Résumé des communiqués
destinés à la santé et aux services sociaux

Faites parvenir vos communiqués par courrier électronique Icone courriel

 

 

Lundi 10 avril 2017

 


Sud-ouest du Québec: la crue des eaux a causé des inondations résidentielles
Montréal, 7 avril 2017 – Les fortes pluies tombées cette semaine dans plusieurs secteurs du sud-ouest du Québec ont fait monter le niveau de plusieurs cours d’eau et provoqué des inondations résidentielles.
Vendredi matin, l’eau est entrée dans des dizaines de résidences de Sainte-Thérèse, Blainville et Rosemère, dans les Basses-Laurentides.
Hydro Météo signale que les fortes précipitations de jeudi ont provoqué un ruissellement important, surtout en Outaouais, dans les Laurentides, dans Lanaudière, et en Montérégie, en particulier dans la Vallée du Richelieu.
Les débordements de cours d’eau sont encore plus probables en raison de la période de fonte printanière de la neige. Les sols sont plus saturés.
Une veille d’inondation devrait être en vigueur pour quelques jours pour les rivières des Mille Îles et des Prairies et le lac des Deux Montagnes. (PC)


Multiples collisions dans la région de Toronto
Ontario, 7 avril 2017 – La Police provinciale de l’Ontario incite les automobilistes à redoubler de prudence, vendredi matin, alors que les routes peuvent être glissantes par endroits au nord de Toronto.
La PPO fait état de multiples collisions durant la nuit et en matinée sur les autoroutes 400, 401 et 406, notamment.
Un camion s’est renversé, par exemple, sur l’autoroute 400, alors enneigée, près de la route King. Le chauffeur n’a pas été blessé.
«Vous ne voulez pas être le conducteur qui se retrouve dans le fossé, gâchant votre journée», remarque le porte-parole de la PPO, Kerry Schmidt. (RC)


Écoles fermées à Sept-Îles et Port-Cartier
Québec, 7 avril 2017 – La Commission scolaire du Fer annule les cours aux écoles primaires et secondaires de Port-Cartier et Sept-Îles. Les services de garde sont toutefois ouverts. Le Cégep de Sept-Îles annule également ses activités d’enseignement pour la journée, mais le personnel doit se présenter au travail.
La Société des traversiers avise qu’elle redirige le F.-A.-Gauthier sur Baie-Comeau, au lieu de Godbout, à partir de Matane.
Une panne de courant a affecté 109 résidences de Sept-Îles peu après 4 heures ce matin, et le bris a été réparé. Ces abonnés d’Hydro-Québec du secteur Sainte-Famille auront été privés d’électricité durant 3 heures. (RC)


Plus de 47 000 abonnés sans électricité en Ontario
Ontario, 7 avril 2017 – Le distributeur d’électricité Hydro One fait état, vendredi matin, de plus de 200 pannes touchant 47 000 abonnés un peu partout dans la province, à la suite d’une tempête de pluie, de vent et de neige.
Les régions touchées vont de Wallaceburg, dans le sud-ouest, à Eganville, dans l’est, en passant par London, Caledon et Orillia.
Plus au nord, les secteurs d’Owen Sound, de North Bay, de South River et de Sturgeon Falls, notamment, sont aussi touchés.
Selon Hydro One, le courant devrait être rétabli d’ici 16h dans la plupart des cas. Hydro Toronto n’a pas recensé de panne dans la métropole. (RC)


Diagnostiquer une maladie mystère, 30 ans plus tard
Montréal, 6 avril 2017 – «Les déficits immunitaires il y en a 300 et ils sont très peu connus et très rares», explique le docteur Donald Vinh, spécialiste en maladies mystères. Grâce à ses recherches, ce spécialiste du Centre universitaire de santé de McGill a réussi à diagnostiquer un patient qui avait des problèmes de santé non identifiés depuis plus de 30 ans.
Dans son laboratoire, il agit un peu comme un détective. «On a été capable de prendre ses cellules et de déterminer le gène qui était responsable de sa maladie» Docteur Donald Vinh, spécialiste en infectiologie et microbiologie de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé de McGill.
Steven Francis, qui a vécu presque toute sa vie sans connaitre la cause de son mal, a rencontré Donald Vinh en 2012. «Il a été référé à moi pour une infection possiblement dans son sang, mais il y avait des choses bizarres. Donc j’ai révisé son dossier et je me suis dit qu’il y avait quelque chose de plus important.»
Après avoir établi le diagnostic, le spécialiste en infectiologie et microbiologie a développé un nouveau type de thérapie. «On connait sa mutation, alors on a développé une molécule qui cible spécifiquement sa mutation et qui permet au gène de fonctionner normalement», ajoute-t-il.
«Est-ce qu’on a les outils oui, est-ce qu’ils sont disponibles, ça, c’est une autre question. On doit amasser des fonds, parce que la liste d’attente est plus longue que la disponibilité du test.» Docteur Donald Vinh, spécialiste en infectiologie et microbiologie de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé de McGill (RC)


