombien Jim Pattison donne 75 millions de dollars à la fondation de l’Hôpital St-Paul de Vancouver.
Il s’agit du plus gros don jamais offert par un particulier à une installation médicale dans l’histoire du Canada, selon la fondation de l’hôpital.
«Ce cadeau nous aidera à construire un important centre médical et de recherche», a déclaré le PDG de la fondation, Dick Vollet, mardi.
Le don financier permettra de construire le Centre médical Jim-Pattison près de la rue Main et de l’avenue Terminal, dans l’est de Vancouver. Le projet doit s’étendre sur plus de 7 hectares.
La fondation précise que le nouveau complexe médical comptera l’Hôpital Saint-Paul, le Centre de cardiologie de la province, le Centre d’excellence de la Colombie-Britannique pour le VIH/sida et d’autres centres de recherches, de même que des cliniques spécialisées.
«Je suis fier de donner à la fondation de l’Hôpital Saint-Paul pour un hôpital qui met les gens au premier plan de notre communauté depuis plus de 120 ans», a lancé Jim Pattison dans un communiqué. (RC)


Des visites en tout temps aux hôpitaux de l’Île-du-Prince-Édouard
Les Maritimes, 28 mars 2017 –
Les heures de visite dans les hôpitaux de l’Île-du-Prince-Édouard sont choses du passé. Il appartient maintenant aux patients de déterminer qui ils veulent recevoir et à quel moment.
L’Î.-P.-É. a décidé d’adhérer aux politiques sur la présence des familles que promeut la Fondation canadienne pour l’amélioration des services de santé (FCASS).
Ces politiques sont présentées comme une «révolution» par l’organisme. Elles encouragent «la participation des patients et des membres des familles aux soins des patients».
La FCASS estime que ce modèle, par lequel le patient désigne des membres de sa famille ou d’autres proches qui peuvent rester à ses côtés 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, offre un meilleur soutien émotionnel aux malades.
Il permet aussi une meilleure continuité des soins puisque des proches sont présents lors des tournées des médecins.
Ainsi, des gens dans l’entourage des malades sont au courant de leur état et peuvent participer aux soins lorsqu’ils obtiennent leur congé de l’hôpital, affirme Marion Dowling, directrice des services infirmiers et de l’expérience des patients à Santé Î.-P.-É.
Un sondage mené par l’agence en juillet dernier avait démontré que les établissements de soins de santé avaient déjà assoupli les heures de visite.
Une cinquantaine d’hôpitaux au Canada ont adopté le nouveau modèle. (RC/CBC)


La Saskatchewan augmente le nombre d’équipes de soins multidisciplinaires dans les hôpitaux
Saskatchewan, 28 mars 2017 –
Le gouvernement étend son modèle d’équipe de soins multidisciplinaires, déjà à l’essai à l’Hôpital Pasqua de Regina, à plusieurs hôpitaux de la capitale et de Saskatoon.
Un investissement de 12 millions de dollars pour améliorer les temps d’attente dans les urgences a été annoncé dans le budget provincial la semaine dernière.
«Ces équipes aident les patients à quitter l’hôpital plus rapidement et diminuent les risques de les revoir pour une deuxième visite», souligne le ministre de la Santé, Jim Reiter.
Selon le gouvernement, les patients pris en charge par ces équipes à l’Hôpital Pasqua ont pu retourner chez eux après un temps d’attente réduit de 15%. Le taux de mortalité a également diminué.
Ces équipes multidisciplinaires sont composées notamment d’infirmières, de thérapeutes, de diététiciens et de travailleurs sociaux. Elles ont vu le jour lors d’un projet pilote en janvier 2016 à l’Hôpital Pasqua. (RC)


La Saskatchewan dépose une loi pour fusionner ses autorités régionales de santé
Saskatchewan, 28 mars 2017 –
La Saskatchewan franchit une étape supplémentaire en vue de la fusion de 12 autorités de santé en une seule avec le dépôt de la Loi sur l’Autorité provinciale de santé.
Ce projet de loi vise à assurer la transition en éliminant les frontières régionales de responsabilités, en fournissant des niveaux de compensation pour les PDG des autorités existantes et en créant des réseaux communautaires pour s’assurer que les besoins locaux sont satisfaits.
«Une seule autorité provinciale de santé centrée sur une meilleure coordination des services à travers la province contribuera à des services de santé aux patients de haute qualité», affirme le ministre provincial de la Santé, Jim Reiter, par voie de communiqué.
Le projet de loi prévoit aussi les rôles et les responsabilités du ministre et de l’Autorité provinciale de santé.
L’entrée en fonction de la nouvelle Autorité provinciale de santé est prévue pour l’automne 2017. (RC)


Lueur d’espoir pour les victimes de tétraplégie
Montréal, 28 mars 2017 –
Une nouvelle neuroprothèse permet à une personne tétraplégique de mouvoir son bras et sa main à l’aide d’implants cérébraux.
Des chercheurs américains ont créé un dispositif qui contourne la lésion de la colonne vertébrale en utilisant des fils, des électrodes et des logiciels pour reconnecter le cerveau et les muscles du bras paralysé.
Le patient qui profite de cette expérience, Bill Kochevar, a 56 ans. Un accident de vélo, il y a dix ans, a endommagé sa colonne vertébrale, ce qui a entraîné une paralysie à partir des épaules.
Il a deux appareils sur la tête et 192 microélectrodes sont implantées dans son cerveau. Ces électrodes enregistrent les signaux de sa matière grise lorsqu’il imagine qu’il bouge le bras et la main.
Les résultats de ce travail ont été publiés dans la revue médicale The Lancet, vidéo à l’appui.
Dans ce court extrait vidéo, on peut voir M. Kochevar dans son fauteuil, devant un écran, bouger tour à tour, très lentement, sa main, son bras et son épaule.
Dans un commentaire publié avec l’article, un spécialiste de l’Université de Washington, Steve Perlmutter, qualifie l’expérience d’«innovante».
«C’est la première fois que l’on fait état d’une personne exécutant des mouvements fonctionnels, multiarticulations, avec un membre paralysé grâce à une neuroprothèse motrice. Cependant, ce traitement n’est pas près d’être utilisé en dehors du laboratoire.» (RC)


24-03-2017


Attentat de Londres: 2 autres arrestations et bilan porté à 5 morts
Londres, 24 mars 2017 – Les autorités britanniques rapportent vendredi deux autres arrestations à propos de l’attentat commis mercredi au Parlement de Londres.
L’attentat a fait un total de cinq morts puisque l’un des blessés, un homme âgé de 75 ans, a perdu la vie il y a quelques heures.
Le responsable de la lutte au terrorisme à la Police métropolitaine, Mark Rowley, a précisé que ces deux nouvelles arrestations étaient significatives dans le déroulement de l’enquête. Neuf personnes ont donc été arrêtées jusqu’ici.
Les autorités croient que les prévenus fomentaient d’autres attentats terroristes en lien avec l’attaque de mercredi. L’attaque au Parlement a été revendiquée par le groupe État islamique (Daech).
D’autre part, Mark Rowley a annoncé vendredi à propos du terroriste Khalid Masood que son nom de naissance était Adrian Russell Ajao. L’homme de 52 ans habitait la région du West Midlands. (AP)


Université Laval: la grève prolongée jusqu’au 9 avril
Québec, 23 mars 2017 –
Les employés de soutien de l’Université Laval ont annoncé jeudi qu’ils prolongeraient leur grève jusqu’au 9 avril, à 23h59.
Selon le conseiller syndical Éric-Jan Zubrzycki, la direction de l’établissement n’aurait pas donné suite à l’invitation des employés de poursuivre les négociations sur la base des dernières propositions syndicales.
«Il n’y a eu aucune communication entre les parties ni aucun signal malgré l’invitation du syndicat», a déploré M. Zubrzycki.
Les 1900 employés de soutien de l’Université Laval sont sans contrat de travail depuis le 1er avril 2016.
Les syndiqués demandent la reconduction de leur convention collective, les augmentations salariales qui ont été consenties à l’ensemble du secteur public ainsi que la restructuration de leur régime de retraite.
Les employés de soutien se réuniront en assemblée générale le 3 avril à la salle Louis-Fréchette du Grand Théâtre de Québec.
L’ordre du jour de la réunion n’a pas encore été fixé. (RC)


Attention aux messages textes frauduleux, rappelle la SQ
Montréal, 23 mars 2017 – La Sûreté du Québec (SQ) attire l’attention sur une fraude par message texte, fréquente en ce moment.
Des personnes ont reçu l’un de ces deux messages, faussement attribués à Desjardins:
1) «Votre compte bancaire en ligne Desjardins a été suspendu en raison de vérifications de sécurité. Connectez-vous ci-dessous pour valider votre profil», avec un lien cliquable semblable à celui du site web de l’institution financière.
2) «Desjardins a détecté une activité inhabituelle sur votre compte. Veuillez vérifier votre profil immédiatement», avec un lien cliquable semblable à celui du site web de l’institution financière.
La SQ rappelle qu’il est important de ne pas répondre et de ne pas cliquer sur le lien en question.
La police suggère aux citoyens de contacter leur institution financière s’ils ont des doutes sur leur compte.
Il ne s’agit pas du seul type de message frauduleux en vogue: une internaute nous a fait suivre un faux message de l’Agence du revenu du Canada lui suggérant de cliquer sur un lien pour obtenir son retour d’impôt.
Le texto provenait d’un numéro ontarien avec le code régional 289. (RC)


Des cancéreux inquiets de l’abolition du service d’autocars de la Saskatchewan
Saskatchewan, 23 mars 2017 –
La Société canadienne du cancer s’inquiète de l’abolition des services de la Compagnie de transport de la Saskatchewan (STC), dont les autocars permettent à certains cancéreux d’accéder à leurs traitements.
L’an dernier, 300 personnes atteintes du cancer ont eu recours aux services de la compagnie, selon la Société canadienne du cancer.
La porte-parole pour la Société canadienne du cancer en Saskatchewan, Donna Pasiechnik, dit que des patients dans des régions comme Prince Albert, Yorkton et Melville s’inquiètent de ne plus pouvoir se rendre dans les grands centres pour recevoir leurs traitements médicaux comme la radiothérapie et la chimiothérapie.
Les autocars de la compagnie transportent aussi du sang et des produits sanguins.
Le gouvernement saskatchewanais estime que le maintien du service lui coûterait 85 millions de dollars au cours des cinq prochaines années. Il souhaite ainsi rediriger ces fonds ailleurs. Le ministre des Investissements de la Couronne, Joe Hargrave, dit que les patients devront trouver un autre moyen de se rendre à leurs rendez-vous.
De son côté, la Société canadienne du sang déclare qu’elle s’assurera que les hôpitaux et les patients continuent d’avoir accès à leurs traitements. Selon les informations d’Andréanne Apablaza (RC)


Le couvent des Ursulines pourrait devenir un centre de services de santé
Saguenay-Lac-Saint-Jean, 23 mars 2017 – Les propriétaires des pharmacies Uniprix à Roberval précisent qu’ils veulent acquérir le couvent des Ursulines pour en faire un centre de services de santé.
Julie Beaupré et Daniel Guay sont nés à Roberval et sont très attachés au couvent des Ursulines.
Ils ont donc eu l’idée d’acheter le bâtiment laissé à l’abandon pour y déménager leur pharmacie et attirer d’autres intervenants de la santé.
Plus qu’une pharmacie
Ils aimeraient louer les espaces vacants à différents professionnels de la santé.
«Différents services de soins ou de conditionnement physique ou peu importe, physiothérapeute, kinésithérapeute. Le quatrième étage serait pris par certains des organismes municipaux ou communautaires», envisage le gestionnaire Michel Gomolka.»
«C’est important de laisser la bâtisse et l’environnement le plus près possible de sa nature primaire.» Julie Beaupré, pharmacienne propriétaire.
L’aspect patrimonial du couvent serait intégralement conservé. Le secteur de la paroi endommagée par l’incendie de 2002 serait réaménagé et vitré.
L’architecte Jean Maltais voudrait aussi récupérer le matériel qui est à l’intérieur du musée sur le terrain afin de l’installer en lieu plus sûr.
Si le projet se concrétise, un stationnement arrière sera construit, sans empiéter sur les jeux, la piste cyclable et le jardin des Ursulines.
Rénover le bâtiment pourrait coûter jusqu’à 6 millions de dollars. Les propriétaires bénéficieront également d’un crédit de taxes de cinq ans. (RC)


Le Conseil scolaire de Toronto n’autorisera plus les sorties aux États-Unis
Toronto, 23 mars 2017 –
Le plus important conseil scolaire du pays n’autorisera plus les voyages d’élèves aux États-Unis face à l’incertitude qui plane sur le passage à la frontière de certains ressortissants canadiens.
Le Conseil scolaire de Toronto, qui dessert quelque 245 000 élèves des écoles publiques de la métropole, a annoncé jeudi qu’il avait pris cette «décision difficile» pour éviter que des jeunes soient refoulés à la frontière même s’ils présentent les documents requis.
Les 24 sorties scolaires aux États-Unis déjà approuvées auront toujours lieu, mais le conseil précise que si jamais un élève est refoulé à la frontière, tout le groupe reviendra à Toronto. Le conseil espère aussi qu’une clause de garantie prévoira dorénavant que ces voyages pourraient être annulés et remboursés si Washington appliquait une directive qui empêcherait certains élèves de franchir la frontière américaine.
Le président américain, Donald Trump, a annoncé au début du mois de nouvelles restrictions pour les ressortissants de sept pays à majorité musulmane qui arrivent aux États-Unis. Ces mesures ont été suspendues depuis par plusieurs tribunaux, mais certains citoyens canadiens ont néanmoins connu des ennuis à la frontière américaine à cause de leurs origines ou même celles de leurs parents.
Le Conseil scolaire de Toronto a indiqué qu’il surveillera la situation de près et qu’il pourrait éventuellement revoir sa décision. Le directeur, John Malloy, espère que les élèves, les parents et les enseignants comprendront la décision du conseil et qu’ils appuieront cette position. Selon lui, il s’agissait de trouver un juste équilibre entre les valeurs d’équité et d’inclusion prônées par le conseil, d’une part, et le désir de maintenir les sorties scolaires déjà préparées et dont l’annulation tardive entraînerait des frais.
De tels débats ont cours au sein d’autres conseils scolaires au pays depuis le premier décret signé par le président Trump, fin janvier. Une école secondaire de Winnipeg a ainsi annulé le voyage de son équipe d’athlétisme au Minnesota en janvier parce que l’entrée aux États-Unis n’était pas assurée pour tous. (PC)


Les pêcheurs reviennent à la charge contre le phoque gris
Les Maritimes, 23 mars 2017 –
Des associations de pêcheurs et des chasseurs de phoque réclament des mesures de contrôle du stock de phoques gris. Ils disent que cela appuierait le rétablissement de plusieurs espèces de poissons de fond et la création d’emplois.
Le ministère des Pêches et des Océans estime que 505 000 phoques gris vivent dans les eaux canadiennes de l’Atlantique, et que 7,4 millions de phoques du Groenland vivent dans l’Atlantique Nord-Ouest. Ces mammifères marins consomment des centaines de milliers de tonnes de poissons chaque année.
«Les gens voudraient qu’il y ait des actions qui soient prises, une sensibilisation qui serait faite aussi au niveau de la population canadienne, mais aussi plus large que ça, pour démontrer que c’est un cheptel qui peut être géré efficacement, et qu’il peut y avoir des retombées économiques. Comme n’importe quelle espèce, ça peut être utilisé comme de la nourriture, ça peut être utilisé économiquement aussi pour des communautés», affirme Emmanuel Moyen, de l’Union des pêcheurs des Maritimes.
«La première chose qu’on demande, c’est qu’il va falloir réviser les règlements. Déjà, les règlements sur la chasse, sur les mammifères marins, ont été faits pour le phoque du Groenland seulement, pour un animal dont on prenait seulement la fourrure. Là, on tombe avec un animal différent, le phoque gris, où on veut la viande, la graisse, la fourrure. Là, on tombe avec une autre dynamique complètement, et les règlements actuels ne sont pas faits en conséquence de cet animal-là», explique Gil Thériault, de l’Association des chasseurs de phoques Intra-Québec. (RC)


L’amélioration du service d’hémodialyse satisfait les patients
Québec, 23 mars 2017 –
Les nouvelles chaises pour les traitements d’hémodyalise qui seront mises en place en Gaspésie sont perçues ont comme une victoire par ceux qui se sont battus pour demander une amélioration des services dans la région.
Cyril Gibeault de Sainte-Anne-des-Monts menaçait d’interrompre ses traitements pour protester contre l’obligation de recevoir ses soins loin de chez lui, soit à Rimouski. L’aller-retour représentait 400 kilomètres… et l’homme devait faire le voyage trois fois par semaine.
Son fils, Cyril Gibeault Junior, qui demeure à Granby et qui doit subir le même genre de traitement, menaçait il y a un an d’utiliser le même moyen de pression en signe de solidarité dans l’espoir de faire bouger Québec.
L’annonce d’aujourd’hui le réjouit, mais il aurait toutefois aimé que le gouvernement comprenne les besoins des patients en région éloignée. «Ce n’est pas normal que j’aie dû risquer ma vie, mais qu’est-ce qui n’est pas normal, c’est que ces gens-là doivent la risquer trois fois semaine pour pouvoir avoir leur traitement.»
«On parle juste des traitements minimums, humains.»
Cette annonce réjouit le résident de Gaspé Robert Benoît qui doit parcourir 800 kilomètres par semaine pour recevoir ses soins à l’hôpital de Chandler. «C’est extraordinaire pour moi, pour ceux qui vont avoir besoin de la dialyse.»
Jean Lapointe de Gaspé est allé jusqu’à faire une grève de la faim pour sensibiliser le gouvernement aux problèmes régionaux. Il avait aussi déposé une pétition à l’Assemblée nationale. L’annonce d’aujourd’hui est une excellente nouvelle pour lui. «C’est un service qui est essentiel. C’est la base. Ce n’est pas du luxe.» (RC)


Serait-il bientôt envisageable d’arrêter de vieillir?
Montréal, 23 mars 2017 –
Une découverte réalisée par une équipe internationale de chercheurs pourrait conduire à la mise au point d’un médicament pour le moins révolutionnaire, qui arrêterait le processus du vieillissement, améliorerait la réparation de l’ADN et pourrait même aider des astronautes à se rendre sur Mars. Explications
Dans un article publié dans la revue Science, le Pr David Sinclair, de l’école de médecine de l’université Harvard, et ses collègues australiens expliquent qu’ils ont identifié une étape critique dans le processus moléculaire qui permet aux cellules de réparer l’ADN endommagé.
Leurs expériences menées chez la souris laissent présager qu’un traitement serait possible pour réparer les dommages causés à l’ADN liés au vieillissement et aux radiations.
Ce traitement serait si prometteur que la NASA pense qu’il pourrait même être utilisé par les astronautes contre le rayonnement cosmique lors des missions de longue durée vers Mars.
Les cellules ont la capacité innée de réparer les dommages causés à l’ADN, ce qui survient, par exemple, chaque fois que notre peau est exposée au soleil. Cependant, cette habileté tend à diminuer avec l’âge.
Les chercheurs ont découvert que le métabolite nicotinamide adénine dinucléotide oxydé (NAD+), qui est naturellement présent dans chaque cellule du corps humain, joue un rôle-clé en tant que régulateur des interactions protéine-protéine qui contrôlent la réparation de l’ADN.
Ainsi, le fait de traiter des souris avec un précurseur du NAD + améliore la capacité de leurs cellules à réparer les dommages causés à l’ADN par l’exposition au rayonnement ou au vieillissement.
«Les cellules de souris vieillissantes étaient indiscernables de celles de jeunes souris, après seulement une semaine de traitement.» Pr David Sinclair.
Des essais sur des humains doivent commencer dans les prochains six mois.
«Nous n’avons jamais été aussi proches de la création d’un médicament anti-âge sûr et efficace. Il pourrait même être disponible dans seulement trois à cinq ans si les essais sont concluants», ajoute le Pr Sinclair. Un texte d’Alain Labelle (RC)


23-03-2017


Attentat près du parlement britannique: au moins 4 morts et 40 blessés
Londres, 23 mars 2017 – Une opération de la police britannique a permis l’arrestation de sept personnes, jeudi, en lien avec l’attaque perpétrée la veille face au Parlement britannique, à Londres, qui a fait quatre morts, dont l’assaillant, et une quarantaine de blessés.
Mercredi, les autorités avaient fait état de cinq morts.
Les arrestations ont été faites lors de perquisitions principalement menées à Londres et à Birmingham.
Le responsable de la lutte au terrorisme de la police métropolitaine, Mark Rowley, a aussi révélé que l’assaillant semble avoir agi seul mais qu’il a probablement été inspiré par le terrorisme international. L’identité de cet homme n’a pas été révélée par la police mais il semble qu’il était connu des autorités.
Le chef Rowley a ajouté que parmi les blessés, 29 étaient encore à l’hôpital jeudi et que la condition de sept d’entre eux était critique.
L’assaillant armé d’un couteau a d’abord foncé avec une voiture sur des piétons qui circulaient sur le pont de Westminster et a ensuite poignardé à mort un policier âgé de 48 ans, Keith Palmer, au parlement britannique.
Le suspect a été abattu par la police à quelques mètres de l’entrée du palais de Westminster. Les parlementaires, le personnel et les visiteurs qui se trouvaient dans le parlement ont été placés en confinement une bonne partie de l’après-midi. (AP)


Le tabagisme en recul au Canada
Montréal, 22 mars 2017 – Selon des données de Statistique Canada, 17,7% des Canadiens âgés de 12 ans et plus fumaient la cigarette au moins occasionnellement en 2015, comparativement à 18,1% l’année précédente.
L’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes révèle par ailleurs que Terre-Neuve-et-Labrador, la Saskatchewan et le Québec comptaient pus de fumeurs que la moyenne nationale, alors que l’Île-du-Prince-Édouard et la Colombie-Britannique en comptaient moins. (RC)


Le niveau de la mer atteint un record en Chine
France, 22 mars 2017 – Le niveau de la mer sur les côtes chinoises a battu des records l’an dernier, du fait des changements climatiques, mais aussi des phénomènes climatiques El Niño et la Niña.
Le rapport annuel de l’Administration océanique nationale chinoise indique que le niveau moyen a monté de 38 millimètres par rapport à 2015 et a connu des pointes battant des records durant les mois d’avril, de septembre, de novembre et de décembre. (Reuters)


Éradication de l’hépatite C: La C.-B. approuve un médicament efficace contre le virus
Colombie-Britannique, 22 mars 2017 –
Le régime d’assurance médicament de la Colombie-Britannique subventionne depuis mardi le traitement Epclusa, efficace à plus de 90% contre les six types d’hépatite C. Une solution possible à la crise des opiacés, croit le docteur et spécialiste des maladies infectieuses de Vancouver, Brian Conway.
Le traitement de 12 semaines, pris en charge par PharmaCare, pourrait prévenir les surdoses chez les consommateurs de drogue, selon le Dr Conway. «Nous pourrions offrir à ces personnes, qui souvent sont infectées par l’hépatite C, une raison de s’engager dans le système de santé», explique-t-il.
Environ 70% des résidents du Downtown Eastside sont infectés par l’hépatite C, notamment à cause du partage de seringues, rapporte Brian Conway. «C’est le gros problème auquel nous faisons face, ici à Vancouver et dans la province.»
L’hépatite C est un virus qui s’attaque au foie et dont la transmission se fait par le sang. À terme, l’infection peut entraîner des complications au foie, comme un cancer.
De l’avis du Dr Brian Conway, l’éradication du virus est envisageable à moyen terme, ce qui va dans le sens de l’objectif canadien d’éliminer la présence du virus sur son territoire.
«[Grâce à l’accès accru à des médicaments contre l’hépatite C], je pense que nous sommes outillés pour atteindre ce but d’ici 2030, sinon plus tôt», croit le médecin.
Comme le virus peut être asymptomatique pendant plusieurs décennies, Brian Conway recommande à tous les résidents de la province de se soumettre à un test de dépistage. Il rappelle que deux tiers des infections au virus touchent les baby-boomers.
Selon l’Agence de la santé publique du Canada, plus de 53 000 personnes seraient porteuses du virus en Colombie-Britannique.
Le Québec a également annoncé mardi qu’il financerait le médicament. (RC)


Le burn-out parental existe bel et bien
Montréal, 22 mars 2017 – Le burn-out parental, ça existe! Il s’agit d’un épuisement similaire au burn-out professionnel, mais qui s’applique dans la sphère familiale. La psychothérapeute et consultante en santé psychologique, Linda Turcotte, affirme qu’on parle depuis peu de ce phénomène, mais que de plus en plus de parents consultent à ce sujet.
Selon Mme Turcotte, trois symptômes sont à surveiller. Premièrement, «il y a une fatigue morale qui est psychologique, mais il y aussi une fatigue physique qui s’installe», dit-elle.
«Par la suite, il y a une dimension que l’on considère qui est la distanciation parentale. Ça ne veut pas dire que les gens n’aiment pu leurs enfants, ça veut dire qu’ils prendraient des vacances de leurs enfants. C’est complètement différent», nuance la psychothérapeute.
Le troisième élément à surveiller concerne l’estime de soi, en tant que parent. «C’est qu’ils se sentent de moins en moins compétents comme parents», explique Linda Turcotte.
Pour éviter l’épuisement parental, la consultante en santé psychologique invite les parents à lâcher prise, à s’accorder du temps personnel et à leur couple et à avoir une constance dans le temps qu’ils passent avec leurs enfants. (RC)


22-03-2017


Le blizzard à venir entraîne des fermetures d’écoles
Les Maritimes, 22 mars 2017 – L’avertissement de blizzard émis par Environnement Canada pour une partie des Maritimes entraîne des fermetures d’écoles.
Au Nouveau-Brunswick, le District scolaire francophone Sud annonce que les écoles de Baie Sainte-Anne, de Miramichi, de Richibucto, de Rogersville et de Saint-Louis-de-Kent seront fermées mercredi.
En Nouvelle-Écosse, les écoles du Conseil scolaire acadien provincial à Sydney, Richmond, Pomquet et Chéticamp sont fermées
L’avertissement de blizzard s’étend à tout l’est du Nouveau-Brunswick, au nord-est de la Nouvelle-Écosse et à l’Île-du-Prince-Édouard. Les écoles sont déjà fermées à l’Î.-P.-É. à cause de la semaine de congé scolaire.
Environnement Canada annonce une visibilité mauvaise à cause de la neige qui tombera plus tard aujourd’hui et de la poudrerie.
La neige devrait commencer à tomber mercredi matin et se poursuivre jusque pendant la nuit. On prévoit une accumulation de 15 cm.
Des vents soufflant en rafales de 70 km/h se lèveront cet après-midi et limiteront la visibilité. Environnement Canada prévoit même que les rafales pourraient atteindre 90 km/h dans certains secteurs côtiers. (RC)


Alerte de smog au Québec: de l’ouest de la province jusqu’à Montmagny
Montréal, 22 mars 2017 – Des concentrations élevées de particules fines sont prévues le long de la vallée du Saint-Laurent jusqu’à la hauteur de Montmagny. Ces régions seront affectées par une mauvaise qualité de l’air jusqu’en mi-journée, annonce Environnement Canada.
Le smog affecte surtout les enfants asthmatiques et les personnes atteintes de maladies respiratoires ou cardiaques, à qui il est recommandé d’éviter les activités physiques intenses à l’extérieur jusqu’à la levée de l’avertissement.
Au Québec, le chauffage au bois est la principale source de particules fines responsable du smog en hiver. Environnement Canada suggère donc de limiter l’utilisation des foyers et des poêles à bois, en plus de privilégier le transport collectif. Avec Environnement Canada (RC)


Croix gammées: le campus Glendon de l’Université York évacué «pour une sixième fois» en deux semaines
Toronto, 21 mars 2017 –
La police de Toronto confirme sa participation, pour une sixième fois en deux semaines, à l’évacuation du «campus Glendon» de l’Université York, mardi matin.
Le modus operandi des malfaiteurs semble être le même chaque fois, selon Victor Kwong, agent des relations avec les médias de la police de Toronto. «Il s’agit de vandalisme dans une toilette publique du campus. Le vandalisme en question comprend des menaces. D’autres graffitis comprennent des insultes. Des croix gammées ont été dessinées. Les menaces ne concernent pas un seul groupe en particulier», explique-t-il.
Et chaque fois, le campus Glendon est évacué. Encore mardi matin, «nous avons assisté à l’évacuation, nous avons enquêté, et nous n’avons rien trouvé qui pourrait constituer une menace imminente.»
De plus, un court communiqué de l’Université York mentionne que les graffitis trouvés dans les toilettes comprenaient des alertes à la bombe. Ce même communiqué souligne que le Pavillon York et le Centre d’excellence Glendon sont les immeubles concernés par les évacuations. Un texte de Cédric Lizotte (RC)


Les refuges pour sans-abri débordés à Québec
Québec, 21 mars 2017 –
Le Regroupement pour l’aide aux itinérants et itinérantes (RAIIQ) demande de l’aide aux gouvernements provincial et fédéral pour répondre à la hausse sans précédent de demandes de lits pour les sans-abri.
Le Regroupement, qui rassemble 36 organismes de la région de la Capitale-Nationale, affirme que la fréquentation des ressources en hébergement d’urgence est en hausse constante depuis quelques années et que le taux d’occupation atteint des sommets depuis 2016.
Selon Thomas Fréchette, intervenant à l’Armée du Salut, l’utilisation des lits de camp pour dépanner n’est plus une mesure d’exception.
«En 2015, on a ouvert à 228 reprises des lits de camp et pour 2016, on est passé à 374. C’est une augmentation de 64% et on s’attend à une forte augmentation de la demande pour 2017», dit-il.
Par ailleurs, entre 2013 et 2016, le nombre de personnes qui ont dû essuyer un refus faute de lit a plus que doublé autant chez la clientèle des hommes que des femmes, souligne le RAIIQ.
La YWCA Québec, par exemple, a dû refuser l’hébergement à 11 femmes vendredi dernier, déplore Stéphanie Lampron, directrice des programmes sociaux de la YWCA.
«Malgré qu’on les a référées à des organismes de la région, c’est 11 femmes qu’on sait qui n’ont pas dormi dans des endroits sécuritaires parce qu’on était complets.»
Les organismes en itinérance espèrent que les gouvernements, qui déposeront leurs budgets dans les prochains jours, investiront davantage pour leur permettre de mieux répondre aux besoins des personnes démunies. (RC)


Le plan d’action sur le trouble du spectre de l’autisme qualifié de rattrapage
Québec, 21 mars 2017 –
L’organisme Autisme de l’Est du Québec se réjouit du plan d’action sur le spectre de l’autisme annoncé par Québec mardi. Son porte-parole, Philippe de Carufel, estime toutefois que cette aide financière n’est qu’une mesure de rattrapage puisque les besoins augmentent constamment.
Ce sont 30 millions de dollars par année qui seront consacrés à la mise en œuvre du plan d’action sur le spectre de l’autisme jusqu’en 2022. Le document contient 35 mesures qui touchent autant le diagnostic chez l’enfant que l’aide aux familles et le soutien en milieu médical et scolaire.
Philippe de Carufel salue le geste posé par la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, Lucie Charlebois, mais il demeure critique.
«Globalement, les besoins continuent de grandir. Le financement ne suit pas la courbe, donc l’argent, à mon sens, vient davantage patcher un peu les trous qu’on a creusés au fil des années à force de ne pas investir.» Philippe de Carufel, directeur général d’Autisme de l’Est du Québec.
Ces dernières années, les parents d’enfants autistes pouvaient attendre plus d’un an et demi avant de voir un spécialiste et d’obtenir un diagnostic.
L’Est du Québec compte présentement plus de 2500 personnes autistes. (RC)


Fermeture du CLSC de l’Est des Îles-de-la-Madeleine les fins de semaine
Québec, 21 mars 2017 – À compter du 3 avril prochain, le CLSC de l’Est des Îles sera fermé les fins de semaine. Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Gaspésie qui gère les services préhospitaliers d’urgence, a recruté tous les premiers répondants nécessaires pour couvrir l’est de l’archipel.
Les usagers doivent continuer d’appeler le 811 et le 911 pour obtenir de l’aide comme partout ailleurs.
Le CISSS des Îles indique que tous les autres services offerts le week-end, comme l’aide à domicile pour personnes âgées et les rendez-vous avec les infirmières, seront maintenus. (RC)


Projet-pilote en N.-É. pour aider les étudiants à gagner de l’expérience en milieu de travail
Les Maritimes, 21 mars 2017 –
Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse verse 100 000 dollars à un projet-pilote pour appuyer les étudiants qui veulent acquérir de l’expérience en milieu de travail.
La province espère ainsi que les futurs diplômés pourront décrocher un emploi et rester après leurs études.
Dans le cadre du projet, les étudiants seront mis en contact avec des employeurs locaux qui recherchent des candidats pour des stages ou des projets de recherche. «Cela permettra aux étudiants de gagner de l’expérience en travaillant et d’explorer des carrières potentielles», selon la ministre de l’Emploi et de l’Enseignement supérieur, Kelly Regan.
L’objectif est de recruter 100 étudiants pour participer au projet.
L’initiative d’apprentissage par l’expérience sera gérée par l’agence Halifax Partnership. L’organisme pilote déjà le plan d’action Game Changer, un programme de trois ans axé sur le secteur privé qui vise à garder les jeunes talents en Nouvelle-Écosse. (RC)


Un jeu vidéo à grande échelle pour faire bouger les jeunes
Québec, 21 mars 2017 –
Depuis six semaines, le gymnase de l’externat Saint-Jean Berchmans est un laboratoire pour la jeune entreprise multimédia de Québec, SAGA.
Spécialisée dans la réalité augmentée, la firme connue pour ses parcours lumineux interactifs teste actuellement un nouveau produit qui vise à concilier activité physique et jeux vidéo.
Le concept LÜ transforme les cours d’éducation physique grâce à un système de caméras 3D et de projecteurs. Ce jeu interactif et évolutif sera commercialisé au mois de mai prochain.
Grâce à une amie enseignante, Vincent Routhier et son partenaire Simon Saint-Hilaire ont eu accès au gymnase de l’externat Saint-Jean Berchmans, dans le secteur Sillery, pour y mener quelques tests.
Les jeunes interagissent avec l’environnement lumineux LÜ en touchant des cibles mouvantes avec des ballons et autres épreuves d’adresse.
«Au début on cherchait à tester une idée, mais la première vidéo que nous avons mise en ligne, il y a six semaines, est maintenant à près de 1,5 million de vues sur YouTube. Alors on s’est dit qu’il y avait quelque chose là et qu’on pouvait s’organiser pour le commercialiser», explique Vincent Routhier.
Pour SAGA, le développement des jeux de LÜ se fait en partenariat avec des éducateurs physiques. Et les enseignants semblent apprécier le système.
«Il ne faut pas le voir comme un simple jeu vidéo. Nous, on l’utilise comme un outil pédagogique, pour motiver les jeunes. Oui, il y a des activités pour développer les activités motrices, mais on a aussi un jeu pour le français et pour les mathématiques», mentionne Olivier Lebel.
Le système LÜ est disponible en location pour les écoles qui souhaitent l’essayer. Sinon on parle d’un investissement de 13 000$ pour une moitié de gymnase, et 20 000$ pour toute la surface. (RC)


21-03-2017


3,1 M$ en santé dans la région
Saguenay–Lac-St-Jean, 20 mars 2017 – Le député libéral de Dubuc, Serge Simard, a annoncé lundi un investissement de 3,1 millions de dollars pour les services de santé de la région. Ce montant permet la création de 44 places dans les services d’hébergement et l’embauche de nouveaux employés en centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD).
Ces investissements visent à répondre aux besoins futurs des gens du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Selon le Centre intégré université de santé et de services sociaux (CIUSSS), près du tiers de la population régionale aura 65 ans et plus en 2029.
«Ça fait longtemps qu’on sait que le Québec est la société au monde qui vieillit le plus rapidement après le Japon. Ça, c’est quelque chose de connu depuis longtemps. L’important était d’organiser les services en fonction de cette réalité-là démographique», estime la directrice générale du CIUSSS, Martine Couture.
«Le point qui est marqué cette année par cet investissement-là est de vraiment prendre conscience du changement démographique, des besoins qui sont amenés par le changement démographique, puis l’ajout de ressources qui vont permettre de rencontrer ces besoins-là», conclut Martine Couture. (RC)


Nouveau service de secourisme hors sentier dans la réserve faunique des Laurentides
Saguenay–Lac-St-Jean, 20 mars 2017 – Les motoneigistes seront plus en sécurité dans la réserve faunique des Laurentides grâce à un nouveau service de secourisme hors sentier mis en place par l’organisme Urgence Sauvetage Québec et la MRC de la Côte-de-Beaupré.
Les deux organismes en sont venus à une entente pour mettre en place une équipe de bénévoles pouvant appuyer les pompiers en cas d’accident hors route.
Urgence Sauvetage Québec a été créé il y a un an, après la mort d’un touriste américain dans la réserve faunique des Laurentides à la suite d’un accident où les ambulanciers n’avaient pas pu se rendre, expliquant ne pas avoir l’équipement nécessaire pour intervenir en forêt.
«On va être en appui aux ambulanciers. On va travailler en collaboration avec eux. Ce sont toujours eux qui vont faire les traitements sur les patients. S’ils ont besoin de quoi que ce soit, mon personnel est formé comme premiers répondants aussi, donc ils vont pouvoir leur venir en aide, les assister», explique le cofondateur d’Urgence Sauvetage Québec, Jessy Sioui.» Mais le but premier, c’est vraiment d’amener l’ambulancier sur place avec du personnel qualifié, surtout formé pour ce genre de situation», ajoute-t-il. (RC)


Des élèves franco-ontariens soulignent la lutte pour la survie de l’Hôpital Montfort
Ottawa, 20 mars 2017 – Des centaines d’élèves de plusieurs écoles secondaires de langue française d’Ottawa ont assisté à une discussion réunissant des personnalités qui ont été au centre de la lutte pour la survie de l’Hôpital Montfort il y a 20 ans, dont la présidente du Mouvement SOS Montfort, Gisèle Lalonde.
Les jeunes ont ensuite marché du Collège catholique Samuel-Genest jusqu’à l’Hôpital Montfort, en faisant un arrêt au Monument commémoratif de la Francophonie à la Cité.
Ils voulaient ainsi commémorer la grande marche des élèves du 20 mars 1997, alors que 2000 jeunes avaient formé une chaîne humaine autour de l’hôpital menacé de fermeture.
Une discussion instructive
Pierre Bergeron, un ancien éditorialiste du quotidien Le Droit, Michelle de Courville Nicol, ancienne présidente du conseil d’administration de l’Hôpital Montfort, Ginette Gratton, sœur du défunt Michel Gratton, l’un des fondateurs du Mouvement SOS Montfort et Gisèle Lalonde ont tour à tour rappelé les grands moments de cette lutte.
Ils ont aussi souligné l’importance de rester vigilant. Les francophones en milieu minoritaire ne doivent jamais baisser les bras, a soutenu Gisèle Lalonde.
Notre collègue Josée Guérin s’est entretenue avec plusieurs élèves qui ont participé à la journée. Plusieurs disent être fiers d’avoir pu assister aux activités et surtout d’avoir pu rencontrer des personnes qui ont vécu cette lutte au premier plan.
Cette journée s’inscrit dans le cadre des célébrations de la Journée internationale de la Francophonie.
Il s’agit également du coup d’envoi de plusieurs activités qui vont souligner cette semaine les 20 ans du grand rassemblement pour la survie de l’Hôpital Montfort, le 22 mars 1997. Un grand spectacle aura d’ailleurs lieu mercredi soir à la Place TD d’Ottawa.
Avec les informations de Josée Guérin, Laurie Trudel et Catherine Lanthier (RC)


Les petites créances de moins de 5000$ se régleront en ligne en C.-B.
Colombie-Britannique, 20 mars 2017 – Les dossiers de moins de 5000$ présentés à la Cour des petites créances en Colombie-Britannique seront jugés en ligne dès juin.
La ministre de la Justice de la province, Susan Anton, dit qu’il s’agit du premier tribunal en ligne intégré dans le système de justice public dans le monde.
«Tout le monde nous observe parce que tout le monde s’intéresse à ce que nous faisons», a déclaré la ministre.» «Nous sommes des innovateurs en matière de justice.»
Le ministère dit que diriger les plus petites réclamations vers le système en ligne désengorgera le système saturé de justice de la province. Il ajoute que les réclamations seront réglées plus rapidement et à moindre coût.
«C’est un accès utile à la justice pour les Britanno-Colombiens», ajoute Susan Anton. «Vous n’avez pas à vous rendre à la cour… Vous pouvez penser à votre réclamation après le travail. Vous pouvez y travailler quand vous voulez.»
Le tribunal des résolutions civiles permet déjà aux propriétaires de condominiums de régler leurs disputes en ligne et plus de 280 personnes ont choisi cette option depuis son lancement en juillet dernier.
La Cour présidera dorénavant les dossiers concernant des réclamations sur des contrats, des dettes et des dommages corporels et d’autres problèmes de consommateurs de moins de 5000$.
Les services seront aussi offerts par courrier ou par téléphone pour ceux qui n’ont pas de connexion Internet. (RC)


Des centaines d’adolescents espèrent encore être adoptés au N.-B.
Les Maritimes, 20 mars 2017 – Au Nouveau-Brunswick, 60% des enfants à la recherche de parents adoptifs sont âgés de plus de 11 ans. La Fondation du Nouveau-Brunswick pour l’adoption cherche des familles pour des centaines d’enfants «plus âgés».
La Fondation du Nouveau-Brunswick pour l’adoption tiendra une rencontre d’information le lundi 27 mars, à Bathurst, sur l’adoption d’enfants plus âgés. Il y a actuellement 500 enfants qui attendent d’être adoptés dans la province. Plus de 60% de ceux-ci sont âgés de 11 ans et plus.
La coordonnatrice pour le Nord-Est du Réseau de soutien à l’adoption, Thérèse Haché, estime que la moitié des enfants qui ne sont jamais adoptés ne réussissent pas leurs études secondaires. Selon elle, seulement un enfant sur cinq est autonome financièrement rendu à l’âge de 19 ans.
«Ce sont des statistiques alarmantes qui démontrent justement l’importance de donner un foyer permanent, des parents aimants, une famille qu’ils vont pouvoir appeler la leur toute leur vie.»
La famille Lanteigne, elle, n’a aucun regret d’avoir adopté des enfants un peu plus vieux.
«Je regarde là, ils sont à l’étape où ils sont en train de devenir des adultes, de faire des choix. On est comme contents de voir que, peut-être, on a contribué.» (RC)


Le Canada mauvais élève pour l’étiquetage des produits de la mer
Les Maritimes, 20 mars 2017 – L’étiquetage des produits de la mer est un échec au Canada, selon le groupe environnementaliste Seachoice Group, qui inclut la Fondation David Suzuki.
F. C’est la note qu’accorde Seachoice Group à l’étiquetage du poisson et des fruits de mer au Canada.
Selon le rapport, les consommateurs canadiens ne reçoivent pas autant d’informations que les Européens et même les Américains sur les étiquettes des produits concernés.
Le groupe environnementaliste veut que les étiquettes qui accompagnent le poisson et les fruits de mer soient plus détaillées.
Bien qu’il existe actuellement des règlements entourant l’étiquetage des produits de la mer, il n’est pas obligatoire de spécifier le pays d’origine des produits importés, par exemple.
Le nom scientifique de l’espèce devrait accompagner le nom générique, selon Seachoice Group. L’étiquette devrait préciser, par exemple, s’il s’agit de thon rouge ou d’albacore. Il en va de même pour la crevette, dont de nombreuses espèces sont cultivées ou pêchées.
Le groupe soutient que des informations plus détaillées permettraient, entre autres, aux consommateurs de savoir si les méthodes de pêches sont durables et non nocives pour l’environnement. (RC)


Les jeunes et la nutrition: une relation trouble?
Abitibi-Témiscamingue, 20 mars 2017 – Le rapport des jeunes à la nutrition était au centre d’un atelier qui avait lieu lundi au Carrefour jeunesse emploi du Témiscamingue. Une dizaine de personnes y ont participé.
L’événement a été organisé par le CJET et le Centre Frère-Moffet de Ville-Marie. Une nutritionniste du Centre intégrée de santé et de services de l’Abitibi-Témiscamingue était sur place pour répondre aux questions des participants.
L’alimentation est un sujet de plus en plus préoccupant puisque plusieurs informations, parfois fausses, circulent sur Internet, explique la nutritionniste Sarah-Jeanne Coutu-Loiselle. «C’est omniprésent comme sujet, donc on peut trouver de l’information partout. Donc c’est sûr que les gens sont beaucoup plus informés qu’avant. Une préoccupation que je trouve qu’il y a, c’est beaucoup le lien entre l’alimentation, l’image corporelle et l’estime de soi. Je trouve que ça peut être dangereux pour développer une relation négative à l’alimentation», souligne Mme Coutu-Loiselle.
Deux autres ateliers d’informations auront lieu au cours des prochains mois pour la clientèle visée, les 16-35 ans. Le Carrefour souhaite ainsi remplir sa mission auprès des jeunes. «On veut impliquer les partenaires de plus en plus donc avec le Centre Frère-Moffet ça attire une grande partie de notre clientèle, ça attire beaucoup de personnes. C’est vraiment pour remettre le CJET sur la map, de le rendre encore plus dynamique», explique l’intervenante au Carrefour jeunesse emploi, Annabelle Landry.
Avec les informations de Tanya Neveu (RC)


20-03-2017


Le printemps arrive lundi matin, mais s’installera lentement
Québec, 19 mars 2017 –
L’arrivée officielle du printemps se fera lundi matin, mais l’hiver n’a pas l’intention de céder sa place aussi facilement.
Selon le météorologue Simon Legault, d’Environnement Canada, la transition entre les deux saisons sera «lente».
Le printemps s’installera précisément à 5h29 lundi matin. Mais les températures, même si elles seront plus douces, ne grimperont pas rapidement, selon M. Legault.
Toutefois, le printemps devrait être légèrement plus chaud que la normale cette année au Québec, principalement dans le sud de la province. Pour ce qui est des précipitations, aucune tendance ne se dessine, souligne le météorologue.
Quant à l’hiver qui se termine, il aura été ponctué de plusieurs épisodes, de froidure extrême, de températures douces, de verglas et de tempêtes de neige exceptionnelles. (PC)


L’initiative «Angelot» pour prévenir des agressions sexuelles dans des bars étudiants
Montréal, 19 mars 2017 – Une campagne nationale pour lutter contre les violences à caractère sexuel dans les bars fréquentés par la communauté étudiante a été lancée dimanche à Montréal. L’initiative «Commande un Angelot» permettra au personnel d’intervenir pour aider une femme qui pourrait être en danger, à l’aide d’un code.
L’Alliance de santé étudiante du Québec tentera aussi de convaincre 40 à 50 bars dans les environs des établissements scolaires de participer à cette campagne. Deux établissements ont déjà annoncé qu’ils y adhéraient, le Resto Bar La Maisonnée à proximité de l’Université de Montréal et le Pub Universitaire de l’Université Laval.
Elle a été lancée dimanche matin, à Montréal, en présence de la ministre de l’Éducation supérieure, Hélène David.
Cette initiative prévoit la mise en place de tout un protocole pour les employés des bars afin qu’ils puissent venir en aide aux femmes et aux hommes qui ne se sentiraient pas à l’aise et qui auraient besoin de leur assistance.
Si une personne commande un «Angelot sans glace», le personnel s’assurera qu’elle sera en sécurité à l’intérieur de l’établissement et la victime choisira elle-même si elle veut y rester ou s’en aller.
Si elle en demande un «avec de la glace», elle souhaite ainsi être raccompagnée à l’extérieur. Dans ce cas, les employés devront s’assurer qu’elle quitte le bar en toute sécurité.
Finalement, un «Angelot avec de la lime» signifie qu’une agression aurait déjà eu lieu, ou que la personne se sent intoxiquée par l’alcool ou par la drogue du viol, et qu’elle veut que le personnel appelle la police.
L’initiative québécoise s’inspire d’initiatives similaires lancées aux États-Unis, Angel’s shot, et au Royaume-Uni, Ask for Angela. (PC/RC)


Visites suspendues sur un étage de l’hôpital de Bathurst
Les Maritimes, 19 mars 2017 – Les visites sont interdites jusqu’à nouvel ordre sur le quatrième étage de l’Hôpital régional Chaleur, à Bathurst, au Nouveau-Brunswick, à l’exception de l’unité des soins palliatifs. Une gastro-entérite touche des patients et des employés de l’étage.
Les autorités médicales demandent aux gens atteints de ne pas visiter des patients hospitalisés, et ce, jusqu’à 48 heures après la fin de leurs symptômes. (RC)


En panne d’essence et sans cellulaire dans la tempête
Saguenay-Lac-Saint-Jean, 19 mars 2017 – Les demandes de service cellulaire sur la route 155 entre La Tuque et Chambord reviennent à l’avant-plan après un événement qui donné une bonne frousse à deux automobilistes, la semaine dernière.
Jean-Denis Fortin, de Roberval, et son collègue de travail se sont retrouvés en panne sèche sans moyen de communication.
La tempête a rendu leur périple entre Montréal et le Lac-Saint-Jean plus long qu’à l’habitude, ce qui a chamboulé leurs habitudes de consommation d’essence.
Heureusement, ils se sont arrêtés à Saint-François-de-Sale, où ils ont réussi à avoir un faible signal cellulaire pour appeler une dépanneuse.
«C’est une situation qui n’a pas de logique. Ce n’est pas normal qu’en 2017, on soit coupé du réseau cellulaire pendant une route de 200 kilomètres en plein bois où on sait qu’il peut y avoir un orignal qui peut sortir à tout moment, y peut y avoir un accident», déplore le conducteur.
Tours cellulaires demandées
Plusieurs manifestations ont été organisées au cours des derniers mois pour justement réclamer des tours cellulaires dans le secteur de la route 155 afin d’assurer la sécurité des automobilistes. Une autre action est prévue à la mi-avril.
Le député de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier, déposera du même coup une pétition à l’Assemblée nationale. (RC)