Le Manitoba gère mal l’utilisation des IRM, dit le vérificateur général
Manitoba, 6 avril 2017 – Le vérificateur général du Manitoba révèle que les délais d’attente pour un examen d’imagerie par résonance magnétique (IRM) se prolongent et que trop peu est fait pour empêcher des tests non nécessaires qui paralysent le système.
Dans un rapport de 43 pages publié jeudi, le vérificateur général Norm Ricard note que depuis juin 2016, le temps d’attente moyen en vue d’un examen IRM est de 23 semaines, soit deux fois le temps d’attente en 2011.
De plus, jusqu’à 20% des examens par IRM dans la province sont inutiles ou inappropriés, et qu’il existe très peu de protections systémiques pour prévenir ce genre d’erreur.
M. Ricard soulève que les hôpitaux ainsi que d’autres centres de soins n’ont pas respecté les niveaux de priorité attribués aux demandes, et donc moins de la moitié des IRM urgents ont été réalisés dans les délais cibles.
Le vérificateur souligne également que certains patients ont été soignés plus vite que d’autres, car ils étaient couverts par des assurances privées ou par un programme d’indemnisation des accidentés du travail.
Le rapport énumère 24 recommandations à adopter pour rectifier la situation, dont la standardisation des formules de demande d’examen IRM ainsi qu’un système centralisé pour le traitement des demandes. (RC/PC)


Soins psychologiques aux élèves: la N.-É. veut réduire le temps d’attente
Les Maritimes, 6 avril 2017 – Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse dépensera 974 000$ pour réduire l’attente pour les élèves qui ont besoin d’une évaluation psychologique. La liste d’attente compte actuellement 300 élèves.
Ces évaluations permettent de tailler des programmes sur mesure pour les élèves qui ont des difficultés d’apprentissage, des troubles de comportement ou d’autres besoins.
«Nous reconnaissons que le besoin a augmenté, le nombre d’élèves qui se présentent avec des défis a augmenté, donc nous devons avoir dans les écoles des employés [spécialisés] qui peuvent répondre [à ces besoins] dès qu’ils se présentent», a déclaré la ministre de l’Éducation Karen Casey jeudi.
Un partenariat avec l’Université Mount Saint-Vincent
Le gouvernement McNeil a établi un partenariat avec l’Université Mount Saint-Vincent qui fournira les services de psychologues agréés ainsi que de quatre étudiants à la maîtrise en psychologie. Ils entreprendront les évaluations auprès d’élèves de la maternelle à la 12e année d’ici quelques semaines.
Le gouvernement s’est donné comme objectif d’éliminer la liste d’attente d’ici septembre.
Lorsque ce sera fait, il révisera le ratio psychologues scolaires-élèves, qui est actuellement de 1 pour 1800.
«S’il faut l’augmenter [le nombre de psychologues] pour traiter les cas, nous le ferons», a promis la ministre Casey.
La situation actuelle est devenue problématique, dit-elle, puisque les psychologues scolaires tentent de réduire la liste d’attente tout en traitant les nouveaux cas qui se présentent. (RC)


Le tiers des patients subissent des interventions non nécessaires
Montréal, 6 avril 2017 – L’étude de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS) s’est penchée sur huit traitements spécifiques en s’appuyant sur des données récoltées partout au pays.
Selon ces données, l’institut estime que jusqu’à 30% des patients à faible risque subissent des examens médicaux potentiellement non nécessaires.
Tracy Johnson, de l’ICIS, croit que ce rapport donne l’occasion aux professionnels de la santé de se demander si l’intervention est vraiment nécessaire. (RC/PC)


La culture d’entreprise responsable de 60% des cas d’épuisement professionnel
Montréal, 6 avril 2017 – Même si certains facteurs qui expliquent l’épuisement professionnel sont liés à l’entreprise et à sa culture, on peut avoir, en tant que travailleur, un certain contrôle sur ceux-ci, selon le psychologue Nicolas Chevrier. Souvent, les actions que l’on pose peuvent donc chevaucher celles de l’organisation et mitiger leurs effets potentiellement néfastes.
Bien sûr, certains de ces «facteurs organisationnels» sont indépendants des employés, comme les grandes valeurs de l’entreprise et le fonctionnement des ressources humaines. Dans d’autres cas, ces derniers peuvent s’impliquer et participer à une amélioration de leur condition. Nicolas Chevrier donne un exemple: lorsque sa charge de travail est trop lourde, le travailleur peut faire preuve d’affirmation de soi et parler à un supérieur pour tenter de changer la situation.
«La charge de travail, ça pourrait faire l’objet d’une chronique complète.»
Le psychologue dresse ensuite la liste des six grands facteurs organisationnels reconnus par la littérature qui peuvent être à la source d’un épuisement professionnel. Il les mentionne du moins au plus connu: les valeurs, les récompenses (salaire et autres types de reconnaissance), l’équité au sein du personnel, l’esprit de communauté, le contrôle et la charge de travail. (RC)


06-04-2017


Le prix de l’essence augmente en Atlantique
Les Maritimes, 6 avril 2017 – Les automobilistes au Nouveau-Brunswick et à Terre-Neuve-et-Labrador constatent jeudi matin une hausse importante du prix de l’essence.