Mérule pleureuse: situation sous contrôle pour l’hôpital de Mont-Joli
Québec, 19 mars 2017 – Une faible quantité de mérule pleureuse a été découverte dans les murs d’une maison située sur le terrain du Centre hospitalier de la Mitis à Mont-Joli.
Le CISSS Bas-Saint-Laurent prévoyait détruire trois bâtiments pour permettre l’agrandissement du stationnement adjacent. Des traces du champignon ont été décelées dans l’un d’entre eux, selon Serge Dumont de l’entreprise Construction Jeannot Dubé, qui effectuera les travaux. Il affirme qu’il ne restera aucune trace de mérule pleureuse au terme des travaux. (RC)


2000 postes à combler au Salon priorité-emploi Estrie
Estrie, 19 mars 2017 –
Le Salon priorité-emploi Estrie a accueilli un nombre record d’exposants cette année. Au total, 97 entreprises étaient présentes, vendredi et samedi, dans l’espoir de trouver la perle rare. Elles avaient plus de 2000 postes à offrir.
«En Estrie, on est dans un contexte de rareté de main-d’œuvre. Les entreprises doivent se rendre encore plus séduisantes. L’approche plus personnalisée, plus humaine auprès des gens, je pense que c’est privilégié auprès des employeurs», souligne Louise Côté, chargée de projets pour l’événement.
Les chercheurs d’emplois sont toutefois confrontés à certains défis, que ce soit le salaire ou la reconnaissance des compétences.
«Les employeurs demandent de plus en plus de performance, alors ils doivent s’entourer pour ce qui est de la formation», explique Louise Côté.
Si l’employeur sait ce qu’il veut, il en est de même pour les chercheurs d’emplois, qui sont aussi très sélectifs.
«Dans mon cas, c’est de trouver quelque chose qui me permet de me dépasser en tant que personne, tout en respectant mes restrictions d’études», souligne l’un d’eux.
«Je viens de déménager dans la région de Magog et je suis à la recherche d’un emploi dans un milieu dynamique», ajoute une autre.
«On a tellement d’entreprises qui sont en croissance avec le développement à l’international. Il faudrait juste avoir la main-d’œuvre pour soutenir cette belle croissance-là», conclut Louise Côté, chargée de projets pour l’événement. (RC)


Tolérance Zéro veut s’établir en Abitibi-Témiscamingue
Abitibi-Témiscamingue, 19 mars 2017 –
Tolérance Zéro, une entreprise qui offre un service de raccompagnement à l’année, principalement pour les clients des bars, veut s’établir en Abitibi-Témiscamingue.
Le service inspiré de Nez rouge est déjà présent dans 9 autres régions du Québec.
Tolérance Zéro travaille essentiellement avec des chauffeurs bénévoles et ceux qui l’utilisent doivent payer 65$ pour un abonnement annuel.
«On aimerait bien s’établir là-bas. On attend l’intérêt de quelqu’un qui voudrait gérer ça là-bas. C’est une région qu’on a ciblée, mais on attend là l’appel d’une personne qui aura le goût de s’occuper de ça», explique le président de Tolérance Zéro du Centre-du-Québec, Éric Champagne.
Le raccompagnement, un service offert à Rouyn-Noranda
En Abitibi-Témiscamingue, l’entreprise Raccompagnement Abitibi offre déjà le service depuis l’été dernier. Les raccompagnements sont assurés à Rouyn-Noranda du jeudi au samedi moyennant un abonnement annuel de 50$.
L’accompagnateur Mario Lacasse explique que le service est peu connu, et qu’il reste du chemin à faire pour toucher le plus de gens possible.
«Il n’y a pas assez une grosse demande puis il n’y a pas eu une assez de grande visibilité, dit-il. On a seulement un véhicule. Il y a des soirs où je peux faire deux raccompagnements, puis d’autres soirs, je peux en faire dix. Ça ne fait pas partie de la culture ici à Rouyn que les gens puissent avoir accès à un service de raccompagnement quand ils sont est en état d’ébriété». (RC)


17-03-2017


Joyeuse Saint-Patrick!
Montréal, 17 mars 2017 – Le 19 mars 2017, Montréal vire au vert pour le 194e défilé de la Saint-Patrick. Les rues du centre-ville de Montréal seront envahies de farfadets et de trèfles à quatre feuilles, ce dimanche 19 mars, à l’occasion du 194e défilé de la Saint-Patrick.
Dès midi, 3 000 figurants, 110 groupes, 15 chars allégoriques et 15 fanfares du Québec et de l’Ontario se mettront en branle à l’angle des rues Fort et Sainte-Catherine Ouest. Le coloré cortège se rendra ensuite gaiement jusqu’au Square Phillips, où il est attendu vers 16h.
Cette année, le maire Denis Coderre – qui fera office de Grand Marshal du défilé – promet une fête encore plus animée qu’à l’habitude, à l’occasion du 375e anniversaire de la Ville de Montréal.
Les Sociétés irlandaises unies de Montréal ont reçu un montant total de 95 000$ pour l’organisation de la parade de cette année, soit 65 000$ de plus que lors des années précédentes.
L’organisme promet des efforts supplémentaires pour rappeler la présence des Premières Nations et des quatre peuples fondateurs de Montréal (les Français, les Anglais, les Écossais et les Irlandais) en créant une série de personnages géants pour l’occasion.
Ne reste plus qu’à espérer que la météo ne vienne pas gâcher la fête. Environnement Canada prévoit heureusement du temps doux, avec possibilité de faibles averses de neige. (HPQ)


Japon: exercice d’évacuation de citoyens en cas de tirs de missiles étrangers
Tokyo, 17 mars 2017 – Le gouvernement du Japon a tenu vendredi un exercice d’évacuation de citoyens afin de les préparer à une possible attaque de missiles.
Plus de 100 résidents et écoliers d’Oga, une ville du nord-ouest du pays d’une trentaine de milliers d’habitants, ont participé à l’exercice. Une voix qui a retenti dans des haut-parleurs les a avertis d’une menace de missiles et leur a demandé de se mettre à l’abri.
Oga est une ville située sur la côte de la mer du Japon; elle est séparée par environ 700 kilomètres de la Corée du Nord qui a récemment procédé au lancement de quatre missiles dans la région, dont trois sont tombés dans les eaux où le Japon clame sa souveraineté.
Le gouvernement japonais a justifié l’exercice d’évacuation en expliquant que la population devait être sensibilisée aux possibilités d’attaques ennemies. (AP)


Des panneaux routiers pour combattre l’utilisation du cellulaire au volant
Ontario, 16 mars 2017 – Un député conservateur souhaite voir l’installation de panneaux sur les routes ontariennes pour aider les automobilistes à résister à l’envie de répondre à un appel ou à un texto.
Vic Fedeli aimerait qu’on étende à l’ensemble de la province un projet pilote actuellement en cours à proximité de quatre centres de services ONroute.
Des panneaux sont installés le long de la route près de ces centres de services pour informer les automobilistes qu’ils pourront bientôt s’arrêter et utiliser leur cellulaire en toute sécurité.
Des panneaux similaires pourraient être installés à proximité de près de 200 arrêts routiers en Ontario selon M. Fedeli. Il s’agit non seulement des centres de services, mais aussi d’aires de pique-nique, de parcs provinciaux et de sites historiques.
Vic Fedeli a présenté un projet de loi privé en ce sens, qui doit être étudié par un comité législatif à Queen’s Park.
L’utilisation du cellulaire au volant continue d’être la principale cause de mortalité sur les routes, pour une quatrième année consécutive, selon la Police provinciale de l’Ontario.
Glenn Cooper de la compagnie d’assurance Aviva affirme qu’il est difficile de connaître précisément la proportion d’accidents causés par l’utilisation du cellulaire au volant.
Il estime que c’est environ 25%. Il appuie le projet de loi du député de Nipissing, puisque selon lui, il permet de renforcer le message qu’il est inacceptable d’utiliser son appareil mobile en conduisant. Un texte de Claudine Brulé (RC)


Importante pénurie de personnel de la santé en Estrie
Estrie, 16 mars 2017 –
Les autorités de la santé en Estrie qualifient de «préoccupante» la pénurie de main-d’œuvre qualifiée qui sévit actuellement. Des centaines de postes sont à combler d’ici la période estivale. Un plan d’action a été présenté pour tenter de dénouer la crise.
L’organisation indique que tout le monde, incluant les syndicats, devra mettre la main à la pâte pour améliorer la situation.
Un plan d’action a été présenté mercredi pour mettre fin à l’impasse. Le CIUSSS de l’Estrie s’engage à une meilleure gestion du personnel, à offrir des emplois plus stables, des garanties d’horaires pour l’été et du recrutement massif pour répondre aux besoins.
«Tout ça, ce n’est pas une question financière. C’est une question de s’assurer qu’on a toutes les ressources nécessaires pour répondre aux besoins de notre clientèle. Nous on cherche à recruter, on en cherche pas à réduire notre recrutement, au contraire», insiste Gilles Michaud, directeur des ressources humaines.
La situation est urgente, car plus de 700 postes de préposés aux bénéficiaires, d’infirmières et d’agents administratifs sont à combler pour les remplacements d’été.
«On annonce des mesures et on les prendra. Vous nous jugerez sur les résultats. À ce point-ci, on doit travailler tous ensemble pour améliorer notre gestion des remplacements en CHSLD, entre autres, et ce sera une priorité de notre organisation.» Sylvie Moreault, directrice des soins aux personnes âgées. (RC)
Nombre de personnes embauchées depuis le début de l’année financière
Préposés aux bénéficiaires: 331
Infirmières: 250
Infirmières auxiliaires: 58
Agent(e)s administrativ(e)s:195
Besoins additionnels pour l’été
Préposés aux bénéficiaires: 296
Infirmières: 217
Infirmières auxiliaires: 92
Agent(e)s administrativ(e)s:100


Marc Garneau annonce de nouvelles règles et amendes concernant les drones
Ottawa, 16 mars 2017 –
Le gouvernement fédéral adopte de nouvelles mesures plus strictes et des amendes plus salées pour quiconque fera voler un drone trop près d’un aéroport ou d’un avion.
Le ministre des Transports Marc Garneau a annoncé de nouvelles règles, jeudi, afin de réduire le nombre d’incidents impliquant des drones utilisés à des fins récréatives, qui selon Ottawa, a plus que triplé depuis 2014.
Dorénavant, tous les propriétaires de drones récréatifs devront indiquer leurs coordonnées sur leurs aéronefs et ne pourront plus faire voler leurs appareils la nuit.
L’usage d’un drone à des fins de loisirs sera interdit dans un rayon de moins de neuf kilomètres autour de tout aéroport.
De plus, les utilisateurs ne pourront plus se servir de leurs drones à plus de 90 mètres d’altitude ni à moins de 75 mètres des bâtiments, des véhicules ou des personnes.
Ces nouvelles restrictions s’accompagnent d’amendes pouvant atteindre 3000$ en cas de violation, a indiqué le gouvernement.
La nouvelle réglementation qui a été annoncée par le ministre Garneau à l’aéroport Billy Bishop de Toronto vise les appareils de plus de 250 grammes et de moins de 35 kilos. Elle ne concerne pas les drones utilisés à des fins commerciales, universitaires ou de recherches.
De son côté, le transporteur aérien Air Transat s’est réjoui de l’annonce d’Ottawa en soulignant que les risques de collision entre les drones et un avion qui décolle ou atterrit seront ainsi limités. (PC)


16-03-2017


D’autres fermetures d’écoles annoncées pour jeudi
Montréal, 15 mars 2017 –
Certaines écoles resteront fermées jeudi alors que d’autres ont déjà annoncé qu’elles reprendront leurs activités.
En Montérégie, la Commission scolaire des Hautes-Rivières a fait savoir qu’elle allait fermer ses établissements pour un deuxième jour consécutif.
À l’inverse, sur l’île de Montréal, la Commission scolaire de Montréal (CSDM), la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys et de la Commission scolaire de la Pointe-de-l’Île ont plutôt avisé les parents et les élèves que les cours auront lieu comme à l’habitude, jeudi.
Afin de savoir si votre école est ouverte ou fermée, veuillez consulter notre barre d’alerte interactive tôt jeudi matin. (TVA-N)


Quoi faire dans un carambolage?
Estrie, 15 mars 2017 – Des millions de personnes ont visionné les images captées par un automobiliste du carambolage survenu mardi sur l’autoroute 10. On y aperçoit des personnes courir alors que d’autres voitures arrivent à toute vitesse pour tamponner celles qui sont déjà arrêtées. Était-ce la bonne chose à faire?
«Dans une collision standard, l’endroit le plus sécuritaire, ça demeure dans le véhicule. On a vu par le passé des personnes sur la chaussée qui se faisaient happer par d’autres véhicules qui arrivaient», explique la porte-parole de la Sûreté du Québec, Aurélie Guindon.
Il semble que les automobilistes aient eu le bon réflexe mardi.
«C’était vraiment unique comme situation et, heureusement, la plupart des personnes ont pu monter un peu plus haut pour aller se réfugier.»
Elle souligne qu’il faut toujours tenir compte des circonstances de l’événement avant de prendre une décision.
«On comprend les gens qui sont nerveux, parfois en état de choc […], mais c’est [important] d’essayer de prendre quelques moments pour analyser l’environnement pour voir où est l’endroit le plus sécuritaire, pour aller se positionner en attendant les secours», insiste-t-elle.
Les services d’urgence doivent agir par priorité
«C’est d’y aller selon les priorités qui sont apparentes. D’abord, essayer d’identifier les blessés qui doivent être évacués le plus rapidement possible [et mardi] il y a eu également des fermetures de bretelles d’autoroute qui ont été faites, justement, pour procéder à l’évacuation des blessés», soutient Mme Guindon.
«Oui, c’était chaotique au niveau du carambolage, mais au final, on parlait d’une douzaine de blessés, mais personne [dont la vie est en danger].»
L’autoroute a pu être rouverte à 20h, soit un peu plus de 4 heures après le carambolage. Un texte de Christine Bureau (RC)


Avertissements sur la qualité de l’air à Fort McKay
Alberta, 15 mars 2017 – En raison de l’incendie survenu à l’installation de Syncrude Mildred Lake près de Fort McMurray, les Services de santé de l’Alberta émettent un avis de précaution en matière de qualité de l’air pour la communauté voisine de Fort McKay.
Services de santé Alberta a expliqué par voie de communiqué qu’il fallait s’attendre à ce que la qualité de l’air varie dans les prochaines heures, et même dans les prochains jours.
L’organisme provincial demande aux résidents et aux visiteurs de Fort McKay et de la région de connaître les conditions atmosphériques et de prendre des précautions contre les problèmes de santé potentiels associés aux conditions atmosphériques actuelles, en raison de la fumée et du faible niveau de dioxyde de soufre.
Il met en garde la population sur la possibilité d’une détérioration de la qualité de l’air qui pourrait provoquer une irritation temporaire des yeux et de la gorge, et, éventuellement, un essoufflement.
Services de santé Alberta recommande aux personnes les plus à risques de minimiser l’activité physique à l’extérieur, de rester à l’intérieur en fermant portes, fenêtres et ventilateurs.
Services de Santé Alberta rappelle que les enfants et les personnes âgées sont plus à risque d’éprouver des problèmes respiratoires.
En cas de malaise, il est conseillé d’appeler le service 811 pour parler à un professionnel de la santé. (RC)


Le Conseil pour la protection des malades dépassé par le cafouillage au CIUSSS
Saguenay-Lac-Saint-Jean, 15 mars 2017 – Le président du Conseil pour la protection des malades n’a pas de mots assez durs pour exprimer son étonnement et son exaspération après avoir appris que des résultats médicaux pourraient ne pas avoir été transmis aux médecins.
Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) fait actuellement un suivi de la transmission de 700 résultats de radiographies effectuées entre 2015 et aujourd’hui.
«140 médecins ne se sont pas aperçus qu’on ne leur communiquait pas les rapports. Ayoye. Ils mettraient ça dans une télésérie et on ne le croirait pas!» Paul Brunet, Conseil de la protection des malades.
Certains résultats d’examens n’auraient pas été transmis aux médecins.
Selon Paul Brunet, il est inacceptable qu’une telle situation ait pu se poursuivre pendant deux ans sans que personne, et surtout les médecins, ne tire la sonnette d’alarme.
«Il faut demander aux médecins d’aller un peu plus de l’avant et de tendre la main quand ils ne reçoivent pas des rapports pendant un certain temps pour voir si la machine ne s’est pas embourbée», soutient Paul Brunet.
Il espère maintenant que des mesures seront mises en place pour assurer la fluidité des communications entre les laboratoires, les médecins et les patients. (RC)


Moins de futures policières à l’École nationale de police
Mauricie, 15 mars 2017 – De moins en moins de femmes choisissent de devenir policières au Québec. La proportion de femmes a diminué au point où elles ne représentent plus que 25% des inscriptions à l’École nationale de police du Québec (ÉNPQ) le plus bas niveau en 20 ans.
Après avoir atteint presque la parité en 2002-2003 avec 44% de femmes inscrites à l’école nationale de police du Québec, leur proportion a chuté de presque de moitié au cours de la dernière décennie.
L’ÉNPQ dit admettre un pourcentage de femmes qui correspond à la proportion de femmes qui soumettent leur candidature. Par exemple, si 25% de l’ensemble de candidatures proviennent de femmes, elles représenteront 25% des candidats admis. Un texte d’Amélie Desmarais (RC)


La récupération d’excédents alimentaires est un succès à Sept-Îles
Québec, 15 mars 2017 –
La région de Sept-Îles a été parmi les pionnières du projet de récupération des excédents des supermarchés au profit des banques alimentaires et jusqu’à présent les résultats locaux sont très prometteurs.
«J’ai pu parler au comptoir alimentaire de Sept-Îles et les responsables ont confirmé que le programme est vraiment un succès dans leur région, tout se passe très, très bien. Ils ont de très bonnes relations avec les supermarchés, c’est vraiment un travail d’équipe qui s’effectue à l’échelle du Québec et localement», a souligné Gaël Chantrel, directeur des programmes pour le réseau des Banques alimentaires du Québec.
Dans le cadre de ce projet-pilote qui s’étend graduellement à l’échelle de la province, les épiciers s’associent ou s’associeront aux Banques alimentaires du Québec afin de récupérer plus de 8 millions de dollars en denrées alimentaires invendues afin de nourrir les gens dans le besoin. Ce programme de récupération en supermarché, en plus d’aider des personnes à faible revenu, permet d’éviter le gaspillage alimentaire.
Grâce à ce programme, les banques alimentaires peuvent compter sur plus d’aliments et surtout davantage de variétés. Toutefois, cela leur impose de nouveaux défis, notamment en termes de réorganisation et d’ajout de personnel et de bénévoles pour gérer ce nouvel afflux de denrées, indique M. Chantrel.
Alain Labrie, copropriétaire du IGA de Sept-Îles a confirmé lui aussi, en entrevue à l’émission Bonjour la Côte, le succès de cette aventure débutée il y a environ un an dans le secteur.
L’important, selon M. Labrie, est de rapidement trier et congeler les aliments retirés des tablettes afin de respecter les normes de salubrité du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). Un texte de François Robert (RC)


Une taxe d’accise de 20% sur les boissons sucrées sauverait des vies, selon une étude
Ontario, 15 mars 2017 –
Des chercheurs de l’Université de Waterloo concluent qu’une telle taxe sauverait 13 000 vies dans les 25 prochaines années. De plus, elle permettrait d’épargner 11,5 milliards de dollars en soins de santé et générerait 43,6 milliards de dollars. (RC)


Plusieurs emplois à pourvoir dans le domaine de l’exploration minière
Abitibi-Témiscamingue, 15 mars 2017 – L’entreprise de Val-d’Or Forage Orbit Garant est à la recherche d’une soixantaine de travailleurs pour combler des postes de foreurs. C’est un autre signe que le secteur minier reprend de la vigueur.
Ce secteur d’activité tournait au ralenti depuis quelques années et semble retrouver son dynamisme.
Au micro de l’émission Des matins en or, le vice-président ressources humaines chez Forage Orbit Garant, Serge Turgeon, a expliqué qu’il souhaite que la situation perdure.
«Dans les derniers mois, depuis le début de l’année, la demande est vraiment installée, dit-il. C’est un moment qu’on attendait depuis longtemps. D’ailleurs, ce qu’on souhaite, c’est vraiment que ce soit pour une bonne durée parce qu’on a connu quelques années de vache maigre. Nous, on a réussi à tirer notre épingle du jeu et à créer beaucoup d’emplois dans tout ça.» (RC)


Le nombre de cas de Zika, de dengue et de chikungunya chute au Brésil
Sao Paulo, Brésil, 15 mars 2017 – Le nombre de cas de Zika, de dengue et de chikungunya signalés au Brésil depuis le début de l’année est inférieur de près de 90 pour cent par rapport à la même période de l’année précédente, a indiqué mercredi le ministère de la Santé.
Le ministère a indiqué par courriel que 60 124 cas de ces trois maladies avaient été signalés entre le 1er janvier et le 18 février, comparativement à 549 510 cas en 2016.
Le ministère a attribué le recul aux efforts accrus pour éradiquer le moustique Aedes aegypti, qui est un vecteur des trois maladies. Bien adapté à l’humain, il vit à l’intérieur des maisons et peut pondre des œufs dans une eau stagnante équivalant au simple contenu d’une capsule de bouteille.
Le Brésil est aussi aux prises avec une éclosion de fièvre jaune, et le ministère de la Santé à Rio de Janeiro a confirmé les deux premiers cas de la maladie dans cet État. Il a indiqué que l’un des patients était mort et que l’autre était hospitalisé.
Plus de 370 cas de fièvre jaune ont été confirmés depuis le début de l’éclosion, a affirmé le ministère de la Santé. Plus de 130 personnes en sont mortes.
Avant même la confirmation du premier cas, le ministère de la Santé à Rio de Janeiro avait annoncé son intention de vacciner la population entière à titre de mesure préventive. L’État a indiqué qu’il aurait besoin de 12 millions de doses pour atteindre un taux de vaccination de 90 pour cent avant la fin de l’année. (AP)


15-03-2017


L’Université de Montréal suspend les cours en raison de la tempête
Montréal, 15 mars 2017 – La direction de l’UdeM demande «aux membres du personnel et aux étudiants d’éviter de se rendre sur les différents campus de Montréal, Saint-Hyacinthe, Laval, Trois-Rivières, sauf assurer pour les activités essentielles». Le campus de Montréal reste ouvert, mais les accès seront pour la plupart fermés. (RC)


Une nouvelle tempête s’abat sur Terre-Neuve-et-Labrador
Les Maritimes, 15 mars 2017 –
Une nouvelle tempête s’abat sur Terre-Neuve-et-Labrador mercredi où des vents forts et de la pluie verglaçante sont attendus à partir de l’avant-midi.
Environnement Canada lance des avertissements de vents. On prévoit des rafales jusqu’à 130 km/h sur la côte ouest et jusqu’à 100 km/h sur la côte sud. Les vents Wreckhouse pourraient atteindre 160 km/h.
Un avertissement de pluie est en vigueur pour le centre et le sud de la province. La pluie verglaçante devrait persister pendant la matinée avant de se changer en pluie parfois forte en milieu de journée. Une quantité totale de 20 à 35 mm est prévue, quoique des quantités plus importantes soient possibles par endroits.
Les précipitations devraient cesser progressivement jeudi.
Au Labrador, un avertissement de tempête est en vigueur sur les régions du sud, où il pourrait tomber de 20 à 30 cm de neige avec des rafales à 70 km/h.
Activités perturbées
Les conditions routières sont difficiles dans l’ouest, le centre et la péninsule du Nord de la province. Les routes sont couvertes de neige et la visibilité est mauvaise par endroits.
Les traversées de Marine Atlantique sont annulées mercredi en milieu de journée. Les prochains départs sont prévus mercredi soir.
L’école Sainte-Anne à La Grand’Terre est fermée pour l’avant-midi. Une mise à jour sera faite vers 11 h pour les cours de l’après-midi.
À l’aéroport de Saint-Jean, plusieurs vols sont annulés en milieu de journée. Les aéroports de Gander et Deer Lake rapportent quelques retards. (RC)


Découverte d’atrazine, un pesticide dangereux, dans l’eau potable de Montréal et Toronto
Montréal, 14 mars 2017 –
Le professeur et chercheur de l’Université de Montréal, Sébastien Sauvé, a découvert la présence d’atrazine, un des pesticides les plus dangereux utilisés au pays, dans des échantillons d’eau potable de Montréal et de Toronto.
Les concentrations observées sont supérieures à celles permises par les normes européennes, rapporte Équiterre.
L’atrazine est notamment reconnue comme un agent «perturbateur endocrinien, auquel les fœtus et enfants sont plus vulnérables en raison de l’influence du système endocrinien sur leur développement», souligne le groupe environnemental. (RC)