Au Nouveau-Brunswick, le prix de l’essence ordinaire a monté de 5¢ le litre. La Commission de l’énergie et des services publics a établi le prix maximum courant à 114,2¢ le litre.
À Terre-Neuve-et-Labrador, la Régie des services publics a augmenté de 7¢ le litre le prix maximal de tous les carburants. C’est la hausse la plus importante dans la province depuis juin quand la taxe provinciale sur le litre d’essence a augmenté de 16,5¢.
Les organismes de réglementation ont augmenté le prix de l’essence à la suite d’une hausse importante du prix du pétrole sur le marché mondial.
Les prix des carburants risquent fort d’augmenter aussi en Nouvelle-Écosse et à l’Île-du-Prince-Édouard cette semaine. (RC/CBC)


Les chefs de police ne veulent pas de culture de marijuana dans les résidences
Ottawa, 5 avril 2017 – Les chefs de police du pays demandent au gouvernement d’exclure de son projet de loi sur la marijuana la culture de petites quantités de cannabis à des fins personnelles.
Dans son rapport déposé en novembre, le Groupe de travail sur la légalisation et la réglementation du cannabis, mis sur pied par le gouvernement fédéral, recommandait de permettre aux citoyens de cultiver jusqu’à quatre plants de cannabis pour usage personnel.
Le président de l’Association canadienne des chefs de police (ACCP), Mario Harel, estime que l’application par les policiers de cette disposition pourrait être très ardue.
M. Harel, par ailleurs directeur du Service de police de la Ville de Gatineau, doit témoigner jeudi devant le comité permanent des affaires juridiques et constitutionnelles du Sénat. Selon lui, il sera très difficile pour les policiers de déterminer si ce cannabis n’est pas en fait destiné au marché noir.
L’association estime que les dangers des installations artisanales sont bien connus. Si le gouvernement permet la culture à très petite échelle, il sera ensuite impossible de contrôler les taux de THC, l’usage de pesticides ou des risques comme les moisissures, estime-t-on.
Le gouvernement devrait déposer dès la semaine prochaine son projet de loi sur la décriminalisation de la marijuana à des fins récréatives.
Le premier ministre, Justin Trudeau, a prévenu que la marijuana demeure illégale jusqu’à ce que la loi soit modifiée. (PC)


Nouvelle forme de fraude par cartes de crédit volées en Gaspésie
Québec, 5 avril 2017 – La Sûreté du Québec (SQ) met en garde la population de la Gaspésie contre un stratagème de fraude par carte de crédit qui a été rapporté au cours des dernières semaines.
Le ou les suspects contactent des commerçants par téléphone et laissent croire qu’ils sont intéressés par l’un de leurs produits. Ils effectuent un achat par la suite à l’aide d’une carte de crédit puis informent le commerçant qu’ils vont passer chercher la commande un peu plus tard.
Dans les jours suivant l’achat, le commerçant découvre que le numéro de la carte de crédit donné proviendrait de cartes de crédit volées.
«Plusieurs commerçants ont été ciblés, autant dans la Baie-des-Chaleurs que dans la région de Matane ou en Haute-Gaspésie, explique le sergent Claude Doiron de la Sûreté du Québec. Ces gens-là ont fait plusieurs tentatives. On parlerait d’au moins six ou sept, dont un cas où les gens ont réussi à frauder les commerçants.»
Les commerçants qui croient avoir été victimes de ce stratagème peuvent communiquer avec la Sûreté du Québec. (RC)


10 M$ supplémentaires pour des repas gratuits dans toutes les écoles albertaines
Alberta, 5 avril 2017 – Le gouvernement albertain dépensera 10 millions de dollars supplémentaires pour permettre à chaque district scolaire de la province de participer au programme de nutrition scolaire.
En novembre dernier, le gouvernement avait investi 3,5 millions de dollars pour financer les repas pour les élèves de 31 écoles de la province dans le cadre d’un projet-pilote lancé dans 14 conseils scolaires. Ces derniers recevront chacun 250 000$ cette année.
Les autres conseils scolaires de la province recevront pour leur part des subventions de 141 000$ pour lancer le même programme.
Le ministère de l’Éducation affirme que plus de 5000 élèves reçoivent déjà un repas ou une collation gratuits chaque jour.
L’enveloppe supplémentaire de 10 millions de dollars fait partie du budget provincial annoncé en mars. (RC)


Fin annoncée des services de prématernelle dans les écoles publiques de Regina
Saskatchewan, 5 avril 2017 – La Division scolaire publique de Regina abolira deux programmes de prématernelle d’ici 2019 dans l’espoir d’économiser 1,35 million de dollars.
Elle réduit ses services d’éducation et de transport de la petite enfance en raison de restrictions budgétaires de 9,5 millions de dollars annoncées dans le budget provincial.
La division explique dans un communiqué mercredi qu’elle doit composer avec un manque à gagner de 5,7 millions de dollars de moins pour 2017-2018 par rapport à 2016-2017.
Dans une lettre à ses employés et obtenue par CBC, la Division anticipe qu’elle économisera 3,14 millions dollars à travers trois changements au cours des deux prochaines années.
Elle change les zones de transport. Seuls les élèves qui vivent à plus d’un kilomètre de leurs établissements pourront accéder aux autobus scolaires. Cette mesure touchera 1100 élèves et permettra de faire des économies de 1,35 million de dollars.
Les classes de maternelle passeront de sessions de demi-journées cinq jours par semaine à des journées complètes tous les deux jours. La Division souhaite faire des économies de plus de 446 000$ à travers cette mesure qui touchera 1900 enfants.
Les divisions scolaires doivent soumettre leurs budgets au gouvernement provincial d’ici le 30 juin. (RC)