Le siège de l’Agence mondiale antidopage reste à Montréal
Montréal, 14 mars 2017 –
Montréal n’a plus à s’inquiéter. Le siège de l’Agence mondiale antidopage (AMA) restera dans la métropole.
La nouvelle a été confirmée mardi à Lausanne, en Suisse, par le directeur général de l’AMA, Olivier Niggli. Il a confié à notre confrère Robert Frosi qu’il n’y avait sur son bureau «aucun dossier visant un déménagement».
Le maire Denis Coderre devrait réagir à cette nouvelle depuis Chicago plus tard en après-midi.
L’annonce met un terme à des mois de rumeurs entourant un possible déménagement souhaité par certaines hautes instances sportives mondiales.
L’Agence mondiale antidopage a son siège à Montréal depuis sa création en novembre 1999, sous la présidence du Montréalais Dick Pound.
L’AMA a été à l’origine de la dénonciation de nombreux scandales de dopage à grande échelle. On peut penser aux façons de faire qui avaient cours dans le cyclisme, et en particulier au Tour de France. La chute du septuple champion Lance Armstrong et plus récemment l’enquête qui a levé le voile sur un système de dopage institutionnel en Russie sont d’autres bons exemples. (RC)


Bactérie ERV: visites toujours suspendues à l’hôpital de Val-d’Or
Abitibi-Témiscamingue, 14 mars 2017 – Les visites sont toujours suspendues au 3e étage de l’hôpital de Val-d’Or. Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Abitibi-Témiscamingue informe que les visites sont suspendues jusqu’à nouvel ordre à l’unité de chirurgie en raison d’une éclosion de la bactérie ERV (Entérocoque résistant à la vancomycine).
Seules les visites humanitaires, c’est-à-dire de fin de vie, seront autorisées aux membres de la famille immédiate des patients hospitalisés.
Les ERV sont des entérocoques, une forme de bactérie qui se retrouve normalement dans l’intestin et le tube digestif des humains, qui ont développé une résistance à plusieurs antibiotiques dont la vancomycine.
La bactérie ne se propage pas dans l’air ou par la toux. C’est pourquoi la meilleure protection est le lavage des mains par le personnel soignant et par le patient. (RC)


Québec souhaite que 50% des étudiants étrangers s’établissent dans la région après l’obtention de leur diplôme
Québec, 14 mars 2017 – Les ministères de l’Immigration et de l’Emploi confient à Québec International le mandat d’inciter davantage d’étudiants étrangers à s’installer dans la région après leurs études. Québec assorti cette entente d’une enveloppe de 205 000$ pour un plan d’action de 3 ans qui a pour objectif l’octroi de 500 Certificats de sélection du Québec additionnels à des diplômées universitaires de la région de la Capitale-Nationale et en Chaudière-Appalaches.
À terme, Québec souhaite que 50% des étudiants étrangers s’établissent dans la région après l’obtention de leur diplôme. Actuellement, le taux de rétention est de 25%.
«Quand Québec International a été créé essentiellement c’était pour aller chercher des capitaux, des investissements pour la région de Québec. Mais le problème qu’ils ont, c’est que Québec est la capitale du plein emploi», indique le ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, François Blais.
Le plan d’action mis sur pied par Québec International inclut entre autres la tenue de séances d’informations sur la qualité de vie, la vie culturelle et l’animation de la région, ainsi que des activités de réseautage avec d’éventuels employeurs.
«Avec un taux de chômage sous la barre des 5%, l’emploi croît plus rapidement que la population active. Une situation préoccupante pour les chefs d’entreprise», ajoute Carl Viel, président-directeur général de Québec International.
Pour assurer la croissance des entreprises d’ici, il faut leur fournir de la main-d’œuvre, résume encore M. Viel.
Selon les chiffres de Québec International, d’ici les cinq à dix prochaines années, l’indice de remplacement des départs à la retraite pourrait reculer à un ratio de huit jeunes travailleurs pour dix départs à la retraite.
L’entente dévoilée aujourd’hui confirme la volonté du gouvernement Couillard à augmenter le nombre d’étudiants étrangers qui s’établissent au Québec après leurs études. Cet objectif avait été annoncé dans le Budget 2016-2017.
Le 4 octobre dernier, une entente similaire avait été annoncée avec Montréal International. (RC)


Sept Centraide du Québec ne feront qu’un
Mauricie, 14 mars 2017 – Les organismes Centraide de sept régions du Québec ont l’intention de fusionner dans un souci d’efficacité administrative. Il s’agit notamment de faciliter la collecte de dons redistribués dans le milieu communautaire et de faire face à la concurrence.
Cette transformation toucherait Centraide Centre-du-Québec, Centraide Mauricie et cinq autres organismes, soient de l’Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec, de Gatineau-Labelle-Hautes-Laurentides, de Lanaudière, de Richelieu-Yamaska et du Sud-Ouest du Québec.
Les sept groupes envisagent d’unir leurs efforts pour être plus efficaces sur le plan administratif et mieux soutenir les organismes communautaires qu’ils appuient.
La réflexion a été entamée en 2014 alors que Centraide a fait plusieurs constats.
«Il y a une diminution des revenus dans plusieurs régions et une augmentation phénoménale de la concurrence dans le milieu philanthropique avec l’ère numérique», explique le président de Centraide Mauricie, Jean Boulet.
Il cible également un retard dans le développement technologique, des besoins accrus dans la communauté, le changement démographique ainsi que des attentes différentes des partenaires comme autant de raisons qui justifiaient un changement organisationnel.
Le projet doit normalement être soumis au début de l’automne et le nouveau modèle de gouvernance pourrait être en place en janvier 2018. Un texte de Marie-Ève Trudel (RC)


Rupture de services en santé en Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine: Gaétan Barrette cherche une solution
Québec, 14 mars 2017 –
Le ministre de la Santé Gaétan Barrette tente toujours de trouver une solution aux ruptures de services en santé en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine.
En entrevue à l’émission Au cœur du monde, le Ministre a affirmé que ce n’était pas par manque de volonté si, à plusieurs reprises dans les derniers mois, différents hôpitaux de la région ont été aux prises avec des périodes de «découverture médicale».
Gaétan Barrette affirme que son gouvernement envisage de revoir le cadre légal actuel et s’est dit favorable à la création d’un droit de gérance qui permettrait au gouvernement de répondre plus facilement aux besoins en personnels des hôpitaux en région.
«On n’a pas le pouvoir sur le plan constitutionnel de dire à une personne: vous allez travailler à tel endroit, à moins que ce soit négocié.»
Pour remédier à la situation, la Matanie et la Vallée de la Matapédia ont lancé une pétition à la mi-février pour demander que soit abolie la règle qui oblige les médecins spécialistes à assurer un service dans un rayon de 70 kilomètres de leur lieu de travail. Le document précise que cette règle ne convient pas pour des régions présentant un grand territoire.
Ce sont surtout les anesthésistes qui manquent à l’appel aux Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine
Après les Fêtes, le CISSS des Îles-de-la-Madeleine avait contacté de futures mères pour les informer que l’hôpital n’était pas en mesure de procéder à leur accouchement et qu’elles devaient être transportées par avion jusqu’à Québec.
Le CISSS avait finalement trouvé in extremis un spécialiste, ce qui n’a pas été le cas à Matane, ni à Sainte-Anne-des-Monts, quelques semaines plus tard.
Le ministre Barrette soutient qu’il n’est pas facile de combler ces postes vacants en région. Un texte de Léa Beauchesne (RC)


Des dommages importants au CSSS de Beauceville
Québec, 14 mars 2017 –
Une trentaine de personnes âgées ou en réadaptation physique ont dû être relocalisées pour une durée indéterminée à Beauceville en raison de l’important dégât d’eau survenu lundi soir au Centre de santé et de services sociaux.
Un tuyau du système de gicleurs a cédé au quatrième étage de l’édifice. L’eau s’est écoulée jusqu’au 2e étage. Le bâtiment, qui abrite une résidence privée pour aînés et un centre de réadaptation, a été évacué.
La plupart des résidents de la Résidence Luca, située au deuxième étage, ont été relogés dans une autre maison appartenant aux mêmes propriétaires, à Saint-Joseph-de-Beauce. Les autres ont été pris en charge par leur famille.
Les patients de l’unité de réadaptation fonctionnelle intensive (URFI) ont été soit déplacés dans un CHSLD de Saint-Georges ou dans leur famille.
«On parle de personnes vulnérables, mais personne n’a été blessé. Tout s’est bien déroulé», explique Geneviève Dion, porte-parole du CISSS de Chaudière-Appalaches. Les proches des patients et résidents ont été appelés lundi soir. Ils ont pu venir chercher des effets personnels malgré les dégâts.
Dès mardi matin, les équipes des services techniques étaient à l’œuvre pour évaluer les dommages et l’état des structures atteintes. «Les dégâts sont quand même importants, donc on peut anticiper une certaine période», ajoute Geneviève Dion en parlant de la relocalisation des usagers.
Le bâtiment touché est une vieille bâtisse contenant de l’amiante, ce qui demande des mesures de sécurité supplémentaires. Des firmes spécialisées seront appelées pour réaliser les travaux.
Les autres services offerts dans la bâtisse demeurent fonctionnels, comme le CLSC et les services externes en déficience physique. Les employés administratifs dont les bureaux sont situés au premier étage ont pu rentrer au travail.
Le bâtiment comprend également un CHSLD situé dans une aile qui n’a pas été touché. (RC)


Projet Optilab: des maires de la Côte-Nord veulent se faire entendre
Québec, 14 mars 2017 – Plusieurs maires de la Côte-Nord ont envoyé une lettre au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, pour expliquer leur opposition au projet Optilab.
Les élus estiment que la centralisation des laboratoires médicaux au Saguenay contredit la Loi sur l’occupation et la vitalité des territoires qui cherche à encourager la décentralisation et la régionalisation. Ils estiment que ce type de décision entraîne à long terme la dévitalisation d’une région. La lettre a également été envoyée à tous les députés du Québec et au premier ministre Philippe Couillard.
Québec prévoit réaliser des économies de 75 millions de dollars avec le projet Optilab. Les employés de laboratoire de la Côte-Nord relèveront du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean, à compter du 1er avril. (RC)


Un satellite albertain pour surveiller la météo
Alberta, 14 mars 2017 – Un petit satellite bâti par un groupe d’étudiants de l’Université de l’Alberta va récolter de précieuses informations qui pourront un jour prévenir les dommages causés par des éruptions solaires.
L’AlbertaSat, pas plus grand qu’une boîte à pain, va mesurer les conditions météorologiques de l’espace. Il sera officiellement lancé de la Station spatiale internationale à la fin du mois.
Charles Nokes, un étudiant à la maîtrise en astrophysique à l’Université de l’Alberta qui travaille sur le projet depuis quatre ans déjà, mentionne que le petit satellite mesurera les interactions entre l’énergie du soleil et l’ionosphère, la couche atmosphérique extérieure de la Terre.
Les éruptions solaires, qui sont notamment à l’origine des aurores boréales, peuvent causer des dommages aux équipements électriques et électroniques.
13 mars: une éruption solaire qui a marqué l’histoire
Le 13 mars 1989, une éruption solaire a provoqué une tempête électromagnétique qui a paralysé une bonne partie du réseau d’Hydro-Québec: plus de six millions d’abonnés ont alors été privés d’électricité.
«L’énergie déployée par une éruption solaire est si puissante qu’elle peut pénétrer jusque dans le sol et, puisque nos infrastructures sont reliées au réseau électrique, l’impact peut être important», explique le jeune chercheur de l’Université de l’Alberta.
En tout, près de 15 pays sont impliqués dans le projet, qui doit durer de 9 à 15 mois.
Une douzaine de chercheurs de l’Université de l’Alberta se déplaceront en Floride pour le lancement du satellite. (RC)


14-03-2017


Des dizaines de vols annulés à Montréal-Trudeau
Montréal, 13 mars 2017 – Alors que les centimètres s’accumulent dans le nord-est des États-Unis et que le Québec se prépare à recevoir sa pire tempête de neige de l’année, les services sont déjà perturbés à l’aéroport international Montréal-Trudeau.
En début de journée, des dizaines de vols en provenance et à destination des États-Unis étaient déjà annulés. Parmi les destinations touchées se trouvent notamment New York, Boston, Philadelphie, Newark et Washington. Certains vols faisant la liaison avec Toronto ont aussi été annulés.
Plusieurs vols pourraient aussi être retardés au cours de la journée.
Les voyageurs qui doivent prendre l’avion aujourd’hui sont invités à consulter l’état de leur vol sur le site d’Aéroports de Montréal ou encore auprès de leur compagnie aérienne avant de se rendre à l’aéroport. (QMI)


Toutes les écoles fermées en Estrie
Estrie, 13 mars 2017 – Devant la tempête qui s’annonce, les quatre commissions scolaires de l’Estrie ont décidé de fermer les portes de leurs établissements. Les élèves des commissions scolaires des Sommets, des Hauts-Cantons, de la Région-de-Sherbrooke et Eastern Townships ont donc congé d’école aujourd’hui.
Le Séminaire de Sherbrooke et le Collège Sacré-Coeur de Sherbrooke sont aussi fermés. Le Collège Servite d’Ayers-Cliff suivra son horaire habituel du matin, mais le départ des autobus aura lieu à 14 h.
En Montérégie, la Commission scolaire Val-des-Cerfs a elle aussi fermé ses établissements. Seules la formation générale aux adultes et la formation professionnelle se déroulent normalement.
Il est préférable pour les parents de vérifier si leur service de garde est ouvert avant de s’y rendre.
Au Centre-du-Québec, les écoles de la Commission scolaire des Chênes et des Bois-Francs sont ouvertes.
De 20 à 30 cm attendus
De faibles flocons tomberont dès ce matin, mais c’est en milieu de journée que la neige forte et la poudrerie se mettront de la partie. De 20 à 30 centimètres sont attendus au cours de la journée. (RC)


Trois personnes intoxiquées au monoxyde de carbone, à Terre-Neuve
Les Maritimes, 13 mars 2017 – Trois personnes de Whitebourne, à Terre-Neuve, ont été hospitalisées à la suite d’une intoxication au monoxyde de carbone, dimanche après-midi.
La GRC a porté assistance au service d’ambulance et aux pompiers afin de porter secours aux résidents. La police rappelle que le monoxyde de carbone est un gaz toxique, incolore et inodore.
Elle prévient les citoyens que les génératrices et autres appareils fonctionnant à l’essence ne doivent pas être installés et utilisés à l’intérieur d’une résidence ou de tout autre endroit fermé. (RC)


Bénévoles en recherche et sauvetage recherchés à l’Î.-P.-É.
Les Maritimes, 13 mars 2017 – L’équipe de recherche et sauvetage au sol de l’Île-du-Prince-Édouard est à la recherche de 10 à 15 nouveaux bénévoles. Des bénévoles qui soient prêts à se rendre disponibles nuit et jour pour secourir des gens.
L’organisme de charité sans but lucratif est géré par un conseil d’administration formé de bénévoles qui coordonnent une centaine de membres.
Ces membres bénévoles doivent être disponibles sur appel 24 heures sur 24, 365 jours par année. Les opérations de recherche peuvent parfois durer plusieurs jours et peuvent prendre place été comme hiver.
Un entraînement régulier
Les recrues potentielles doivent être prêtes à passer du temps à l’extérieur, être psychologiquement et émotionnellement capables de participer à des opérations dans différentes conditions et être dédiées au service communautaire et au bénévolat.
Les personnes choisies devront s’entraîner plusieurs fois par année pour notamment pratiquer et maintenir ces compétences en navigation, en survie, en premiers soins et en techniques de recherche.
Les candidatures sont acceptées jusqu’au 31 mars. (RC/CBC)


Important dégât d’eau au CSSS de Beauceville
Québec, 13 mars 2017 – Un important dégât d’eau est survenu au Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Beauceville, dans la région de Chaudière-Appalaches, lundi soir, forçant l’évacuation de plusieurs patients et résidents.
L’inondation s’est produite vers 18 h 40 et aurait été provoquée par le bris d’une conduite d’eau située au quatrième étage de l’édifice, qui abrite un CLSC, une résidence pour aînés ainsi qu’une unité de réadaptation fonctionnelle intensive (URFI).
La fuite d’eau a donné lieu à un important déploiement des services d’urgence. Les pompiers de Beauceville et leurs collègues des municipalités de Saint-Georges, Saint-Victor et Saint-Joseph-de-Beauce ont été appelés sur les lieux.
Aucune personne n’a été blessée, mais des retraités habitant la Résidence Luca, située au deuxième étage, ont dû être évacués vers un foyer de Saint-Georges. Des patients de l’URFI, qui occupe le troisième étage, ont quant à eux été transférés dans une autre section de l’édifice.
La fuite a été colmatée au courant de la soirée. On ignore le montant des dégâts matériels, mais ils seraient considérables, l’eau s’étant infiltrée jusqu’au rez-de-chaussée. (RC)


Fin de la gratuité des bains libres pour les aînés de Drummondville
Estrie, 13 mars 2017 – Dès le 1er avril les personnes de 65 ans et plus devront payer trois dollars pour avoir accès aux bains libres à l’Aquacomplexe de Drummondville alors qu’il ne leur en coûtait rien depuis son ouverture en 2014.
Un groupe d’aînés dénonce la situation et fait actuellement circuler une pétition pour tenter de renverser la vapeur.
Le gestionnaire de l’Aquacomplexe, le Réseau aquatique Drummond, dit imposer cette nouvelle tarification parce que la subvention de la Ville n’augmente pas et qu’un effort collectif doit être fait pour financer ces services. L’argument est loin de convaincre Suzanne Gravel, selon qui cette décision est inacceptable pour une ville amie des aînés.
«Les gens âgés sont des personnes qui sont démunies et bien souvent sous le seuil de la pauvreté du côté des femmes. Il ne faut pas être en situation de pauvreté pour dire que 3 dollars ce n’est pas cher», déplore Suzanne Gravel.
En comparaison, il en coûte 4 dollars aux aînés de Sherbrooke et Victoriaville pour avoir accès aux bains libres. (RC)


Thérapie par courriel: rendre les soins en santé mentale en français plus accessibles
Les Maritimes, 13 mars 2017 – Une équipe de doctorants en psychologie de l’Université de Moncton travaille pour que les services en santé mentale soient plus accessibles aux francophones. Ils développent notamment des outils en ligne, qui ciblent tout particulièrement les jeunes.
L’équipe d’étudiants au doctorat en psychologie ont notamment développé une thérapie qui s’offre par le biais de courriels et d’ateliers sur le web. Huit semaines durant, les participants de la thérapie reçoivent des courriels personnalisés et des conseils des doctorants.
L’équivalent est déjà offert en anglais, mais n’existait pas en français. L’équipe est d’avis que c’est d’autant plus important pour ces francophones qui vivent en milieu rural.
Une procédure moins intimidante
L’équipe avance également que le système de thérapie en ligne est profitable à ces gens qui ne se sentent pas tout à fait à l’aise de suivre des thérapies en face-à-face.
Les doctorants soulignent que les jeunes, soit les gens âgés entre 18 et 25 ans, sont en général moins enclins à réclamer des services.
«Ils n’ont pas tendance à utiliser les services traditionnels qui sont offerts autant que les adultes peuvent le faire», allègue France Talbot psychologue et professeure à l’Université de Moncton.
Selon Statistique Canada, seulement 37% de ceux qui souffrent de troubles mentaux font appel des professionnels de la santé. (RC)


La Haute-Gaspésie entame sa lutte contre la pénurie de dentistes
Québec, 13 mars 2017 – La MRC de la Haute-Gaspésie s’attaque à la pénurie de médecins qui sévit sur son territoire depuis plusieurs années.
À la suite de la diffusion d’un reportage de Radio-Canada, un citoyen de la Haute-Gaspésie a interpelé le préfet de la MRC, Allen Cormier, afin qu’il s’attaque à cette problématique.
Lors de la séance du Conseil des maires de lundi, le préfet a présenté une résolution dans laquelle sont présentées les demandes à être faites au ministre de la Santé Gaétan Barrette ainsi qu’aux directions d’universités québécoises.
La MRC demandera entre autres d’organiser des programmes de résidence en régions pour les jeunes diplômés et de favoriser l’admission à l’université de candidats originaires des régions.
La Gaspésie est la région du Québec qui affiche le plus haut taux de patients par dentiste au Québec. (RC)


13-03-2017


Rappel de produits de beurre de noix de soja de marque I.M. Healthy
Ottawa, 12 mars 2017 – L’Agence canadienne d’inspection des aliments a émis un rappel de produits de beurre de noix de soja de marque I.M. Healthy parce que ces produits pourraient être contaminés par la bactérie E. coli O157:H7.
L’agence indique, sur son site Internet, que ces produits pourraient avoir été vendus à l’échelle nationale et en ligne.

Les produits suivants ne doivent pas être consommés:
– I.M. Healthy, Beurre de soja crémeux (CUP 6 54989 94020 0)
– I.M. Healthy, Beurre de soja croquant (CUP 6 54989 95020 9)
– I.M. Healthy, Beurre de soja sans sucre (CUP 6 54989 96020 8)
– I.M. Healthy Beurre de soja – miel (CUP 6 54989 97020 7)
– I.M. Healthy Beurre de soja – chocolat (CUP 6 54989 98020 6)

L’agence rappelle que les aliments contaminés par la bactérie E. coli O157:H7 ne présentent pas nécessairement d’altération visible ni d’odeur suspecte, mais peuvent quand même rendre malade. Parmi les symptômes possibles, elle indique des nausées, vomissements, crampes abdominales plus ou moins aiguës et diarrhée aqueuse ou sanguinolente. La maladie peut conduire jusqu’à la mort.
L’agence effectue ce rappel après qu’un rappel similaire a été émis aux États-Unis, où au moins neuf personnes ont été malades après avoir consommé ces produits.
L’agence indique cependant qu’aucun cas de maladie n’a encore été signalé au Canada. (RC)


Les services en ligne de l’Agence du Revenu du Canada sont rétablis
Montréal, 12 mars 2017 – L’Agence du Revenu du Canada (ARC) a réactivé dimanche soir ses services en ligne, permettant aux contribuables de produire leurs déclarations de revenu.
Ces services avaient été suspendus la veille, par mesure de précaution, en raison d’une certaine vulnérabilité du réseau Internet qui a touché certains serveurs informatiques utilisés par des sites Web à l’échelle mondiale.
L’Agence avait alors assuré qu’il n’y avait pas eu d’accès non autorisé aux renseignements des contribuables. Elle avait ajouté qu’elle avait pris des mesures afin que tous les renseignements et les systèmes restent sécurisés. (PC)


Trop tôt pour les pneus d’été, dit CAA-Québec, même si la loi le permet dès jeudi
Québec, 12 mars 2017 – Même si les automobilistes auront la permission légale d’enlever les pneus d’hiver sur leurs véhicules à partir de jeudi prochain, CAA-Québec recommande de patienter encore quelques semaines.
La porte-parole du club automobile, Annie Gauthier, rappelle que les mois de mars et avril sont souvent imprévisibles en ce qui a trait aux conditions météorologiques. Des tempêtes de neige viennent souvent retarder l’arrivée du printemps.
Mme Gauthier estime qu’il est plus sécuritaire d’attendre à la fin d’avril pour poser les pneus d’été, afin de ne pas être pris de court par les caprices de Dame Nature.
Légalement, la période obligatoire des pneus d’hiver s’étend du 15 décembre au 15 mars inclusivement. Des amendes sont prévues pour les contrevenants.
CAA-Québec croit qu’il ne faut pas se laisser « entrainer » par la législation, et se fier plutôt à son bon jugement.
De plus, rappelle l’organisme, les pneus d’hiver ne risquent pas de s’endommager, aussi longtemps que les températures ne dépasseront pas les 7 degrés Celsius pour une longue période. (PC)


Des risques d’avalanche importants dans les Rocheuses
Alberta, 12 mars 2017 – Les risques d’avalanches en arrière-pays demeurent importants dimanche dans les Rocheuses, aussi bien en Alberta qu’en Colombie-Britannique. Les parcs Banff, Yoho et Kootenay sont ciblés par cet avertissement de Parcs Canada.
Le danger touche également le parc national Jasper qui est malmené par des vents.
«Il ne faut s’aventurer que sur des terrains moins risqués», déclare Parcs Canada dans un communiqué.
L’agence fédérale rappelle que les skieurs doivent faire «preuve d’une grande prudence» parce qu’ils peuvent provoquer eux même des coulées de neige sans le vouloir.
Parcs Canada dit que des corniches, soit des plaques de neige surplombant le vide, peuvent tomber. Le manteau neigeux repose aussi sur une base fragile qui peut glisser à tout moment. (RC)


La crise des surdoses se poursuit à Vancouver
Vancouver, 12 mars 2017 – La crise des surdoses de drogue, qui a fait 922 morts l’année dernière en Colombie-Britannique, se poursuit à Vancouver, a déploré le maire Gregor Robertson jeudi.
Au cours de la semaine du 26 février au 5 mars, les premiers répondants du service d’incendie de Vancouver ont dû répondre à 174 appels pour des surdoses de drogue, le nombre le plus élevé depuis le début de l’année. Historiquement, il s’agit d’un nombre très élevé pour une seule semaine, a précisé le bureau du maire dans un communiqué.
La police de Vancouver, de son côté, a confirmé qu’au moins 14 morts ont probablement été causées par des surdoses au cours de la même période, soit six de plus que lors de la précédente semaine.
«Les morts par surdose de drogue liés à la crise du fentanyl continuent d’avoir un impact dévastateur d’un bout à l’autre de Vancouver», a déploré le maire Robertson.
Les morts par surdose sont devenus l’une des dix principales causes de décès dans la province au cours de la dernière année.
La crise est principalement attribuable à l’arrivée sur le marché du fentanyl, un opioïde jusqu’à 40 fois plus puissant que l’héroïne. Une étude menée par Santé Canada a révélé l’automne dernier que de plus en plus de drogues sont contaminées avec du fentanyl, dans une proportion qui monte jusqu’à 20% pour l’héroïne. (QMI)


Vente en ligne: la police désigne des endroits sécuritaires où échanger des biens
Toronto, 12 mars 2017 – Vendre ou acheter d’un inconnu via des sites d’annonces comme Kijiji ou Craigslist peut être intimidant et même dangereux. C’est pourquoi de plus en plus postes de police en Ontario désignent des espaces de rendez-vous sécuritaires pour ces transactions.
Des places de stationnement aux postes de police de la région de Peel ont été désignées zones d’échange sécuritaire. Elles servent aux gens qui vendent ou qui achètent sur des sites d’annonces comme Kijiji, Craiglist, ou même le site d’échange Bunz.
Toute la transaction est captée par des caméras.
Les policiers de la région de Niagara affirment qu’une trentaine de vols liés aux échanges des sites en ligne sont rapportés chaque année.
Mais il n’y a pas que des vols. Par exemple, Tim Bosma, un résident d’Ancaster, avait été assassiné près de Hamilton. Le père de famille avait mis sa camionnette en vente sur Kijiji et Auto Trader. Deux hommes étaient partis avec lui pour essayer le véhicule et l’avaient tué.
«C’était une tragédie. Des vols, nous en voyons souvent, qu’il soit violents ou non violents, et c’est exactement ce que nous voulons prévenir.» Baljit Saini, porte-parole de la Police régionale de Peel.
La Ville de Toronto a adopté une motion en novembre dernier pour que de tels points de rendez-vous sécuritaires soient créés.
Mais rien ne s’est concrétisé pour le moment.
Et si Toronto tarde à emboîter le pas, ce n’est pas le cas pour certaines villes ontariennes comme Windsor, Midland et Orangeville. La police régionale du Niagara offre d’ailleurs ce service aux résidents depuis une semaine à son quartier général. (RC)


L’insuffisance cardiaque tue 22 000 Canadiens par année
Montréal, 12 mars 2017 –
L’insuffisance cardiaque serait à l’origine de 9% des décès au pays, révèle une analyse présentée à la conférence sur l’épidémiologie de l’American Heart Association, à Portland, aux États-Unis.
Un des auteurs de l’analyse, le Dr Michel White, soutient que 600 000 Canadiens souffrent de cette incapacité du cœur à pomper le sang adéquatement et que 22 000 d’entre eux y succombent annuellement.
Titulaire de la chaire de recherche en insuffisance cardiaque à l’Institut de cardiologie de Montréal, le Dr White qualifie de problématique le dépistage des patients jugés à haut risque, soit ceux qui sont déjà atteints d’hypertension, de diabète ou de la maladie des artères coronaires.
Il indique que l’insuffisance cardiaque est la première cause d’hospitalisation chez les personnes de 65 ans et plus.
Elle s’avère d’ailleurs deux fois plus coûteuse pour le système de santé que l’ensemble des cancers au sein de ce groupe d’âge. Il s’agit d’une question à ne pas négliger compte tenu du vieillissement de la population, ajoute le Dr White.
Symptômes subtils
Également professeur titulaire de médecine à l’Université de Montréal, Michel White souligne l’importance d’informer le personnel médical afin qu’il puisse reconnaître les premiers signes d’insuffisance cardiaque plus ténus tels que la baisse de tolérance à l’effort.
Il estime que, si certains symptômes semblent anodins, ils méritent un examen poussé tout en gardant toujours l’idée de l’insuffisance cardiaque en tête.
Le Dr White déplore son caractère «insidieux», qui porte les personnes qui en sont atteintes à «minimiser leurs symptômes» et à diminuer leur activité physique. Il invite les gens aux prises avec une fatigue exagérée et un souffle plus court à consulter un professionnel de la santé.
Le taux de mortalité imputable à l’insuffisance cardiaque est équivalent à celui d’un «cancer très avancé, très agressif», a-t-il expliqué.
«Je la compare avec des cancers parce que c’est un peu notre « cancer cardiaque »«, dit-il. (PC)


Mars, le mois des semences
Alma, Saguenay-Lac-Saint-Jean, 12 mars 2017 – Des centaines de personnes se sont rendues à la Fête des semences qui se tenait à Alma, dimanche. Ils ont pu y acheter des graines et s’informer des nouvelles tendances sur le jardinage. La popularité de ce rassemblement, organisé par le mouvement citoyen Alma en transition, a explosé depuis son début, il y a 4 ans.
«On a du chanvre, on a du lin, on a toutes les variétés de légumes inimaginables. On a des pousses. Il y a des producteurs de miel. Je dirais que quelqu’un peut s’alimenter local à longueur d’année maintenant et sans se priver», explique la responsable de la Fête des semences, Annie Brassard.
Pourtant, moins de 10% des aliments que l’on consomme sont produits dans la région. Le reste des produits alimentaires parcourent des milliers de kilomètres avant de se retrouver dans nos assiettes.
Selon un des jardiniers présents sur place, cette statistique pourrait bientôt être renversée.
«Quand j’ai commencé à jardiner, tout le monde jardinait. Tout le monde avait un petit jardin. C’est devenu de moins en moins populaire au fur et à mesure que le travail et les occupations prenaient plus de temps, mais là, il y a un regain maintenant parce que c’est de se reconnecter avec la nature», estime Gérald Tremblay qui cumule une quarantaine d’années d’expérience comme jardinier. (RC)


Bientôt des frites martiennes?
Montréal, 12 mars 2017 – Pourra-t-on un jour faire pousser des pommes de terre sur Mars? Selon une première expérimentation réalisée au Pérou, le tubercule arrive à pousser dans des conditions semblables à celles de la planète rouge.
Des pommes de terre sélectionnées à partir d’une centaine d’espèces péruviennes ont été cultivées entre le 14 février et le 5 mars sous un dôme où ont été reproduites des conditions atmosphériques semblables à celles de Mars.
«Les résultats préliminaires sont encourageants», a indiqué vendredi le Centre international de la pomme de terre, à Lima.
«Si les tubercules peuvent tolérer les conditions extrêmes auxquelles nous les exposons ici, cela offre une belle occasion pour qu’elles poussent sur Mars», estime Julio Valdivia Silva, astrobiologiste péruvien associé à la NASA.
La terre utilisée pour l’expérimentation a été extraite du désert de la Pampa de la Joya, dans le sud du Pérou, où le sol est similaire au sol martien. La NASA envisage même d’y construire un centre d’expérimentations martiennes, à l’instar de celles réalisées aux États-Unis, en Antarctique et en Russie.
La pomme de terre, très populaire au Pérou, est même cultivée à des altitudes de 4000 mètres.
Le Centre international de la pomme de terre est un des laboratoires mondiaux majeurs dans le secteur des tubercules avec sa banque de données de plus de 4000 variétés de pommes de terre. (AFP/RC)


10-03-2017


ALERTE AMBER: La police de Toronto recherche une fillette de 4 ans à l’intérieur d’une Camry noire
Toronto, 9 mars 2017 – La police de Toronto est à la recherche d’une voiture qui a été volée dans le nord-ouest de la ville, avec une fillette de 4 ans à l’intérieur.
La voiture recherchée est une Toyota Camry noire, immatriculée en Ontario comme suit: BHVH392
Les autorités ont reçu l’appel peu après 6h ce matin.
La mère avait laissé le véhicule en marche dans l’entrée de sa maison, avec la petite fille dans la voiture. Elle était partie chercher son deuxième enfant à l’intérieur.
Lorsqu’elle est revenue, le véhicule avait disparu.
La fillette en question:
mesure un peu moins d’un mètre
a les cheveux noirs à la hauteur des épaules et les yeux bruns
porte un manteau rouge, un pantalon rose et un chapeau blanc
Les autorités demandent à quiconque a des informations de les contacter. Elles demandent aux résidents de la ville de garder l’œil ouvert. (RC)


Avertissement de froid extrême au Nouveau-Brunswick
Les Maritimes, 9 mars 2017 – Les résidents de la moitié nord du Nouveau-Brunswick doivent se préparer à un froid extrême à compter de vendredi soir.
Environnement Canada explique que l’effet combiné de l’air arctique et de vents vifs entraînera une température ressentie de – 35 degrés, samedi matin.
Ces conditions comportent un risque élevé d’engelure et d’hypothermie, souligne Environnement Canada.
Les régions de la moitié sud, quant à elles, doivent s’attendre à une température ressentie de -27 degrés durant la nuit et de – 30 degrés samedi matin. (RC)


Changement d’heure, changement de pile!
Québec, 9 mars 2017 – Dans la nuit du 11 au 12 mars, nous passerons à l’heure avancée. Profitez de ce changement d’heure pour vérifier le fonctionnement de vos avertisseurs de fumée, rappelle l’Association des techniciens en prévention incendie du Québec (ATPIQ).
L’avertisseur de fumée doit être disposé au bon endroit et de la bonne manière. Idéalement, un avertisseur de fumée sera situé dans un corridor, près des chambres à coucher. Notons que dans la majorité des règlements municipaux, il est exigé d’installer un avertisseur de fumée par étage dans une maison ou encore un par logement.
Précisons également qu’un avertisseur de fumée possède une date de péremption. «Un avertisseur de fumée a une durée de vie de 10 ans. Vérifiez sa date de fabrication. Elle est inscrite sur l’appareil. Un avertisseur de fumée datant de plus de 10 ans doit être remplacé», explique Rudy Hamel, président de l’ATPIQ.
Ces mesures peuvent vous sauver la vie en cas d’incendie. N’hésitez pas à contacter votre Service de sécurité incendie pour plus d’information. (QMI)


Des produits I.M. Healthy font l’objet d’un rappel en raison de la bactérie E. Coli
Ottawa, 9 mars 2017 – Les produits de beurre de noix et de soja ainsi que de granola de la marque I.M. Healthy font l’objet d’un rappel en raison de la bactérie E. Coli O157:H7, a fait savoir jeudi soir l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA).
«L’industrie procède au rappel de produits de beurre de noix de soja et de granola de marque I.M. Healthy parce que ces produits pourraient être contaminés par la bactérie E. Coli O157:H7. Les produits visés décrits ci-dessous ne doivent pas être consommés. Les produits suivants pourraient avoir été vendus à l’échelle nationale en plus d’avoir été vendus en ligne», a indiqué l’ACIA dans un communiqué.
Sont touchés par le rappel les produits suivants:
Creamy SoyNut Butter (CUP 6 54989 91010 4, 425 g);
Chunky SoyNut Butter ( CUP 6 54989 92010 3, 425 g);
Unsweetened Creamy SoyNut Butter (CUP 6 54989 93010 2, 425 g);
Honey Creamy SoyNut Butter (CUP 6 54989 94010 1, 425 g);
Chocolate SoyNut Butter (CUP 6 54989 97010 8, 425 g);
Original Granola (CUP 6 54989 97010 8, 425 g);
Raisin & Cranberry Granola (CUP 6 54989 40035 3, 340 g);
Raisin & Cranberry Granola (CUP 6 54989 40036 0, 340 g);
Apple Granola (CUP 6 54989 40037 7, 340 g) et Blueberry Granola (CUP 6 54989 40038 4, 340 g).
L’ACIA souligne que les aliments contaminés par la bactérie E. Coli ne présentent pas forcément d’altération visible ni d’odeur suspecte, mais peuvent tout de même rendre malade. Les symptômes possibles sont les suivants: nausées, vomissements, crampes abdominales et diarrhée. (QMI)


Des sirops Buckley font l’objet d’un rappel
Ottawa, 9 mars 2017 – Plusieurs sirops de la marque Buckley font l’objet d’un rappel en raison d’un risque d’étouffement, a fait savoir jeudi Santé Canada.
«Un sceau de plastique défectueux pourrait tomber dans la bouteille, puis présenter un risque d’étouffement s’il est avalé. Le sceau est un rond de pellicule plastique clair ou semi-transparent d’un diamètre d’environ 1,7 cm», indique le ministère dans un communiqué.
Sont touchés par le rappel les sirops suivant:
Buckley Complet (DIN 02279703, 150 ml et 250 ml);
Buckley Complet Anti-mucosités (DIN 02357232, 150 ml et 250 ml);
Buckley Toux et congestion de la poitrine (DIN 02289164, 150 ml et 250 ml);
Buckley Toux Anti-mucosités (DIN 02346451, 150 ml et 250 ml);
Buckley Formule originale (NPN 02239538, 100 ml et 200 ml);
Buckley Formule originale Nuit (DIN 02230939, 100 ml).
Selon l’entreprise pharmaceutique GlaxoSmithKline (GSK), il ne faut pas prendre les produits visés «directement de la bouteille». On recommande également aux consommateurs de suivre les directives posologiques indiquées sur l’étiquette.
Santé Canada indique que les produits touchés peuvent être pris par des adultes et des enfants de plus de 12 ans. «Le sirop Formule pour enfants Jack & Jill de Buckley n’est pas inclus dans le rappel puisqu’un sceau différent est utilisé», précise-t-on. (QMI)


Montréal sera une des régions infonuagiques de Google
Montréal, 9 mars 2017 – Le géant Google a annoncé jeudi que Montréal fera partie de ses régions infonuagiques, devenant ainsi la toute première au Canada.
«Les régions Google Cloud reposent sur le réseau infonuagique de Google et bénéficient de l’ensemble de la force mondiale de Google», a fait savoir la compagnie dans un communiqué.
L’entreprise a souligné qu’elle travaillait assidument pour proposer aux internautes «de nouveaux produits et de nouvelles capacités technologiques, tout en s’assurant qu’ils puissent y avoir accès rapidement où ils se trouvent
«En procédant à l’ouverture d’une région infonuagique à Montréal, notre objectif est de permettre à tous nos clients de tirer avantage […] de la haute performance que propose l’ensemble de l’infrastructure Google Cloud», peut-on lire dans un communiqué.
Le premier ministre Philippe Couillard s’est réjoui de cette annonce. «Nous sommes très fiers que Google ait choisi Montréal pour accueillir sa première infrastructure canadienne et continuerons à travailler au développement de l’économie de chacune de nos régions», a-t-il affirmé.
Pour Hydro-Québec, le choix de Google confirme l’engouement du secteur des centres de données pour le Québec. «Nous offrons les meilleurs tarifs d’électricité de l’Amérique du Nord et nous avons d’importantes quantités d’énergie disponibles. Choisir le Québec va de soi», a affirmé son président-directeur général, Éric Martel, soulignant que «les centres de données établis au Québec sont alimentés par une énergie verte».
Outre Montréal, la Californie et les Pays-Bas accueilleront les services infonuagiques du géant du web. L’annonce de ces régions a été faite jeudi, à San Francisco, dans le cadre de la conférence Google Cloud Next ’17.
Le nombre total de régions infonuagiques de Google passera de six actuellement à 17. Les régions actuelles sont en Oregon, en Iowa, en Caroline du Sud, en Belgique, à Taïwan et à Tokyo. (QMI)


Dons d’organes: Transplant Québec fait état de données encourageantes
Québec, 9 mars 2017 – L’organisme Transplant Québec fait état jeudi de quelques données statistiques encourageantes sur le don d’organes.
En 2016, les hôpitaux ont référé 626 donneurs potentiels à Transplant Québec, ce qui en a fait la meilleure année en matière d’identification des donneurs. Depuis 2010, leur nombre a augmenté de plus 60 pour cent.
Près de quatre Québécois sur dix ont officialisé leur consentement au don d’organes et de tissus dans un des deux registres.
L’organisme ajoute que les refus de la part des familles ont diminué pour une deuxième année consécutive, passant de 26 à 21 pour cent de toutes les références traitées par Transplant Québec.
Il y a eu l’an dernier une diminution du nombre de personnes transplantées au Québec: 480 comparativement à 507 en 2015, qui ont reçu principalement un rein (275), un foie (99), un cœur (46) ou des poumons (51).
Transplant Québec affirme qu’en 2016, 13 millions $ d’économies ont été générées pour le système de santé québécois en raison de la performance en don d’organes, principalement par les greffes de rein provenant des donneurs décédés et vivants. (PC)


Plus de 13 M$ pour l’ajout de personnel et de lits en CHSLD en Estrie
Estrie, 9 mars 2017 – Les millions de dollars annoncés par Québec l’automne dernier pour désengorger le système de santé sont maintenant connus. La part de l’Estrie s’élève à 13,6 millions de dollars, une somme qui permettra de créer 206 places pour les personnes en attente de services en hébergement et à ajouter des effectifs en CHSLD.
Une somme de 12 millions de dollars est prévue pour la création de 160 places en soins de longue durée pour des personnes en perte d’autonomie modérée, 14 nouvelles places en réadaptation et convalescence, et 32 nouvelles places en santé mentale.
Ces nouvelles places incluent les 32 nouveaux lits qui seront créés avec la construction d’un CHSLD en Haute-Yamaska, un projet annoncé en janvier dernier.
Le reste de l’enveloppe servira à embaucher 36 personnes de plus dans les CHSLD de la région. Elles occuperont des postes de préposés aux bénéficiaires ou d’infirmières auxiliaires. (RC)


Le bacon et les sodas responsables de 45% de décès aux États-Unis
États-Unis, 9 mars 2017 – Une étude menée par la National Heart, Lung, and Blood Institute (institut national du cœur, des poumons et du sang) vient de mettre à jour un lien inquiétant entre les maladies cardio-métaboliques mortelles et les mauvais choix nutritionnels.
Après avoir recueilli les données issues de sources diverses et notamment des études de la National Health and Nutrition Examination (surveillance nationale de la santé et de la nutrition) collectées entre 1999 et 2002 puis entre 2009 et 2012, les chercheurs ont découvert que 45% des morts causées par des accidents cardiaques ou des diabètes étaient liées à une trop forte concentration de sodium que l’on retrouve notamment dans les sodas et les viandes transformées comme le bacon, les hot dogs et les burgers.
«Les américains ne consomment pas assez de nourriture aux effets bénéfiques sur la santé comme les fruits, les légumes, les noix et les graines ainsi que les aliments comportant du gras polyinsaturés et de l’omega-3», indique le rapport publié dans le Journal de l’association médicale américaine.
D’après les chercheurs, il est plus que temps de renouveler les appels à un régime équilibré incluant plus de «bons» aliments comme les fruits, les légumes et des fruits de mer ou du poisson.
L’étude montre aussi que la proportion de morts associée au régime alimentaire peut varier selon les groupes de population. Ainsi, les taux de mortalité sont bien plus hauts chez les hommes que chez les femmes et bien plus importants dans les milieux les moins éduqués. (QMI)


09-03-2017


Plus de 12 000 foyers sans électricité en Ontario
Ontario, 8 mars 2017 – Les vents forts mercredi soir ont causé des dizaines de pannes un peu partout dans le sud et le sud-ouest de l’Ontario. Plus de 12 000 abonnés d’Hydro One sont toujours sans courant.
Parmi les régions touchées: Essex, Wallaceburg, London, Simcoe et Hamilton.
Dans la plupart des cas, le courant devrait être rétabli d’ici 16h, selon Hydro One.
Au plus fort des pannes, 68 000 abonnés étaient privés d’électricité, alors que des rafales atteignaient plus de 110 km/h. (RC)


Les cas de coqueluche ont triplé cette semaine à l’Î.-P.-É.
Les Maritimes, 8 mars 2017 – Ces derniers jours 31 cas ont été confirmés en laboratoire à l’Île-du-Prince-Édouard. Les autorités avaient averti les citoyens de l’éclosion de la coqueluche à la fin du mois de février.
La situation n’inquiète pas trop le bureau de la santé publique. «Ce n’est pas inhabituel quand on annonce l’éclosion d’une épidémie», a indiqué un porte-parole du bureau de la santé publique de la province dans un courriel à CBC.
Il explique qu’après une telle annonce, le public est davantage sensibilisé. Plus de personnes vont faire des tests auprès des professionnels de la santé et plus de cas sont ainsi détectés.
Le porte-parole affirme aussi que l’accès aux tests en laboratoire pour la coqueluche a été amélioré cette semaine à l’Île-du-Prince-Édouard.
La vaccination
La plupart des enfants sont vaccinés de façon graduelle aux âges de deux, quatre, six et 18 mois. Ils sont complètement immunisés seulement après ces quatre doses. Des injections de rappel sont offertes à 4 ans, puis en neuvième année.
Les adultes sont aussi invités à recevoir des vaccins de rappel gratuitement dans les bureaux de santé publique de l’Île-du-Prince-Édouard.
Le gouvernement rappelle qu’une telle épidémie peut durer plusieurs mois, malgré ses efforts de sensibilisation aux vaccins.
La dernière épidémie de coqueluche à l’Île-du-Prince-Édouard avait eu lieu en 2014. (RC/CBC)


Une aide financière bienvenue pour les organismes communautaires
Québec, 8 mars 2017 – L’annonce par le gouvernement d’une aide de 20 millions de dollars sur deux ans pour les organismes communautaires qui s’adressent à la famille (OCF) réjouit les intervenants de la Côte-Nord.
Les trois maisons de la famille de Baie-Comeau, de Port-Cartier, de Sept-Îles pourront bénéficier de l’aide financière.
Il s’agit d’un véritable «baume», selon la directrice de la Maison des familles de Baie-Comeau, Stéphanie St-Gelais, qui juge que ces organismes étaient «vraiment sous-subventionnés par le gouvernement».
Elle ajoute que bien que les OCF reçoivent de nombreuses subventions attribuées selon les projets qu’ils mènent, peu sont destinées à leur mission. Il s’agit d’une reconnaissance de leur travail, ajoute Stéphanie St-Gelais.
Ça montre qu’ils sont prêts à négocier et qu’ils reconnaissent notre travail dans les milieux.
Stéphanie St-Gelais, directrice de la Maison des familles de Baie-Comeau
Détails de l’annonce:
17,7 millions de dollars pour les organismes communautaires Famille;
2 millions de dollars pour les activités de haltes-garderies communautaires;
300 000 dollars pour les regroupements d’organismes communautaires. Un texte de Vincent Larin (RC)


On aurait aimé avoir plus naturellement, mais c’est un bon début
Québec, 8 mars 2017 – Stéphanie St-Gelais, directrice de la Maison des familles de Baie-Comeau
Selon le gouvernement, ces sommes permettront d’augmenter la capacité des OCF à soutenir les parents.
Elles devraient entre autres permettre aux organismes d’offrir plus d’activités pour encourager l’éducation des enfants.
Un avis partagé par Stéphanie St-Gelais. «On va promouvoir l’éveil à la lecture, les activités d’accompagnement de l’enfant», dit-elle.
L’argent pourra également servir à la remise à neuf des locaux des OCF de la Côte-Nord.
D’après les informations de l’émission Bonjour la Côte (RC)


Un programme de pharmacie destiné à réduire les prescriptions médicales
Les Maritimes, 8 mars 2017 – Un nouveau programme de l’Université Memorial, à Terre-Neuve, a pour but de réduire les prescriptions médicales, particulièrement dans le cas de patients qui prennent des médicaments dont ils n’ont plus besoin.
Debbie Kelly, professeure agrégée à l’École de pharmacie et directrice de la Clinique de services de thérapie et de médicament de l’Université Memorial, affirme que plusieurs patients finissent au fil des ans par prendre plus de médicaments qu’ils en ont besoin.
Les patients peuvent se présenter à la clinique avec leurs médicaments, à la recommandation de leur médecin de famille, et le personnel peut les aider à s’assurer qu’ils atteignent leurs objectifs en matière de santé, explique Mme Kelly.
Citant des études, Debbie Kelly souligne qu’au Canada deux personnes sur trois âgées de plus de 65 ans prennent au moins cinq médicaments. Un quart des personnes âgées au pays prennent au moins dix médicaments sur ordonnance.
La clinique met l’accent sur la réduction des prescriptions. Il s’agit d’arrêter de façon planifiée et sécuritaire la consommation de médicaments qui ne sont plus nécessaires ou plus sécuritaires dans certaines situations, précise Mme Kelly.
L’équipe du programme travaille avec un foyer de soins à Saint-Jean afin de mieux comprendre comment les personnes âgées peuvent être affectées en prenant des médicaments qui n’ont plus d’effet thérapeutique pour elles ou qui pourraient être risqués s’ils étaient pris avec d’autres produits.
Debbie Kelly estime que ce projet de recherche peut mener à la création de programmes du même genre ailleurs au Canada.
Les patients ne devraient jamais décider seuls d’arrêter de prendre leurs médicaments, ajoute-t-elle. Toute décision de ce genre doit être prise en consultant un professionnel de la santé. (RC/CBC)