Évacuations dans la Première Nation crie James Smith: la Croix-Rouge intervient
Saskatchewan, 5 avril 2017 – La Croix-Rouge canadienne apporte son assistance pour l’évacuation d’environ 70 personnes ayant des besoins médicaux prioritaires de la Première Nation crie James Smith, à environ 175 km de Saskatoon.
Ces personnes ont passé la nuit de mardi à mercredi à Melfort. La Première Nation a déclaré l’état d’urgence vers 16h30 mardi à cause d’inondations localisées qui compliquent l’accès à la communauté.
Le chef de la Première Nation, Wally Burns, indique que la durée de l’évacuation dépendra de la température des prochains jours. Selon lui, les routes sont toujours en mauvais état, ce qui empêche de fournir les services d’eau, d’égouts et de collecte des ordures dans la communauté.
Un conseiller de bande, Alvin Mootsoos, expliquait mardi que les conditions des routes pourraient poser problème pour les personnes devant se rendre à l’hôpital. Il soulignait qu’une ambulance et qu’un camion de la Gendarmerie royale du Canada s’étaient enlisés dans la boue.
En plus de solliciter la Croix-Rouge, la province a fourni des camions-citernes et des pompes pour déplacer l’eau. (RC)


Des bénévoles câlinent des bébés à Victoria
Victoria, B.-C., 5 avril 2017 – Des nouveau-nés et des bébés en soins intensifs à l’Hôpital général de Victoria sont câlinés par des bénévoles pour recevoir toute l’affection dont ils ont besoin et donner un répit à leurs parents.
Gabriel est ainsi à l’unité de soins intensifs pédiatriques. Il souffre d’une rare maladie génétique qui touche ses muscles, explique sa mère, Cindy Dent. Depuis quelques semaines, une bénévole le câline et lui donne de l’affection.
«C’est tout un programme, pour relâcher le stress et nous permettre de prendre un peu de temps pour relaxer, et revenir en forme», souligne Cindy Dent. Elle note que son fils apprécie ces moments avec la bénévole.
Deux bénévoles sont disponibles pour câliner les bébés et les nouveau-nés en soins intensifs, et un troisième est en formation. «C’est un petit programme, mais peut-être nous aurons six ou sept bénévoles de plus dans les prochaines semaines», indique la directrice des bénévoles à l’Hôpital, Charmaine Niebergall.
Les bénévoles passent à travers une formation rigoureuse et apprennent le fonctionnement des différentes unités de soins intensifs de l’Hôpital, précise Mme Niebergall. «Beaucoup de personnes veulent faire ce programme», ajoute-t-elle.
Bienfaits pour la santé
Les câlins aux enfants vulnérables en bas âge auraient plusieurs bienfaits, selon l’Association canadienne des centres de santé pédiatriques. Ces contacts permettent notamment de stabiliser le rythme cardiaque et la température corporelle, d’accélérer la prise de poids et d’acquérir une meilleure tolérance à la douleur. Un texte de Nahila Bendali (RC)


Familles d’accueil recherchées en Estrie
Estrie, 5 avril 2017 – Des familles souhaitant accueillir temporairement des enfants dans leur milieu sont invitées à s’inscrire à l’une des cinq rencontres d’information qui auront lieu un peu partout en Estrie au cours des prochaines semaines.
Ces enfants, âgés de moins de 18 ans, sont hébergés dans ces familles quelque temps avant de retourner avec leur famille biologique. «La période de temps est de moins de six mois. Ça peut être plus long, mais ce n’est pas en vue de pouvoir adopter ces enfants», explique la chef de service au programme jeunesse au CIUSSS de l’Estrie, Saunia Caron.
Pour l’instant, il n’y a pas d’objectif de familles recherchées. «On veut surtout regarnir nos listes de familles d’accueil. Actuellement, on a beaucoup de difficultés à pourvoir aux besoins», soutient M. Caron.
Cette dernière s’explique mal pourquoi les listes de familles prêtes à accueillir des enfants sont si dégarnies. «Peut-être parce que nous n’avons pas fait de promotion dans la dernière année. Il faudrait que je vérifie combien d’enfants ont été placés l’an dernier, mais ça se peut qu’il y ait eu un impact à ce niveau-là.»
«Une expérience enrichissante»
Pour Mme Caron, l’expérience est formatrice. «Être une famille d’accueil c’est, pour nous, une expérience enrichissante. C’est d’accepter d’accompagner de prendre un enfant là où il est rendu, de répondre à ses besoins avant qu’il ne retourne dans son milieu.»
Pour être une famille d’accueil, il y a des étapes à parcourir. «Il y a un questionnaire à remplir et des critères doivent être respectés comme être majeur, être citoyen canadien, ne pas avoir d’antécédents judiciaires. Il y a aussi des critères en lien avec l’environnement physique. Une fois que les gens répondent à ces critères, nous les dirigeons vers les soirées d’information où on mise sur les capacités et les compétences de ces gens», explique Saunia Caron.
La première séance d’information aura lieu le 24 avril à Magog. Le lendemain, ce sera au tour de Granby. À Lac-Mégantic, ce sera le 26 avril puis le 1er mai à Sherbrooke. Finalement, le 2 mai, une séance sera offerte à Asbestos. (RC)


Ajout d’équipements pédiatriques grâce à Opération Enfant Soleil
Saguenay-Lac-Saint-Jean, 5 avril 2017 – Opération Enfant Soleil remet une somme de près de 64 000$ à six établissements de santé du Lac-Saint-Jean.
Les hôpitaux d’Alma, de Roberval et de Dolbeau-Mistassini, en plus de deux CPE, sont parmi les bénéficiaires.
Ce sont les porte-parole de l’organisme, Arthur L’Aventurier et l’animateur d’ICI Musique Philippe Fehmiu, qui ont fait l’annonce mercredi matin à Roberval.
«La pédiatrie s’est beaucoup améliorée au cours des 30 dernières années notamment grâce à Opération Enfant Soleil.» Philippe Fehmiu, porte-parole d’Opération Enfant Soleil.
Le montant permettra d’acquérir des équipements pédiatriques et de favoriser les saines habitudes de vie chez les jeunes.
À ce jour, Opération Enfant Soleil a versé près de 1,5 million de dollars dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean pour offrir de meilleurs soins aux enfants malades.
Jeudi, l’organisme procédera à d’autres annonces à Saguenay. D’après les informations de Mélissa Paradis. (RC)