OBVAJ encourage les citoyens à faire analyser l’eau de leur puits domestique
Abitibi-Témiscamingue, 8 mars 2017 – L’Organisme de bassin versant Abitibi-Jamésie (OBVAJ) annonce la poursuite du programme incitatif sur l’analyse de la qualité de l’eau des puits domestiques dans la région.
Le projet a été initié, en 2015 par les organismes de bassin versant de la région en collaboration avec le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSSAT) pour collecter des données sur les sources potentielles de contamination des eaux souterraines.
Il s’agit donc de la suite de ce projet. La directrice générale par intérim de l’OBVAJ, Geneviève Mongeau, explique qu’il s’agit d’un projet qui veut inciter les citoyens qui possèdent un puits domestique, pour la consommation d’eau potable, à faire analyser la qualité de leur eau.
«On sait qu’en région, on a une problématique naturelle de contamination par le sol minéralisé. Il peut parfois présenter des contaminations de métaux lourds. Il faut donc inciter les citoyens à faire vérifier la qualité de leur eau au niveau bactériologique.»
Elle ajoute que la contamination des puits domestiques peut occasionner des risques pour la santé.
Par ailleurs, afin d’encourager les propriétaires de puits à effectuer des analyses de la qualité de l’eau, l’OBVAJ a mis en place un partenariat avec les laboratoires accrédités de la région pour offrir aux citoyens un prix réduit avantageux. (RC)


Une nouvelle appellation pour le bœuf du Québec
Québec, 8 mars 2017 – Le bœuf d’ici sera dorénavant plus visible et mieux mis en marché. La Société des parcs d’engraissement du Québec (SPEQ) a lancé l’initiative Bœuf Québec, mercredi.
Fruit d’un partenariat entre les producteurs québécois et le distributeur Colabor, la nouvelle stratégie vise dans un premier temps à rendre disponible de façon plus claire le bœuf d’ici aux secteurs de l’hôtellerie et de la restauration.
«Ça nous amène à abattre nos bœufs au Québec, à les distribuer dans les chaînes au Québec avec une certaine traçabilité en prouvant que notre produit est vraiment québécois», indique Marc Grimard, président de la SPEQ.
«Ça ne se faisait pas auparavant parce qu’on l’envoyait à différents endroits et il était dilué dans une masse de bœuf. Le consommateur ne pouvait jamais être certain que le produit qu’il consommait venait du Québec.»
L’initiative Bœuf Québec sera ultérieurement implantée dans les grandes chaînes d’alimentation avec qui des discussions se poursuivent actuellement. (RC)


Sclérose en plaques: la «thérapie de libération» serait inefficace
Toronto, 8 mars 2017 – Une étude clinique canadienne sur un traitement controversé contre la sclérose en plaques connu sous le nom de «thérapie de libération» a conclu qu’il s’agissait d’une méthode inefficace.
La thérapie de libération prévoit la dilatation de veines dans le cou, un traitement que plusieurs milliers de Canadiens atteints de sclérose en plaques ont subi dans des cliniques situées à l’extérieur du Canada, au coût de plusieurs milliers de dollars chacun.
La thérapie expérimentale n’a pas été approuvée au Canada.
La méthode avait été présentée en 2009 par le Dr Paulo Zamboni, qui affirmait que des veines étroites dans le cou pouvaient faire en sorte que des dépôts de fer finissent par créer des lésions au cerveau.
Le chirurgien italien avait baptisé cette maladie «insuffisance veineuse céphalorachidienne» et avait donné en exemple plusieurs dizaines de cas de patients dont l’état se serait amélioré grâce à la thérapie.
Mais le Dr Anthony Traboulsee de l’Université de la Colombie-Britannique affirme qu’une étude clinique menée auprès de 104 Canadiens atteints de la sclérose en plaques n’a permis de déceler aucune différence entre ceux qui avaient bénéficié de la thérapie et ceux qui avaient reçu de faux traitements. Ni les patients ni les médecins qui les évaluaient ne savaient quels patients avaient reçu le véritable traitement.
Le Dr Traboulsee espère que ces découvertes persuaderont les personnes atteintes de la maladie de ne pas suivre une thérapie de libération, qui n’est pas sans risque, selon lui, et qui aurait contribué à certains décès. (PC)


08-03-2017


Un sommet onusien à Montréal sur les catastrophes naturelles
Montréal, 7 mars 2017 – Des délégués de tous les pays des Amériques sont réunis cette semaine à Montréal pour parler de prévention des catastrophes naturelles. Ils répondent à l’appel de l’Organisation des Nations unies (ONU), qui craint qu’elles fassent de plus en plus de dégâts en raison du réchauffement climatique et de la forte hausse de la population mondiale.
Ils sont plus de 1000, provenant de 35 pays, à participer à ce sommet, organisé par le Canada et le Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophes (UNISDR). Ensemble, les délégués cherchent à prévoir et réduire l’impact des bouleversements à venir.
Le chef du UNISDR, Ricardo Mena, estime que l’urbanisation et la hausse de la population augmentent le niveau de risque lorsque surviennent des inondations et des ouragans, et même des feux de forêt.
«On a commencé à regarder les activités liées au développement comme les sources potentielles du risque. Donc, par exemple, si vous ne planifiez pas bien une ville, vous pourriez générer de nouveaux risques», affirme-t-il.
Ricardo Mena donne l’exemple des tremblements de terre, qui font beaucoup moins de dégâts matériels et de morts lorsqu’ils surviennent dans des pays qui utilisent des normes de construction antisismiques.
Il souligne aussi qu’au cours des prochaines décennies, d’importants investissements publics seront faits dans les infrastructures. Des investissements mal planifiés risquent donc d’engendrer de nouveaux facteurs de risque, dit-il.
Se préparer au pire quand tout va bien
Il faut anticiper les catastrophes même quand tout va bien, indique le président de la Croix-Rouge canadienne, Conrad Sauvé, qui participe à la conférence.
«Ce que ça suggère pour nous, c’est qu’on doit se préparer; on doit anticiper; on doit former des bénévoles; on doit repositionner du matériel; on doit être prêt à intervenir à tout endroit et à accroître nos ressources n’importe où», dit-il.
C’est Sécurité publique Canada qui est l’hôte de cette conférence, mais aucun porte-parole du ministère n’était disponible pour parler du rôle du Canada tant sur la scène locale qu’internationale.
Le sommet panaméricain se poursuit jusqu’à jeudi au Palais des congrès de Montréal.
Des conférences semblables ont aussi lieu sur les autres continents, et la grande rencontre internationale aura lieu en mai prochain, à Cancun, au Mexique. Un texte de René Saint-Louis (RC)


Des imposteurs se font passer pour des employés de l’Agence du revenu du Canada
Mauricie, 7 mars 2017 – Des fraudeurs sévissent en cette période de préparation des déclarations de revenus. Certains se font passer pour des employés de l’Agence du revenu du Canada (ARC), remarque la Sûreté du Québec (SQ). Il faut donc redoubler de prudence.
L’organisme fédéral ne demande jamais de fournir des renseignements personnels par courriel.
Deux types de fraude
La SQ observe que des fraudeurs expliquent à leur victime qu’elle doit une somme à l’ARC. Un paiement rapide dans un bureau de change devra être effectué pour éviter d’être arrêté par les policiers.
Un autre stratagème consiste à entrer en contact par courriel avec la victime en lui mentionnant qu’elle a droit à un remboursement d’impôts. Pour l’obtenir, elle doit cliquer sur un lien où elle mettra à jour son dossier fiscal en fournissant des renseignements personnels.
Les conseils de la Sûreté du Québec:
Si quelqu’un vous demande de lui transférer des fonds, il s’agit probablement d’une fraude.
N’envoyez jamais d’argent, de données bancaires ou de données relatives à votre carte de crédit à une personne que vous ne connaissez pas et en qui vous n’avez pas confiance. (RC)


Plus de 600 000$ pour soutenir les enfants du secteur d’Ascot
Estrie, 7 mars 2017 – Le regroupement Ascot en santé en partenariat avec la Concertation École LaRocque-Communauté a annoncé, mardi, la mise en place d’un plan d’action pour les enfants de 0 à 5 ans, accompagné d’un investissement de plus de 600 000$ sur trois ans pour aider les familles défavorisées du secteur.
Cette subvention permettra l’embauche de deux agentes de liaison qui iront à la rencontre des familles avec de jeunes enfants.
Ces deux agentes se promèneront au cours des prochains mois dans les rues du quartier pour discuter avec elles. Les instigateurs du projet estiment qu’il y a 1300 enfants de cette catégorie d’âge dans le secteur ciblé.
«Ces agentes vont se promener sur le territoire, là où les familles sont. C’est à dire dans les parcs, au coin de la rue, au dépanneur. Elles vont participer à des événements et des fêtes dans les quartiers et elles travailleront en lien avec les milieux scolaires, ainsi que les organismes communautaires», explique Mylène Bérubé, coordonnatrice du projet.
«Il y a beaucoup de familles issues de l’immigration et au niveau socioéconomique pour plusieurs d’entre elles, c’est un défi quotidien.» Mylène Bérubé.
Plusieurs enfants du secteur arrivent en milieu scolaire avec un retard de développement.
Le programme vise donc à donner de nouveaux outils aux parents pour les soutenir dans le développement de leur enfant et pour briser l’isolement.
«En fonction des besoins que la famille exprime, les agents de liaison les accompagneront vers les bonnes ressources», ajoute Mme Bérubé.
Quatre écoles sont aussi visées par ce projet soit les écoles Jean-XXIII, Larocque, Sylvestre et des Quatre-Vents. (RC)


L’Université de Moncton bloque certains messages pour lutter contre les courriels haineux
Les Maritimes, 7 mars 2017 – L’Université de Moncton, au Nouveau-Brunswick, bloque désormais certains courriels provenant d’organisations externes dans l’espoir d’intercepter les messages haineux qui tentent de dénigrer une étudiante.
Une dizaine de courriels haineux, dont certains contenants des images d’actes sexuels, ont été envoyés à de nombreux étudiants et membres du personnel depuis le 25 février.
La Gendarmerie royale du Canada (GRC) enquête sur cette affaire que le recteur Raymond Théberge a qualifiée de «cyberterrorisme».
Entre-temps, l’Université recommande à ceux qui recevraient encore ce genre de courriel de les supprimer immédiatement sans les ouvrir.
La direction conseille aux membres de la communauté universitaire d’informer leurs contacts à l’étranger afin qu’ils demandent l’aide de leur service de technologie de l’information s’ils reçoivent un avis de non-livraison en tentant d’envoyer un courriel légitime à l’Université de Moncton.
Les responsables des technologies de l’information à l’Université de Moncton croient que les courriels haineux sont envoyés par l’entremise d’un serveur situé à l’extérieur du Canada. Dans l’un de ses courriels haineux, l’auteur a indiqué qu’il était au Maroc et il narguait la GRC en lui lançant le défi de l’arrêter si elle le pouvait.
Jeudi dernier, la Fédération des étudiants et des étudiantes du Centre universitaire de Moncton (FEECUM) a réclamé un gel du système interne de courrier électronique en attendant l’arrêt des envois haineux. Le recteur avait toutefois écarté cette idée en expliquant que l’Université est un «milieu de liberté d’expression». (RC)


Des bénévoles comptent les sans-abri de Metro Vancouver
Vancouver, 7 mars 2017 – Plus de 1200 bénévoles entreprennent dès mardi soir un grand décompte des sans-abri dans la région de Metro Vancouver.
En duo, ils se rendront notamment dans des refuges, la rue, des parcs et des bateaux à l’abandon pour tenter de dresser le portrait le plus juste possible de la situation.
L’organisme BC Non-Profit Housing Association s’occupe du dénombrement au nom de Metro Vancouver et du gouvernement fédéral, selon Kishone Tony Roy, directeur général de l’organisme provincial, qui chapeaute 600 organismes sans but lucratif dans le secteur du logement. Il s’attend à ce qu’un nombre élevé de sans-abri soit compté cette année.
«Il est difficile d’anticiper exactement ce que seront les données. La raison est que nous avons eu un hiver très froid, alors plusieurs personnes se sont dispersées. Nous avons aussi eu une épidémie de surdoses, [et] presque 1000 personnes [en] sont mortes dans la province dans la dernière année», explique-t-il.
«Le fait que les municipalités aient identifié 70 campements de fortune pour les sans-abri montre de manière anecdotique que le problème a augmenté de façon importante. Mais ce que nous souhaitons est que ces données nous donnent une meilleure idée de ce que nous avons à gérer», poursuit-il.
L’exercice est encore plus important, selon lui, comme il s’agit d’une année électorale dans la province.
Lors du dernier recensement, en 2014, les bénévoles avaient dénombré 2770 sans-abri. Avec les informations de Deborah Goble (RC)


2 cas de plus d’oreillons dans des écoles de Toronto
Toronto, 7 mars 2017 –
L’éclosion d’oreillons à Toronto continue à prendre de l’ampleur, touchant maintenant trois écoles anglaises de la ville, en plus d’une vingtaine de cas liés à des bars chez de jeunes adultes.
Le dernier bilan est de 28 cas confirmés.
Le risque d’infection est «faible», selon la santé publique, qui rappelle néanmoins aux parents de s’assurer que leur enfant a reçu les deux doses de vaccin nécessaires.
Même recommandation pour les adultes de 18-35 ans qui sont eux aussi touchés par l’éclosion.
Les oreillons causent notamment de la fièvre, l’enflure d’au moins une des glandes salivaires, la perte d’appétit et des maux de tête.
La maladie infectieuse se transmet d’une personne à une autre par la toux, ainsi que par le contact avec des gouttelettes de salive (lors du partage de boissons, de nourriture ou d’ustensiles ou un baiser, par exemple). (RC)


07-03-2017


Le verglas cause plusieurs sorties de route
Montréal, 7 mars 2017 – La pluie verglaçante a causé plusieurs sorties de route lundi soir dans plusieurs régions du Québec, tout particulièrement sur la Rive-Sud de Montréal.
Notamment, les accidents se sont multipliés en bordure du fleuve sur la route 132, à la hauteur de Longueuil.
Les autoroutes de la région métropolitaine demeuraient très glissantes mardi matin et la plupart des petites rues ont été transformées en véritables patinoires.
La situation devrait toutefois rapidement s’améliorer alors que le verglas a cessé au petit matin et que le mercure grimpera jusqu’à six degrés à Montréal au cours de la journée.
En raison de la chaussée glissante, plusieurs commissions scolaires ont opté pour la prudence en fermant les écoles mardi matin, principalement dans les régions des Laurentides et de Lanaudière. (QMI)


Alpes françaises: une avalanche déferle à la station de ski de Tignes
Paris, France, 7 mars 2017 – Plusieurs personnes auraient été ensevelies mardi matin par une avalanche qui a déferlé dans la région de Tignes, dans les Alpes françaises.
Des équipes de sauveteurs ont entrepris les recherches afin de retrouver les skieurs emportés par les éboulements de neige. L’ensemble du domaine skiable de Tignes, situé dans le sud-est de la France, tout près de la frontière avec l’Italie, a été fermé.
Les conditions météorologiques sont mauvaises, ce qui nuit aux recherches. La visibilité empêche les hélicoptères de sauvetage de se déplacer.
Le mois dernier, quatre planchistes ont été précipités dans la mort par une avalanche survenue dans la même région. (AP)


Rappel de lanières de poulet Hampton House vendues chez Costco
Ottawa, 6 mars 2017 – Un rappel de lanières de poulet de marque Hampton House est lancé au Canada en raison d’une possible présence de bactéries dangereuses qui pourraient causer des maladies d’origine alimentaire.
Un communiqué publié mardi par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) mentionne que les instructions de cuisson sont erronées sur l’étiquette. Pour la cuisson au four, elles devraient indiquer: «préchauffer le four à 204oC (400oF)».
Le rappel a été déclenché par le fabricant du produit, l’entreprise JD Sweid Foods. Les lanières de poulet de marque Hampton House ont été vendues dans les entrepôts Costco en Ontario, au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve-et-Labrador.
Toutes les dates «meilleur avant» du 20 janvier 2018 jusqu’au 11 février 2018 inclusivement sont visées par le rappel.
L’Agence canadienne d’inspection des aliments procède actuellement à une enquête sur la salubrité des aliments qui pourrait entraîner le rappel d’autres produits. Tout autre rappel de produit à haut risque sera signalé à la population au moyen d’une mise à jour de l’avis de rappel d’aliments.
Aucun cas de maladie associé à la consommation de ce produit n’a jusqu’ici été signalé. Cependant, une personne qui croit avoir été malade après avoir consommé un produit visé par un rappel est invitée à communiquer avec son médecin.
Tout consommateur ayant en sa possession le produit visé par le rappel est prié de le rapporter au magasin où il a été acheté. (PC)


Ottawa réagit pour éviter le report de traitements de chimiothérapie
Ottawa, 6 mars 2017 –
Santé Canada a autorisé la distribution de plus de 3600 fioles d’un médicament contre le cancer, pour éviter que des hôpitaux aient à annuler ou reporter des traitements de chimiothérapie.
Un hôpital de Richmond Hill au nord de Toronto avait dû reporter les traitements de chimiothérapie de patients parce qu’il n’arrivait pas à se procurer du fluorouracile (5 FU).
Mackenzie Health a précisé que jusqu’à 35 patients ne pourraient pas recevoir leur traitement de chimiothérapie en raison d’une «pénurie» de ce médicament.
La porte-parole de l’hôpital, Catalina Guran, a assuré que son organisation tentait de trouver d’autres sources d’approvisionnement.
Un porte-parole du ministre provincial de la Santé Eric Hoskins avait expliqué que Mackenzie Health n’était pas le seul hôpital touché par la pénurie, mais que les autres établissements avaient encore des réserves de fluorouracile.
Un arrêt de production
En fin de journée lundi, le ministère fédéral de la Santé a annoncé qu’il avait autorisé la distribution de plus de 3600 fioles de fluorouracile. Elles avaient été mises de côté pendant que le fabricant, Accord Healthcare, tentait de comprendre pourquoi certaines d’entre elles craquaient ou avaient des fuites.
Elles seront accompagnées d’une note pour que le personnel médical s’assure qu’elles sont intactes avant de les utiliser.
Accord Healthcare avait dû interrompre la distribution du fluorouracile en décembre à la demande de Santé Canada après la découverte de quatre fioles importées d’Inde qui présentaient des fuites.
Selon son vice-président Michel Charbonneau, la compagnie fournit plus de la moitié du fluorouracile utilisé au pays.
La compagnie a 20 000 fioles supplémentaires qui pourraient être distribuées. Avec les informations de CBC (RC)


Grève d’ambulanciers paramédicaux en Mauricie
Mauricie, 6 mars 2017 –
La Fraternité des paramédicaux de Saint-Tite ainsi que celle de Louiseville seront en grève à partir de 00 h 01, jeudi. Les ambulanciers veulent ainsi mettre de la pression sur leur employeur dans le cadre des négociations pour le renouvellement de leur convention collective.
Partout dans la province, plusieurs ambulanciers membres de la Fédération des employés du préhospitalier du Québec (FPHQ) vont exercer leur droit de grève le 9 mars.
Le Tribunal administratif du travail (TAT) a récemment autorisé cette grève, parce qu’»elle respecte les services essentiels pour assurer la santé et la sécurité de la population», indique la Fédération par courriel.
Tâches que les ambulanciers n’effectueront pas:
Lors de transports interhospitaliers, les paramédicaux refuseront de transporter les escortes médicales au retour, sauf lorsqu’il y aura un patient à bord du véhicule ambulancier;
Le lavage de l’extérieur des véhicules ambulanciers ne sera pas effectué, sauf si c’est requis pour assurer la sécurité (clignotants, gyrophares, bandes réfléchissantes, miroirs, fenêtres);
Les services d’ambulance consacrés à certains événements ponctuels seront réduits.
Source: Fédération des employés du préhospitalier du Québec (FPHQ) (RC)


La saison de la grippe bat son plein en Gaspésie
Gaspésie, 6 mars 2017 –
Le nombre de cas de grippe est en hausse en Gaspésie depuis quelques semaines. Après un pic en janvier, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Gaspésie note une recrudescence du virus, entre autres dans Rocher-Percé et la Baie-des-Chaleurs.
Au total, 86 personnes ont été testées positives au virus de la grippe depuis le début de la saison, dont la moitié seulement dans la semaine du 20 février. Des éclosions ont aussi été répertoriées dans certains CHSLD et maisons d’hébergement pour personnes âgées.
«Nous sommes dans le cœur de la saison de la grippe.» Dr Ariane Courville, médecin-conseil en maladie infectieuse au CISSS de la Gaspésie.
La grippe se caractérise entre autres par de la fièvre, une forte toux, de la fatigue et des douleurs musculaires. Les enfants de 6 à 23 mois, les femmes enceintes, les aînés et les personnes ayant des maladies chroniques sont plus à risque de développer des complications.
La Dre Ariane Courville, médecin-conseil en maladie infectieuse au CISSS de la Gaspésie, rappelle quelles sont les mesures de prévention.
«D’abord, c’est d’avoir une bonne hygiène respiratoire, ce qu’on entend par là, c’est de tousser dans le creux de notre coude ou dans l’épaule.
Il faut se laver les mains régulièrement, éviter le contact avec les personnes malades, surtout si elles sont à risque de complication. Si on doit se présenter dans les services de santé, laver nos mains et porter le masque», explique-t-elle.
La Dre Ariane Courville invite aussi les personnes vulnérables et leurs proches à se faire vacciner pour éviter la propagation. Un texte de Geneviève Génier Carrier (RC)


Davantage d’aide pour les apprentis en Alberta
Alberta, 6 mars 2017 –
Le gouvernement albertain aidera financièrement 1000 apprentis supplémentaires d’ici le 31 mars.
L’automne dernier, le gouvernement a investi 1,5 million de dollars afin d’aider 1500 apprentis sans emploi qui voulait poursuivre leur programme et apprendre un métier.
En raison de la forte demande financière, Edmonton a décidé d’étendre l’offre à 1000 autres apprentis. De ce fait, un million de dollars de plus seront octroyés à ceux-ci.
«Ce programme offre aux apprentis la chance de poursuivre leur apprentissage afin d’éventuellement décrocher un emploi», a déclaré le ministre de l’Éducation supérieur, Marlin Schmidt lundi.
Pour être éligible au programme, un apprenti ne doit pas avoir commencé à travailler dans son domaine dans les 30 jours consécutifs précédant sa demande.
Les demandeurs doivent aussi être inscrits dans un programme d’apprentis dans une institution postsecondaire et être au moins rendus au deuxième trimestre dans leur cheminement. (RC)


Heure avancée: une incidence sur le quotidien de la plupart des Québécois
Montréal, 6 mars 2017 –
Le passage à l’heure avancée, prévu dans la nuit de samedi à dimanche, perturbera la plupart des Québécois, révèle un sondage Léger.
À la suite du changement d’heure printanier, près d’un Québécois sur trois constate une baisse de son niveau d’énergie, tandis que 13 pour cent de la population se juge plus irritable.
Quelque 35 pour cent des répondants disent également éprouver une plus grande difficulté à se tirer hors du lit.
Après le 12 mars, 58 pour cent des Québécois requerront d’une journée à une semaine entière pour s’adapter au dérèglement de l’horloge. Chez les membres des familles, cette proportion grimpera à 72 pour cent.
Plus de la moitié des parents profiteraient d’ailleurs de cette heure perdue pour rattraper du sommeil.
Le sondage, dévoilé lundi, a été mené en ligne pour le compte de la Boulangerie Canada Bread (TSX:CBY) du 6 au 10 février 2017, auprès d’un échantillon de 1000 adultes. La marge d’erreur est de plus ou moins 3,1 pour cent, 19 fois sur 20. (PC)


06-03-2017


Alerte météo: pluie verglaçante en Abitibi-Témiscamingue
Abitibi-Témiscamingue, 6 mars 2017 –
Environnement Canada émet une alerte météorologique pour le secteur de l’Abitibi-Témiscamingue. De la pluie verglaçante est attendue et pourrait tomber sur la région au cours de la journée.
De 2 à 5 millimètres de verglas pourraient tomber sur les secteurs d’Amos, de La Sarre, de Lebel-sur-Quévillon, de Malartic, de Rouyn-Noranda, de Senneterre, de Val-d’Or, de Louvicourt, de Témiscaming, de Ville-Marie ainsi que toute la réserve faunique La Vérendrye.
Cette pluie verglaçante viendra s’ajouter à la bordée de neige tombée au cours de la nuit de dimanche à lundi dans certains secteurs, ce qui pourrait compliquer les déplacements sur les routes. (RC)