L’embonpoint est dangereux à tout moment de la vie adulte
Montréal, 5 avril 2017 – Souffrir d’embonpoint ou d’obésité à n’importe quel moment de la vie adulte augmente le risque de mourir d’une maladie cardiovasculaire, du cancer ou d’autres causes, selon une étude publiée par le journal scientifique Annals of Internal Medicine.
Des chercheurs des universités Harvard et de Boston se sont intéressés au lien entre l’indice de masse corporelle (IMC) maximum et la mortalité subséquente. Ils ont analysé l’IMC de 225 000 personnes ayant participé à trois études sur une période de 16 ans, puis aux décès qui sont survenus pendant une période moyenne de suivi de 12 ans.
Ils ont constaté que les sujets dont l’IMC les qualifiait comme souffrant d’embonpoint ou d’obésité augmentaient leur risque de décès de toute cause, y compris le risque de succomber à une maladie cardiovasculaire, au cancer ou à un problème respiratoire.
Le risque le plus élevé a été mesuré chez ceux dont le poids a plongé, ce qui pourrait témoigner d’une perte de poids involontaire occasionnée par la maladie.
Environ le tiers des adultes américains et le quart de la population mondiale souffrent d’embonpoint. (AFP)


Ces médicaments qu’on prescrit encore malgré les dangers
Montréal, 5 avril 2017 – La formation déficiente des médecins et la cupidité des compagnies pharmaceutiques expliquent pourquoi on prescrit encore la thalidomide, le Distilbène, le Mediator et la Dépakine, des médicaments aux effets secondaires graves. C’est l’avis de Marc Zaffran, médecin et auteur.
Il explique qu’il est parfois plus rentable, pour certaines compagnies pharmaceutiques, de dédommager les victimes que de retirer du marché un produit dangereux.
«C’est une négligence à laquelle il faut faire attention dans tous les pays, souligne Marc Zaffran. C’est une négligence qui est liée à deux choses:

Premièrement, au fait que beaucoup de médecins, même dans des pays développés, ne sont pas informés en temps réel et tout de suite [des dangers de certains médicaments]. Les médecins eux-mêmes n’ont pas été formés à chercher les informations de ce genre […].
Et la deuxième chose, qui est beaucoup plus grave, est que les industriels ont tendance à masquer ce genre d’effet. Lorsqu’ils observent un effet secondaire qui est grave, mais qui est rare, ils se disent: « Dans le tas, ça ne va pas se voir. » Le problème est que lorsqu’il y a 8000, 10 000, 20 000, 100 000 personnes qui sont atteintes, là, ça finit par se voir, mais le laboratoire a fait des profits extraordinaires.» (RC)


05-04-2017


E.coli: la farine a été distribuée à l’échelle du pays
Ottawa, 4 avril 2017 – L’Agence de la santé publique du Canada a fait une mise à jour sur le rappel d’une série de produits de farine tout usage original Robin Hood, relié à une éclosion d’E.coli.
L’agence a indiqué, mardi, que les produits avaient été distribués à l’échelle du pays.
La semaine dernière, elle indiquait que la farine tout usage en question – se trouvant dans des sacs de 10 kg, et portant l’inscription «meilleur avant le 17 avril 2018» -, avait été vendue en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan et au Manitoba.
Selon l’agence, il y a eu 25 cas d’infection à E.coli ayant la même empreinte génétique signalés dans quatre provinces, la Colombie-Britannique, la Saskatchewan, l’Alberta et Terre-Neuve-et-Labrador.
Plusieurs personnes ont été hospitalisées. Aucun décès n’a été signalé.
L’Agence de la santé publique a émis ce rappel, d’abord le 28 mars, avant d’en faire une mise à jour, mardi. Elle a appelé les gens à ne pas consommer le produit, mais plutôt le jeter ou le retourner pour un remboursement.
L’organisme a souligné qu’il est possible que la nourriture contaminée à l’E.coli ne présente pas de signes visibles ou d’odeurs particulières, tout en pouvant causer des problèmes de santé.
Les symptômes incluent de vives crampes d’estomac, la diarrhée, les vomissements, la nausée, les maux de tête et la fièvre.
Dans certains cas très graves, certaines personnes peuvent subir une insuffisance rénale, des convulsions ou un accident vasculaire cérébral (AVC). (PC)


Prendre rendez-vous avec un médecin de famille sur Internet
Québec, 4 avril 2017 – Québec met en place un nouveau système afin de permettre aux patients de prendre un rendez-vous avec un médecin de famille en ligne. Le gouvernement souhaite ainsi améliorer et simplifier l’accès aux soins et aux services du réseau de la santé.
Le système Rendez-vous santé Québec sera implanté dans l’ensemble des régions du Québec.
Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, précise que le gouvernement mettra d’abord en place un projet-pilote dans une seule région, avant de l’étendre à des cliniques et des médecins de la province. Les détails seront connus prochainement.
Grâce à ce système, les patients pourront prendre rendez-vous auprès des cliniques participantes, soit avec leur médecin de famille, un autre médecin du groupe de médecine familiale ou un médecin de famille d’une clinique située près d’un secteur choisi.
Le système pourrait s’étendre aux infirmières praticiennes spécialisées en première ligne, aux résidents en groupe de médecine de famille universitaire et à tous les professionnels de la santé.
Déjà, la plateforme Bonjour-santé permet aux personnes qui n’ont pas de médecin de famille d’avoir une consultation dans une clinique sans rendez-vous. Le système a été mis en place en 2012. (RC)


Plus de morts et de blessés graves sur les routes de la Côte-Nord
Québec, 4 avril 2017 – Le bilan routier de la Côte-Nord s’est alourdi en 2016, avec une hausse des décès et des accidents graves. Les données dévoilées par le ministère des Transports font état de 11 décès l’an dernier, alors qu’il y en a eu 6 en 2015.
La route a également fait 32 blessés graves en 2016, une augmentation de 146% sur l’année précédente.
Pour l’ensemble du Québec, le bilan de 351 décès place l’année 2016 au second rang des meilleurs bilans depuis 1946.
Le ministre des Transports, Laurent Lessard, a toutefois rappelé que les gains à venir seront plus difficiles et que les usagers sont les premiers responsables de leur sécurité.
La Société de l’assurance automobile a réalisé un surplus de près de 700 millions de dollars, l’an dernier.
Une nouvelle réduction des primes d’assurances semble toutefois écartée à court terme. Un texte de Louis Garneau (RC)


Une étude sur la présence des universités en région
Saguenay-Lac-Saint-Jean, 4 avril 2017 – L’économiste Marc-Urbain Proulx prépare une étude sur l’impact des universités dans cinq régions du Québec, dont le Saguenay-Lac-Saint-Jean.
L’étude sera prête pour les 50 ans du réseau de l’Université du Québec (UQ).
Marc-Urbain Proulx évaluera cinq universités: l’Université du Québec en Outaouais (UQO), l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) et l’Université du Québec à Rimouski (UQAR).
Selon le professeur, les universités, à l’instar des cégeps, sont un outil de développement régional important.
«C’est un partenaire essentiel. Évidemment, les cégeps font un excellent travail aussi avec tout le réseau de cégeps au Québec. C’est un outil de développement local et régional fantastique, mais les universités décentralisées en région évidemment sont un outil de développement fantastique», a expliqué l’économiste en entrevue à L’heure de pointe.
Il croit que les universités ont également un effet important sur la rétention de la main-d’œuvre en région.
Même s’il a reçu le mandat de la part de l’UQ, Marc-Urbain Proulx affirme que sa mission n’est pas de faire la promotion des universités en région. Il veut aussi évaluer les effets négatifs de la présence de ces institutions scolaires. (RC)


Gare à l’ours qui se réveille
Alberta, 4 avril 2017 – Avec l’arrivée du printemps, les experts en conservation de la faune rappellent aux amoureux de la nature de faire attention aux ours. Après un long sommeil hivernal, les bêtes commencent à se réveiller et elles ont faim.
Selon l’écologiste Mark Boyce, les ours sont une espèce très imprévisible. Le professeur en écologie à l’Université de l’Alberta étudie le grizzly depuis des dizaines d’années.
«Tu ne sais jamais à quoi t’attendre avec un grizzly, dit-il. La plupart sont très gênés et vont tout faire pour éviter le contact avec des humains. Cependant, il ne faut pas prendre de chances.»
Selon le chercheur, la meilleure façon d’éviter une rencontre avec un ours est d’éviter d’attirer leur attention avec une odeur appétissante comme de la nourriture, des déchets ou même des graines pour oiseaux.
«Ils vont souvent s’enfuir aussitôt qu’ils vous sentent, explique M. Boyce. Cependant, s’ils sentent une odeur de nourriture, comme ce que vous avez mangé ce matin, ils peuvent commencer à s’intéresser à vous.»
Il ajoute que de faire du bruit, de voyager en groupe et de transporter un répulsif à ours sont aussi parmi les meilleures méthodes de préventions en randonnée. (RC)


Maladie de Lyme: un cas découvert chez un chien
Les Maritimes, 4 avril 2017 – Un cas de maladie de Lyme a été découvert sur un chien à la clinique vétérinaire The Oaks à Moncton.
La vétérinaire, Ashley Farrell, a indiqué que c’est un des premiers cas pour l’année 2017, mais que la saison chaude est à peine entamée. Elle s’attend à beaucoup d’autres cas pour l’été à venir. «On voit, depuis quelques années, une émergence de la maladie de Lyme dans les provinces de l’Atlantique.»
Ce serait dû à une augmentation de la population de tiques, ces insectes qui sont porteurs de la maladie.
La Dre Farrell invite les gens à faire vacciner leurs animaux en prévision de la sa saison chaude qui arrive à grands pas.
Elle a indiqué qu’il existait aussi des produits oraux ou topiques, comme des crèmes ou pommades, pour les animaux afin de prévenir les morsures de tiques.
La maladie de Lyme n’est pas transmissible entre un animal et un humain. Toutefois, la même tique peut infecter un humain et un animal. Un texte de Mathieu Massé (RC)

Symptômes
une éruption cutanée

des maux de tête
de la fièvre ou des frissons
une fatigue
des spasmes ou une faiblesse
des engourdissements ou des picotements
des ganglions lymphatiques enflés
Les tiques à pattes noires se trouvent surtout dans les régions suivantes:
le sud de la Colombie-Britannique

le sud-est et le centre-sud du Manitoba
le sud, l’est et le nord-ouest de l’Ontario
le sud du Québec
le sud du Nouveau-Brunswick et l’île Grand Manan
certaines régions de la Nouvelle-Écosse


04-04-2017


Verglas et pluie au menu
Montréal, 3 avril 2017 – 
Les Québécois devront sortir leur parapluie, mardi, alors qu’ils auront droit à tout un cocktail météo. Des avertissements de pluie abondante ou de pluie verglaçante ont été émis par Environnement Canada.
Les Laurentides, Lanaudière et l’Abitibi sont les régions qui seront touchées par la pluie verglaçante, mardi. Selon les prévisions, les précipitations débuteront en fin de nuit ou en début de matinée.