Rappel de payasam à cause de la présence de blé non indiquée
Alberta, 5 mars 2017 – L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a émis vendredi un avis de rappel de «Payasam Mix» de marque Eastern en raison de la présence non déclarée de blé.
Le payasam est un dessert indien fait à base de riz ou de vermicelle. Selon l’ACIA, l’étiquette du mélange visé par le rappel ne mentionne pas que le produit contient du blé. Les personnes allergiques au blé ou sensibles au gluten doivent éviter de consommer ce produit.
Le mélange en question a notamment été distribué en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba et en Ontario.
L’agence précise qu’aucune réaction liée à la consommation de ce produit n’a encore été signalée. (RC)


Secouristes déployés après une avalanche près de Vancouver
Vancouver, C.-B., 5 mars 2017 – L’équipe de recherche et de sauvetage de la Rive Nord (North Shore Rescue) a secouru une personne surprise par une avalanche survenue samedi en périphérie du parc provincial Cypress dans la région métropolitaine de Vancouver.
La victime, qui a été localisée puis déterrée par les secouristes, se trouvait dans un ravin connu sous le nom de Tony Baker situé à 800 mètres d’altitude au niveau de la branche sud du ruisseau Strachan. Son état de santé n’a pas été précisé.
L’équipe a déployé un poste de commande à la base Capilano. Elle n’indique pas, pour l’heure, si d’autres personnes sont prises au piège.
En 2006, un planchiste avait été retrouvé mort dans ce même ravin qui a été baptisé, par les secouristes, «le trou de l’enfer» à cause du grand nombre de skieurs et de planchistes qui s’y sont trouvés coincés au fil des années. (RC)


Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles: les berges jonchées de déchets
Montréal, 5 mars 2017 – Des riverains de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles sont en colère parce que de nombreux déchets se trouvent sur les berges de la pointe de l’île, et les glaces fonderont bientôt.
Palettes de bois, boîtes de carton, bouteilles et cannettes vides: les déchets sont nombreux, et une fois les glaces fondues, ils se retrouveront dans la rivière des Prairies du côté nord de la pointe, ou dans le fleuve Saint-Laurent, du côté sud.
«Ce n’est pas vraiment propre. Ils auraient dû ramasser leurs cochonneries», déplore un homme du secteur.
Selon des citoyens rencontrés par TVA Nouvelles, il s’agit d’une situation récurrente qui empire chaque année. Et les passionnés de pêche blanche ne seraient pas à l’origine du problème.
«Ce sont des gens qui viennent s’installer ici pour profiter d’un espace festif où personne ne les dérange pendant la saison de la pêche», explique une riveraine.
Les voisins déplorent un problème écologique, mais aussi de sécurité. Une cabane qui n’avait pas été retirée des eaux avant le redoux des dernières semaines a coulé quand les glaces ont fondu. Toutefois avec le temps froid, la glace a repris autour de l’abri.
Des enfants s’en sont approchés. Certains craignent qu’ils tentent d’aller y jouer quand la glace sera mince, ce qui pourrait avoir des conséquences graves.
Les citoyens demandent une surveillance accrue des lieux, que des inspecteurs municipaux viennent avertir les fautifs qu’un nettoyage des berges soit effectué au printemps. (QMI)


Retour de l’avion-ambulance à Matane
Matane, 5 mars 2017 – Après cinq ans d’absence, l’avion-ambulance est de retour à Matane. Il s’agit d’un moment important pour ceux qui se battent depuis des années pour le retour du service.
Le responsable des opérations à l’aéroport et membre du comité de sauvegarde, Eddy Métivier, est heureux de constater que les nombreuses années d’efforts pour le retour du service ont porté fruit. «Très content du travail qui a été fait en équipe», souligne-t-il. Il croit que le retour de l’avion-ambulance pourrait permettre de sauver des vies.
Pour le conseiller du district no 6 de la Ville de Matane, Steve Girard, la mise aux normes de la piste de l’aéroport est une question de sécurité, mais aussi un enjeu économique. Il pense aux gens d’affaires qui pourront se rendre à Matane plus rapidement notamment et à l’école de pilotage qui verra le jour cet été.
Toutefois, la Ville a encore du travail à faire pour mettre la piste aux normes.
M. Girard rappelle que des travaux ont été réalisés, comme l’amélioration du drainage. Une bosse problématique a aussi été enlevée.
Toutefois, il faudra encore investir entre 250 000$ et 300 000$, estime-t-il. «C’est vraiment la clôture pour la sécurité de la piste et les fissures. Le gros avion-ambulance [Challenger] ne peut pas venir ici.» en raison de ces fissures.
En l’absence de l’avion-ambulance, les patients qui devaient recevoir des soins dans les grands centres étaient transportés à l’aéroport de Mont-Joli, à 45 minutes de route de Matane, ou par ambulance à Québec ou Montréal. Un texte de Jean-François Deschênes (RC)


L’Entre-temps a besoin de 7000$ d’ici la fin du mois
Matane, 5 mars 2017 – L’organisation de Matane qui offre de l’hébergement temporaire pour les femmes et enfants victimes de violence conjugale connaît une situation financière difficile.
L’Entre-temps lance une campagne de financement pour récolter les 7000$ nécessaire pour terminer la fin de l’année financière, soit d’ici la fin mars. Cette année 11 femmes et 4 enfants ont bénéficié des services de l’organisme.
Les responsables réclament un financement récurrent Du CISSS du Bas-Saint-Laurent. L’Entre-temps a besoin de 65 000$ chaque année pour assurer la continuité de ses services. (RC)


5 cas d’oreillons de plus liés à des bars à Toronto
Ontario, 5 mars 2017 – La santé publique à Toronto fait état de 5 cas supplémentaires d’oreillons, ce qui porte à 22 le nombre total de personnes infectées au cours des dernières semaines.
La plupart des individus touchés sont âgés de 18 à 35 ans et avaient fréquenté des bars de l’ouest du centre-ville.
La santé publique recommande aux résidents de vérifier que leur immunisation est à jour.
Symptômes
Les oreillons se caractérisent par l’inflammation des glandes parotides et des douleurs dans l’oreille.
Le virus causant cette maladie infectieuse se transmet d’une personne à une autre par la toux, ainsi que par le contact avec des gouttelettes de salive (lors du partage de boissons, de nourriture ou d’ustensiles), ou encore à l’occasion d’un baiser, entre autres. (RC)


Étude sur la fréquence élevée des mastectomies à T.-N.-L.
Les Maritimes, 5 mars 2017 – Les femmes à Terre-Neuve-et-Labrador présentent le taux le plus élevé de mastectomie au pays et des chercheurs de l’Université Memorial veulent savoir pourquoi.
«Nous voulons y voir de plus près sur cette tendance qui s’observe dans les soins chirurgicaux, afin de nous assurer que les femmes prennent des décisions éclairées», explique la Dre Holly Etchegary de la Faculté de médecine de l’université.
Selon une étude publiée par l’Institut canadien d’information sur la santé en 2012, 67% des femmes atteintes d’un cancer du sein à Terre-Neuve-et-Labrador subissent l’ablation d’un sein. C’est le double de la moyenne nationale qui se situe à 32%.
La Dre Etchegary cherche à comprendre pourquoi c’est le cas. Il se pourrait que le diagnostic arrive à une étape où le cancer est trop avancé, estime le médecin. «À ce moment-là, il est peut-être impossible de conserver le sein», avance-t-elle.
L’équipe de chercheurs recueille notamment de l’information sur le moment où les cancers sont diagnostiqués. Si les diagnostics arrivent tardivement, il faut chercher à savoir pourquoi, estime la Dre Etchegary.
Entrevue avec des femmes et des chirurgiens
Des entretiens seront aussi réalisés avec des femmes qui ont eu un cancer du sein. On leur demandera pourquoi elles ont opté ou non pour une mastectomie et l’information qui leur a été fournie lors du diagnostic.
Selon la Dre Etchegary, il est possible que les femmes ne reçoivent pas suffisamment d’information des professionnels de la santé quant aux autres options qui s’offrent à elles.
«Nous voulons leur demander: « Dites-nous ce qui a motivé votre décision. Vous a-t-on présenté divers choix? À quoi avez-vous pensé lorsque vous avez mûri votre décision? »», explique la Dre Etchegary.
Les rencontres avec les femmes auront lieu au mois de mai. Les chercheurs rencontreront également des chirurgiens de la province. (RC/CBC)


03-03-2017


Rappel de vodka Georgian Bay
Ontario, 3 mars 2017 – La Régie des alcools de l’Ontario (LCBO) rappelle des bouteilles de vodka de la distillerie Georgian Bay, à cause d’une teneur en alcool trop élevée.
Selon la LCBO, l’étiquette sur les bouteilles indique qu’elles contiennent 40% d’alcool, alors que la concentration est en fait de 81%.
L’Agence canadienne d’inspection des aliments explique qu’un lot de vodka, qui porte la mention «Batch 19», a été embouteillé avant la dilution normale pour obtenir le pourcentage d’alcool recherché. L’Agence poursuit son enquête.
La consommation d’alcool à 81% peut être risquée pour la santé et peut causer des troubles graves.
Les bouteilles visées par le rappel ont été retirées des étagères de la LCBO. Les clients qui en avaient déjà acheté une peuvent obtenir un remboursement. (RC)


Université Laval: la grève se poursuit jusqu’au 10 mars
Québec, 3 mars 2017 – La grève des employés de soutien de l’Université Laval, qui devait prendre fin ce soir, se prolonge d’une semaine, a fait savoir le syndicat vendredi matin.
À moins d’une entente avec la direction pour le renouvellement de la convention collective des employés de soutien, ces derniers vont poursuivre leur débrayage jusqu’au 10 mars à 23h59.
Le syndicat estime que la direction de l’Université n’a rien fait dans la dernière semaine pour tenter de régler le conflit.
D’autre part, le syndicat et la direction vont se retrouver devant le tribunal lundi matin. Le syndicat demande une injonction pour que l’Université Laval cesse d’employer des briseurs de grève.
Le syndicat prétend que l’Université utilise environ 70 travailleurs illégaux depuis le début du conflit.
Le syndicat des employés de soutien de l’Université Laval représente 1900 travailleurs, dont des employés d’entretien des bâtiments, techniciens de laboratoire, personnel de bureau et personnel de bibliothèque.
Ces syndiqués sont sans contrat de travail depuis le 1er avril 2016. (RC)


Légalisation de la marijuana: Trudeau veut toucher les gangs au portefeuille
Colombie-Britannique, 2 mars 2017 – Réglementer la vente de marijuana protégera les jeunes et touchera les groupes criminels au portefeuille, a affirmé Justin Trudeau, jeudi. Le premier ministre a ajouté que le gouvernement n’avait pas l’intention de légaliser des drogues plus dures que le cannabis.
Un projet de loi sur la légalisation de la marijuana présenté à la Chambre des communes d’ici cet été: c’est ce qu’espère Justin Trudeau. De passage à la base des Forces armées canadiennes d’Esquimalt, dans l’île de Vancouver, le premier ministre a défendu la position de son gouvernement, affirmant que la légalisation de la marijuana nuirait aux efforts des plus jeunes pour acheter de la drogue.
«Le premier objectif est de protéger nos enfants. Actuellement, nous savons que les jeunes ont un accès plus facile à la marijuana qu’à pratiquement toute autre substance illicite. Il est plus facile pour un adolescent d’acheter un joint que d’acheter une bouteille de bière. Ce n’est pas correct», a argué le premier ministre.
«Deuxièmement, nous savons que les organisations criminelles et les gangs de rue font des milliards de dollars avec la vente de marijuana. Nous estimons que réglementer et contrôler [la substance] permettra de retirer ces revenus des poches des criminels et de les injecter dans un système où nous pourrons à la fois surveiller et taxer, et nous assurer de soutenir les gens qui font face à des défis reliés ou non à l’usage de la drogue», a-t-il poursuivi.
M. Trudeau doit participer à une discussion avec des premiers répondants et des travailleurs du domaine de la santé, vendredi, à Vancouver, à propos de la crise des opioïdes en Colombie-Britannique, qui a entraîné la mort de plus de 900 personnes l’an dernier.
Le gouvernement fédéral a annoncé récemment qu’il donnerait 10 millions de dollars pour aider la Colombie-Britannique à surmonter la crise et à améliorer les interventions d’urgence.
Même si c’est au gouvernement provincial de décider comment il dépensera cette somme, M. Trudeau a raconté que des résidents d’un des quartiers de Vancouver les plus touchés par la crise lui avaient signifié que les centres d’injection supervisée avaient besoin d’argent pour prolonger leurs heures d’ouverture. (PC)


Opioïdes: deux fois plus de décès que la moyenne provinciale dans Windsor-Essex
Ontario, 2 mars 2017 –
Le nombre de décès liés aux opioïdes a été deux fois plus élevé que la moyenne provinciale dans Windsor-Essex 2015. En huit ans, la hausse est de 190%.
Les données ont été révélées jeudi dans un rapport intitulé Opioid Misuse in Windsor-Essex County Report publié par le bureau régional de santé publique.
Le rapport a analysé les statistiques recueillies par le service de santé à partir des visites de patients aux urgences de la région et des hospitalisations.
Il concerne les personnes qui ont utilisé de la codéine, du fentanyl, de l’héroïne, de l’hydromorphone, de la méthadone, de la morphine et de l’oxycodone.
Selon l’étude, près de 28 000 personnes de la région ont obtenu des opioïdes par le biais du Programme de médicaments de l’Ontario en 2015.
59 décès par surdose d’opioïdes en 2015
Le nombre de consommateurs d’opioïdes dans la région de Windsor dépasse de près de 19% la moyenne provinciale, ce qui la place au septième rang au chapitre de la consommation d’opiacés en Ontario.
Le rapport montre par ailleurs que la plus grande densité d’utilisateurs d’opiacés se trouve dans les centres-villes de Windsor et de Leamington.
Autre donnée, les salles d’urgence de la région ont reçu 382 visites liées aux opioïdes au cours de cette même année, près de la majorité des patients étaient des hommes âgés de 20 à 44 ans.
Quarante consommateurs sont morts après avoir consommé des opiacés à Windsor en 2015, 19 sont morts dans un contexte similaire dans le comté d’Essex. (RC)


Risque d’avalanche en Gaspésie
Québec, 2 mars 2017 –
Le risque d’avalanche est jugé considérable, aujourd’hui jeudi, dans les zones alpines et à la limite forestière des monts Chic-Chocs en Gaspésie. Selon le bulletin d’Avalanche Québec, les 10 à 15 centimètres de nouvelle neige humide tombée mercredi, combinés aux 10 à 15 centimètres et aux vents forts du nord-est prévus pour jeudi, devraient former des plaques de neige à toutes les élévations. L’organisme demande aux visiteurs d’être attentifs aux pentes raides et aux versants ouest, où les plus grandes accumulations se trouveront. Les avalanches naturelles sont possibles, toutefois, celles provoquées par des skieurs demeurent probables, selon Avalanche Québec. (RC)


La grève des ambulanciers prendra de l’ampleur
Québec, 2 mars 2017 – Le Tribunal administratif du travail juge suffisants les services essentiels prévus pour assurer la santé et la sécurité de la population durant la grève des membres la Fédération des employés du préhospitalier du Québec.
La grève indéterminée débutera le 9 mars à 00h01 dans plusieurs régions du Québec, notamment au sein des Services ambulanciers Porlier de Mont-Joli, Rimouski et du Grand Gaspé, ainsi que chez Ambulance Gilbert de Matane.
Parmi les moyens de pression durant la grève, les ambulanciers refuseront notamment de transporter les escortes médicales au retour des transports interhospitaliers. (RC)


Le gouvernement du Canada investit dans les infrastructures de l’Université McGill
Montréal, 2 mars 2017 –
Le gouvernement du Canada a annoncé jeudi à Montréal que l’Université McGill et deux de ses hôpitaux affiliés recevront 70,7 millions de dollars afin de moderniser les installations de recherche.
Avec ces fonds, l’Université prévoit construire des installations modernes pour effectuer des travaux de recherche. Les rénovations seront effectuées, entre autre, à l’Hôpital général de Montréal et au Pavillon Wong.
Le gouvernement du Québec versera 5,1 millions de dollars. «Investir temps et argent pour la réussite de nos étudiants, c’est ce que notre gouvernement continuera à faire. Notre volonté est claire: mettre tout en œuvre afin de permettre à nos étudiants et à nos professeurs de réaliser les plus grandes choses», a déclaré la ministre responsable de l’Enseignement supérieur du Québec, Hélène David, dans un communiqué.
Le gouvernement du Canada et le gouvernement du Québec investiront en tout 75,86 millions de dollars dans neuf projets à l’Université McGill. (PC)


L’Alberta compte abolir les frais de fournitures scolaires
Edmonton, 2 mars 2017 – Le gouvernement néo-démocrate de l’Alberta a annoncé jeudi son intention d’abolir les frais de fournitures scolaires dans les écoles publiques ainsi que les frais d’autobus.
Le gouvernement de la première ministre Rachel Notley a déposé son projet de loi 1 jeudi pour ces deux mesures qui devraient coûter plus de 50 millions $.
Les néo-démocrates pensent pouvoir réduire de 25% la facture des parents albertains.
«Il y a deux ans, notre gouvernement s’est engagé à réduire le fardeau des frais de scolarité pour les familles de l’Alberta, a dit Mme Notley. L’introduction de ce projet de loi s’inscrit dans cet engagement. Notre gouvernement se soucie des familles et de leur portefeuille. Et nous faisons ce que nous pouvons pour améliorer la vie des Albertains.»
Le gouvernement espère que le changement prendra effet avant le début de l’année scolaire 2017-2018. La réduction de ces frais touchera 600 000 élèves de la province et la suppression des frais de transport touchera 145 000 élèves, selon le «Calgary Sun».
En campagne électorale, les néo-démocrates avaient promis de réduire de moitié les frais de scolarité. (QMI)


Des chirurgies spécialisées au thorax non disponibles faute de personnel
Les Maritimes, 2 mars 2017 –
Le Réseau de santé Horizon, au Nouveau-Brunswick, prévient ses médecins de famille qu’il ne pourra assurer des chirurgies spécialisées au thorax au cours des quatre prochaines semaines, à Moncton et Saint-Jean, à cause de l’absence d’un spécialiste.
Le réseau CBC a obtenu un courriel interne du chef des chirurgies pour la région de Saint-Jean, le Dr David Tees, où on peut lire: «Nous nous trouvons dans la situation délicate où la couverture en matière de chirurgies thoraciques à Saint-Jean et Moncton sera interrompue pour au moins quatre semaines.»
Le Réseau Horizon a expliqué plus tard par courriel que «l’hôpital régional de Saint-Jean a un chirurgien thoracique parmi ses employés, malheureusement, il ne sera pas disponible pour quelques semaines».
Les chirurgiens thoraciques traitent des maladies comme les cancers des poumons ou de l’estomac et le reflux gastro-œsophagien, enlèvent des tumeurs bénignes, font des greffes des poumons et reconstruisent la cage thoracique après des traumatismes majeurs, entre autres procédures.
Selon le Réseau Horizon, des chirurgiens généralistes et des pneumologues devront prendre la relève en l’absence du spécialiste.
«Nous avons fait des arrangements avec des chirurgiens à Fredericton et à Moncton pour les cas urgents», précise le Dr David Marr, directeur médical au Réseau.
Le Dr David Tees précise que les hôpitaux de la région d’Halifax ont été approchés, mais qu’à cause de ressources limitées, ils ne pourront pas «accepter nos patients sauf peut-être pour les cas aigus de perforation de l’estomac.
ll dit espérer qu’un spécialiste à Fredericton «sera en mesure de nous aider à court terme». (RC/CBC)


Alcool au volant: tolérance zéro pour les 21 ans et moins, propose le gouvernement de T.-N.-L.
Les Maritimes, 2 mars 2017 –
De nouvelles règles pour prévenir l’alcool au volant sont proposées par le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, dont l’installation obligatoire d’un antidémarreur éthylométrique pour les contrevenants et l’instauration d’une politique de tolérance zéro pour les automobilistes âgés de moins de 22 ans.
Selon les amendements au code de la sécurité routière proposés jeudi, le véhicule d’un contrevenant serait saisi pendant trois jours lors d’une première offense. Par exemple, si la présence d’alcool dans le sang de l’automobiliste dépasse la limite de 0,08 mg ou si celui-ci refuse de se livrer à l’alcootest.
Dans le cas d’une deuxième infraction moins de dix ans après la première, le véhicule serait saisi pendant une semaine et finalement pendant un mois pour une troisième infraction durant la même période.
Par ailleurs, les automobilistes dont le véhicule a été saisi seraient obligés de faire installer un antidémarreur éthylométrique de type Interlock pour une durée d’un an.
Ces changements auront un effet dissuasif et empêcheront les conducteurs en état d’ébriété de récidiver, selon le gouvernement.
Ailleurs en Atlantique
La Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick ont déjà adopté une politique de tolérance zéro pour les automobilistes de 21 ans et moins.
À l’Île-du-Prince-Édouard, la politique de tolérance zéro s’adresse aux conducteurs âgés de 19 ans et moins, mais le gouvernement a l’intention de modifier sa politique en s’inspirant des autres provinces de l’Atlantique. (RC/CBC)


Intelligence artificielle: 11 joueurs de pokers défaits par un ordinateur
Manitoba, 2 mars 2017 – Un ordinateur a battu pour la première fois des joueurs de pokers professionnels au Texas hold’em. DeepStack se distingue des autres programmes informatiques grâce à l’intuition: un exploit qui rapproche de plus en plus les machines de l’intelligence humaine.
En décembre 2016, onze joueurs de pokers professionnels ont subi une cuisante défaite. DeepStack les a battus au Texas hold’em sans limites de mise.
Le groupe de recherche dirigé par le chercheur et informaticien Michael Bowling à l’Université de l’Alberta est arrivé à cet exploit après plus de dix ans de tests. Les résultats ont été publiés jeudi dans la revue Science.
Déjouer des joueurs de pokers est particulièrement compliqué, car chaque joueur anticipe les prochaines actions différemment. C’est ce qui différencie DeepStack des autres programmes précédents et c’est aussi ce qui le rapproche d’un cerveau humain.
«Le programme anticipe seulement les deux ou trois prochaines actions», fait savoir Michael Bowling. «Une partie de poker c’est beaucoup plus compliqué qu’une partie d’échecs pour un ordinateur, car une partie du jeu est cachée.»
Tel un humain, DeepStack ne commence pas une partie avec une stratégie préprogrammée. DeepStack arrive à imiter l’intuition humaine grâce à l’apprentissage profond, un des éléments clés de l’intelligence artificielle.
L’ordinateur s’entraîne ainsi lui-même au poker et découvre des stratégies optimales selon les situations. Cette approche intuitive pourrait être utilisée dans toute une série de domaines, selon le créateur du programme.
Qu’est-ce que l’apprentissage profond?
Le principe général qui guide cette approche est de laisser l’ordinateur découvrir par lui-même la stratégie optimale pour résoudre un problème. Si on fournit à l’ordinateur une quantité massive de données (sons, images ou textes) et le résultat attendu de sa part, celui-ci ajuste graduellement ses paramètres internes. Il peut ensuite exécuter la tâche apprise: traduire un document, établir des liens entre deux phénomènes ou décrire une image. Un texte de Camille Martel (RC)


02-03-2017


Pluie verglaçante: des écoles encore fermées au Nouveau-Brunswick
Les Maritimes, 2 mars 2017 – Le mauvais temps qui persiste dans le nord-est du Nouveau-Brunswick entraîne la fermeture de toutes les écoles dans cette région et dans la partie nord du District scolaire francophone Sud pour une deuxième journée consécutive, jeudi.
Un avertissement de pluie verglaçante demeure en vigueur pour ces régions.
Environnement Canada prévoit que de la pluie verglaçante parfois mêlée de grésil continuera de tomber avant de se changer en neige plus tard jeudi matin.
Il prévient que les routes, rues et trottoirs pourraient devenir glacés et glissants.
En plus de toutes les écoles du Nord-Est, les écoles de Baie-Sainte-Anne, de Miramichi, de Richibucto, de Rogersville et de Saint-Louis-de-Kent demeurent fermées jeudi.
Le beau temps doit revenir dans toutes ces régions vendredi. (RC)