Au cours de la journée, entre 25 et 30 millimètres de pluie sont prévus pour les régions de l’Outaouais, de Montréal, de Laval, de Laurentides, du Témiscamingue et de la Vallée du Richelieu.
Tout ça est causé par un premier système dépressionnaire arrivant du Midwest passera par les Grands Lacs avant d’aboutir dans la province mardi. Cette dépression «apportera un mélange de précipitations allant de la pluie sur les régions les plus à l’ouest, à la neige sur celles du centre du Québec, en passant par une zone de pluie verglaçante entre les deux», peut-on lire dans le communiqué.
Les Québécois ne seront pas au bout de leur peine alors qu’un autre système survolera le Québec jeudi et vendredi, en apportant son lot de précipitations.
Environnement Canada a mis en garde les résidents de la Belle Province sur les risques d’inondations surtout causés par une capacité réduite d’absorber une grande quantité d’eau en raison du sol gelé.
«Ne vous approchez pas des endroits où le sol est affaissé près des rivières, des ruisseaux et des ponceaux», peut-on lire dans ces alertes météo. (QMI)


Rappel d’un lot d’auto-injecteurs EpiPen défectueux
Montréal, 3 avril 2017 – 
L’entreprise Pfizer Canada a lancé un rappel pour plus de 100 000 lots d’auto-injecteurs EpiPen et lots d’auto-injecteurs EpiPen Jr. défectueux.

Selon l’entreprise, les injecteurs peuvent contenir une pièce défectueuse qui peut faire en sorte que les dispositifs ne se déclenchent pas.
Ce rappel fait suite à deux rapports internationaux qui confirment que des auto-injecteurs ne s’activent pas ou ont besoin d’une force accrue pour être utilisés.
Utilisés pour traiter des cas de réactions allergiques, ces dispositifs permettent de s’injecter une dose d’adrénaline.
«Une défaillance de l’auto-injecteur peut faire en sorte que les patients ne reçoivent pas la dose requise d’adrénaline (épinéphrine), ce qui entraîne l’aggravation des symptômes de l’anaphylaxie ou des réactions anaphylactiques, ce qui peut être mortel», a expliqué Pfizer dans un communiqué.
Les appareils défectueux sont les auto-injecteurs EpiPen (0,3 mg d’épinéphrine), lot 5GU763, expirant en mai 2017 et les auto-injecteurs EpiPen (0,15 mg d’épinéphrine), lot 5GR765, expirant en mai 2017.
Les personnes en possession d’un appareil défectueux sont invitées à contacter leur pharmacie pour obtenir un auto-injecteur de rechange. (QMI)


La province veut inciter les jeunes à faire plus d’activité physique
Montréal, 3 avril 2017 – Québec va investir 64 millions $ au cours des trois prochaines années pour inciter un plus grand nombre de Québécois à faire 60 minutes d’activité physique par jour, dans le cadre de sa toute première politique en matière de sport et d’activité physique.

Ce montant s’ajoute aux 507 millions $ que le gouvernement a déjà prévu investir dans divers projets d’installations sportives et récréatives à travers la province.
Le programme «Au Québec, on bouge!» insiste notamment sur la nécessité de faire bouger les jeunes de 6 à 17 ans.
Selon une récente étude du Groupe de recherche sur les aptitudes physiques des enfants de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), les jeunes Québécois sont de moins en moins en forme.
Lundi, le ministre de l’Éducation, des Loisirs et des Sports, Sébastien Proulx, a dit vouloir «renverser la tendance»; il souhaite faire passer le nombre d’enfants qui font 60 minutes d’activité physique par jour de 59 à 79 pour cent d’ici 2027, et le nombre d’adolescents, de 44 à 64 pour cent.
Les consultations pour «Au Québec, on bouge!» avaient commencé en 2013 sous la gouverne de Pauline Marois. (PC)


01-04-2017


Insécurité alimentaire: La Grande récolte pour les enfants est lancée
Montréal, 1 avril 2017 – 
La Grande récolte pour les enfants des banques alimentaires de Montréal et de la Rive-Sud, qui s’étirera sur l’ensemble du mois d’avril, s’est amorcée samedi.

La campagne de financement annuelle des Moissons du Grand Montréal s’est fixé un objectif de 200 000$ pour venir en aide aux enfants de cinq ans et moins issus de familles défavorisées.
Les Moissons sollicitent des dons d’argent et de denrées non périssables telles que de la formule pour nourrissons, des couches, des pots de purée et des lingettes humides.
Leur récolte s’effectue dans les épiceries participantes de Provigo et de Maxi, soit «la plupart» des succursales du Grand Montréal, indique M. Daneau. Des fonds peuvent également être virés par téléphone, en ligne ou même par tranches de 10$ en envoyant le message SMS «BÉBÉS» au 20222.
«On préconise les dons monétaires parce qu’on a un effet de levier important. Avec chaque dollar qui nous est donné, on est capable de distribuer 15, 20, 25 dollars [en denrées]», a précisé le directeur général de la banque alimentaire.
Un stade d’enfants dans le besoin
Quelque 20 000 enfants de cinq ans et moins dépendent des services de dépannage alimentaire dans le Grand Montréal seulement, de quoi «remplir le Centre Bell», déplore-t-il.

La campagne de l’année précédente n’avait atteint qu’une fraction de sa cible.
«La distribution va se faire sur toute l’année. La faim ne prend pas de vacances. On fait des campagnes qui sont arrêtées dans le temps parce qu’on peut toujours dire au monde « aidez-nous, aidez-nous! ». Mais le besoin alimentaire, lui, est récurrent, tous les jours», a-t-il tenu à souligner.
Pour cette sixième année d’existence, Olivier Niquet, de La soirée est encore jeune, et la chef Geneviève Everell se sont joints la comédienne Élise Guilbault, porte-parole de l’organisme montréalais, qui est d’ailleurs la plus grande banque alimentaire au Canada. (PC)


Vancouver: 12 surdoses dans la nuit
Vancouver, B.-C., 1 avril 2017 – 
La police de Vancouver a émis une alerte samedi matin après avoir comptabilisé 12 surdoses aux opioïdes dans la nuit de vendredi à samedi. Toutes les victimes ont pu être sauvées à temps.

Les 12 surdoses rapportées à la police sont survenues dans le secteur de la rue Columbia et de l’avenue Gore dans le quartier sensible du Downtown Eastside.
La police recommande aux consommateurs de drogues et aux fêtards la plus grande précaution à la lumière de la crise des surdoses qui frappe la province ces dernières années.
«Ne consommez pas seul, équipez-vous de naloxone et en cas de surdose, composez immédiatement le 911», conseille le sergent Randy Fincham, porte-parole de la police de Vancouver.
La Colombie-Britannique a déclaré l’état d’urgence en santé publique en avril 2016 et publie, depuis, des statistiques mensuelles quant au nombre de décès par surdoses. L’année dernière, 914 personnes en sont mortes. (RC)


100 millions pour un institut de recherche en intelligence artificielle à Toronto
Toronto, 31 mars 2017 – Le gouvernement fédéral et celui de l’Ontario investissent ensemble 100 millions de dollars dans un tout nouvel institut indépendant de recherche sur l’intelligence artificielle, à Toronto.

L’Institut Vecteur, inauguré jeudi, se spécialisera dans l’«apprentissage automatique et profond», un secteur qui utilise les logiciels et les algorithmes afin de simuler les circuits neuronaux du cerveau humain.
Ottawa injectera jusqu’à 50 millions dans cet institut; Queen’s Park verse 50 millions alors qu’une trentaine d’entreprises du secteur privé devraient investir 80 millions.
Cette annonce survient une semaine après le dépôt du budget fédéral, qui prévoyait une enveloppe de 125 millions pour une stratégie canadienne en matière d’intelligence artificielle. Cette stratégie visera à renforcer les collaborations entre les principaux «pôles d’excellence» identifiés par Ottawa: Montréal, Edmonton et la région de Toronto-Waterloo.
Dans son budget déposé mardi, le gouvernement du Québec a annoncé qu’il voulait investir 834 millions en six ans dans la recherche et l’innovation, dont 100 millions supplémentaires dans le secteur de l’intelligence artificielle. (PC)


Une Université populaire à Rouyn-Noranda
Abitibi-Témiscamingue, 31 mars 2017 – 
Deux étudiants de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) lancent l’Université populaire de Rouyn-Noranda. L’Upop est un organisme à but non lucratif qui a pour mission de transmettre et diffuser le savoir et les connaissances gratuitement à tout le monde.

Ils comptent organiser des rencontres débats conviviales, dans des lieux publics, des bars ou des cafés, sur tous les sujets d’actualité.
Milan Charles, un des promoteurs du projet, affirme que Rouyn-Noranda est un lieu propice pour ce genre d’idée et d’initiative.
«Il faut savoir que la ville est vraiment dynamique, il y a beaucoup de projets étudiants, surtout en création numérique, on a un baccalauréat qui fait beaucoup de projets, on a des maitrises, des professeurs, on trouve que c’est un environnement qui est vraiment très intéressant pour ça et justement au sein de l’université et du Cégep, ou les citoyens et la ville, tout le monde est intéressé par justement tous ces projets qui peuvent la dynamiser, structurer la ville et la vie citoyenne, dit-il. Nous, on a beaucoup d’espoir, on a beaucoup de personnes qui sont intéressées par les événements.»
Une première rencontre le 9 avril
La première rencontre aura lieu le 9 avril au café-bar L’Abstracto avec comme thème, «Les stéréotypes de genre».
Mais selon l’organisatrice Mathild Fillion, tous les sujets seront débattus à l’Upop de Rouyn-Noranda, notamment ceux qui touchent la région.
«On essaie de trouver des sujets qui sont adaptés au milieu où on est ici, on a des sujets sur la mine, la session d’automne, on prévoit des cours sur l’environnement, le développement durable, les énergies renouvelables, la culture autochtone», dit-elle.
Selon Mathild Fillion, l’Upop de Rouyn-Noranda est une structure qui n’est pas rattachée à l’UQAT. Avec les informations de Boualem Hadjouti (RC)