Hydro-Québec hausse de 0,7 pour cent ses tarifs d’électricité pour les résidences
Québec, 1 mars 2017 –
Tout comme l’an dernier, la facture des clients résidentiels d’Hydro-Québec grimpera de 0,7 pour cent à compter du 1er avril, a indiqué mercredi la Régie de l’énergie.
Dans sa demande tarifaire, Hydro-Québec demandait une hausse de 1,6 pour cent des tarifs pour ses clients résidentiels.
En moyenne, cette décision du tribunal réglementaire devrait faire grimper de 11$ la facture annuelle d’une petite maison chauffée à l’électricité.
La Régie fait valoir que l’augmentation de 0,7 pour cent devrait permettre à la société d’État d’engranger des revenus supplémentaires de 11,7 milliards $.
Elle justifie l’augmentation par une hausse des coûts du service de transport en raison du remplacement d’un type de disjoncteur, de l’accroissement de la maintenance liée à la pérennité du réseau ainsi que le déploiement d’infrastructures visant à éviter les cyberattaques.
Par ailleurs, après un gel d’un an, les grands clients industriels d’Hydro-Québec devront absorber une augmentation de 0,2 pour cent du tarif L. La société demandait une hausse de 1,1 pour cent.
Dans sa réaction, Hydro-Québec a rappelé qu’elle « maintenait son engagement » puisque cette augmentation autorisée par la Régie était inférieure à l’inflation pour une deuxième année consécutive. (PC)


Québec débloque 12 millions $ pour la protection de la jeunesse
Québec, 1 mars 2017 – La ministre Lucie Charlebois a annoncé mercredi après-midi une somme de 12 millions $ récurrente afin d’offrir plus de services aux jeunes en difficulté.
Ces 12 millions $ s’ajouteront aux 990 millions $ déjà versés annuellement pour la protection de la jeunesse, entre autres, pour embaucher des travailleurs sociaux, des psychoéducateurs ainsi que pour réduire les listes d’attente pour les signalements à la DPJ.
«Par les sommes annoncées [mercredi], je suis convaincue que nous allons faire une différence dans la vie de plusieurs jeunes et de leur famille, a dit la ministre. En étant en mesure d’agir le plus en amont possible, nous souhaitons faire en sorte que moins de jeunes se retrouvent en protection de la jeunesse.»
Le gouvernement a été fortement critiqué au cours des dernières années pour le manque de spécialistes dans les centres jeunesse. Selon TVA, le plan «Fugues» serait annoncé au cours des prochains mois. (QMI)


Fentanyl: la police de Halifax appelle la population à être vigilante
Halifax, 1 mars 2017 – La police de Halifax lance un avertissement au public concernant la présence de fentanyl illicite.
Tout en précisant que la capitale de la Nouvelle-Écosse n’est pas aux prises avec la même crise de surdoses mortelles causées par le puissant opioïde constatée dans d’autres régions canadiennes, notamment à Vancouver, la police locale a déclaré avoir mis la main sur du fentanyl illégal à six reprises depuis le 1er janvier.
Les enquêteurs ont affirmé avoir saisi de faux comprimés d’oxycodone qui étaient en fait composés de poudre de fentanyl. La substance a été détectée dans six résidences différentes.
Les comprimés d’oxycodone sont normalement noirs, verts ou bleu clair, a-t-on spécifié, et sont marqués du sceau «CDN» d’un côté et du chiffre «80» de l’autre.
Le fentanyl est notamment utilisé pour couper de la cocaïne ou pour fabriquer du faux crack. Or, aucun test de laboratoire n’a pour l’instant confirmé la présence de fentanyl dans la cocaïne saisie par la police à Halifax.
L’avertissement de la police de Halifax fait suite à celui lancé par la Gendarmerie royale du Canada la veille concernant le sud de Terre-Neuve-et-Labrador. Dans cet avis, on relevait que de la cocaïne vendue dans les communautés qui longent la péninsule de Burin comportait des traces de fentanyl. (PC)


Anomalies congénitales: une entente de 6,2 M$ conclue avec GlaxoSmithKline
Colombie-Britannique, 1 mars 2017 – Une firme d’avocats de Vancouver annonce avoir conclu une entente pour le recours collectif déposé par une femme qui a pris l’antidépresseur Paxil durant sa grossesse ce qui a entraîné, selon elle, des anomalies congénitales pour son enfant.
Rosenberg Law précise que l’entente conclue pour l’action en justice à laquelle 50 femmes et leurs enfants ont pris part s’élève à 6,2 millions de dollars.
La pharmaceutique GlaxoSmithKline avance de son côté par communiqué qu’elle convient en principe à cette entente, mais qu’elle n’admet aucune responsabilité ou faute, ce qui doit encore être approuvé en Cour suprême de la Colombie-Britannique.
Faith Gibson, une Britanno-Colombienne, est la demandeuse principale dans ce recours. La mère dont la fille Meah Bartram est née avec un trou dans le cœur en 2005, estime que GlaxoSmithKline savait ou aurait dû savoir que la prise du médicament Paxil pendant la grossesse pouvait entraîner ce genre de malformations chez le fœtus.
GlaxoSmithKline répète pour sa part avoir conclu cette entente pour «éviter les dépenses et le temps [perdu] associés à un procès et les prochaines étapes du recours collectif». Elle continue d’être d’avis qu’il n’y a pas de preuves scientifiques selon lesquelles l’exposition au Paxil durant la grossesse entraîne des anomalies congénitales au niveau cardiovasculaire.
Rosenberg Law dit que jusqu’à 200 enfants au Canada pourraient bénéficier de cette entente. (RC/PC)


Injection de plus de 2 M$ pour réduire l’attente dans les urgences de la Côte-Nord
Québec, 1 mars 2017 – Le ministre responsable de la Côte-Nord, Pierre Arcand, a annoncé ce matin à Sept-Îles que plus de 2 millions de dollars seront investis pour réduire l’attente dans les urgences de la région. De ce montant, près de 500 000$ iront à la création de 16 nouvelles places en santé mentale à l’extérieur de l’hôpital, le reste permettra l’embauche de personnel supplémentaire.
Plus précisément, un montant de 478 880$ servira à la création de 4 places d’hébergement de longue durée, 4 places de transition, 4 places de soutien en logement social et 4 places pour la gestion de crise et l’observation.
L’ajout de ces places permettra de diversifier l’offre, de mieux répondre aux besoins et de libérer des lits de soins aigus dans les centres hospitaliers de la région.
Le reste de l’aide consentie, soit 1,55 million, servira à l’embauche d’environ 32 nouveaux employés dans les CHSLD. Parmi ces nouvelles ressources, on retrouvera des préposés aux bénéficiaires, des infirmières auxiliaires et des infirmières.
L’investissement confirmé ce matin par Pierre Arcand, au nom du ministre de la Santé, découle directement de l’annonce d’un investissement de 100 millions effectuée le 7 décembre pour désengorger les urgences de l’ensemble de la province. (RC)


3 personnes en Ontario ont contracté le virus Séoul, qui est propagé par les rats
Ontario, 1 mars 2017 – Le médecin-hygiéniste en chef de l’Ontario affirme que trois personnes ont contracté un virus lié à l’exposition à des rats.
Selon le Dr David Williams, le ministère de la Santé et des Soins de longue durée enquête sur trois cas humains de virus de Séoul chez des personnes ayant eu un contact prolongé avec des rats. Williams affirme qu’aucun problème de santé grave n’a été signalé.
Le virus Séoul est un type de hantavirus qui peut être transmis des rats aux humains par des morsures ou par l’exposition à l’urine, aux selles, à la salive ou à la litière contaminée.
Selon les responsables, le risque pour la santé des Ontariennes et des Ontariens est considéré faible et le virus de Séoul n’est pas transmis d’une personne à l’autre.
Une personne infectée par le virus Séoul ne peut pas développer de symptômes ou ne développera que des symptômes très légers. Cependant, dans certains cas, les symptômes plus graves peuvent inclure la fièvre, des maux de tête sévères, des douleurs abdominales et du dos, des frissons, une vision floue, une rougeur des yeux ou une éruption cutanée.
Williams dit que la source des maladies, y compris des liens vers une enquête multi-États aux États-Unis, est en cours d’enquête. (PC)


La quantité d’urine dans les piscines enfin connue
Alberta, 1 mars 2017 – Une piscine de 830 000 litres, soit le tiers d’un bassin olympique, contient en moyenne 75 litres d’urine, tandis que les plus petites piscines en contiennent en moyenne 30 litres, révèle une étude de l’Université de l’Alberta.
Pour arriver à ce résultat, les chercheurs ont prélevé 250 échantillons dans 31 piscines et spas de deux villes canadiennes.
Le corps humain introduit une «variété de produits chimiques» dans les bassins publics, dont des fluides corporels nécessitant des analyses constantes de la qualité de l’eau.
La recherche publiée dans le journal Environmental Science and Technology Letters indique que bien que l’urine en soi est stérile, son mélange avec les produits de traitement de la piscine peut présenter un risque pour la santé des baigneurs. (RC)


Des dizaines de vols commis dans des restaurants de Laval
Montréal, 1 mars 2017 – La police de Laval a diffusé des images de voleurs qui subtilisent des portefeuilles dans les manteaux, vestons ou sacs à mains que les clients de restaurants suspendent à leur chaise.
Pas moins de 127 cas ont été signalés au cours des neuf derniers mois, soit de 15 à 20 plaintes par mois à ce sujet.
Le Service de police de Laval (SPL) a repéré jusqu’à 12 personnes différentes sur des vidéos de surveillance dans des restaurants. Au moins une femme et 11 hommes, âgés de 23 à 50 ans, pourraient être recherchés.
«Certains d’entre eux ciblent les hommes, les vestons des gens d’affaires au 5 à 7, au restaurant. D’autres visent les bourses de dames. Le lien entre eux est encore à déterminer», a expliqué la porte-parole du SPL, Évelyne Boudreau.
Sur une vidéo publiée en ligne, on voit que le vol, commis par deux personnes, peut prendre moins de 20 secondes.
Les voleurs utilisent ensuite les cartes de crédit des victimes pour acheter des biens électroniques. Le montant des achats effectués dans le cadre d’une de ces fraudes s’élevait à 17 000$.
Les principaux corps policiers du Québec vont sensibiliser la population dans le cadre du Mois de la prévention de la fraude. Le vol d’identité et la cyberfraude feront aussi l’objet de campagnes de sensibilisation au cours du mois de mars. Avec des informations de Karine Bastien et Marc Verreault (RC)


Non, les fantômes n’existent pas
Montréal, 1 mars 2017 – Le physicien britannique Brian Cox affirme que si les fantômes existaient, le grand collisionneur de hadrons (LHC) du Centre européen de recherche nucléaire (CERN) les aurait observés, puisque cet instrument détecte toutes les différentes signatures énergétiques.
Les sondages montrent qu’un fort pourcentage de la population (environ 40%) croit en l’existence des fantômes, qui auraient même été aperçus aux châteaux Frontenac et Laurier, aux chutes Montmorency et même à la citadelle d’Halifax.
Or, les entités paranormales qui peuplent l’imaginaire humain ne seraient que le fruit de notre imagination, affirme le Pr Brian Cox de l’Université de Manchester. De passage à l’émission The Infinite Monkey Cage de la BBC, ce vulgarisateur scientifique affirme qu’il n’existe aucune raison scientifique de penser que l’esprit humain peut survivre à la mort corporelle.
La preuve ultime? Les observations du LHC. Ou plutôt l’absence d’observations du LHC.
Le LHC est le plus gros accélérateur de particules jamais construit. Cet anneau de 27 kilomètres est jalonné d’aimants supraconducteurs, associés à des structures accélératrices qui augmentent l’énergie des particules qui y sont propulsées. Il est ainsi possible pour les scientifiques d’étudier comment les particules se comportent et interagissent entre elles, et de comprendre comment elles composent le monde qui nous entoure.
Et les chercheurs n’y ont jamais observé d’entités paranormales. Celles-ci devraient, en principe, être facilement détectables à l’aide de cet instrument, puisque cette force mystérieuse serait quand même composée d’énergie qui ne serait pas entièrement nouvelle.
En d’autres termes, toutes les signatures d’énergie d’entités paranormales devraient être détectables avec le LHC, et elles ne l’ont pas été. Du moins avec l’état des connaissances actuelles. RIP Casper. Un texte d’Alain Labelle (RC)


01-03-2017


Pluie à Montréal, verglas à Québec, tempête au Saguenay
Montréal, 28 février 2017 – Les différentes régions du Québec seront unies sous un voile de nuage au cours de la journée de mercredi, mais les précipitations différeront grandement d’une région à l’autre.
Alors que les Montréalais devront s’équiper de parapluies pour composer avec une journée pluvieuse digne de novembre, les Saguenéens devront ressortir leurs pelles puisqu’ils recevront entre 15 et 25 centimètres de neige d’ici à jeudi matin.
Le scénario s’annonce similaire dans le nord des Laurentides, de Lanaudière et en Abitibi. À Val-d’Or, un peu plus de 10 centimètres de neige sont attendus au cours des 24 prochaines heures.
Au centre du Québec, la capitale peut s’attendre à recevoir du verglas, qui devrait se changer en pluie au cours de la journée.
Dans l’est du Québec, la péninsule gaspésienne devrait recevoir jusqu’à 15 centimètres de neige au cours de la nuit et de la journée à venir, tandis que sur la Côte-Nord, Sept-Îles peut s’attendre à recevoir 10 centimètres pendant la même période. (QMI)


Il est dangereux de s’aventurer sur le canal Rideau
Ottawa, 28 février 2017 – En cette période de redoux, la Commission de la capitale nationale (CCN) rappelle aux résidents de ne pas s’aventurer sur le canal Rideau. La couche de glace commence à s’amincir et le niveau d’eau sous la glace peut atteindre 4,3 mètres de profondeur.
La CCN demande donc aux citoyens de penser à leur sécurité et de respecter les drapeaux rouges et les barrières.
La saison de patinage sur le canal a pris fin le 22 février dernier. (RC)


28 jours sans alcool… un défi difficile!
Saguenay-Lac-Saint-Jean, 28 février 2017 – Le Défi 28 jours sans alcool organisé par la Fondation Jean Lapointe, qui consistait à ne pas consommer d’alcool, s’est terminé mardi, le dernier jour du mois de février. Lucie Murray et Marie-Kim Bouchard avaient décidé de relever le défi. Ont-elles réussi ou échoué?
Les deux jeunes femmes n’ont pas de problèmes d’alcool, mais elles ont une vie sociale active. Le défi s’est finalement avéré plus ardu que prévu.
C’était difficile… En fait, on va le dire en partant, on ne l’a pas réussi. Lucie Murray, participante.
«On avait tellement d’occasions de boire. Les gens trouvaient ça vraiment particulier ou inutile», renchérit Marie-Kim Bouchard.
Pour elles, ce n’est pas un échec. Elles ont tiré des leçons de leur expérience.
«Comme de la bière sans alcool, je vais continuer à en boire. Mais, je vais peut-être alterner, une bière sans alcool avec un verre de vin… Pourquoi pas? On n’est pas dans l’excès», raconte Marie-Kim Bouchard.
Au-delà des prises de conscience personnelles, le défi sert à amasser 300 000$ pour financer des tournées de sensibilisation auprès de jeunes de première secondaire.
Au Québec, plus de 5700 personnes se sont lancé le défi.
Le bémol d’Éduc’alcool
Le directeur d’Éduc’alcool ne voit pas d’inconvénient à ce genre de campagne de financement, mais y met tout de même un bémol.
«Il y a beaucoup de gens qui considèrent qu’arrêter de consommer de l’alcool, c’est un exploit extraordinaire, ce qui ne devrait pas l’être. Et ça servait de soupape, ce qui veut dire que tu te prives pendant un mois et te défonces les 11 autres mois de l’année», précise Hubert Sacy.
Éduc’alcool conseille plutôt de consommer modérément de façon régulière et de s’abstenir de boire de l’alcool un ou deux jours par semaine. D’après le reportage de Meghann Dionne (RC)


Éclosion de coqueluche à l’Île-du-Prince-Édouard
Les Maritime, 28 février 2017 – Une éclosion de coqueluche est en cours à l’Île-du-Prince-Édouard, selon les autorités. Il y a présentement dix cas confirmés de la maladie dans la province.
La coqueluche provoque notamment par une toux grave qui peut déclencher un étouffement ou des vomissements. La personne atteinte peut aussi avoir d’autres symptômes semblables au rhume, comme des éternuements, un nez qui coule et de la fièvre.
La dernière éclosion à l’Île-du-Prince-Édouard remonte à 2014.
«La maladie se transmet facilement lorsqu’une personne atteinte tousse ou éternue, rappelle la médecin hygiéniste en chef de la province, la Dre Heather Morrisson. Le vaccin est le meilleur moyen de prévenir l’infection.»
La maladie transmise par une bactérie peut atteindre tout le monde, mais les bébés sont particulièrement vulnérables aux complications.
Il est possible de se faire vacciner gratuitement aux cliniques de la santé publique. (RC)


La Saskatchewan préoccupée par le nombre de cas d’oreillons au Canada
Saskatchewan, 28 février 2017 – Le gouvernement de la Saskatchewan est aux aguets après que plusieurs cas d’oreillons ont été découverts en Alberta et au Manitoba. Bien qu’aucun Saskatchewanais atteint de la maladie contagieuse n’a été déclaré, la province demande à la population de prendre les précautions nécessaires afin d’éviter la contamination.
Les oreillons sont une maladie très contagieuse dont les symptômes peuvent s’apparenter à la grippe: fièvre, maux de tête, fatigue, douleurs musculaires. Ce qui la distingue toutefois est l’infection des glandes sous les oreilles qui grossissent considérablement. La personne atteinte peut avoir de la difficulté à avaler.
La médecin en chef de la Saskatchewan, la Dre Denise Werker, demande à ceux qui se croient atteints des oreillons de contacter par téléphone leur clinique médicale afin d’éviter de contaminer d’autres patients assis dans une salle d’attente.
Elle indique également que la plupart des gens ont reçu un vaccin contre la maladie dans la première année de leur vie. Pour être efficace, il faut toutefois deux doses. Elle invite donc la population à vérifier si elle a ou non reçu ce second vaccin et le cas échéant, à le demander.
Population à risque
Les adultes nés avant 1970 ont une résistance plus forte à la maladie, explique la Dre Werker. Ce sont les jeunes adultes qui sont les plus vulnérables en raison de leur comportement. Ils sont plus enclins à partager un verre et se retrouvent plus souvent en groupe.
Les Pats de Regina ont d’ailleurs annulé un événement de patinage dimanche après-midi en raison des cas récents d’oreillons dans la Ligue de hockey de l’Ouest.
Vendredi dernier, le Manitoba a fait savoir que des cas d’oreillons avaient été décelés chez des personnes de toutes les tranches d’âges de la population. (RC)


Vaccination: près de 700 élèves suspendus dans Windsor-Essex
Ontario, 28 février 2017 – Le Bureau de santé publique de Windsor-Essex a suspendu 689 élèves de la région parce que leur carnet de vaccination n’était pas à jour.
Les parents de jeunes de 11e et 12e année avaient reçu un avertissement le 1er février dernier et devaient mettre leur dossier à jour d’ici le 28 février.
Selon la Loi sur l’immunisation des élèves de l’Ontario, les autorités de la santé publique peuvent suspendre ces jeunes jusqu’à 20 jours.
D’après une infirmière au Bureau de santé publique de Windsor-Essex, Thérèse Taiarol, la plupart des élèves suspendus ont été vaccinés, mais leur carnet n’est pas en règle.
«Ce n’est pas le rôle du médecin, c’est le rôle du parent de transmettre l’information au bureau de santé», explique-t-elle.
Encourager la vaccination
La professeure de droit à l’Université d’Ottawa, Karen Eltis, croit par ailleurs que les parents doivent avoir un meilleur accès aux faits scientifiques pour contrer les sceptiques envers la vaccination, particulièrement à l’ère des médias sociaux.
Bien qu’elle soit convaincue que la vaccination relève de la responsabilité des parents, Mme Eltis souligne que certains incitatifs pourraient encourager la population à se rendre davantage dans les cliniques de vaccination.
Elle cite en exemple l’Australie où les parents sont payés lorsqu’ils font vacciner leurs enfants.
Un projet de loi a été déposé par l’Ontario afin d’obliger les citoyens qui veulent exempter leurs enfants des vaccins à assister à des présentations les informant des effets bénéfiques de la vaccination.
«Il faut que les gens prennent conscience que la vaccination n’est pas un simple choix personnel, ça concerne toute la société», indique Mme Eltis.
Rappelons que c’est le vaccin qui a permis d’éradier plusieurs épidémies dans les cent dernières années.
Simplifier le processus
Mme Eltis indique aussi qu’il est indispensable de moderniser le système de transmission des informations au sujet des dossiers de vaccination. «Pour beaucoup de gens, le carnet ne suffit pas», estime Karen Eltis.
Une application gratuite appelée CANImmunize est d’ailleurs disponible au Canada pour rappeler aux parents quand ils doivent faire vacciner leur progéniture. (RC)


Aucun médecin de nuit à l’hôpital de Témiscaming-Kipawa du 2 au 23 mars
Abitibi-Temiscamingue, 28 février 2017 – L’hôpital Témiscaming-Kipawa et son urgence ne disposeront d’aucun médecin du 2 au 23 mars de 20h à 8h. Ainsi, un médecin sera sur place de 8h à 20h tous les jours, mais ce sera une infirmière qui prendra la relève de 20h à 8h.
Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) explique que l’équipe médicale à Témiscaming-Kipawa n’est pas complète et que les médecins dépanneurs comblent, pour le moment, tous les quarts de travail. Cependant, aucun n’est disponible pour la période mentionnée.
Les citoyens qui croient avoir besoin de se rendre à l’urgence peuvent s’y présenter comme à l’habitude, soutient le CISSS. S’il y a lieu, l’infirmière à la salle d’urgence pourra diriger les gens vers les services adéquats. Par ailleurs, si la condition requiert une hospitalisation, les patients seront transférés à Ville-Marie. (RC)


Retour des évacuations médicales aériennes à Matane
Québec, 28 février 2017 – Après une pause de cinq ans, l’aéroport de Matane a été jugé à nouveau fonctionnel pour l’atterrissage de la navette Dash-8 du Service aérien gouvernemental. La Ville de Matane a reçu la confirmation officielle du CISSS du Bas-Saint-Laurent.
Pour des raisons de sécurité, le service d’évacuation médicale sera offert de jour seulement, tant que la piste ne sera pas clôturée.
Quant à l’avion-hôpital, un challenger, il ne pourra pas être de retour à Matane sans la réparation des fissures de la piste d’atterrissage. (RC)


L’utilisation de l’argent scolaire doit respecter certains principes
Québec, 28 février 2017 – L’utilisation de l’argent scolaire suppose notamment un contrat clair entre l’enseignant et ses élèves, a souligné le professeur en sciences de l’éducation de l’Université de Sherbrooke, François Larose, en entrevue mardi à l’émission Bonjour la Côte.
Cette entrevue s’inscrivait dans la foulée de l’histoire d’une enseignante de l’École primaire Jacques-Cartier, de Sept-Îles, qui avait utilisé l’argent scolaire pour monnayer les permissions d’aller aux toilettes durant les cours.
Après la plainte d’un parent, le personnel de l’école a été rencontré la semaine dernière. La directrice Marie-Eve Murray a affirmé qu’il s’agissait d’un cas isolé et que cette pratique était désapprouvée par la direction de l’école et par la Commission scolaire du Fer.
Pour François Larose, il faut aussi tenir compte du fait que les jeunes enfants ont une notion du temps peu développée.
Il a par ailleurs rappelé que les enseignants sont formés à l’université pour utiliser ce genre de stratégie pour la gestion de classe. Elle doit s’appuyer sur un contrat clair avec les élèves et une régularité.
Si, par contre, un professeur demande de l’argent pour aller aux toilettes sans avoir préalablement expliqué le tout aux élèves, l’exigence peut alors être mal comprise par les jeunes et devenir contre-productive. (RC)


CHSLD: le manque de personnel affecte les soins, dit la conjointe d’un patient
Estrie, 28 février 2017 – Le manque de personnel dans un CSHLD de Sherbrooke demeure problématique. À un point tel que la qualité des soins en est affectée, selon une femme dont le mari est hébergé au Pavillon Argyll.
Mardi matin, Françoise Desharnais dit avoir été appelée par une infirmière de l’unité où se trouve son mari pour l’informer qu’il ne serait pas levé de son lit de la journée. L’homme qui habite dans l’établissement depuis octobre dernier est amputé des deux jambes.
«On m’a dit: ‘Il nous manque deux préposés’», affirme Françoise Desharnais.
«Les préposés sont surchargés, ajoute-t-elle. Ils ont bien beau donner le service qu’ils veulent, mais c’est comme si chacune de leurs interventions est minutée, comme une chaîne on dirait. Mais on n’est pas dans une usine, ce n’est pas un montage, ce sont des êtres humains.»
La direction du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Estrie-CHUS a refusé de donner une entrevue en rapport à cette situation spécifique, mais se dit consciente du manque de personnel. L’organisme ajoute qu’un recrutement massif est en cours afin de combler tous les quarts de travail.
Bien qu’il ne soit pas question d’éclosion majeure obligeant à interdire les visites, la présence du virus de la gastro-entérite rend la situation encore plus difficile, puisque des employés ont aussi été touchés. Un texte de Kim Vermette (RC)